Histoire vécue Sexualité > Récits érotiques      (582 témoignages)

Préc.

Suiv.

L'improbable collègue - suite du récit érotique

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 2856 lectures | ratingStar_16184_1ratingStar_16184_2ratingStar_16184_3ratingStar_16184_4

Bernard se lève quand Lucille arrive vers lui. Elle lui adresse un sourire radieux quil comprend mal. Ca a lair de sêtre plutôt bien passé.

Il voudrait lui poser mille questions, savoir ce quelles se sont dit mais elle le prend par le bras et lentraine dun pas décidé vers la plus proche salle de réunion.

A peine la porte franchie, elle verrouille et se jette dans ses bras.

Bernard essaie de linterroger, elle ne dit rien. Dune main elle descend sa braguette et sort son sexe. Elle sagrippe à ses épaules, elle cherche à monter son bassin à la hauteur du sien.

-Fais-moi lamour, maintenant, tout de suite.

Ces quelques mots et lattitude bouillante de Lucille ont raison de la curiosité de Bernard.

Il saisit Lucille sous les genoux, la décolle du sol et dans un mouvement pivotant la plaque contre la paroi de la salle de réunion.

Ils sajustent à tâtons, leurs corps se cherchent, elle sent quil est maintenant raide, dur contre sa chatte trempée.

Dune main experte elle le place au bon endroit. Il senfonce lentement sans effort en elle. Elle adore ce moment quand elle le sent savancer dans son ventre.

Puis Bernard entre en action. Il a bien compris quelle nattend pas un moment romantique, il commence à pilonner son ventre.

Lucille senvole immédiatement, elle est pressée de le sentir venir en elle. Elle a envie quil vienne vite en elle, tant pis si lorgasme nest pas au rendez-vous pour elle mais la pulsion à assouvir est trop forte, trop violente.

Bernard sactive, il sait quil ne tiendra pas très longtemps cette position même si Lucille nest pas si lourde. Leurs coups de reins font vibrer la cloison mince, Lucille a du mal à rester discrète.

Un bruit de pas dans le couloir, des chaussures à talons.

-Ne travaillez pas trop tard Lucille !

Lucille sourit à Bernard qui linterroge du regard.

-Continue ! Soulage-moi vite et allons chez toi !

Bernard redouble deffort. Lucille aime ses mains qui la tiennent fermement, comme il la presse sur la paroi, son souffle dans son cou.

Enfin il vient, elle le sent se relâcher. Un immense bien-être lenvahi, elle na pas joui de cette trop courte étreinte mais elle a obtenu ce quelle désirait. Elle avait comme besoin surtout de se donner à cet instant.

Tous deux se rajustent en vitesse et filent vers chez Bernard. Elle le fait patienter encore avant de lui livrer son récit.

Elle le guide immédiatement vers la chambre, leurs vêtements se dispersent autour du lit. Elle commence à lui raconter. Il lécoute en lembrassant dans le cou, sur la poitrine, elle lui pousse les épaules vers le bas, il comprend.

Elle fait son récit tandis que la langue de Bernard sactive entre ses cuisses. Son plaisir devient presque intenable quand elle lui confie ses sentiments au moment où elle a dévoilé sa chatte à Anna et David.

Lorgasme de Lucille est là à présent, violent presque trop fort, elle repousse Bernard mais il la retient fermement contre sa bouche. Sa langue caresse délicatement le clito hypersensible, la douceur, la lenteur de son mouvement contraste intensément avec la fermeté de sa prise.

Lucille renonce à le repousser, elle sagrippe aux draps, lorgasme se prolonge en elle, elle ne peut même pas crier, la chair de poule lenvahi, elle tremble, elle va mourir pense-t-elle.

Puis son corps se détend, la béatitude sempare delle. Elle ferme les yeux, elle est si bien.

Bernard cesse sa caresse, il remonte doucement sur le corps de Lucille et vient lembrasser.

-Ho toi ! Te rends-tu compte de ce que tu me fais ?

-Jadore te faire ça, te sentir jouir dans ma bouche mon amour.

-Quoi ?!

-Jadore te sentir jouir dans ma bouche…

-Mais après tu as dit quoi ?

-… mon amour…

Lucille serre Bernard contre elle. Il plonge son visage dans son cou. Elle ouvre ses cuisses et leurs corps sunissent à nouveau.

Bernard la prend avec la délicatesse quon pourrait réserver à une vierge, il lui parle doucement la couvrant de baisers.

-Lucille, mon amour, ma belle, ma princesse, je taime. Tu es mon soleil, mon eau, ma femme, ma drogue, ma maîtresse, lamour de ma vie. Tu es si belle, si douce, jaime ta peau, ton parfum, tes parfums, te faire lamour, te regarder. Jaime tentendre, tattendre quand je sais que tu vas venir. Jaime léclat de tes yeux quand tu sais que tu vas me faire jouir. Jaime te caresses, tes baisers, tous tes baisers… Jaime tout ton corps et le plaisir quil me donne. Je taime, je taime, je taime à ne plus pouvoir me passer de toi. Tant pis si tu te moques de moi, moi je taime, depuis quand je ne sais pas, depuis toujours je crois. Je rêve de toi pour toujours avec moi, je rêve dune petite fille qui te ressemblerait galopant devant nous, je rêve quun jour tu maimes un peu toi aussi.

Lucille enserre les hanches de Bernard de ses cuisses, elle le veut plus près, plus serré encore contre elle. Elle sent lorgasme venir à nouveau, contrairement à leurs étreintes plus animales, elle laccepte, le laisse arriver sans tension. Elle se sent femme, désirée, aimée, adorée. Tant de sentiments, tant de mots si forts, si doux, un homme qui laime et qui lui fait lamour. Le plaisir lemporte comme une vague océane. Elle se blotti dans le cou de son homme, il vient la rejoindre dans le plaisir. Elle sent des larmes couler des yeux de son homme jusque sur sa joue. Leur corps toujours unis, ils se font face, silencieux. Elle lembrasse doucement.

-Je taime Lucille…

-Moi aussi je taime…

-Je taime…

-Je taime…
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


16184
b
Moi aussi !
2 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour et sexualité - l'un peut-il aller sans l'autre

image

C'est justement sur une histoire très érotique via le net que nous nous sommes rencontrés.. Si je suis restée avec lui après c'est qu'il m'apporte tant de tendresse et d'amour que c'en est désarmant… Je sais que mon histoire est bizarre. On...Lire la suite

Tous au louvre !

image

Vu il y a quelques jours sur le net : " Erotisme : le syndrome Rubens. Pour de nouvelles aventures érotiques, suivez le guide… C'est en substance ce qu'affirment les chercheurs italiens de l'Institut Romain de Psychologie. Après avoir étudié...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages