Histoire vécue Sexualité > Récits érotiques      (582 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai demandé à Daphné de prendre tout de suite ses fonctions

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 2434 lectures | ratingStar_230801_1ratingStar_230801_2ratingStar_230801_3ratingStar_230801_4
3e épisode : Le boudoir Daphnée m'accompagna à l'étage. Ses talons claquèrent sur le parquet. Il faudra que je m'habitue à ce bruit, à la présence de ma secrétaire, pensai-je en montant les escaliers. Bien que je prenne soin de réfréner toute trace d'émotion, ma confusion ne cessait de grandir. Dans le couloir, je vis que Daphnée me suivait avec une curiosité non dénuée de plaisir. Elle regardait poliment la décoration, appréciait le mobilier et la disposition des pièces. Elle marchait avec élégance, attentive à me montrer le meilleur d'elle-même. Je dus reconnaître à part moi que si ses services étaient à la hauteur de ce que j'avais vu pour le moment, sa présence au Manoir serait des plus précieuses. À mesure que nous approchions, ses gestes devinrent plus nerveux et elle passa plusieurs fois les mains sur sa jupe pour vérifier son ajustement. Était-ce la gêne ou une légère appréhension, mais elle se rapprocha de moi au point de me frôler. Au moment où j'allai ouvrir la porte du bureau, je me tournai vers elle. Sa jupe bien coupée lui donnait une allure seyante. Elle avait déjà tout de l'assistante. - En fait de bureau, il s'agit pour le moment d'une simple pièce équipée de matériel informatique. Votre réponse si rapide à mon annonce ne m'a guère laissé le temps de mieux préparer l'endroit. Le boudoir attenant est moins exigu, je sais que vous aurez besoin dun espace plus grand pour y ranger vos affaires. - Oui, Monsieur, surtout si je suis polyvalente. J'aurai beaucoup de choses à mettre. Je poussai la poignée en métal et la jeune femme découvrit la pièce. Les murs repeints de frais, tout en rose pastel, et le mobilier design parurent lui convenir. Depuis une semaine, j'avais aménagé la pièce au rythme des tenues livrées au Manoir. J'avais peur d'avoir manqué de goût. - Oh, c'est joli... Elle resta un moment près de l'ordinateur, dont l'écran mis en veille se ralluma au déplacement de la souris. Des dossiers épais reposaient à droite du clavier, attendant quon les examine. Mais déjà Daphnée s'était glissée dans le boudoir, sûre d'elle. Au fond de la pièce, se trouvaient un canapé, une commode et, dans un coin, la coiffeuse. Une porte entrebâillée donnait sur une salle de bain. Tous les produits nécessaires aux soins du corps étaient disposés sur la tablette de la coiffeuse : ustensiles de manucure, maquillage, huiles et parfums. Sur un côté, la porte coulissante du dressing était ouverte. Les parures indispensables aux premiers offices de ma secrétaire étaient rangées par longueur ou activité. D'un côté, les corsages, les tops, les jupes, les tailleurs, les robes ; de l'autre, les étoffes soyeuses et transparentes des nuisettes et des déshabillés : tulle, mousseline, dentelle, soie, satin, noir, marron, blanc ou rose ; des tenues plus spécialement destinées au service nocturne du Manoir pour les soirs où Daphnée serait retenue par des dossiers urgents. Du reste, elle ne parut pas surprise de découvrir ces tenues. Elle s'était assise sur le sofa et restait silencieuse, examinant avec attention le dressing. Elle ne manifestait aucun signe d'anxiété ; plutôt un intérêt croissant. Tout cela, en réalité, devait lui paraître normal : elle n'ignorait pas qu'une secrétaire vertueuse doit être correctement apprêtée pour travailler. Se redressant, elle prit linitiative d'inspecter les parures, tout à son aise. Elle examina très consciencieusement chaque article, avec lenteur. De temps à autre, elle sortait des vêtements pour en contrôler la longueur sur son corps, détailler la transparence, le lissé ou le soyeux des étoffes. Au pied de la penderie se trouvaient les chaussures, toutes à talons hauts : des escarpins à brides, d'autres fermés par des lacets, des sandales, et même si la fonction d'assistante ne lexigeait pas expressément diverses paires de bottines et de bottes, noires, blanches, marron, roses, en cuir ou vernies. Daphnée considéra la variété des coupes, la finesse des cuirs et se montra satisfaite de la hauteur des talons. Elle semblait impatiente d'essayer les modèles. J'avais compris lors de nos entretiens téléphoniques qu'elle adorait les chaussures. Quelques modèles avaient été livrés en fin de matinée ; d'autres devaient encore arriver pendant la semaine. Ouvrant les tiroirs de la commode où j'avais rangés les bas et la lingerie, j'attirai son attention sur les couleurs et les matières qu'elle devrait porter en fonction des tâches qui lui serait données : prise en note du courrier, saisie des factures, appels téléphoniques, suivi des dossiers. Elle s'approcha. Une main posée sur le plateau de la commode, l'autre sur une hanche, la taille cambrée, elle admira en silence l'exhibition de dentelles et de satin qui s'offrait sous ses yeux. Je dois avouer que le plaisir qu'elle manifesta pour les ensembles que j'avais choisis me rassura un peu. Elle sortit avec précaution les porte-jarretelles qu'elle trouva en premier : la plupart étaient en dentelle très fine, échancrés sur les hanches, avec un volant en satin ou en soie sur la ceinture. Rouge, noir, marron, blanc, et de différentes couleurs vives ou pastels ; il y avait aussi des motifs imprimés, qu'elle découvrirait plus tard. Elle considéra les strings et les tangas avec la même attention. Les deux tiroirs inférieurs renfermaient les accessoires, comme les bas - presque tous à couture - et les paires de gants, assorties aux pièces de lingerie. Daphnée retourna vers la penderie, dont elle ouvrit complètement le panneau coulissant. Les guêpières étaient pendues sur leur cintre à gauche. - Je me suis demandé de quoi vous auriez le plus besoin dans l'immédiat. Alors, j'ai acheté un peu de tout. Il était impératif que vous preniez vos fonctions dès aujourd'hui. Les dossiers doivent être classés pour demain matin. - Ça me fait grand plaisir, Monsieur ! C'est tout à fait à mon goût. Monsieur ne s'est pas trompé dans ses choix, ce sont les parures qui conviennent le mieux à une assistante fidèle, Monsieur. - Il est tout à fait essentiel que vous soyez impeccable. - Je comprends, Monsieur. Il faut strictement réglementer les tenues de sa secrétaire. Je vais m'appliquer à ce que chacune de mes toilettes soit conforme à mes obligations de service. Au début, Monsieur n'aura qu'à me dire ce que je dois porter pour chaque travail, et aussi souvent qu'il le voudra. Ce sera un plaisir de le satisfaire. - Je vous laisse vous habiller. Vous servirez le thé à 17h. Mon cabinet de travail est à l'étage, deuxième porte à gauche, en haut des escaliers. La bibliothèque se trouve en face de votre bureau. La cuisine et les dépendances sont au rez-de-chaussée. Vous y trouverez divers thés. Eau frémissante. - Monsieur sera servi à l'heure, Monsieur. En regagnant ma chambre, je me dis que c'était une bonne journée. Je pouvais espérer que Daphnée shabitue rapidement au Manoir. Si j'en croyais son enthousiasme, je n'avais aucun mal à imaginer combien elle serait heureuse de me servir. La perspective me plaisait autant qu'à elle. Je restai un moment songeur... À la fin de ma rêverie, je passai rapidement un pantalon et une chemise de lin, après m'être douché, puis je regagnai mon bureau où je repris le classement des papiers du Manoir. (À suivre)
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


230801
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour et sexualité - l'un peut-il aller sans l'autre

image

C'est justement sur une histoire très érotique via le net que nous nous sommes rencontrés.. Si je suis restée avec lui après c'est qu'il m'apporte tant de tendresse et d'amour que c'en est désarmant… Je sais que mon histoire est bizarre. On...Lire la suite

Tous au louvre !

image

Vu il y a quelques jours sur le net : " Erotisme : le syndrome Rubens. Pour de nouvelles aventures érotiques, suivez le guide… C'est en substance ce qu'affirment les chercheurs italiens de l'Institut Romain de Psychologie. Après avoir étudié...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages