Histoire vécue Sexualité > Échangisme      (342 témoignages)

Préc.

Suiv.

Sortie libertine avec ma femme

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 4867 lectures | ratingStar_15563_1ratingStar_15563_2ratingStar_15563_3ratingStar_15563_4

Je voudrai soumettre à votre… "expertise" un petit texte pondu il y a maintenant un moment. Il parle d'une sortie en boite "libertine" avec ma femme. Qu'en pensez vous ?

Merci d'avance.

"Là, au bout du couloir, le rideau noir bouge. Ses deux pans sont jointifs, mais on sait qu'ils peuvent se séparer, sur un simple désir, sur un geste de la main. Elle s'en approche, me jette des coups d'oeil. Moi, je sais déjà ce qui est derrière,… mais elle,… le sait-elle,… fait-elle semblant de ne pas le savoir… Elle approche une main du bord, l'agrippe et écarte un pan. L'obscurité règne derrière. Les yeux ne peuvent rien voir, habitues à la lumière du dehors. Elle avance dans le trou, sa tête et son buste s'engagent entre les deux morceaux de tissu. Elle me tient par la main, mais son corps au bout de son bras tire et disparaît presque dans l'obscurité.

Nous tenant par la main nous pénétrons dans le noir. La touffeur règne, une fois cette frontière passée. Nous prenons conscience, et pourtant nous ne distinguons que leurs silhouettes, des corps qui s'étreignent dans l'obscurité propice. Nous savons que si nous restons, nous aurons franchi une étape dans notre progression vers des plaisirs inaccoutumés. Je sens Christine sur le fil du rasoir. Désir du nouveau, peur de se lancer, rassurée par ma présence, j'espère, et l'environnement sécurisant du club, elle me jette un dernier coup d'oeil que je sens plein de bravache, et laisse retomber le rideau derrière nous. Nous nous rapprochons l'un de l'autre, ne sachant pas trop si nous allons heurter un couple occupe a explorer son environnement tactile.

La faible lueur régnant ici me permet de distinguer un couple quittant les lieux. Entraînant a ma suite Christine, je prends leur place. Je m'adosse a la paroi de la caverne, pas loin de l'entrée. C'est la première fois que nous affrontons un tel environnement et si jamais la situation nous dépassait, la fuite vers la lumière serait rapide. Nous sommes agrippés l'un a l'autre, ses bras sont sur mes épaules, je sens son ventre contre le mien. Nous nous embrassons a petits coups de lèvres, les yeux en coin pour voir ce qui se passe autour de nous. Elle colle sa joue contre mon épaule. Mes mains sont sur ses fesses, que je serre et palpe et caresse. Elle roule contre moi, insinue une jambe entre les miennes, pour mieux sentir mon sexe dur et tendu. Je sens la douce proéminence de son mont de venus, et je lève un peu un genou pour remonter sa jupe. Elle me lache et avec des mouvements que je sens nerveux, elle relève complètement sa jupe sur ses hanches.

Nous sommes dans une obscurité presque complète, mais j'imagine le spectacle qu'elle offre. Ses fesses nues, sur lesquelles mes mains tournent, ses deux globes fermes que j'écarte, exposant entre ses rotondités la mince lanière de tissu qui compose la partie arrière de son string fendu, sont mises en valeur entre les frontières du porte-jarretelles, de la jupe remontée et des bas noirs qui habillent ses jambes. Mes mains continuent a palper ses fesses. Je sens le désir et l'excitation monter chez elle. Ses mouvements sont plus heurtes et prennent de l'amplitude. Sa respiration devient plus courte et bruyante. Des gémissements très doux sortent de sa poitrine. Autour de nous, des ombres sont jointes, une femme gémit de plus en plus fort, le plaisir la fait délirer et exprimer ses sensations avec des plaintes de plus en plus fortes. La chaleur semble s'épaissir autour de nous, malgré les aérations nombreuses. Les mouvements du bassin de Christine prennent de l'amplitude. Elle vient chercher ma queue avec sa main, elle me frotte le sexe a travers le tissu du pantalon, me le malaxe avec délectation, je sais que ma chérie est excitée. Elle va chercher son plaisir de plus en plus loin en arrière, ses hanches vont d'avant en arrière et lorsque son ventre est serré contre le mien elle se frotte langoureusement d'un coté puis de l'autre.

Un autre couple entre dans la caverne. A la lueur furtive qui pénètre avec eux je distingue, juste derrière Christine, un couple enlacé. L'homme est derrière la fille et englobe ses seins de ses paumes, la fille, qui nous fait face, ondule sur place en frottant ses fesses contre lui. Sur les fesses de Christine, une main a rejoint la mienne. A la douceur de la peau, aux bagues, et aux bracelets, je sais qu'elle appartient a la fille. De mon autre main, celle qui ne malaxe pas les fesses de Christine, je caresse sa touffe et ses grandes lèvres depuis longtemps.

Je m'immisce plus loin et plus profond et je touche une main qui d'un doigt explore l'intimité moite de Christine. Je comprends mieux pourquoi le plaisir montait aussi vite chez elle : trois mains pour elle toute seule. Maintenant, une quatrième main est venue a cote de la mienne et caresse sa toison. Je lui cède un peu de place et nous voila a titiller son clitoris et ses grandes lèvres, ce qui fait exulter Christine. Son bassin fait de grandes ondulations, je sens bien que ma chérie cherche à faire pénétrer le doigt inquisiteur plus loin dans son conduit d'amour, qui est, je le sens de l'extérieur, trempe de plaisir. Mes doigts sont lubrifies par cette source. Je dirige ma main, celle qui s'occupait de ses fesses, vers le bassin de la fille qui pénètre Christine. Je touche la peau de ses hanches, suis le bord de sa culotte vers le bas, vers son triangle et rencontre le poignet de Christine. Car ma douce a mis un doigt dans la fille et d'un va et vient saccadé la fait se contorsionner. Je caresse la main de Christine puis, posant ma main sur la sienne caresse la toison rêche de la fille. Je laisse le doigt de Christine s'occuper de lubrifier la fille. Après avoir caresse le ventre de la fille au-dessus de sa toison, je reviens m'occuper des fesses de mon amour. Les filles ont maintenant chacune un doigt de l'autre dans leur minou et se donnent du plaisir, le faisant sortir et rentrer de sa cachette trempée.

Christine se débat avec la boucle de ma ceinture, s'évertuant à vouloir la défaire. Je lui souffle dans l'oreille qu'elle s'occupe plutôt de la braguette. Elle l'ouvre et sort avec difficultés, vu sa raideur, mon sexe et se l'applique contre la toison. Se reculant un peu, elle applique un pied sur le mur pour dégager l'ouverture de ses cuisses, d'un doigt elle écarte sans difficultés le tissu trempé de son string et essaie de faire pénétrer ma queue dans sa chatte dégoulinante d'amour. Mon gland repousse le doigt de la fille et essaie de passer sa tête dans l'ouverture. Je susurre dans l'oreille de Christine que je vais jouir, elle souffle qu'elle ne veut pas, pas encore. Dans une expiration bloquée je jouis. Je sens physiquement mon sperme monter le long de ma verge et jaillir par l'uretère, Christine a un petit sursaut, me serre fort contre elle. Sur le bout de mes doigts je sens le sperme couler et inonder le string, les poils, le doigt de la fille et les lèvres de Christine. Je suis en train de jouir vraiment magnifiquement. Je ressens les vagues de plaisir monter, descendre et refluer. Dans ma tête ça carillonne a toute volée. Je serre très fort Christine contre moi, et les dernières gouttes de sperme se perdent entre nous. Ma foufounette échevelée se rajuste, je range le plus proprement possible mon sexe et nous réapparaissons dans le couloir. Nous sommes en sueur, les yeux frissonnants, et la lumière, même tamisée, qui inonde le couloir nous éblouit."

Merci encore.

Bises.

Fred.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


15563
b
Moi aussi !
4 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Libertinage, mode de vie ou fuite en avant??

image

J'ai passé 16 ans avec la même femme sans jamais la tromper, c'était ma première femme (je l'ai rencontrée à 17 ans, j'en ai 34 aujourd'hui). Aujourd'hui que nous sommes divorcés, je peux enfin vivre ces envies contre lesquelles j'ai lutté...Lire la suite

Est ce que mettre en évidence les différences culturelles est forcément du racisme?

image

" Mettre en évidence les différences culturelles" non, je pense que ce n'est pas du racisme. Par contre, juger, blâmer et rejeter ces gens d'autres cultures, oui cela peut paraître du racisme. Et encore. Après tout, n'avons nous pas le droit de...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages