Histoire vécue Sexualité > Échangisme      (342 témoignages)

Préc.

Suiv.

Interrogations sur le libertinage

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 906 lectures | ratingStar_44819_1ratingStar_44819_2ratingStar_44819_3ratingStar_44819_4

Combien de mois ou d'années d'expériences dans le libertinage ? Variable et à éclipse. Deux-trois ans (où quatre ? Sais plus) et plus d'un an mais en périodes espacées d'un quart de siècle. Trop itinérant pendant longtemps pour pratiquer (sachant que je ne me vois pas pratiquer sans une cavalière au moins complice). Mélangiste ou échangiste ? Les trois ma générale, les deux ma colonelle, et juste toi et moi ma capitaine, à l'occasion. En français, le "ou" est rarement exclusif.Au bout de combien de mois ou d'années de relation avec votre partenaire avez vous décidé de passé au libertinage ? Quelques semaines et tout naturellement pour la/les premières. L'époque y incitait. Très rapidement, la partenaire qui voulait me rencontrer pour aussi toute autre chose s'étant déclarée libertine, la seconde voulant à peu près tout tester par… quête exotique, finirai-je par vouloir bien croire.Pourquoi avoir franchi le cap du libertinage ? C'est le destin, c'était écrit, et si on y réfléchit bien et qu'on a été très jeune libre de ses mouvements, je pense que c'est la chose la plus naturelle qui soit. C'est comme une évidence. Et puis on se retrouve à x sous des tentes, en fêtes dans les maisons de campagne des parents, et si l'époque veut qu'amour-toujours soit pluriel, c'est naturel.Y a t-il des choses qui ne vous mettent pas à l'aise ? (embrassades, caresses, pénétration…) Le côté vient que je te casse ta patte de devant (ou tes pattes de derrière) sauf si c'est festif, j'allais écrire : bon enfant, rigolo. Mais si le libertinage est juste une attitude ou un voyeurisme de couple sans participation, ça me barbe. Rien de physique (hors violence) ne me met mal à l'aise.Au début avez vous éprouvé de la jalousie ? Ni au début, ni par la suite du fait de la jouissance physique éprouvée par mes partenaires, en revanche, je comprends les affinités sentimentales, mais j'ai toujours l'appréhension d'être largué… au moins un temps (et je peux concevoir qu'une belle aventure sentimentale puisse tenter). Je ne me vois pas copuler sans la moindre sympathie ou empathie, même avec une parfaite inconnue. Je n'imagine pas qu'une femme soit différente de moi (et pourtant… et pourquoi pas, ça les regarde ; mais si je dois être savonnette, à la Hélène de Giraudoux, mon amour propre doit parfois se forcer à sourire). Je n'ai connu qu'une femme qui aurait pu ne pas s'attacher à moi parce que, physiquement, elle ne se laizsait pas aller (alors qu'elle l'avait voulu, allant rejoindre une autre ville, et son homme, enfin ! À l'aube, après avoir tant espéré cette mutation). Ce n'est jamais pour des raisons physiques que j'ai été (toujours gentiment) largué, mais en raison de mon indisponibilité ou bien d'autres raisons (eh, il y a aussi mieux et plus frais aillleurs que dans mon pré, et je le conçois fort bien). Est-ce que vous vous fixez des limites ? Physiques, non… Mais baratiner, séduire, oui : soit j'éprouve de l'enthousiasme, de la tendresse, et je le dis. Sinon, simuler, ou embarquer quelqu'un dans une histoire que je ne pourrai assumer, non.Pour les messieurs avez vous déjà connu la panne sèche lors d'une soirée libertine ? Très brièvement, car un peu décontenancé, une seule fois. Comme je n'avais guère crainte que ce soit durable, cela m'a plutôt fait sourire (et elle aussi, pas du tout inquiète, et la suite nous donna raison).
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


44819
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Libertinage, mode de vie ou fuite en avant??

image

J'ai passé 16 ans avec la même femme sans jamais la tromper, c'était ma première femme (je l'ai rencontrée à 17 ans, j'en ai 34 aujourd'hui). Aujourd'hui que nous sommes divorcés, je peux enfin vivre ces envies contre lesquelles j'ai lutté...Lire la suite

Est ce que mettre en évidence les différences culturelles est forcément du racisme?

image

" Mettre en évidence les différences culturelles" non, je pense que ce n'est pas du racisme. Par contre, juger, blâmer et rejeter ces gens d'autres cultures, oui cela peut paraître du racisme. Et encore. Après tout, n'avons nous pas le droit de...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages