Histoire vécue Sexualité > Fellation      (1074 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le journal libération et la pédophilie.

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 467 lectures | ratingStar_523002_1ratingStar_523002_2ratingStar_523002_3ratingStar_523002_4
Gauche caviar et pédophilie. (Avertissement : certains passages tirés du journal Libération peuvent heurter la sensibilité du lecteurnormalement constitué ! ). Un texte publié par les Jeunes Catholiques Nantais le 1er décembre dernier et traitant de la philosophie sexuelle qui règne, semble-t-il, au sein dune certaine gauche … En France, s'il y a bien un journal de gauche (même dextrême-gauche) c'est bien Libération. Comme de nombreuses publications, les lecteurs se font de plus en plus rares et des pertes financières sannoncent. Heureusement, les camarades rouges se serrent les coudes (ou plutôt les poings) et tentent de sauver leur journal ; mais il faut bien faire le point des années passées. Cependant, dans ce bilan, un sujet qui tenait à cur Libération a été écarté : la PEDOPHILIE. Petit rappel historique : mai 68 et ses soixante-huitards attardés vont bousculer lordre moral de la société et, surtout, apporter une libération sexuelle. Libération ne sera pas laissé sur le côté, bien au contraire, vu que le journal sera le porte-voix de mouvements tels que le Front de Libération des pédophiles ! Non, vous ne rêvez pas ! Voici donc ce que nous pouvions lire en mai 1977 et le 01/03/1979 dans Libération : Naissance du front de libération des pédophiles Un nouveau groupe vient de naître : le FLIP (Front de libération des Pédophiles) dont vous pourrez lire ci-dessous la plate-forme constitutive. Qui sont-ils ? Pour lessentiel, des lecteurs de Libération qui à la suite dune lettre ouverte aux pédophiles dans notre édition du 9/2/77 nous firent parvenir un courrier abondant - nous en rapportions quelques-unes dans une double page le 24 mars 77 intitulée : Relations Adultes-Enfants. Le deux avril dernier se tenait à Jussieu une première réunion regroupant une trentaine de personnes. Simple prise de contact. Sans doute, peut-on regretter que lessentiel des préoccupations ait été dordre judiciaire. Il ne fut en effet question que de répression, de défense et de poursuite des pédophiles. Sans méconnaître ces dures réalités, un tel groupe a tout à gagner s'il élargit son champ de réflexions. Le FLIP (Front de libération des Pédophiles) est né. [Quelques objectifs essentiels sont cités] La tyrannie bourgeoise fait de lamoureux des enfants un monstre de légende qui croque les chaumières. Nous casserons ensemble monstres et chaumières. Dans ses éditions des 7 et 8/05/1977 et 10/04/1979, Libération définit la pédophilie comme une culture qui cherche à briser la tyrannie bourgeoise qui fait de lamoureux des enfants un monstre de légende. Faut oser ! Mais là où la réalité dépasse la fiction, c'est lorsque Libération publie pendant 2 jours une interview de Jacques Dugué (violeur denfants) en le félicitant pour sa franchise quant à la sodomie . En voici un extrait : Pourquoi un homme naurait-il pas le droit daimer un enfant ? , interroge Dugué. Un enfant qui aime un adulte, sait très bien qu'il ne peut pas encore donner, aussi, il comprend et il accepte très bien de recevoir. Cest un acte damour. Cest une de ses façons daimer et de le prouver. Ce fut le comportement avec moi des quelques garçons que j'ai sodomisés. Et puis disons les choses comme elles se passent. Il aime ressentir dans son corps, le membre viril de celui qu'il aime, d'être uni à lui, par la chair. Cela donne de grandes satisfactions. Il a aussi la satisfaction d'être agréable à celui qui le sodomise qui jouit en lui. Cela lui procure aussi une grande joie, car aimer c'est aussi bien donner que recevoir. Cela peut-être dur à admettre pour des profanes, mais c'est la réalité ; dans un quotidien daudience nationale… (Libération des 25 et 26/01/1979). Mais Libération se surpassera dans son édition du 01/03/1977 où il sera publié une illustration représentant une fellation réalisée par une petite fille portant le titre : apprenons lamour à nos enfants . Le 20 juin 1981, Libération publie : Je faisais un cunnilingus à une amie. Sa fille, âgée de cinq ans, paraissait dormir dans son petit lit mitoyen. Quand j'ai eu fini, la petite s'est placée sur le dos en écartant les cuisses et, très sérieusement, me dit "à mon tour, maintenant". Elle était adorable. Nos rapports se sont poursuivis pendant trois ans . Mais c'est du passé, nous direz-vous ! Oublions cela ! Pardonnons et comprenons ! Dès lors, voici ce que Libération publie le 01/03/2001 (5 ans après laffaire Dutroux) , une apologie de léducation pédophile en guise de pétition de soutien au chef du groupe des Verts (écolo) au Parlement européen, Daniel Cohn-Bendit : Nous sommes les enfants de la révolution sexuelle. Nous avons aujourd'hui des enfants, ou nous espérons en avoir, ou nous en côtoyons et nous disons merci à la génération de nos parents. Nous entendons les médias clouer Cohn-Bendit au pilori en laccusant de pédophile. Nous entendons ce qu'il dit, nous entendons ce qu'il décrit et dans ses mots nombre dentre nous ont l'impression dentendre et de revoir leurs propres parents. Sommes-nous des enfants de pédophiles ? Nombre dentre nous ont eu des parents qui se sont promenés nus devant eux, sans doute nous ont-ils laissés toucher leurs seins, leur sexe. Ils ont été heureux quand nous sommes tombés amoureux à la maternelle, quand nous avons embrassé dautres enfants sur la bouche. Ils nous ont laissés jouer à touche-pipi. Que dit Cohn-Bendit ? A-t-il évoqué le désir qu'il aurait pu éprouver pour des enfants ? A-t-il eu lintention de les pénétrer ? Leur a-t-il demandé des fellations ? Non. Ce qu'il raconte, c'est ce que nous ont laissés vivre nos parents -ou que nous aurions aimé que nos parents nous laissent vivre - et c'est ce que nous voulons vivre avec nos enfants. Des enfants qui ont une vie sexuelle - qui lignore encore aujourd'hui ? - qui éprouvent des désirs, qui ont des questions, des séductions. Bref, non pas des enfants objets pour les adultes, mais bien des enfants sujets dans toutes leurs dimensions, y compris celles qui excitent tant les esprits. Les années 70 ont fait des enfants - de nous - des sujets. La révolution sexuelle - y compris dans le domaine de lenfance - nous a d'abord appris que notre corps nous appartenait. Que nous avions le droit den faire ce que nous voulions, avec qui nous voulions. Que, parce que devenus sujets, nous avions le droit de dire non à ceux qui désiraient faire autre chose de notre corps et de nos désirs que ce que nous, nous voulions … Revenons-y, à ce chef des Verts, Cohn-Bendit ! Voici ce qu'il écrivait en 1975 dans son ouvrage Le Grand Bazar, révélé par l'hebdomadaire britannique The Observer, et par National Hebdo. : Mon flirt permanent avec les enfants prit bientôt un tour érotique. Je pouvais parfaitement sentir comme les petites filles de cinq ans avaient appris à mexciter… il m'est arrivé que plusieurs fois des enfants mont ouvert la brayette et ont commencé à me caresser. Selon les circonstances, j'ai réagi de façons diverses. Quand ils le voulaient, je les ai caressés alors on ma accusé de perversion. Daniel Cohn-Bendit, député européen des Verts (écolo) et co-président de ce parti. Voici une gauche qui a quitté sa révolution sociale pour tomber dans la révolution sexuelle ! Jean Jaurès doit se retourner (une fois de plus) dans sa tombe ! Après le mariage des homos, ladoption denfant (s) par ceux-ci, que pourrions-nous craindre de plus ? Une loi autorisant la pédophilie ? Libérer Dutroux, en sexcusant, en lindemnisant ? Source : Jeunes Catholiques Nantais. Rappelons au passage ce quavait déclaré jack Lang : "La sexualité puérile est encore un continent interdit, aux découvreurs du XXIe siècle d'en aborder les rivages." (Journal Gay Pied, 31 Janvier 1991).
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


523002
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Ma meilleure amie me ment-elle ?

image

Je la connais depuis le lycée, c'est à dire environ 8 ans. Nous sommes devenues amies petit à petit et lorsque le lycée fut fini et que nous avons chacune pris notre chemin, nous sommes restées liées. Elle connait des choses de mon intimité...Lire la suite

Beauté slave et n'importe quoi ...

image

Ce que je n'ai pas dit… Primo, je n'ai pas dit que tu étais vieux, tu as lu trop vite… Secundo, j'ai sans doute dit que tu étais crétin, inintéressant, éjaculateur précoce, bande mou, etc. Mais je me sens chez moi ici, et je le répète,...Lire la suite