Histoire vécue Sexualité > Récits érotiques      (582 témoignages)

Préc.

Suiv.

Initiation - 1 - le salon de thé

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 8567 lectures | ratingStar_4778_1ratingStar_4778_2ratingStar_4778_3ratingStar_4778_4

Encore une après-midi papotage et tasse de thé qui s'annonce très longue.

J'avance mon devoir de philo sans conviction, en regardant les voitures passer.

Le salon de thé est à moitié vide cet après-midi et la bonne tasse fumante qui vient chatouiller mes narines ne me motive pas réellement.

Pourtant je m'y sens bien et ça me relaxe avant d'aborder mes cours de fin de journée.

Perdu dans mes pensées je reviens sur terre en entendant soudainement des voix familières. Ce sont celles qui accompagnent sans le savoir, depuis quelques jours, ma préparation de devoirs dans ce salon. Mes cinq sujets de fantasmes viennent d'arriver.

Ces voix sont celles de 5 amies quadragénaires qui forment une équipe de choc pour bavarder des heures entières, de tout et de rien, le plus souvent avec une pointe de snobisme dans l'intellectualisation des sujets. Mais ça n'est pas pour me déplaire.

Et puis surtout je laisse mon esprit vagabonder sur des sujets plus brûlants… Depuis 2 ou 3 jours je me m'invente des histoires ou je leur fais l'amour tour à tour. Et plus particulièrement avec les deux plus dévergondées de la troupe, Eva et Juliette.

Je ne suis qu'un jeune garçon qui n'a que peu d'expérience sexuelle et j'avoue m'amuser beaucoup à croire qu'elles me procurent des cours particuliers pour parfaire mon éducation sexuelle. M'imaginer dans des situations torrides avec ces femmes si bourgeoises et bien pensantes me fait venir d'agréables frissons dans le dos et jusque dans les fesses.

J'ai croisé le regard d'Eva et Juliette à plusieurs reprises et leur sourire m'a laissé une impression très étrange. Comme si des bêtes de sexe se cachaient derrière leurs manières si raffinées et leurs toilettes si distinguées.

Bah ce ne sont que des fantasmes d'étudiant stupide. Je pense alors : "allons ressaisis toi mon vieux et avance ta préparation de philo"… mais mon imagination est plus forte que moi.

Brusquement jentends Eva, qui s'était levée pendant que je divaguais, et qui me chuchote à l'oreille :

- alors ? Notre bel étudiant rêvasse au lieu de travailler ?

- bmmpfffksstz…

Je n'ai pas le temps de répondre qu'elle file déjà vers la sortie en riant et en marchant d'une manière inhabituelle, mais qui manque de me faire tomber de ma chaise tant son corps balance sensuellement !

Et puis c'est le tour de Juliette qui, presque en éclatant de rire à voir mon expression naïve et stupéfaite, me dit au revoir avec un clin d'il comme on ne m'en avait encore jamais adressé.

Ma cervelle brûle et mon boxer est devenu bien trop petit en l'espace d'un instant. Je m'en veux alors énormément de ne pas pouvoir maîtriser tout ça et de me sentir aussi vulnérable face à deux inconnues simplement plus mûres que moi.

La vie est coriace me dis-je alors en avalant ma tasse de thé froide.

Le lendemain, même lieu, même heure, mêmes fantasmes.

Je suis accroc.

Elles sont là toutes les cinq et leurs rires me nourrissent d'émotions pleines et plaisantes.

Eva et Juliette semblent avoir bu autre chose que du thé. Je croise leurs regards souvent cet après-midi et j'ai le sentiment stupide que je suis leur centre d'intérêt.

Finalement j'essaye de me concentrer sur ma philo mais jentends alors Eva parler de poterie ! Et là, tel un 'jack in the box' soudain libéré de sa boite, mais sans me rendre compte réellement de ce que je fais, je me lève pour aller leur parler.

La poterie j'en fais depuis l'âge de 8 ans avec ma grand-mère et c'est l'une de mes passions. Je ne peux pas décemment laisser passer une telle occasion de lier connaissance.

Complètement transcendé par ce sujet, je m'installe avec autorité entre Eva et Juliette, quand même un peu surprises par cet élan si déterminé.

Après de longues minutes de paroles, je prends conscience du monologue que j'ai imposé et m'excuse d'avoir accaparé la discussion à ce point. Revenu un peu sur terre, je m'excuse en bafouillant pour expliquer que je dois retourner travailler. Et c'est là que je sens deux mains sur mes cuisses m'invitant à me rassoir illico. Je laisse donc mes fesses retomber brutalement sur le siège comme si j'obéissais instantanément à un ordre inconscient.

Eva et Juliette m'expliquent alors qu'elles souhaiteraient des cours particulier de poterie.

Tout du moins c'est ce que je crois comprendre, car le simple fait de leur geste sur mes cuisses a failli me faire perdre conscience !

J'accède dans un état second à leur demande et le rendez vous est pris chez Juliette pour demain 18h.

10mn après je suis comme un con devant ma tasse de thé froide à me demander ce qu'il vient de se passer.

… La suite s'échauffe pour très vite.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


4778
b
Moi aussi !
14 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour et sexualité - l'un peut-il aller sans l'autre

image

C'est justement sur une histoire très érotique via le net que nous nous sommes rencontrés.. Si je suis restée avec lui après c'est qu'il m'apporte tant de tendresse et d'amour que c'en est désarmant… Je sais que mon histoire est bizarre. On...Lire la suite

Tous au louvre !

image

Vu il y a quelques jours sur le net : " Erotisme : le syndrome Rubens. Pour de nouvelles aventures érotiques, suivez le guide… C'est en substance ce qu'affirment les chercheurs italiens de l'Institut Romain de Psychologie. Après avoir étudié...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages