Histoire vécue Sexualité > MST      (60 témoignages)

Préc.

Suiv.

C'est quoi un plan cul ?

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 315 lectures | ratingStar_261058_1ratingStar_261058_2ratingStar_261058_3ratingStar_261058_4
Pour vous, je vais ressortir un vieux truc du placard. J'avais 20 ans. Je vivais une histoire "d'amour" très bizarre avec un homme qui m'expliquait que l'amour et le sexe était deux choses différentes qu'il ne fallait pas mélanger. Et il savait très bien avoir des relations sexuelles multiples (quand il était dans sa phase "cul" …) sans "être amoureux" , mais lui c'était un "Maître" (mettez de l'ironie ou pas dans le mot…) , donc, s'était peut-être "normal" … Donc, pour être "en cohérence" (déjà à 20 ans j'avais cette recherche ! ) j'ai participé à une "rencontre sexuelle multiple" (lol : communément appelée "partouze" à l'époque…). C'était une époque bénie, où les gens vivaient leur sexualité nouvellement épanouie sans se prendre la tête et ou les relations étaient "saines" et respectueuses (vue de mon point de vue) , et surtout exemptes du spectre du sida… J'ai donc passé une après-midis midi "sportive" avec des hommes et femmes que je ne connaissais pas et que je n'ai jamais revus. Avec mon compagnon "séparatiste" aussi… Que dire de cette expérience ? La chose ne m'a pas traumatisée, j'étais dans une phase d'expérimentation clairement désirée. Cela ne m'a pas amusée non plus, cela me m'a strictement rien apporté, je n'ai pas eu d'orgasme. J'étais jeune et je faisais une "expérience" , j'étais là de mon plein gré mais je n'étais peut-être pas dans un trip purement sexuel de recherche de plaisir, je n'avais peut-être pas la "maturité sexuelle" qui m'aurait permis de trouver du plaisir dans ces échanges, je ne sais… Le plus étrange, c'est que j'ai complètement ignoré mon "ami" de l'époque (ben oui, j'étais pas là pour lui ! ) et que me voir coucher avec d'autres sans soucis apparent l'a pas mal secoué (sans qu'il ne l'avoue d'ailleurs). Pas dans son amour pour moi, juste dans son amour pour lui-même ! Donc, j'en ai conclu que oui, je peux "baiser" sans aimer, et que non, cela ne m'intéressait pas. Pour que mon corps s'implique intimement dans la chose, il fallait une autre motivation, un autre partage (ou illusion de partage ? ). Parallèlement, j'en ai conclu aussi que les beaux discours ne tenaient pas toujours au pied du mur… et cela m'a certainement aidée à avoir un recul sur ce qu'on me servait comme "enseignement" et la faculté qu'avaient ceux qui parlaient d'être en accord avec leur capacité à agir. (Donc, ça m'a apporté quelque chose par ricochet, finalement ! ). Il m'est arrivé par la suite d'avoir des relations sans être amoureuse, mais je ne mettrais pas la qualification "plan cul" (je n'aime vraiment pas cette expression ! ) dessus, parce qu'il y avait une connivence, un jeu, un respect, même si on savait l'un et l'autre que ça n'irait jamais plus loin, que nos vies étaient ailleurs. Je n'ai réduit "l'autre" à ses attributs virils !! Pour moi, je n'imagine le "plan cul" que comme hygiénique (j'ai faim, il faut que je mange) et j'ai la chance d'avoir une libido qui n'exige pas cet exutoire. Autre réflexion au passage : Je pense qu'il ne faut pas perdre de vue que l'acte sexuel ne peut pas être vécu de la même façon par un homme et une femme, de part nos particularités physiques différentes, à savoir selon qu'on est "celui qui pénètre" ou "celle/celui qui est pénétré" . C'est toujours moins impliquant de "mettre" que de se "faire mettre" (sans connotation vulgaire).
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


261058
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Douleur chronique cordon spermatique

image

Bonjour, Depuis quelques année j'ai une douleur constante près du testicule gauche suite à une chute en vélo (cadre du vélo en plein bijoux de famille). Pendant une bonne semaine j'ai eu une douleur aigue et difficulté à dormir. Après une...Lire la suite

The ultimates comics

image

Tiens, un article du monde, une fois de plus super documenté vu les enormité qu'il sort : "Rawhide Kid : le cow-boy qui aimait les cow-boys. Le cow-boy, figure mythique de la conquête du Far West et de la construction de l'Amérique, archétype...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages