Histoire vécue Sexualité > Récits érotiques      (582 témoignages)

Préc.

Suiv.

Jeux d'amis

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 2214 lectures | ratingStar_125109_1ratingStar_125109_2ratingStar_125109_3ratingStar_125109_4

Cétait une journée de printemps ensoleillée. Une de ces journées qui vous disent tout bas que lété est là, blotti. Il attend et brûle de se révéler, il brûle de revoir les peaux dénudées, les corps échauffés il brûle en silence, caché, et la quiétude de la saison ne devient finalement quun prémisse à lembrasement.

Elle lavait attendu une bonne partie de laprès-midi, mais cela navait pas dimportance, il était toujours en retard de toute façon. Rendez-vous à 14h, pour un petit thé bien mérité, après des semaines de séparation. Elle pouvait bien encore patienter quelques instants, et le roman quelle avait commencé la veille ly aiderait Allongée au soleil, sur la terrasse, elle lavait attendu. La sonnerie de linterphone retentit, et la sortit de sa rêverie. Elle décrocha et reconnu sa voix avec un plaisir infini. - Désolé, vraiment je sais je suis en retard ! Elle sourit et appuya sur le bouton, sans répondre. Il frappa à la porte de ces petits coups enlevés et délicats dont il avait lhabitude. Elle ouvrit, et découvrit son visage navré, et perlé. - Ecoute je suis désolé - Tu las déjà dit ça, et puis tu sais si tes retards minsupportaient tu ne serais plus mon ami depuis bien longtemps ! - Oui, mais cette fois, j'ai une excuse, une vraie, tu ne devineras jamais ! Elle acquiesça dun sourire moqueur et linvita à sasseoir. Elle disparut dans la cuisine. - Je suppose que ton excuse, cest une nana ! - Non, tu sais bien, je nai plus le droit il y a enfin, plus le droit quoi Il neut pour réponse quun grognement amusé. Elle ne laimait pas. Cétait sans raison particulière, et sans concession Elle réapparut un plateau à la main. - Je te connais trop bien pour savoir que ça ne durer pas ! Tu aimes trop les femmes pour te laisser épingler, surtout par quelquun comme ça. Tu ne résisteras pas Il ne lavait pas vraiment remarqué en entrant, mais elle lui apparut irrésistiblement séduisante. Rarement habitué à la voir habillée en femme, comme elle disait, il la découvrait dans une robe légère et vaporeuse, dont la longueur laissait enfin voir ses longues jambes effilées. - Quy a-t-il ? - Rien, tu es juste extrêmement sexy en femme tu sais. Tu devrais essayer plus souvent ! Elle ne lui répondit que dun sourire, acceptant volontiers le compliment. Le silence se fit, ils goûtaient tous les deux au plaisir de se retrouver. Il se pencha, alluma la radio, puis, alors quelle sapprochait de la table basse, il sassit plus confortablement au fond de son fauteuil. Il la regardait. Cétait à chaque fois la même chose, aucun de ses gestes ne pouvait le surprendre, il connaissait ses regards, ses attitudes, ses histoires de famille, celles de cur, et de sexe aussi. Il la connaissait par cur et pourtant, il lui semblait toujours quelle fuyait un peu Elle surprit un de ses regard, perdu au bas de ses hanches. Elle en joua et prit soin de se pencher sensuellement, déposant lentement le plateau puis emplissant les tasses de thé, dont les volutes chaudes et humides vinrent humecter son décolleté. Son regard glissa le long du tissu et vint se couler sur sa peau du creux de sa gorge à celui de ses seins. Elle se redressa, et, finalement surprise de sa réaction, ne put retenir un ton de reproche : Tu me sembles bien curieux de moi tout à coup, je croyais que les nanas cétait fini pour toi ! Ses yeux se fichèrent dans les siens. Il y eut un flottement. Puis un sourire, franc et généreux. Il haussa les épaules. - Moui, cest vrai, et je te surprendrai, cependant, tu sais bien, comme on dit, ce nest pas parce quon est au régime Elle termina sa phrase - Quil faut sinterdire de regarder le menu ! Daccord avec les autres mais là tu abuses ! Ils partirent dun même rire, nourri de leur complicité. Son sourire illuminait son visage et ses yeux brillaient. Elle enchaîna. - Alors dis moi, Toi qui es soi-disant au régime, jusquà quel point resterais-tu impassible devant la tentation ? La provocation était un jeu quils connaissaient bien tous les deux, cela faisait partie de leur amitié, de leur complicité - Et bien écoute, ne le prends pas mal, mais là, le menu ne suffirait pas il faudrait quelque chose de plus alléchant encore. Elle fit une moue déçue, puis, persistant dans le jeu, remonta légèrement sa robe, jusquà la naissance de ses fesses, prenant une pause lascive et cherchant au fond de son regard la faille quelle espérait. Mais il ne lui fit pas ce cadeau. - MMM, Oui, Tu sais, tu as de très jolies fesses, dailleurs je le sais moi aussi. Il marrive de les regarder, et je dois dire que cest agréable mais tu sais aussi bien que moi que jamais ça ne ma poussé à la faute ! Elle fut piquée. Cependant, alors quelle relâchait le tissu qui glissa sur sa peau et quelle sapprochait lentement de lui en posant la main sur le premier bouton de sa robe, elle remarqua une faille à laquelle elle ne sattendait pas. Elle perçu un frémissement, un battement furtif, entre ses jambes. Le jeu semblait glisser sur un terrain quils navaient jamais envisagé La chaleur estivale de la journée et le trouble des retrouvailles ajoutaient inévitablement à lambiguïté prégnante de la situation, et elle fut soudain très excitée à lidée de le mettre en mauvaise posture. Elle vint lentement vers lui, et se faisant ouvrit, un, deux, puis trois boutons, laissant apparaître davantage la peau délicate de son décolleté. Elle se posta ainsi devant lui, le regard franc et insolent. - Et là ? Il tenu bon. Encore. - Cest mieux, oui, bien mieux… Contrôlant tant bien que mal le trouble que cette scène provoquait en lui, il se leva, espérant ainsi se reprendre. Il tourna autour delle. Tout proche. Puis, Lui faisant face de nouveau - Tu ne peux pas être une tentation pour moi. Ce que tu me montres, je lai cent fois observé, deviné, imaginé Tu nas pas deffet sur moi. Il navait pas prononcé ses mots, il les avait juste soufflé Elle senti ce souffle et saisit sa signification. Il voulait jouer, ne pas avouer alors elle le ferait craquer sans même le toucher. Dun geste tendre et dun sourire provocateur, elle lui intima lordre de la suivre. Il se laissa faire, continuant à la lorgner dun air détaché. Elle le mena devant la grande table de la terrasse. Sa main monta de nouveau jusquà louverture de sa robe, quelle ouvrit, bouton par bouton, sans le lâcher du regard et dans une assurance quil ne lui connaissait pas. - Je dois reconnaître que ta sagesse mimpressionne mais quen restera-t-il lorsque les délices seront servis ? …
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


125109
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour et sexualité - l'un peut-il aller sans l'autre

image

C'est justement sur une histoire très érotique via le net que nous nous sommes rencontrés.. Si je suis restée avec lui après c'est qu'il m'apporte tant de tendresse et d'amour que c'en est désarmant… Je sais que mon histoire est bizarre. On...Lire la suite

Tous au louvre !

image

Vu il y a quelques jours sur le net : " Erotisme : le syndrome Rubens. Pour de nouvelles aventures érotiques, suivez le guide… C'est en substance ce qu'affirment les chercheurs italiens de l'Institut Romain de Psychologie. Après avoir étudié...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages