Histoire vécue Sexualité > Fellation      (1074 témoignages)

Préc.

Suiv.

fellations par chantage amoureux (peut choquer)

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 4511 lectures | ratingStar_4672_1ratingStar_4672_2ratingStar_4672_3ratingStar_4672_4

Bruno voyait les images de la télé sans vraiment les regarder. Il ne faisait pas trop attention à la série TV qui se jouait sur l'écran, le genre de séries médiocres diffusées l'après-midi vers 15-16 heures sur les chaînes hertziennes. Mais pendant l'été, en pleine châleur et pendant les vacances, il n'y avait pas grand chose à faire…

Assise à ses côtés sur le canapés du petit appartement, CYNTHIA, sa copine. 19 ans, brune, cheveux mi-longs, environ 1m70, pas mal roulée. Joli visage, maquillage un peu pouf' mais mignonne. Et belle poitrine.

Bruno avait largué Cynthia il y a trois semaines. Le temps pour Bruno d'aller satisfaire ses envie de mâle en couchant avec deux ou trois filles d'un soir, et le emps pour Cynthia de pleurer sur son AMOUR perdu, et son attentude PAS GENTILLE.

Et puis Bruno avait lancé quelques signes difficilement distinctifs mais que Cynthia avait distingué, pour qu'elle revienne vers lui. Et il l'avait "reprise", à la joie de Cynthia, et à sa crainte que l'humeur de Bruno ne change à nouveau.

Dans le salon avec Bruno et Cynthia, deux copains de Bruno : Adrien et Mehdi. Avachis dans l'autre petit canapé qui fait angle. Quasi inséparable de Bruno, surtout pendant l'été. Et en train de regarder la télé avec un air proche du bovin, en vidant la bouteille de coca tour à tour. Cynthia aurait préféré un moment d'intimité avec Bruno, mais c'était quasi-impossible, sauf quand celui-ci voulait faire l'amour. Cynthia était un peu frustré de ces situations quotidiennes, mais elle préférait ça à être sans lui. Il n'était pas très gentil avec elle, c'était indéniable. On le lui avait fait remarqué et elle le savait. Mais elle l'aimait. Sans trop savoir pourquoi, mais elle le trouvait beau et son charisme lui plaisait beaucoup. Et puis, c'était rare mais il lui arrivait d'être si gentil parfois…

Les heures passaient, les séries TV aussi. Silence, rien à se dire, avachis dans les canapés. Tristesse du spectacle.

Cynthia, qui jusque là était restée collée à Bruno mais sans vraiment le toucher, décida de se rapprocher et de poser sa tête sur son épaule. Acte intime mais banal dans un couple. Mais que Cynthia osait pourtant peu faire en général avec Bruno en présence de ses copains. Cette fois, Bruno la laissa faire.

Bruno resta un moment immobile, puis tourna la tête vers les cheveux de Cynthia. Il sentit son odeur, odeur douce de cheveux propres. A ce moment, ça lui plut. Bruno aimait le côté propre et soigné de Cynthia, son côté fille coquette. Et sur le coup, cette simple odeur l'excita. La main de Bruno vint se poser sur le sein gauche de Cynthia, fermement. Cynthia sursauta presque, étonnée que Bruno fasse ça alors que ses copains étaient en face. Elle fut génée mais se laissa faire. Puis Bruno se mit à pétrir la poitrine dans des gestes vastes et fermes. La gêne et l'étonnement de Cynthia grandirent. En la regardant, Bruno saisit son menton de l'autre main, tourna sa tête vers elle et approcha ses lèvres. Il l'embrassa. Ou plutôt, lui roula une ENORME pelle, en lui pétrissant les seins de plus belle.

Avec le mouvement, l'attention des copains fut attirée, et ils regardèrent ce spectacle inhabituel, interloqués. La langue de Cynthia essayait de suivre le rythme imposé par celle de Bruno. Il l'embrassait et la caressait fougueusement, comme pendant une étreinte sexuelle. Ce n'était pas romantique, c'était très sexuel.

Puis Bruno cessa brusquement son étreinte, et éloigna son visage de celui de Cynthia. Ils se regardèrent, elle était essoufflée. En la voyant il se mit à rigoler, gentiment, et du coup elle sourit, gênée et toujours interloquée.

Les copains sourirent aussi un peu, surpris, et firent mine de ramener leur attention sur la télé.

Un moment passa.

Puis Bruno regarda Cynthia, toujours un peu rouge. Bruno la travait mignonne, non, bonne. Dès qu'il la regardait, une partie de son corps quelconque, il y pensait et l'envisageait dans des situations sexuelles. Sa bouche à pipes, son joli nez sur lequel il avait déjà éjaculé, sa poitrine, ses fesses charnues… Il la trouvait bonne, mais… Oui,… Mais après tout, Bruno trouvait à peu près toutes les femmes… sauf peut-être celles de sa famille. Et ça l'arrangeait. Cela lui permettait de ne les envisager que dans des scénarios de soumission, soit sexuelle soit plus quotidiennes. De les traiter avec supériorité, et de les jetter quand il n'en avait plus envie. Il ne cherchait pas de femme plus intelligente, non. Cela lui convenait tout à fait de passer de fille à fille, bonne et… selon son point de vue de préférrence, de coucher avec et de passer à une autre. Et le pire ? Le pire c'est qu'elles lui couraient après. Avant qu'il sorte avec, et surtout après qu'ils les ait larguées. Eh oui, en les traitant comme des chiennes, elles revenaient en remuant la queue. Alors pourquoi changer d'attitude ? Il n'en voyait aucune raison. C'était un beau-gosse, il plaisait aux filles depuis sa pré-adolescence, il en profitait et ne se posait pas de questions.

Bruno regarda sa meuf, puis regarda Medhi, qui lui aussi regardait sa meuf puis qui détourna le regard. Bruno sourit, puis un vieux fantasme un peu sadique et voyeur lui revint à l'esprit. Il décida d'en parler aux intéressés :

Bruno (à voix haute).

Cynthia, j'aimerais bien que tu suces Medhi et Mickey, devant moi.

Cynthia tourna la tête, ahurie. Les deux copains regardèrent le couple, eux aussi très étonnés.

Cynthia.

Quoi ?!

Bruno.

Ca me ferait kiffer de te voir sucer un autre mec. Bébé, franchement c'est trop un fantasme.

Cynthia (un temps).

Eh mais ça va pas, t'es malade ? Pourquoi tu dis ça ?

Bruno.

C'est un fantasme ! Regarde ils te trouvent trop bonne, ça se voit. Ca les ferait kiffer, et moi aussi, grave.

(aux copains).

Eh les gars ça vous plairait ? Je sais que vous la trouvez trop belle Cynthia…

Les copains sont interloqués, puis Medhi sourit, avec un air gai et timide.

Medhi.

Euh ouais c'est clair… Elle est belle Cynthia.

Bruno.

Allez bébé. Tu vas kiffer toi aussi. Fais ça pour moi ok ? T'aimes bien sucer, tu fais ça trop bien…

Cynthia (très génée).

Bruno t'es fou. J'ai pas envie de te tromper !

Bruno.

Tu me trompes pas, tu fais ce que je te demande. Au contraire, c'est une preuve d'amour. Moi je prends comme ça, si tu fais… est que tu me kiffes à mort. Moi c'est comme ça que je le prends.

Bruno se fait mielleux et caresse la joue de Cynthia. Puis il sourit, fait mine d'être amusé par tout ça.

Bruno.

Allez bébé on va kiffer ! Franchement moi ça va trop m'exciter, et mes potes ça va trop leur plaire. Pense à moi, pense comment tu me kiffes c'est tout.

Cynthia hésite, très troublée. Puis elle regarde les deux copains, visiblement très excités. Pour être clair, elle les trouvait laids, ou très très moyens, contrairement à Bruno qui était beau comme… L'idée de sucer ces deux larves la dégouta presque sur le coup.

Cynthia.

Non franchement je peux pas. J'ai envie de te faire plaisir, mais j'aurai l'impression.

Bruno.

Allez… Cynthia là tu gâches tout ! Si on en parle trois heures c'est plus spontané, c'est naze !

Un temps.

Bruno.

Fais pas ton bébé, il y a plein de meufs qui font ça, l'échangisme,… est rien à côté. (Un temps, doucement) Allez bébé…

Cynthia hésitait. Le tumulte des sentiments dans sa têtes lui dictait plein de choix contraires : obéir et faire ce que son amour lui demandait, partir en claquant la porte pour son respect bafoué…

Finalement, Cynthia décida de jouer le jeu. La moue de mécontentement de Bruno lui faisait trop mal au coeur, de part les conséquences qu'elle risquait d'entraîner - une nouvelle rupture. Cynthia se força à faire mine de prendre ça avec émoustillement.

Cynthia.

Ok mon amour… Si tu le veux vraiment, je fais ça pour toi. Parce que je t'aime.

Bruno s'immobilisa un instant. La regardant dans les yeux. Puis il sourit, d'un sourire charmeur dont il avait le secret, qui illuminait son visage et qui faisait craquer les filles, il le savait. Il l'embrassa.

Bruno (un temps).

Merci ma puce, je te kiffe trop.

Cynthia (doucement).

Tu m'aimes ?

Bruno hocha légèrement la tête.

Cynthia.

Dis-le. S'il te plait…

Bruno (doucement).

Je t'aime.

Cynthia sourit. Ils se regardèrent un moment, puis Bruno tourna le regard vers ses potes. Il regarda Cynthia puis fit mine d'attendre. Cynthia sentit qu'il fallait y aller, elle se leva.

Bruno (visage changé, devenu sérieux).

Commence par medhi !

Cynthia, debout, regarda medhi, assis sur le canapé et visiblement excité. La vue de ce mec de 20 ans, un peu gros et avachi, la dégouta un peu. Mais elle avança quand même dans sa direction et alla s'assoir à ses côtés, entre Mickaël et lui.

Cynthia le regarda, medhi lui sourit, tout excité et gêné.

Bruno.

Vas-y ma puce, occupe-toi de lui ! Montre nous comment tu suces.

Cynthia déglutit, puis passa sa main sur la bosse de Medhi qui pointait derrière son survêtement. Medhi expira une goulée d'air, et déglutit à son tour.

Cynthia (en désignant le survêtement).

Tu l'enlèves ?

Medhi, surpris tout d'abord, s'exécuta vivement. Medhi se leva, baissa le suvet' jusqu'à ses chevilles, retenu par les baskets, et se rassit. Il s'aperçut qu'il avait gardé son caleçon, et le baissa un peu, libérant sa queue droite comme un piquet. Cynthia ne perdit pas de temps, la saisit dans sa main et plongea directement tête dessus sans avoir pris la peine de bien décalotter le gland - peut-être pour ne pas être confrontée visuellement à une hygiène qui, c'est une possibilité, pourrait être douteuse. Cynthia suce. Elle active sa bouche sur la queue de medhi, sans prendre vraiment de soin. Medhi halète. Cynthia effectue sa besogne, sans réellement s'appliquer, ce qui n'échappe pas à Bruno.

Bruno.

Allez applique-toi Cyn va pas trop vite, montre à Medhi comment tu suces trop bien.

Cynthia, presque les larmes aux yeux, relève son visage et plonge son regard dans celui de Medhi. Celui-ci halète encore plus, surexcité par la situation. A côté, Mickaël regarde la scène et a sorti son sexe pour se masturber. Bruno a fait de même. La scène fait tourner la tête de Cynthia, c'est surréaliste. Mais elle continue, et s'applique d'avantage. Le gland de Medhi est maintenant bien découvert, Cynthia passe sa langue dessus, l'enroule en sortant sa langue au maximum. Puis elle le branle dans sa bouche, elle aspire fort. Elle pompe véritablement, pressée que l'orgasme arrive pour la délivrer de cette situation.

Bruno.

Moins vite bébé, on voit rien c'est nul !

Cynthia ralentit. Elle aspire plus doucement le gland et le tête. Medhi halète. Il regarde Bruno, et les deux rigolent ensemble pendant que Cynthia suce sérieusement. Puis Medhi redevient sérieux, regarde la tête bouger. Il tend une main, il hésite. Puis caresse les cheveux de Cynthia. Contrairement à ce qu'elle aurait pu penser, la calme, et la détend un peu. Elle se sent moins chienne, et le calme amène une légère excitation inattendue. Légère toutefois.

Cynthia continue de sucer, d'aspirer la queue du pote de son chéri. Celui-ci regarde la scène avec un air sérieux et lubrique. En jetant de rapides coups d'oeil complices à Mickaël.

Bruno.

Eh Medhi, tu vas cracher ou quoi ?

En effet, Medhi respire de plus en plus vite et fort, et la jouissance semble proche.

Medhi.

Ouais je sens que ça vient ça vien Cynthia !

Bruno.

Vas-y chérie avale, en fous pas partout !

Cynthia, n'ayant presque pas le choix, obéit à nouveau. Quand les saccades de sperme viennent éclabousser l'intérieur de sa bouche, Cynthia avale le plus vite possible. En fronçant les sourcils car écoeurée par ce sperme d'un homme qu'elle n'aime pas. Mais qu'elle avale quand même.

Elle relève la tête. Il en reste sur la queue, mais elle ne finit pas. Elle n'est pas devenue folle au point de faire ça spontanément. Elle cherche quelque chose pour lui faire passer le goût, et attrape la bouteille de coca de laquelle elle boit plusieurs gorgées. Medhi est en abasourdi et incrédule par ce qu'il vient de vivre.

Bruno.

Wah, c'était génial ! A Mickey maintenant, occupe toi de lui.

Mickaël lui fait signe de venir à genoux entre ses jambes. Cynthia obéit, vient se place dans l'axe visuel de la télé.

Il ouvre sa braguette, et tend son phallus à Cynthia.

Mickaël.

Quand tu veux.

Cynthia s'exécute à nouveau. Plus qu'un.

Elle gobe le sexe de Mickaël, et commence le va et vient de ses lèvres sur son gland.

Mickaël.

Hum, regarde-moi. C'est trop bon.

Mickaël saisit la bouteille de coca, et en buva deux gorgées en se faisant sucer.

Bruno.

T'es fou de boire ça, ça doit être plein de sperme !

Les trois mecs rirent soudain aux éclats !

Mickaël caresse les cheveux de Cynthia légèrement au debut, puis lui aggripe carrément la tête. Il indique à Cynthia le ryhtme à suivre, la cadence de fellation. Cynthia se contente donc de suivre le rythme, en suçant et en attendant que la jouissance vienne à nouveau la délivrer.

Et elle arriva vite.

Mickaël (doucement).

Ouais ça vient…

Mickaël, moins gentleman que medhi, accéléra le mouvement de la tête de Cynthia et força son étreinte, ne lui laissant aucun loisir de s'enlever. Il appuya un peu sur la tête pour l'enfoncer, et éjacula à la limite de la gorge, ce qui faillit donner un haut le coeur à Cynthia. A nouveau, elle avala ce qui arriva, ajoutant le goût de ce sperme à celui de Medhi et au coca.

Mickaël lâcha la chevelure, Cynthia remonta. Mickaël lui sourit, mais Cynthia ne sourit pas. Elle but à nouveau du coca. Regarda Bruno, qui souriait.

Elle alla à ses côtés, plongea sa tête dans son cou. Il rit un peu, en voyant qu'elle pleurait quelques larmes.

Bruno.

Mais c'était bien bébé, j'ai adoré. C'était génial !

Cynthia ne répondit pas.

Les quatre jeunes finirent de passer l'après-midi ensemble, sans en reparler. Cynthia rentra chez elle le soir, après avoir embrassé son amoureux.

Cinq jours plus tard, Bruno quitta à nouveau Cynthia. Ils ne se remirent pas ensemble.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


4672
b
Moi aussi !
35 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Ma meilleure amie me ment-elle ?

image

Je la connais depuis le lycée, c'est à dire environ 8 ans. Nous sommes devenues amies petit à petit et lorsque le lycée fut fini et que nous avons chacune pris notre chemin, nous sommes restées liées. Elle connait des choses de mon intimité...Lire la suite

Beauté slave et n'importe quoi ...

image

Ce que je n'ai pas dit… Primo, je n'ai pas dit que tu étais vieux, tu as lu trop vite… Secundo, j'ai sans doute dit que tu étais crétin, inintéressant, éjaculateur précoce, bande mou, etc. Mais je me sens chez moi ici, et je le répète,...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages