Histoire vécue Sexualité > Fantasmes      (832 témoignages)

Préc.

Suiv.

Christiane inattendue

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 2749 lectures | ratingStar_12272_1ratingStar_12272_2ratingStar_12272_3ratingStar_12272_4

Parfois au hasard dune rencontre, une femme vous aide à réaliser vos fantaisies ou vos désirs. Je me présente, Claude 36 ans, brun, physique, taille, poids, sexe dans la moyenne, à la recherche de plaisirs partagés .

Au cours dune réunion associative, je remarque dans lassistance une jeune femme châtain, 30 ans, jolie, à plusieurs reprises nos regards se croisèrent. Puis, lors de la collation, nous échangeâmes quelques phrases sur nos affinités par rapport à lexposé de la réunion : une sortie en mer sur l île de BREHAT, dans deux mois. A la fin de la soirée, nous échangeons nos adresses mail, elle mapprend quelle quitte la région pour quelques semaines, une formation professionnelle. Les jours passent, de temps à autre un message évoquant nos vies de tous les jours, mais au fil du temps plus intimes puis sur nos désirs réciproques .

Retrouvailles deux mois après lors de la sortie sur l île de BREHAT : discussions sages, lors de la visite nos corps se frôlent, ce qui provoquent en moi une irrésistible envie dêtre contre elle. Sur le retour, je réussi tout de même à savoir quelle réside à nouveau sur QUIMPER et elle me laisse son adresse pour un prochain contact. Depuis quelques jours une scène me trotte la tête et je décide de tenter ma chance auprès de Christ. Première étape, je réserve une chambre par internet à l Hôtel, un numéro de chambre et un code d accès me sont communiqués. Deuxième étape, je lui écris une lettre : Nous nous connaissons depuis plusieurs, une expérience me tente, je souhaite ta participation active. Voulant conserver le suspense, je ne te donne pas mon identité, à toi de chercher. Je voudrai que tu te présentes le 15/06/03 à l hôtel rue du château QUIMPER à la chambre Numéro 15 à 14 heures (entrée dans la chambre directement par lextérieur) , là tu te déshabilles entièrement, tu places sur tes yeux un bandeau noir, tu tagenouilles dos à la porte, les fesses sur les talons, les mains sur les cuisses. Je te promets un moment intense et délicieux. Laisses moi une lettre sur le lit, en me donnant tes souhaits sur la suite des évènements de cette après midi. Pas un mot jusqu à ce que je te le permette. PS Numéro de code daccès à la chambre est le 124587.

Le jour venu, je pris en accessoire une canne de verre de 1 mètre environ munie dune boule de cinq centimètres à une extrémité. Une question allait elle venir au rendez vous et serait elle disposée à jouer ?

A 14 heures, tour rapide du parking, sa voiture une clio rouge est là. Je monte lescalier extérieur, marrête quelques secondes devant la porte N 15 pour reprendre mon calme et me mémoriser les instants à venir. Je pousse la porte, elle est dans la position décrite, elle me dévoile ses atouts, je reste très agréablement surpris par ses courbes : le dessin ovale de ses fesses, ses hanches fines, sa taille courbée. Je reste un moment sans ne rien faire, goûtant linstant présent, mes yeux parcourant son corps dans les moindres replis. Je pris la canne en verre, et je posais le bout fin sur ses épaules un contact léger, descendit le long de la taille puis jusquau hanches, et venir faire le tour des fesses. Déjà cette légère caresse provoquait des frémissements de sa peau. Ensuite, je mintéresse à ses seins en tenant la canne à lhorizontale, je frôle ses pointes de seins, petit à petit ils se durcirent et je peux les faire rouler en même temps. La belle soupire de bien être, je soulève par le bas chaque sein, jusqu à remonter jusquau cou. Je me décide à lire ses instructions quand à la suite de laprès midi Moi, Christ, je massois sur une chaise une jambe sur un des accoudoirs, tu prend mon slip, tu entoures ta verge et tu provoques un mouvement de va et vient en me demandant de faire ce quil te plait Je demande à Christ denlever son bandeau des yeux, elle ne fût pas surprise de me voir et me fît un signe dapprobation. Je lui indique quelle peut se mettre en position sur la chaise, je me déshabille, la vue de son corps nu avait déjà provoqué une bonne érection. Au fur et à mesure de mon effeuillage, je lui lance des regards de désirs, des sourires complices. Enfin nu, elle sempare de son slip et me le lance, je le porte à mes narines pour sentir toutes les nuances de son odeur. Jentoure ma verge dure de ce tissu, et commence un lent va et vient, tout en regardant Christ, ses seins, son sexe. Contrairement à ce quelle attendait, je lui demande de garder ses mains sur ses cuisses, proche de ce clitoris qui nattend quune chose une caresse bienfaitrice. Je continue ma masturbation, une perle surgit du meat urinaire, Christ pense que je vais jouir, elle me supplie de ne pas le faire, elle voudrait goûter à cette tige, quelle vienne ramoner son con qui se contacte comme pour mieux satisfaire son envie. Jarrête mon plaisir, me dirige vers elle et lui ordonne décarter au maximum ses lèvres, elle se tortille denvie, je pose un souffle sur ses poils, et commence à lécher tout son sexe béant. Dès le premier attouchement, elle émet des cris de plus en plus forts, je la soulève la tourne vers la fenêtre, lui pose les mains tout en haut et sans plus de délicatesse la pénètre. Tout son corps ondule au rythme des va et vient, au bout de quelques minutes elle jouit, se crispe, se colle à moi. A ce moment là j aperçois un bâtiment en construction en face du motel, des maçons y travaillent. Je tire le rideau, et continue mon uvre, un des hommes remarque la scène et se délecte du spectacle. A lécart des autres, un deux se met une main dans son bleu et se masturbe énergiquement. Pour le satisfaire encore plus, je pénètre analement Christ, la vision de cet autre homme à qui elle donne aussi du plaisir, la porte au comble de la jouissance. Jattrape la canne de verre et cette fois lui enfonce le bout rond dans le vagin, une double pénétration. Son regard dirigé vers louvrier, elle devine son éjaculation de part son rictus. Moi aussi, je ne tarde pas à jouir, tellement lexcitation devient insoutenable… Nous restons sur le lit, longtemps à se regarder, à se caresser tendrement, à échanger nos impressions, nos surprises de ce rendez vous. Des bruits de plus en plus fréquents, dans le couloir, des gens arrivent. Nous nous rhabillons et allons marcher le long de lOdet, sagement, presque comme des amoureux. Puis chacun regagne son domicile, sans avoir oublier de se revoir très vite .

Plusieurs jours, plus tard, je reçois un texto sur mon GSM : viens me rejoindre au Bois Névet à LOCRONAN, le 18 vers 15h, allée de la Chapelle, tu ne sera pas déçu. Une grande excitation grandie en moi, que me prépare t-elle ? . Toutes sortes de fantaisies traversent mon esprit, je songe à ses mots de lautre jour pour essayer de percer son jeu. Toutes sortes de possibilités me traversent la tête, sans pouvoir en retenir une, malheureusement. Il ne me reste plus quà attendre. Au jour et à lheure dite, je me dirige vers cette allée, mon téléphone sonne : Christ, regarde bien autour de toi, à un moment tu apercevras deux mains posées sur un arbre, je tattends. Difficile avec toute cette végétation, de voir seulement deux mains, à un moment il me semble distinguer quelque chose. J approche peu à peu, dans un premier temps, deux mains, mais attachées par un bas noir, je contourne le jeune chataîgnier, une jeune femme, brune, 28 ans, nue, très bien faite, dos contre larbre, ses seins du fait de la position, se dressent généreusement. Christ sort dun taillis : cette beauté te plaît ? , approches, viens goûter à sa peau, vois comme elle est soumise, et Carole ne souhaite quune chose : répondre à tous tes caprices Christ se positionne derrière elle, soupèse ses seins, pose sa bouche sur la sienne et y enfonce sa langue. Et regarde son sexe, avant ton arrivée, je lai longuement caressée avec une plume doiseaux, que j'ai ramassée sur la plage. Elle enfonce un doigt dans ce con, le ressort aussitôt plein de cyprine, la belle sest délectée de cette fantaisie. Je détache Carole de cet arbre, et lui offre mon membre à lécher. Avec une grande habilité, elle le saisit entre ses doigts, ses lèvres douces enserrent mes chairs, sa langue chaude lenlace. Hummm délicieux, Elle aime le sentir battre, gonfler, limagine certainement dans sa chatte bouillante dextase. Christ spectatrice, vient se frotter à Carole, plaquant son corps dénudé sur son dos et imite un homme pénétrant une femme. Elle attrape les seins de Carole à pleines mains, puis provoque un mouvement circulaire, en enfin pince et fait rouler les mamelons de la blonde. De deux doigts, elle pénètre la chatte de Carole, alterne ses doigts dans le vagin et les glisse sur le clitoris, ce traitement amène Carole vers son premier orgasme. Décidément Christ métonne, elle cachait bien ses penchants, sa sensualité, peut être est ce cela que j'ai réussi à voir aux travers de ses premiers regards. Je redresse Carole, me colle face contre son dos et la pénètre vigoureusement, Christ lui fait face, lèche ses seins, son ventre, son clitoris gonflé dexcitation, quelques coups de langue s égarent sur ma verge. Elle sort ma queue, la suce méthodiquement et la replonge dans le sexe de Carole. De longues minutes, je ramone ce con si délicieux, alternant des mouvements rapides et lents pour mieux contrôler mon plaisir, le corps de Carole caressé de toute part senflamme, elle se crispe, saccroche à moi et dans un long cri sabandonne dans la nature. Les deux femmes me plaquent contre un arbre et entament une fellation, chacune se partageant ma queue. Christ me lèche les couilles, les triturent, les aspirent, pendant que Carole parcoure de sa langue toute sa surface, enfourne le gland, et laspire délicieusement, bientôt jexplose dans sa bouche avec délicatesse elle savoure cette semence, sen va partager avec Christ en lui enfonçant la langue dans la bouche. Nous reprenons nos affaires, en reprenant le chemin, nous croisons un couple dune vingtaine dannées, que se serait il passé, sil était arrivé plus tôt. Nous échafaudons plusieurs hypothèses, en se demandant laquelle serait la plus plausible .

Dans les dunes de la Palud, sur le bord de mer, lérosion a creusé des cavités ouvertes, certaines sont visibles de la plage, dautres se ferment et il nest possible de voir den voir le fond qu à un mètre de leur bord. Un endroit idéal pour être tranquille, à labris des regards, Chris et moi avions décidé dy passer laprès midi au soleil. Notre sujet de conversation : nos expériences sexuelles. A un moment, elle prie une bouteille dun litre de vin blanc au frais dans la glacière, et commence à la rouler sur son corps, mélange de fraîcheur, dérotisme, de provocations. Elle débouche la bouteille, sert un verre à chacun, le boit tranquillement et me dit : ces récits nont mis en appétit, regardes la suite est encore plus intéressante Elle ouvrit en grand ses jambes, avec la bouteille se frotte son sexe, ses yeux se fermèrent de plaisir, et quand cette caresse ne lui suffisait plus, elle enfonce le goulot de la bouteille dans son vagin. Je pouvais voir le vin sagiter dans la bouteille, couler dans la raie de ses fesses, jusquà se vider entièrement, elle ne cesse ce va et vient quune fois la jouissance venue, de longs spasmes et cris. Chris encore excitée, sapproche de moi, je soulève son bassin pour lécher sa chatte dégoulinante de vin. Avec minutie, je nettoie chaque coin souillé par le breuvage, ses lèvres, et jenfonce au maximum ma langue dans son con, mélange de vin et de son liquide. Un doigt, puis deux, puis trois, je pénètre encore plus profond en elle, ses hanches se balancent au rythme du mouvement, ma langue continue à aspirer son clitoris : nouvelle convulsion de son corps. Pose, nous regardions le soleil se coucher, un beau ciel orangé prémice dune autre belle journée demain. Dans la pénombre, elle me questionne sur mes sensations pendant cet acte, à quels moments intenses, si javais été choqué par son attitude : surprise de la voir au vu de tous se comporter ainsi sans la moindre retenue, sans même chercher à se cacher, lintensité maxi lors de lintroduction de la bouteille et lors de la pénétration de mes doigts en elle tout en la léchant. Et à nouveau, lexcitation des mots fait place à la tension des corps, les jambes de Chris se contracte, ses mains parcourent lentement tout son corps, elle reprend la bouteille pour la lècher, le goulot comme si elle tenait entre ses doigts un phallus érigé. Parcourant les alentours de notre abri dun coup dil, une ombre se détachait entre les herbes hautes. Je ne distinguais seulement quune masse sombre, à la lueur des derniers rayons de soleil, puis lombre devient plus proche jusquà laisser apparaître un chien. Attiré certainement par les bruits de Christ, ce labrador sintéressait de près aux gestes sexuels pratiqués devant lui. Sentant les effluves de femme en chaleur, il promène sa truffe sur la peau de Christ, donne de temps à autre un coup de langue. Les jambes très écartées, la belle pousse la tête du chien vers son intimité, sa langue râpeuse explore tous les contours, les plis. Christ succombe à ses caresses et de violentes contractions la secoue, pendant ce temps, le chien très épris, sort son sexe rouge, je me masturbe devant ce spectacle. Après sêtre remise de son orgasme Christ vient goûter à ce nouveau sexe, plus petit que celui dun homme. Allongée sur le dos, le chien au dessus delle, je ne pût me retenir que de la pénétrer, plaçant les jambes autour de mon cou pour le fendre au plus profond. Lanimal ne résiste pas longtemps à lexperte en fellation, et se vidât dans sa bouche. Il recommence à lècher Christ sur ses seins, la position étant propice, je change dorifice et perfore analement les entrailles de ma surprenante compagne jusquà jouir en elle. Maintenant il commence à faire frais, il est temps de partir, et la faim nous gagne. Un restaurant, sur le bord de mer, nous permet de concocter notre prochain contact .

Christ navais parlé sur la plage de son premier emploi chez un médecin comme assistante médicale. La femme de ce médecin, Karine se retrouvait souvent seule délaissée par son mari, un homme mou, avec très peu dimagination et de besoin sexuels. Une idée ne vint, Christ contacta Karine sous prétexte de prendre de ses nouvelles et se fit inviter à passer une fin daprès midi prendre le goûter. Complice, je ninvite à cette visite de courtoisie, voulant mettre à exécution mes envies. Une femme de 35 ans, brune, cheveux longs, taille moyenne, attirante, nous ouvre, Christ me présente comme ami. Au cours du goûter, jépiais chaque mouvement de Karine, essayant de me faire ma propre opinion sur cette femme délaissée. Christ très libre, lui demande si ses relations étaient toujours aussi distantes avec Monsieur , ? Oui répondit elle un peu gênée. Christ s approche delle et lui mit une main dans les cheveux, elle eût un mouvement de recul, elle se rebellait aux caresses féminines, essayons lapproche masculine. Je lui tendis ma tasse, mais au lieu de la laisser partir je mempare de sa main et commence à la couvrir de baisers, là aussi elle se rebellait. Je lui fit par de mon mécontentement et que nous allions informer son homme des propositions, des attouchements quelle venait de nous prodiguer (mensonger bien sur). Elle semporte, puis se ravise, nous demandant qu elles étaient nos intentions ? Va te changer, habille toi dun caraco noir, dune culotte assortie et de chaussures à talons : lui ordonna Christ Elle se dirige vers la chambre et revient 10 minutes plus tard, conforme à nos souhaits. Maintenant installes toi devant la cheminée et danses sur ce slow lui lance Christ.Karine bouge diablement bien, ses seins de taille moyenne, remuent sensuellement, le frottement sur le caraco fait durcir les mamelons. Son déhanchement, balance ses femmes rondes, parfaites dans son slip ample, déjà je bande et Christ trouve le spectacle à son goût. Elle défait ma braguette, et sort mon phallus, le caresse doucement, les yeux de Karine se fixent sur mon membre. Arrêtes de danser, enlèves ton caraco et montres nous comment tu masses tes seins lui indique Christ. Elle me lance un timide regard, et lentement sexécute, fait dun mouvement lent glisser le tissu à ses jambes. Puis elle ferme les yeux, essaye de se concentrer sur son auto stimulation, emprisonne ses seins dans la paume de ses mains et inscrit un mouvement circulaire. Elle mouille un doigt de sa salive, et parcoure l extérieur de ses mamelons, qui se durcissent de plus en plus. Pendant plusieurs minutes, elle se délecte de ses caresses. Puis, je stoppe son geste Viens ici maintenant, très chère Karine pointant le canapé de cuir. Allonges toi sur le haut du dossier, avec grâce elle sy dirige, pose son dos tout entier au contact du cuir. Christ ne peut résister à loffrande de la chair, les jambes écartées au maximum pendent de chaque côté du dossier, sa chatte forme une partie bombée. Christ approche de ses cuisses, promène sa langue sur lintérieur des jambes et remonte jusquau sillon damour, souffle sur clitoris, laspire, le suce comme une queue, il se dresse de plus en plus jusquà devenir aussi gros quun sexe de chat : étonnant. La maîtresse de maison se tord, ses yeux souvrent, se ferment, son souffle, ses cris transpercent le salon, ses jambes se contractent, elle explose dans la bouche de Christ. Je lui tend la main la dirige vers la cheminée, pose chaque paume sur la poutre, écarte ses pieds. Je dépose un baiser dans son cou, descend avec ma langue jusquà ses fesses, menfonce encore et encore, pour atteindre sa raie toute baveuse. Soudain sonnerie du téléphone, Karine en pleine délectation, ne souhaite pas répondre, mais devant linsistance de lappelant, se lève et se dirige dans le coin de la pièce ou est posé le téléphone .

Elle décroche : Karine (K) Allo, oui chéri (cest son mari (M).

M : ou étais tu ?

K : je métais assoupi dans le jardin.

M : je ne rentrerai pas dîner ce soir une urgence .

Christ et moi avons tous les deux la même idée, caressée Karine pendant sa conversation au téléphone. Nous nous approchons delle, posons nos mains sur tout son corps. Forçant ses jambes à souvrir, Christ sagenouille devant sa vulve et commence une aspiration du clitoris digne dune fellation. Karine article ses mots de plus en plus difficilement, son souffle augmente. Son mari raccroche, mon sexe commence à être en reste de voir deux femmes sadonner aux plaisirs des corps. Je conduis Karine jusquà la cheminée, lui pose les mains sur la poutre et je m introduis dans sa chatte à grands coups, dans ses profondeurs. Tout son corps tremble, ses seins rebondissent sur la poutre de la cheminée, ses fesses secouées dans tous les sens, en demandent toujours plus. Elle se cambre de plus en plus pour pouvoir accueillir en elle mon sexe. Pendant de longues minutes, je la pilonne, au final elle pose ses mains à terre, je me retire et change dorifice son anus demande à être satisfait lui aussi. Inexploré jusquà ce jour, jenduis de son jus lextrémité de sa rosace, y enfonce un doigt, alternant ma récolte de cyprine et lubrification de son anus. Je présente mon phallus contre ses fesses, doucement, je gagne centimètres par centimètres, déchirée par cette pénétration, elle se crispe, enfin j explose sans plus de cérémonie dans son anus, présenté avec tant de délicatesse. Je répands ma semence sur son dos. Rompu, elle nous avoue y avoir pris beaucoup de plaisirs, les journées entières à attendre son mari lui pèse. Mais, peut elle devenir une femme sexuellement chaude ? ? . Elle nous supplie de lui donner nos coordonnées, pour pouvoir nous revoir .

A suivre.

CLAUDE darder@aufeminin.com.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


12272
b
Moi aussi !
24 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Vouloir changer lautre... le début de la routine ?

image

Tu dis "les changements viennent percuter vos habitudes ? " Il me semble que c'est bien l'inverse qui se produit. Quand on rencontre quelqu'un, on n'est pas réellement nous-mêmes. On se montre séduisant, tolérant, intelligent, soigné, attentif,...Lire la suite

Quelle conclusion?

image

Bonsoir à tous, il y a quelques temps je me suis rapprochée d'un ami de mon mari par email, il est devenu mon confident. Ensuite j'ai commencé à avoir des fantasmes envers lui, après toute cette communication par mai, je lui ai parlé au...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages