Histoire vécue Sexualité > Échangisme      (342 témoignages)

Préc.

Suiv.

Une soirée de strip-poker (la suite 2)

Témoignage samestory par 35 ans. - 05/09/10
Mail  
| 4032 lectures | ratingStar_214065_1ratingStar_214065_2ratingStar_214065_3ratingStar_214065_4

Faisant suite à nos deux récits, nous avons demandé à la soeur de mon mari (Florence) et notre beau-frère (Philippe) de venir nous voir aujourd'hui Samedi pour leur faire part de nos diffusions sur ce site afin qu'ils en soient informés. Ils ont accepté car ils se sont eux-mêmes heurtés à cette honte qui provoque dans nos deux couples un malaise silencieux mais perceptible. Après lecture, ils ont décidés d'apporter leurs propres impressions et commentaires que je vais transcrires au fur et à mesure.

En premier lieu, Florence tient à préciser qu'elle n'a jamais été ni lesbienne ni bisexuelle. Ainsi, au début de notre strip-poker lorsqu'elle devra choisir une personne, elle ne pouvait déshabiller l'un ou l'une de leurs invités (Gérard et Caroline) qu'elle ne connaissait que depuis quelques jours seulement. Comme elle ne pouvait pas s'en prendre à son frère non plus par gêne naturelle, il ne restait que moi. Durant la soirée, elle sera un peu choquée par la précipitation de notre invité (Gérard) qui me retirera mon string avec des caresses très sexuelles. (En fait, il passera ses doigts dans ma fente, me faisant mouiller involontairement). Plus tard, alors que j'étais déjà très troublée par les liqueurs que nous buvions régulièrement (les hommes étaient au whisky) , Florence se penchera sur moi pour m'embrasser sur la bouche et ira même au-delà en me pénétrant avec ses doigts : elle désirait connaître quelle pouvait être la sensation d'embrasser une autre femme. Alors que nos bouches et nos langues s'enlaçaient, sa main en glissant dans les poils (fournis) de mon pubis la troublère et ses doigts me pénétrèrent naturellement. J'avoue qu'elle me fera jouir car ses mouvements à l'intérieur de mon corps étaient différents et plus "délicats" que ceux d'un homme. Dans la nuit, leur invitée Caroline, l'attira à elle. Se laissant faire, Florence se retrouva au sol avec elle presque naturellement. Après des caresses et des embrassades, Caroline pivota pour lui lécher le sexe et Florence fit de même. A ma demande si elle fut gênée soit par la position, soit par l'odeur ou le goût, sa réponse est catégorique sur tous les points : Non, au contraire à sa grande surprise ! Elle précise même qu'alors qu'elles se sont masturbées mutuellement le clitoris, elle eut à deux reprises une sensation d'éjaculation fantôme venant du fond d'elle-même qu'elle n'explique toujours pas. Par contre, autant elle jouira des relation dite "normales", autant elle n'appréciera guère que Gérard (leur invité) la pénétre sans précaution avec le culot d'une bouteille qu'elle nous qualifie maintenant de "froid, inerte et désagréable". "Cela ne vaut pas un sexe d'homme ou même mon vibromasseur ! "… (Rires de nous quatre devant sa réflexion et aussi de ma transcription que je maintien malgré sa demande suppliante de suppression). Enfin, elle tient à dire que son frère (mon mari) ne l'a jamais touchée par respect durant toute la soirée et qu'autrement les jours suivants et même jusqu'à aujourd'hui, les relations entre elle et lui auraient été sans doute beaucoup plus difficiles.

Philippe, lui, nous déclare qu'il sera très excité mais embarrassé lorsque je lui enlèverai son slip au début de la soirée et sa gêne aujourd'hui est encore présente alors qu'il ne put contrôler son sexe en érection devant mon visage. Par la suite il éprouvera du plaisir à voir sa femme et Caroline faire leur exhibition en 69 puis en masturbations. Vers la fin de la soirée, alors que je suis allongée à demi-consciente sur la table, les jambes écartées, lorsqu'il succèdera immédiatement à Gérard, il sera nettement moins expéditif que son ami qui, lui, se contentera de me secouer comme un prunier avant de se libérer dans mon corps et me laisser comme un paquet de linge sale. J'ai le souvenir des caresses attentives et délicates de mon beau-frère sur mon corps et mes seins et aussi de son avertissement qu'il aller éjaculer en moi, ce qu'il fit. Puis, Guy me retournera sur le ventre et me sodomisera sans douleur car (je ne m'en apercevrais qu'en allant prendre ma douche) il m'avait aspergé d'huile de table avant de me pénétrer. J'étais vraiment dans le brouillard mais je m'en rappelle ! … Mais le plus dur pour mon beau-frère, et il tient à ce que je l'écrives, sera à son réveil de me retrouver partiellement dans ses bras, son sexe légèrement collé par son sperme sur ma cuisse. Il se rappelle qu'il s'est masturbé une dernière fois sur ma touffe de poils alors que je dormais déjà. Guy et moi-même lui affirmons que nous ne lui en voulons absolument pas, je l'écris ici avec sincèrité.

Voilà notre histoire, Florence et Philippe, sont satisfaits de ce texte que j'ai tapé sous leur dictée et espèrent qu'ils pourront enfin tirer un trait sur cet évènement qui nous a tant perturbé mais qui fut malgré tout un merveilleux souvenir pour nous tous. Bien qu'ayant gardé contact avec leurs amis rencontrés pendant les vacances, ils ne désirent pas leur faire part de cette aventure qui restera entre nous quatre et que nous ne renouvellerons pas car nous voulons rester sur cette spontanéité vécue qui sera impossible à restituer en cas de préparation.

Si un jour vous êtes confrontés à ce genre de situation, ne vous forcez surtout pas si cela ne vous convient pas : fuyez ! ; par contre, si vous y trouvez du plaisir, n'hésitez pas, ne réfléchissez pas, vous vivrez une expérience inoubliable à condition que l'intégrité de chacun soit respectée et que les échanges ne se transforment pas en tortures surtout envers les participantes.

Si certains d'entre-vous ont vécu ce genre d'aventure, nous serions heureux de vous lire et savoir comment avez-vous vécu après un tel chamboulement dans la routine d'un couple classique.

Bien amicalement à tous.

Florence, Philippe, Guy et Arlette (la dactylo…).

214065
nb
Moi aussi !
11 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Libertinage, mode de vie ou fuite en avant??

image

J'ai passé 16 ans avec la même femme sans jamais la tromper, c'était ma première femme (je l'ai rencontrée à 17 ans, j'en ai 34 aujourd'hui). Aujourd'hui que nous sommes divorcés, je peux enfin vivre ces envies contre lesquelles j'ai lutté...Lire la suite

Est ce que mettre en évidence les différences culturelles est forcément du racisme?

image

" Mettre en évidence les différences culturelles" non, je pense que ce n'est pas du racisme. Par contre, juger, blâmer et rejeter ces gens d'autres cultures, oui cela peut paraître du racisme. Et encore. Après tout, n'avons nous pas le droit de...Lire la suite