Histoire vécue Sexualité > Fantasmes      (832 témoignages)

Préc.

Suiv.

L'oral du bac

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 2006 lectures | ratingStar_4755_1ratingStar_4755_2ratingStar_4755_3ratingStar_4755_4

Depuis le début de l'après-midi, j'écoute les prestations très mauvaises des élèves au rattrapage du bac. C'est jamais très bon, mais cette année le bac était si simple que ceux qui se trouvent au rattrapage auraient vraiment dû le rater d'entrée de jeu, ce qui m'aurait évité d'entendre autant d'âneries.

Ont défilé devant moi une floppée d'adolescents boutoneux et d'adolescentes qui avaient, malgré leur piètre prestation, une tête de première de la classe.

La dernière élève a passer arrive… enfin… Tout d'un coup, je me réveille ; elle est plutôt pas mal, la bougresse. Un petit chemisier qui n'est pas suffisament épais pour ne pas se rendre compte qu'elle ne porte pas de soutien gorge, une jupe courte qui dévoile un manignifique galbe de cuisse. Si je remonte sur son visage, rien à redire non plus… Elle a ce qu'elles peuvent avoir de mieux à cet âge-là ; de fin cheveux blonds entourant un visage un peu poupin, mais pas trop, une peau lisse et douce, légèrement rosée aux joues, des lèvres pulpeuses dont je souhaiterais qu'elles puissent…

Zut, il faut que je "travaille" ; "bonjour mademoiselle, tirer un sujet au sort, vous avez 15 minutes pour le préparer". Elle s'exécute et va s'assoir à quelques tables de moi. Je dois alors me concentrer à nouveau sur les âneries du candidat que j'ai en face de moi.

Mais mon attention est détournée, je ne peux m'empêcher de la regarder… Elle croise et décroise les jambes, visiblement ennuyée par l'intitulé du sujet. Elle ne peut ignorer mes regards et commence à minauder, en se disant probablement qu'il sera plus simple pour elle de compter sur ma bienveillance que sur ses connaissances.

Elle me fait même un petit sourire…

J'en ai toujours des comme ça dans mes classes, de vraies allumeuses… Que se passerait-il si elles se rendaient compte de la manière dont un homme réagit à cela ? Quel effort il me faut déployer parfois pour ne pas profiter de l'aubaine…

Arrive le moment où elle s'installe en face de moi. Rien à dire sur sa prestation, elle est encore plus mauvaise que celle des autres. Je suis touché par ses efforts pour faire croire qu'elle sait quelque chose tout en continuant à m'aguicher. Penserait-elle qu'elle pourrait mener le jeu ?

Je deviens alors un peu sec et lui dit que sa prestation ne vaut pas plus de 2. Tout d'un coup, elle se décompose, elle se rend compte que l'éblouissement de mes sens ne m'ont pas fait perdre pour autant toute ma tête. Oui, je peux bander tout en me rendant compte que ce qu'elle dit est nul.

Je lui propose alors d'améliorer sa note, lui pose une question et lui demande de me désigner dans le texte le passage qui s'y rapporte. Je rapproche le texte de moi, l'obligeant à se pencher sur la table pour y parvenir. Je vois dans son regard qu'elle comprend où je veux en venir, mais une certaine peur transparaît, elle ne pensait pas qu'elle aurait à en faire plus que le minaudage.

Je lui dis qu'il faut qu'elle me dévoile un peu plus d'arguments, si elle veut que je puisse lui mettre une note un peu meilleure. Après quelques secondes d'hésitation, elle se penche enfin, comme prévu cet exercice laisse apparaître une large ouverture au niveau de son décolté et je peux alors voir ses seins, généreux pour son âge…

Je fixe mon regard sur eux, ma queue ne s'en est qu'un peu plus durcie, décidemment cette fille est très, très bandante. Je lui dis alors " Vous voyez que vous pouviez me dévoiler d'autres arguments. Hum, je les trouve très intéressants".

La gêne la saisit alors et elle remonte le buste, collant à nouveau son dos au dossier de la chaise. Je sens qu'elle a besoin d'un peu plus d'aide et qu'à son âge, je ne peux pas m'attendre à ce qu'elle prenne l'initiative d'être réellement une…

Je me lève donc et vais me placer derrière elle, lui rappelant une nouvelle fois qu'elle doit me dévoiler plus d'arguments si elle veut avoir son bac. Elle ne bouge pas et ne dit rien, je lui demande alors si elle souhaite avoir son bac, et elle me répond "oui".

Je dois dire que je trouve la situation assez jubilatoire, la voici prise à son propre jeu. Toute l'année j'ai subi le minaudage de filles comme elles dans mes classes sans rien pouvoir faire, mais là nous sommes seuls et elle a intérêt à aller jusqu'au bout si elle veut l'avoir son bac. J'écarte alors son chemisier en lui disant qu'elle possède des arguments qui pourrait tout à fait lui permettre de réussir. Elle ne me répond pas, je plonge alors ma main et lui carresse doucement un sein, en le prenant entièrement dans ma main. Je sais qu'il faut que j'y aille doucement, elle peut à tout moment refuser d'aller plus loin.

Je m'assois devant elle sur le bureau et lui dégraffe les boutons, j'écarte le fin tissu et me régale de la vue de ses seins lourds mais fermes, doux mais tendus. "Votre note s'élève de minutes en minutes". Je tripote alors ses mamelons qui commencent à durcir. Je descend du bureau et m'accroupit devant elle, en prenant un mamelon durci dans ma bouche. Elle a alors un petit gémissement exprimant son plaisir et sa surprise. Je remonte ma main de son sein vers son coup, puis lui met un doigt dans la bouche qu'elle commence à sucer goulument. Je souris en pensant qu'elle a accepté "le deal". Mon regard la gène et elle retire le doigt de sa bouche, j'y enfonce alors ma langue tout en lu massant les seins.

"Tu m'en montres un peu plus, j'ai besoin de voir que tu prends des initiatives", je l'ai vouvoyé pour voir ses seins, mais s'il s'agit de voir son petit cul, je me dis que l'intimité du tutoiement s'impose. Je la prend par la main et la fait assoir sur la table, je prend, quant à moi sa place. Je lui écarte les jambes en lui carressant les cuisses, sans remonter trop haut. Puis je m'installe, les bras croisés face à elle. Elle soulève alors sa petite jupe, dévoilant une petite culotte transparente derrière laquelle on devine une touffe de poils blonds. ("Une vraie blonde").

"C'est un peu insuffisant" C'est à ce moment-là qu'elle prend l'initiative de poser les pieds sur la table où elle est assise et d'écarter d'une main sa culotte, ouvrant à ma vue l'intégralité de sa chatte. "Hum… quelle bonne initiative"

Doucement, avec la paume de la main retournée vers le haut, je lui caresse avec deux doigts ses lèvres, je fixe alors mes doigts sur son clitoris et le masse doucement. Très vite celui-ci gonfle sous mes doigts. En introduisant un doigt dans sa chatte, je me rends compte alors qu'elle est toute mouillée. "Ca t'exite hein ! "

Je retire sa culotte, enlève sa jupe et son chemisier et la fait se coucher nue sur le bureau, jambes écartées. Je mets ma tête entre ses cuisses et lui lèche le clitoris, avec mes deux mains j'écarte ses lèvres et je vois sa mouille de répendre jusqu'à son trop du cul. Elle gémit de plaisir pendant que je la doigte.

"Tu sais que tu m'as exité toi aussi" J'ai terriblement envie de sentir le contact de ses lèvres (celles de sa bouche, dans un premier temps) autour de mon sexe qui commence à devenir douloureux. J'ouvre ma braguette, sors ma queue et lui met la main autour, elle commence à la masser doucement, pendant que j'ai toujours deux doigts qui vont et viennent dans sa chatte. Je la fais alors glisser d'un quart de cercle sur le bureau, afin de pouvoir introduire ma queue dans sa bouche, tout en pouvant continuer à la doigter.

Elle commence à lècher mon gland que je découvre. "Prends-là complètement dans ta bouche", elle s'exécute et je ne peux réprimer un soupir, tant mon plaisir est grand à la voir ainsi, couchée, entièrement nue sur le bureau, les jambes écartées, mes doigts dans sa chatte, la colonne vertébale cambrée sous l'effet du plaisir en train de sucer ma queue alors que je suis resté entièrement habillé. Elle a l'air de s'y connaître la… elle se sert de sa langue et comprime à chaque mouvement ma queue entre sa langue et son palais… C'est délicieux… Trop… Je ne vais tout de même pas éjaculer tout de suite…

Je sors la queue de sa bouche et enlève mon pantalon, ce qui me permet d'être plus à l'aise et de laisser retomber un peu (très peu) mon exitation. Je retourne alors loger ma tête entre ses jambes et lèche sa chatte en introduisant ma langue à l'intérieur, j'entends ses gémissements, je sens une main dans mes cheveux. Sa mouille a un goût délicieux, mais elle en produit tant qu'il s'en perd dans la raie de ses fesses. Je les écarte alors et lèche son trou du cul, je remonte un peu la tête et vois dans ses yeux la surprise et le plaisir. Je ris en moi-même en me disant qu'il est toujours intéressant pour un pédagogue d'apprendre des choses nouvelles…

Je lui demande si un garçon l'avait déjà lécher et elle me répond que non, pas là. Je lui enfonce alors un doigt dans son petit orifice, elle se contracte et me dit non.

Je lui mets alors dans la chatte, tout en continuant de lui lècher le trop du cul, là, elle ne dit pas non…

Mon sexe recommence à me lancer, je remonte alors et le place devant sa chatte, je lui caresse d'abord le clitoris avec, puis l'introduit complétement dans sa chatte dégoulinante. Nous connaissons alors le même soulagement qui nous fait gémir, puis je commence à aller et venir en lui tenant les jambes afin de bien les écarter.

Son sexe aspire le mien que je vois ressortir tout luisant. C'est si bon que je pourrais éjaculer tout de suite, je lui dit que c'est bon, que sa chatte est bonne, je lui demande si elle aime ça, elle ne peut me répondre tout de suite car ses gémissements se sont accentués.

Je ressors d'elle et la couche de l'autre côté sur le bureau, j'écarte à nouveau ses jambes et m'introduit dans sa chatte en lui caressant le trou du cul. Je sens autour de mon sexe les contractions de son vagin, cette fille est vraiment trop bonne. Je la sens au bord de l'explosion, moi aussi.

J'arrête à nouveau et me penche sur son cul, je lui lèche le petit orifice et enfin je le sens qui se dilate un peu. J'ai envie de l… j'ai envie qu'elle me donne tous ses trous, j'ai envie qu'elle jouisse avec ma queue dans son cul.

Doucement j'introduis un doigt, il entre assez facilement et elle ne me dit pas non, j'en introduis alors un deuxième et me rend compte que son anus est alors assez dilaté pour acceuillir ma queue.

Je me relève, je lui écarte les fesses et je m'enfonce doucement dans son cul. C'est encore un peu petit et je l'entends gémir de douleur. Je lui rappelle alors qu'il faut qu'elle soit gentille avec moi, que ça va être bon, qu'il faut qu'elle me laisse faire. Elle tourne la tête et grimace légèrement, ça ne m'en exite que plus, mais je continue à m'introduire tout doucement. Elle me dit "non", je lui dis "chut" et glisse encore un peu plus. Lorsque tout mon sexe se trouve dans son cul je m'arrête quelques instants, je passe ma main sur ses seins et lui titille les mamelons, je recommence à lui carresser le clitoris et à mesure que ses gémissements reprennent je sens son anus se dilater, libérant un peu mon sexe de son étreinte, je peux alors commencé à aller et venir en elle.

Je lui remonte la tête en la prenant par les cheveux, elle se cambre sous l'effet de mes allers et retours, je la sens totalement abandonnée… Je retire mon sexe pour vérifier l'effet qu'il a eu sur sa dilatation et je vois son trou ouvert qui est un véritable appel. Je m'introduis à nouveau et la lime avec violence, elle crie de plaisir, son orgasme monte en même temps que le mien. Je me retiens jusqu'à ce que ses cris soient à leur paroxysme, à ce moment-là je glisse rapidement mon sexe dans sa chatte et je sens ses contractions qui me happe, j'arrête de me retenir et éjacule dans sa chatte avec un violent plaisir.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


4755
b
Moi aussi !
4 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Vouloir changer lautre... le début de la routine ?

image

Tu dis "les changements viennent percuter vos habitudes ? " Il me semble que c'est bien l'inverse qui se produit. Quand on rencontre quelqu'un, on n'est pas réellement nous-mêmes. On se montre séduisant, tolérant, intelligent, soigné, attentif,...Lire la suite

Quelle conclusion?

image

Bonsoir à tous, il y a quelques temps je me suis rapprochée d'un ami de mon mari par email, il est devenu mon confident. Ensuite j'ai commencé à avoir des fantasmes envers lui, après toute cette communication par mai, je lui ai parlé au...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages