Histoire vécue Sexualité > Récits érotiques      (582 témoignages)

Préc.

Suiv.

Bronzage surprise

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 8382 lectures | ratingStar_11213_1ratingStar_11213_2ratingStar_11213_3ratingStar_11213_4

J'essaye d'oublier mais en vain.

Ma petite Lucie qu'est-ce qu'il t'arrive ?

Bon, je suis célibataire depuis 3 mois mais quand même de là à me laisser séduire par une femme !

Je croyais n'être attirée que par les hommes.

Bien sur avec ma cousine quand on était adolescentes on s'est laissée aller à se caresser, mais ça n'était que ce besoin de se situer quand on est une ado…

Enfin je suppose…

Mais là c'est différent… je repense à cette Véronique avec son regard doux mais fort, ses cheveux bouclés et noir, sa peau mate et son corps chaud… ses mains avaient l'air si douces et son allure si assurée… Et ça me fait quelque chose !

Pas de panique, si ça se trouve c'est moi qui délire totalement car après tout il ne s'est rien passé dans cette salle de cabines à bronzer.

Je ressens une attirance pour cette femme dont je ne sais rien à part sa maturité, sa désinvolture et… De toute façon elle ne va pas me sauter dessus, je ne risque rien à y retourner et à discuter !

C'est l'heure de ma séance. Allons-y.

Il n'y a pas grand monde aujourd'hui.

Personne ne vient bronzer ?

Le hall d'accueil est désert, il y a juste cette fille à l'accueil. C'est bête je l'ai dans le collimateur alors qu'elle n'a rien fait. Comme si elle savait ce qui m'arrive. Alors qu'elle ne sait rien. Enfin sauf si Véronique l'a mise dans la confidence. Elle est jolie en plus, elle fait un peu grande nunuche avec ses nattes rousses et ses habits venus d'ailleurs, mais elle est jolie. Des lèvres pulpeuses, de grands yeux bleus attendrissants, des jambes longues et belles et un sourire candide. Bon voilà c'est une maladie !!! Voilà que je me mets à mater les filles. C'est vraiment nouveau ça chez moi !

- Bonjour Mlle Bréand.

Elle m'a fait sursauter cette idiote ! Elle me fait un grand sourire et me demande :

- Souhaitez vous faire votre séance de bronzage maintenant et aller ensuite tester notre nouvelle salle de fitness ?

- euh oui, comme vous voulez.

Enfin non pas comme elle veut ! Qu'est-ce que je raconte moi ! Car si jamais Véronique n'est pas là je vais me retrouver comme une…

- Bien parfait. Veuillez me suivre Mademoiselle.

Elle m'ouvre la porte de la salle avec les 2 cabines de bronzage et me rappelle que je n'ai qu'à l'appeler si j'ai besoin d'aide.

Zut ! Véronique n'est pas là !

J'ai l'impression un peu folle de n'être venue pour rien. Cette Véronique accapare décidément toute mon espace mental.

Jattends quelques minutes ou bien je fais comme si… bon ça m'énerve, allez je bronze.

Je défais mon jean puis mon petit pull et je décide de retirer mon maillot de bain pour tenter un bronzage intégral, comme le fait Véronique.

La porte s'ouvre et je sursaute. Fausse alerte ça n'est que la fille de l'accueil qui vient vérifier si tout va bien. Evidemment elle choisit de rentrer quand je suis toute nue.

Je me sens rougir légèrement.

- Pardonnez-moi mais vous avez laissé votre stylo hier, je vous le rend tant que j'y pense. Vous être très belle Mademoiselle. A tout à l'heure et bronzez bien.

"Vous êtes très belle" !!! Alors qu'elle me surprend toute nue !!! C'est un repère de lesbiennes ici ou quoi ?

Bon Lucie calme toi. Si ça se trouve elle était sans arrière pensée. Il paraît que les filles nordiques ne sont pas gênées du tout par la nudité, donc ne nous alarmons pas.

La porte s'ouvre à nouveau.

C'est elle. C'est Véronique.

- Bonjour Lucie.

- Bonjour.

- Tu m'attendais ? Il ne fallait pas, allonges toi vite pour bronzer et profiter de ta séance.

- Non j'arrive juste.

- Ah parfait. Je vois que tu veux tester le bronzage intégral, c'est bien tu as raion. Tu sais tu es très belle. Tes seins ronds et pleins, tes hanches rebondies, tournes toi que je j'admire tes fesses.

- Je ne suis pas une statue !!!

- Ah non… est clair, une statue ne rougit pas ! Dit-elle en riant.

- Bon ok je vais bronzer.

- Pardon je suis moqueuse !

En disant cela je la vois s'approcher de moi avec le regard brillant. Elle s'approche de mon oreille et me dit :

- J'ai envie de t'embrasser, tu es très séduisante.

Devant mon incapacité à répondre, elle lit dans mes yeux le désir qui surgit malgré moi.

Elle pose ses mains sur mes épaules, avec beaucoup de douceur et approche ses lèvres des miennes. Je retiens mon souffle et le contact de sa bouche sur la mienne me transporte complètement. Ses lèvres sont sensuelles et son baiser si délicat que mes dernières défenses tombent en quelques secondes. Mes mains attrapent ses hanches et semblent donner le signal de l'acceptation.

Notre baiser devient plus hardi et nos langues ne tardent pas à se rejoindre et à se mêler en caresses voluptueuses. Que c'est bon et qu'elle est douée. C'est sa maturité ou bien simplement le fait qu'elle est une femme ?

Ses mains glissent le long de mon corps, avec lenteur et sensibilité. Mon corps s'éveille et son baiser m'excite terriblement.

J'ai envie d'elle moi aussi.

J'ai envie de ses seins pointus, envie de les lécher.

Comme si elle devinait mes pensées elle retire son blouson puis son tee-shirt et libère ses seins gonflés de désir.

Elle attrape délicatement ma main droite et la ramène à hauteur de son sein gauche. Le contact de ma main sur sa peau me fait un effet très profond… Mon bas ventre s'échauffe et commence à s'éveiller.

Sa peau est douce et chaude. Je caresse son sein et j'ose venir passer un doigt sur son téton dressé. Elle réagit alors en se serrant contre moi et en respirant rapidement.

Elle m'embrasse à nouveau et sa langue se fait plus audacieuse. Je me tortille de plaisir. Puis elle s'écarte et retire son jean qui laisse découvrir un tanga blanc avec un liseré rose de toute beauté. Je me charge de lui retirer délicatement et elle ne se fait pas prier. Son sexe est tout lisse et il n'y a que ce petit trait noir sur son mont de Vénus. Elle est belle, très belle, j'ai envie d'elle.

Je suis folle. Et en plus je réalise tout à coup que n'importe qui peut enter.

Véronique perçoit mon inquiétude et me dit qu'il n'y a rien à craindre car seule Carla peut entrer. Il faut une clé pour ouvrir de l'extérieur.

Ah oui ? Ben Carla je ne la connais pas moi !!! Je suppose évidemment qu'il s'agit de la belle grande fille de l'accueil avec ses deux tresses et son air un peu mélancolique.

Je lui réponds "d'accord" comme si ça ne me gênait pas le moins du monde. Mais c'est faux car je suis déjà pas fière comme ça alors si en plus elle nous surprend en train de nous tripoter là ce nest pas rouge que je vais devenir c'est verte !

Véronique ne me laisse pas le temps de réagir, elle m'enlace délicatement, et me serre dans ses bras. Je l'embrasse avec tendresse, je sens mon corps s'ouvrir totalement au désir charnel.

Nous restons un long moment à nous serrer l'une contre l'autre, à gouter nos lèvres, à nous caresser les fesses et à plonger nos regards l'un dans l'autre. C'est un moment délicieuse de sensualité qui pourrait durer une éternité mais la porte s'ouvre à nouveau et nous fait sursauter.

C'est Carla.

Je deviens instantanément toute rouge, mais alors rouge écarlate !!!

- Pardon, je ne voulais pas vous déranger ! Véronique, ta voiture gène un monsieur qui veut sortir de son garage.

Tiens elles se tutoient ? Elles ont l'air de bien se connaître ! J'espère que ça n'est pas un coup monté tout ça car là je les égorge direct toutes les deux.

- Ah non quel empoté ! Il a largement la place de sortir !

- Donnes moi tes clefs et je vais la garer ailleurs si tu veux.

- Merci Carla tu es un ange.

- C'est rien, je ne veux pas vous gâcher à toutes les deux un moment si privilégié. Ajoute-t-elle avec un sourire complice.

A peine la porte refermée, Véronique, ne me laisse pas parler et se penche vers moi pour me lécher un sein. Je tressaute fortement tellement sa langue me fait un effet si extraordinaire.

Ses mains descendent sur mes fesses et les écartes en les pétrissant. Je penche la tête en arrière, submergée de plaisir.

Je sens ma cyprine couler légèrement sur ma cuisse. J'en ressens presque un peu de honte, mais à peine ai-je pensé à ça que Véronique passe déjà sa main sur mon entre-jambe.

Je laisse échapper un gémissement, qu'elle vient capturer dans un baiser sulfureux.

Mes mains s'approchent aussi de son entre jambe mais je suis un peu moins entreprenante qu'elle, je l'avoue.

Je décide d'aller plus loin et je glisse un doigt sur sa fente. Elle est trempée elle aussi. Cette sensation me donne envie de tout lécher mais je n'ose pas.

Encore une fois Véronique anticipe mes désirs et me dirige la tête vers son sexe. Je dépose quelques baisers sur son pubis et elle en profite pour écarter ses jambes afin de faciliter mon approche. Je sors lentement ma langue et je commence à lécher son sexe de haut en bas. Elle frissonne, et j'aime ça car depuis le début c'est plutôt moi qui suis dominée…

Mais maintenant que je suis lancée et excitée comme une folle, j'ai l'impression que rien ni personne ne peut m'arrêter.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


11213
b
Moi aussi !
29 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour et sexualité - l'un peut-il aller sans l'autre

image

C'est justement sur une histoire très érotique via le net que nous nous sommes rencontrés.. Si je suis restée avec lui après c'est qu'il m'apporte tant de tendresse et d'amour que c'en est désarmant… Je sais que mon histoire est bizarre. On...Lire la suite

Tous au louvre !

image

Vu il y a quelques jours sur le net : " Erotisme : le syndrome Rubens. Pour de nouvelles aventures érotiques, suivez le guide… C'est en substance ce qu'affirment les chercheurs italiens de l'Institut Romain de Psychologie. Après avoir étudié...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages