Histoire vécue Sexualité > Récits érotiques      (582 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai commencé une thérapie étrange pour faire disparaitre ma timidité

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 1427 lectures | ratingStar_228642_1ratingStar_228642_2ratingStar_228642_3ratingStar_228642_4
Je souffre dune timidité maladive. Mon entourage me chambre volontiers à ce sujet, dautant que cela ne correspond pas du tout à mon physique. Je suis assez petite, certes, mais en dehors de cela, je suis une brunette aux yeux bleus, plutôt mignonne, mince en dehors dune poitrine généreuse. J'ai un joli visage avec une mâchoire un peu carrée, qui me donne une apparence plutôt volontaire. Bref, on me prend en général au premier coup doeil pour une dragueuse ou une fonceuse, alors que ce nest absolument pas mon profil. Mais après quelques secondes en ma présence, les gens se rendent très vite compte de la réalité. Dune part, je bégaye pas mal, surtout lorsque je rencontre une personne pour la première fois, et dautre part, je rougis systématiquement lorsque lon madresse la parole sauf pour mes parents et amis très proches, encore que cela marrive fréquemment même avec eux. En plus j'ai une tendance dramatique à regarder mes pieds ou nimporte où vers le bas dès linstant où cela me permet déviter le regard de mes interlocuteurs.Bref, ma vie nest pas très simple, dautant plus quavec mon physique, les gens me parlent assez naturellement, notamment les garçons de mon âge, que jintéresse beaucoup. Ils sont souvent le regard fixé sur ma poitrine, ce qui me met dans des états pas possible : je narrive plus à aligner deux mots et je deviens écarlate dans la seconde où je me rends compte quun garçon me fixe les seins du coup je mhabille aussi mal que possible, et souvent avec des vêtements assez amples pour masquer mes formes.Tout ça pour vous dire quhier, il mest arrivé lhistoire la plus épouvantable de toute mon existence - et en même temps aussi la plus excitante (ça y est, je suis toute rouge rien que davoir écrit ces lignes, heureusement personne ne me voit?).J'ai eu 18 ans il y a un mois, et ce jour là, ma mère mavait prise à part pour me parler. Elle mexpliqua que ma timidité et mon bégaiement linquiétaient de plus en plus, et quelle avait pris pour moi un rendez-vous chez un spécialiste. Elle ne mobligeait pas à y aller, mais glissa dans ma main une carte portant un nom et un numéro de téléphone, me demandant dappeler pour confirmer le rendez-vous quelle mavait pris, pour trois semaines plus tard c'était il y a cinq jours. Jhésitai longuement, mais finis par confirmer le rendez-vous. Jen avais assez de me sentir aussi mal avec les autres, et je me dis quil ny avait pas de raison pour que cela ne puisse pas changer.Il y a cinq jours, donc je me retrouvais dans la salle dattente dun cabinet dont je me demandais comment ma mère lavait trouvé : il ny avait de plaque ni dans la rue ni sur la porte. La personne que jallais voir nétait pas médecin ni psychologue, sur sa carte il ny avait que son nom et son numéro de téléphone. Dans la salle dattente, les magazines parlaient hypnose, yoga, acupuncture? Après 10 minutes dattente dans le silence le plus total, la porte souvrit, et un petit bonhomme un peu chauve minterpella." Suivez moi sil vous plait mademoiselle. "Son bureau était complètement vide à lexception dune table et de deux chaises. Il me fit asseoir, et prit place de lautre côté de la table." Je vous écoute ", me dit-il, avant de se taire en me fixant dun regard qui me mit fort mal à laise.Je pense quil dut comprendre rapidement le problème : je baissai immédiatement les yeux tout en devenant écarlate. Il me fallut plusieurs secondes pour bégayer ma réponse." T Timide? jj je ssuis t t t très t t timide "Il ne me répondit pas, continuant à me fixer. Je pense que j'ai du passer au violacé. La peau de mes joues me brûlait." Avez-vous déjà eu des relations sexuelles, mademoiselle ? "Je levai les yeux vers lui, bouche bée. Ma surprise fut telle que je répondis sans men rendre compte et sans bégayer." Cela ne vous regarde pas ! Dites donc, cest quoi cette consultation ?!! "Il me fixait toujours, mais resta silencieux un moment. Il attendit que mon regard se baisse de nouveau, ce qui ne tarda pas car je métais trouvé très audacieuse de répondre ainsi." Allons, mademoiselle, cest à moi de juger de la pertinence de mes questions. Bien entendu, nos entretiens et vos séances de travail resteront totalement confidentiels. Mais je vous demande de me répondre, sans quoi je devrais renoncer à votre traitement. "Je gardai le silence, avant de répondre." Nn non, jj jj jamais. "Il me posa alors trois ou quatre questions banales, auxquelles je répondis en bégayant, puis se leva." Bien, il y a beaucoup de travail, mais j'ai confiance, vous allez y arriver. Nous allons commencer dans cinq jours. Rendez-vous ici à 18h précises, sil vous plait. "Il me tendit la main et me raccompagna. Jétais assez perplexe. Je passai cinq jours à ruminer cet étrange entretien, et à me demander ce qui me gênait tant dans le regard de ce type. Puis le premier rendez-vous a eu lieu : c'était hier.Hier donc, à 18h, jentrai dans la salle dattente. Je fus surprise dy trouver six personnes assises en train dattendre. Il y avait quatre femmes dont deux de mon age et deux plus âgées, un garçon de mon âge, et un homme qui devait avoir la soixantaine passée. Après avoir rougi - normal, je massis et attendis, en me demandant à quelle heure serait ma séance sil fallait que tous ces gens passent avant moi. Mais lorsque la porte souvrit, dévoilant mon " thérapeute ", jeus la surprise de voir tout le monde se lever à la fois. Je restai assise, mais il minvita à le suivre :" Allons, mademoiselle, venez je vous prie. "Interloquée, je suivis la petite troupe. Il nous emmena dans une pièce dans laquelle se trouvait une table mais aucune chaise. Je remarquai aussi des portemanteaux aux murs. Il se plaça près de la table, et me fit signe dapprocher." Comme vous le voyez, dit il à lassemblée, nous accueillons une nouvelle aujourdhui. Vous lappellerez Rose. "Je fus surprise, mais me dit que jaimais autant rester anonyme. Puis il se tourna vers moi." Quant à toi, Rose, tu vas maintenant obéir strictement à tout ce que je te dirais, et pour commencer tu devras me dire "vous" et mappeler "Maître". Quand je te demanderais dexécuter mes ordres, tu commenceras par dire "oui Maître", puis tu texécuteras. Tu as compris ? "Je restai bouche bée, oubliant presque de rougir."M même mais jj je"Il dégaina instantanément une baguette en bambou et me tapa sur la main droite." Compris ? "Comme je ne répondis pas, il me frappa de nouveau, sur la cuisse, en criant sa question brutalement." Ou ou oui même m m maitre "" Bien. " Il se tourna alors vers les autres." Déshabillez-vous ! "" Oui maître " répondirent en choeur les six voix.Je regardais mes pieds, à nouveau la peau des joues me brûlait."Lève les yeux et regarde les ! ""Ou ou oui m même m maitre"Un coup sur la cuisse."Sans bégayer ! ""jje nn nn"Un autre coup."Sans bégayer j'ai dit""oui maître"Je me sentis rougir de navoir pas bégayé. Javais relevé les yeux et je voyais mes compagnons de séance se dévêtir. Les deux jeunes filles étaient plutôt bien faites et jolies, ainsi que le jeune homme. Des deux femmes, une était plutôt bien conservée, alors que lautre était à la limite de lobésité. Le vieux était lui très maigre. Ils étaient tous tout nus, les bras le long du corps. Le garçon de mon âge était en érection : je détournai mon regard en le voyant et devins encore un peu plus violacée si c'était possible.Un coup sur la cuisse."Lève les yeux et regarde les ! ""oui maître""Présentez-vous à Rose, maintenant. Dans lordre prévu, à genoux, et vous lui demanderez chacun ce que vous attendez delle""Et toi regarde les ! "Je reçus encore un coup de baguette et regardai à nouveau dans leur direction.Le vieux savança devant moi, se mit à genoux, puis leva les yeux vers moi."Bonjour Rose, je suis Léon. Je voudrais que tu me gifles et que tu minsultes, sil te plait."Je restais pétrifiée. Mon regard sabaissa vers mes pieds.Coup de baguette."Fais ce quil te dit, vite ! "Le vieux me tendait la joue, mais je narrivais pas à bouger dun poil. Je me demandais pourquoi je ne métais pas enfuie en courant dès le début de cette séance de dingues.Coup de baguette."Allez !! "Je levai la main et giflai très doucement le vieux."Cc cc?Je prononçai linsulte le plus doucement possible pour bien quil comprenne que je nen pensais rien.Coup de baguette."Plus fort la baffe !! Et crie !! Et des vraies insultes !! ""Alleeez !! "Je me mis à trembler, je le sentais qui sénervait et perdait son contrôle.Coup de baguette.Ny tenant plus, je giflais le vieux à toute volée en criant."Crétin ! Cochon ! Abruti ! Casse-toi ! Raclure !! "Léon me regarda dun air satisfait"Merci Rose"Il se leva et retourna à sa place."Tu vois, tu y arrives""Oui Maître"Le Maître prit un sourire satisfait."Allez, on continue, ça traine"La vieille qui était un peu obèse savança et se mit à genoux devant moi."Je suis Léa, et je voudrais te lécher les pieds sil te plait"Coup de baguette."Enlève tes chaussures, et assied toi sur la table, vite !! ""Oui Maître"Je retirai mes chaussures et mexécutai.Léa savança vers moi, prit mon pied gauche dans ses mains, et commença à le lécher doucement. Elle passa dabord sa langue sur le coup de pied, puis sur la plante. Elle la glissa ensuite entre mes orteils. Puis elle suçota mon pouce et dautres doigts. Elle fit de même avec mon pied gauche. Je constatai quà présent, Léon bandait lui aussi. Me faire lécher les pieds devant ces hommes au garde à vous me fit un effet très troublant : je sentis mon ventre se réchauffer, et mon sexe sinonder. Jétais mal à laise et commençais à me tortiller. Cest alors que je me rendis compte que mon thérapeute avait ouvert sa braguette, et sorti un membre totalement dressé, quil tripotait nonchalamment en me regardant dans les yeux.Je baissai aussitôt le regard.Coup de baguette"Regarde moi !! ""Oui Maître"Je levai les yeux. J'entendis à ce moment la voix de Léa."Merci Rose"Tournant la tête, je regardai Léa, qui venait de reposer mon pied avant de me remercier. Elle se leva et retourna à sa place.Je sentais ma culotte totalement inondée collée à mon pubis, et commençais à me demander si une auréole nallait pas apparaitre sur mon pantalon. Je me demandais aussi à qui cela allait être le tour de venir se mettre à genoux devant moi
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


228642
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour et sexualité - l'un peut-il aller sans l'autre

image

C'est justement sur une histoire très érotique via le net que nous nous sommes rencontrés.. Si je suis restée avec lui après c'est qu'il m'apporte tant de tendresse et d'amour que c'en est désarmant… Je sais que mon histoire est bizarre. On...Lire la suite

Tous au louvre !

image

Vu il y a quelques jours sur le net : " Erotisme : le syndrome Rubens. Pour de nouvelles aventures érotiques, suivez le guide… C'est en substance ce qu'affirment les chercheurs italiens de l'Institut Romain de Psychologie. Après avoir étudié...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages