Histoire vécue Sexualité > Récits érotiques      (582 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le club de sport

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 15308 lectures | ratingStar_4795_1ratingStar_4795_2ratingStar_4795_3ratingStar_4795_4

Bonjour a tous,

Voici une petite histoire.

Dites moi si ça vous a plu.

Olivier.

Le club de sport.

Ayant en ce moment quelques moments de libre dans la journée, je décide donc de faire un peu de sport. Le sport ça ne peut pas faire de mal. Ce n'est pas parce que j'ai de l'embonpoint, bien au contraire. Je suis un homme de 35 ans et de morphologie sportive mais je ne prends pas le temps de faire du sport.

Je décide donc plutôt que d'aller courir tout seul dans la rue, de m'inscrire dans un club de sport ou l'on peut faire un peu de tout.

Je me presente au club pour m'inscrire, une charmante jeune femme fort attirante me fait visiter les locaux avant que je signe mon adhésion. Nous parcourons donc les différentes salles de sport, le solarium, la piscine, le sauna, etc. Il y a tout ce qu'il faut pour se remettre en forme, il y a même un restaurant gastronomique ou diététique pour ceux qui le désirent.

Je sens que je vais me plaire ici vu le nombre de charmantes jeunes filles que j'ai rencontre dans les differentes salles et couloir et qui viennent faire leur sport. Il faut dire que ce club se trouve en plein milieu d'une zone d'activité remplie de bureau. Je tiens à vous dire qu'il y a quand même des vielles pour nuancer avec les jeunes, mais bon c'est la vie.

Je décide donc de payer mon abonnement et de venir des le lendemain matin faire un peu de sport.

J'arrive dans les vestiaires et je me rends contre rapidement qu'ils sont mixtes et ce n'est pas pour me déplaire car ça permet de rencontrer des gens, je veux dire des filles, et d'engager si besoin se fait sentir la conversation.

Je rentre donc dans une cabine et ferme le rideau afin de me changer. Apres avoir tout enlever, je mets mon short, un tee-shirt et prend une serviette pour mettre sur les agrées (hygienne oblige) et aussi pour essuyer la sueur après l'effort.

Au moment de ranger mes affaires dans mon sac, j'aperçois sur une des parois de la cabine comme une petite lueur, je regarde de plus près et je vois qu'il y a un minuscule trou et que l'on voit au travers dans la cabine d'a coté.

Etant d'un naturel voyeur, je colle mon oeil sur le trou et regarde de l'autre cote. On voit assez bien ce qui se passe de l'autre cote de la cloison. Mais pas de chance, la cabine d'à côté été vide. Je me dis que ça sera pour la prochaine fois. Je finis de ranger mes affaires dans mon sac et au moment d'ouvrir le rideau pour aller déposer mon sac dans un casier et commencer à me décrasser un peu les muscles, j'entends quelqu'un entrer dans la cabine voisine. Je pose mon sac par terre et commence rapidement à regarder par le trou.

Quelle chance, une fille mais quelle malchance elle n'était pas de la toute première jeunesse. Au bas mot elle avait au moins 60 ans. Ca ne m'empêche pas de me rincer l'oeil et d'avoir même un début d'érection. Mais bon une fois en culotte soutien-gorge je décide de partir faire du sport.

Je sors de la cabine et dépose mes affaires dans mon casier. Les filles qui en font de même sont beaucoup plus jeunes entre 25 et 30 ans et jolie que ma précédente voisine de cabine.

Je prends l'escalier qui monte au tapis de course en suivant une jolie brune. On traverse le solarium ou plusieurs cabine à UV sont pleines. Je m'attarde un peu et laisse partir la brune qui était devant moi car j'ai l'impression que l'on voit les personnes bronzer en regardant entre la paroi et le rideau.

En effet le rideau a l'air d'être un peu court. Je me retrouve seul dans cette pièce, je regarde si personne n'arrive, me penche en avant pour être à la même hauteur que les lampes à bronzer et regarde par l'entrebâillement du rideau. La, allongée sur le dos entre les lampes UV, je vois un corps à moitié nu et statique. Je vois la petite culotte blanche et les seins qui pointent fièrement vers le haut d'une brune, ou d'une blonde, les lampes empeche de bien distinguer la couleur. Je bande comme il faut. Je matte jusqu'a ce que j'entende du bruit. Je me relève et commence à aller en direction de la sortie. Mon érection est tombée instantanément avec la peur que l'on me découvre en train de mater.

Les premières minutes dans ce club commencent bien, je pense que je vais passer de bonnes heures ici à faire du sport et mater les filles nues.

Ma matinée se passe et après avoir bien suer, je décide d'aller piquer une tête dans la piscine. Je retourne me changer dans une cabine, la même que celle qui a un trou mais pas de chance il n'y a personne dans la cabine d'à cote. Je mets un maillot de bain, vous savez celui qui moule bien le sexe des hommes et qui ne pardonne pas la moindre petite érection.

Comme toute personne respectueuse de la propreté de la piscine, je décide de prendre une douche afin de ne plus sentir la sueur. Il y a un peu de monde et je rentre dans la dernière cabine de libre. Là aussi, c'est un rideau qui ferme l'ouverture mais tout le monde ne le ferme pas tant qu'ils sont en maillot de bain.

La cabine d'a cote est fermée et rien qu'en regardant par l'espace qu'il y a entre la cloison et le sol qui est d'environ de 20 centimètres, je remarque qu'elle est occuper par une fille. C'est le rouge qu'elle a aux ongles des pieds que me fais penser ça. Je ne sais pas pourquoi mais je ferme moi aussi le rideau.

J'ouvre l'eau en commence à me laver quand soudain je vois les orteils des deux pieds de ma voisine tournes vers moi, comme si elle pouvait me regarder derrière une glace sans tain. Mais la cloison était bien opaque. Je regarde plus attentivement la paroi et je vois encore un trou. Je commence à me dire que toutes les cloisons sont percées.

De temps en temps, le trou devient clair, puis foncé. J'en déduis que la fille est en train de me mater à travers le trou. Ca me provoqua une érection et le bout de mon gland commença à sortir par le haut de mon maillot. Je sent qu'elle me regarde car le trou rester foncé, sûrement obstruer par son oeil qui me regarde au travers.

Je suis en complète érection et j'ai une sérieuse envie de me branler. Le fait d'être espionner m'exister franchement. Je décide donc d'enlever mon maillot pour pouvoir me branler et lui montrer ma belle… en érection et mes couilles pas trop poilues. Il faut dire que pour un mec je suis beaucoup moins poilue que certaines fille voir même beaucoup et malgré la taille modeste de mon sexe (16cm en érection) les filles le trouve super mignon et bien travailleur, le plus important.

Je suis face à elle et commence à me branler doucement d'une main et de l'autre je me caresse les couilles. C'est super bon même si c'est moi qui me branle. J'ai des spasmes au ventre de plaisir et quand je sens que je vais éjaculer, je me rapproche de la paroi, pose la sortie de mon gland sur le trou et éjacule dans une succession de jets sur la paroi et peut être à travers le trou malgré sa petitesse.

J'ouvre les yeux et je vois mon sperme être aspirer par le trou, je n'en reviens pas, elle est en train de boire mon sperme par un petit orifice alors que l'on ne se connaît pas, je ne sais même pas a quoi elle ressemble.

Du coup, je bande toujours autant.

Je décide de m'accroupir rapidement pour regarder sous la paroi la personne qui est encore en train d'aspirer mon sperme. La je vois deux cuisses accroupies grandes ouvertes avec une main qui va et vient à l'intérieur d'un antre plus que mouillé par ses sécrétions intimes. Je suis hypnotiser par cette vue. Une chatte bien épilée, les lèvres complètements ouvertes par le plaisir et son petit bouton de plaisir bien gonfle et très sensible à ses attouchements. De plus elle a un petit dauphin tatoué sur son aine a l'endroit de l'appendicite donc cache par le bas d'un maillot de bain. Un petit tatouage que pour les intimes.

Pour garder tout le mystère de cette rencontre, je remets rapidement mon maillot de bain, sors de la cabine et je vais directement dans la piscine pour me rafraîchir les idées voir autre chose.

Une fois dans la piscine je commence à nager lentement et ça fait du bien. Je n'arrête pas de penser à ce qui vient de sepasser et ma… n'arrive pas à dégonfler.

J'observe les personnes que viennent se baigner et j'essaye de voir qu'elle fille à bien pu me faire un tel cadeau. J'espere qu'elle n'est ni moche, ni vieille. Mais vu son charmant petit minou, ça ne devait sûrement pas être une vielle ni une grosse. Il reste toujours un doute sur son visage.

D'un coup, plusieurs filles arrivèrent en même temps au bord de la piscine, toutes les unes plus jolie que les autres, sûrement des filles d'une agence de mannequin ou d'hôtesse. Elles parlent toutes ensembles et rient de je ne sais quoi. L'une d'elle parcourt rapidement la piscine comme si elle recherchait quelqu'un, une connaissance peut être, voire une future connaissance. Je ne sais pas si c'est elle ou pas, il faudrait qu'elle m'ouvre ses cuisses pour que je puisse la reconnaître ou qu'elle m'embrasse à pleine bouche que je reconnaisse le goût de mon sperme.

Oui, j'ai déjà goûté plusieurs fois par l'intermédiaire de mes différentes conquêtes qui m'avaient bien sucé et avaient gardé cette liqueur en bouche afin de la partager dans de fougueux baisés.

Quand elle m'aperçut au milieu de l'eau elle me fixa droit dans les yeux, son regard m'électrisa et je bandais de nouveau dans mon maillot de bain mais mon sexe était cette fois ci en travers et ne sortait pas du maillot. Elle me fit un clin d'oeil et vint passer le bout de sa langue sur la commissure de ses lèvres comme s'il lui restait encore un peu de ma semence.

Je n'en peux plus, c'est elle, j'en suis sur, je n'ai qu'une seule envie la prendre la comme une bete. Je m'approche d'elle ainsi que du bord du bassin en avançant sous l'eau afin de sortir ma tête de l'eau qu'au dernier moment.

Au moment de ressortir de sous l'eau, j'entends quelqu'un qui plonge par-dessus moi et une fois ma tête hors de l'eau plus personne sur le bord. Je me retourne rapidement et vois ma belle naïade revenir vers le milieu de la piscine rapidement comme si elle avait perdu quelque chose.

Et oui je vis au milieu de la piscine, plus prés de moi que d'elle un morceau d'étoffe blanche qui flotte entre deux eaux et je reconnus tout de suite son bas de maillot de bain. Une chance, je me précipite pour l'attiendre le premier, ce qui ne fut pas trop difficile, afin de lui donner et d'engager la conversation.

Nous étions l'un en face de l'autre, moi son maillot à la main, elle dans son plus simple appareil.

- Bonjour, je crois que c'est à vous, je lui dis.

- Euh, c'est vrai et puis-je la récupérer car je suis un peu gêné comme ça me dit-elle.

- Je ne sais pas, j'aime bien cette situation cocasse. D'ailleurs j'ai l'impression que vous l'avez fait exprès car perde son bas de maillot complètement est assez rare, il reste souvent a mi-cuisse voir aux pieds ?

- Peut être un peu mais maintenant je suis de plus en plus gêné, s-il vous plait dépêcher vous de me la rendre, il y à du monde qui arrive.

- D'abord votre prénom, après on verra.

- Natacha, aller s'il te plait.

Elle commence à me tutoyer.

- Moi c'est Olivier, enchante. Je vois qu'on peut se tutoyer maintenant.

- Si tu veux, donnes-la moi.

Je l'avais mis dans mon maillot pendant qu'on discutait malgré le manque de place vu l'état d'érection de ma verge.

- Je ne l'ai plus, regarde mes mains.

- Arrêtes de déconner, je suis de plus en plus mal.

- Je suis sur que ça t'excite quand même un peu.

- Oui, tournes toi un peu, il y a du monde derrière toi.

Pendant qu'elle me dit ça elle me pousse fortement en arrière et s'agrippe en même temps à mon maillot de bain. Le temps de réagir, je suis tombé en arrière la tête sous l'eau, les pieds en l'air. Je me remets debout et je sens comme un problème, je suis moi aussi nu comme en vers. Elle me sourit et me montre qu'elle à dans ses mains les deux bas de maillot de bain.

- C'est plus drôle comme ça, on est à égalité maintenant sauf que c'est moi qui ai les deux maillots.

- oui on peut voir ça comme ça, heureusement que personne ne nous voit comme ça.

Les gens préfèrent être dans le jacuzzi bien chaud que dans la piscine.

- Mais tu es en forme me dit-elle en regardant mon bas ventre, ça fait deux fois que je la vois comme ça aujourd'hui.

Ca y est, plus de doute c'est elle qui était dans la cabine tout à l'heure. Bonne pioche me dis-je dans ma tête.

Elle se rapproche de moi, met une main sur la… qui me fait mal tellement est bande, l'autre main autour de mon coup et m'embrasse à pleine bouche. Je reconnais le goût de mon sperme. Elle laisse tomber ma verge, les maillots et mets ses deux bras autour de mon coup en continuant de m'embrasser. Pendant ce temps, elle passe ses jambes autour de ma taille et s'empale sur mon sexe avec l'aide de mes mains.

C'est divin, mais j'ai peur que les autres nous voient comme ça, qu'ils sortent de leur jacuzzi pour venir se baigner.

Je lui susurre donc a l'oreille que j'ai envie de prendre une douche bien chaude.

Elle se décroche de moi, je plonge chercher les maillots, on les remet puis nous sortons ensemble de la piscine.

Elle regarde ses copines dans le jacuzzi qui lui font un clin d'oeil. Elles doivent donc être au courant je me dis.

Nous rentrons tous les deux dans la même cabine de douche en faisant attention que personne ne nous voit entrer. Nous refermons soigneusement le rideau afin qu'il soit bien hermétique aux regards.

Je la prends dans les bras, et l'embrasse à pleine bouche. J'en profite pour la caresser partout sur le haut du corps, les fesses et j'en profite aussi pour lui enlever son haut de maillot que je laisse tomber par terre.

Je me détache de sa bouche pour venir l'embrasser dans le coup, descendre vers ses seins et lui sucer, lui lécher puis lui mordiller ses tétons bien tendus par l'excitation pour enfin arriver à son puits d'amour.

Je lui enlève sa culotte et commence à lui lécher sa chatte. Pour atteindre plus facilement son clitoris et l'accès de sa grotte intime, elle pose les épaules sur la paroi pour prendre appuis et pose son pied son mon épaule. Ses grandes et petites lèvres son grande ouverte et je peux donc rentrer ma langue à l'intérieur de son vagin. Son petit capuchon et lui aussi bien de sortie et je le lèche, le suce et le mordille.

Sa jambe en appuis fléchit sous ses spasmes et les sensations électriques qui luiparcourt son corps que lui procure ma langue sur son clitoris turgescent et gonflé de plaisir, mais elle résiste et reste debout aider par mes mains qui la soutienne.

Elle dégouline de cyprine et je bois ce nectar qu'elle m'offre grâce au plaisir intense que lui procure mes caresses buccaux-génitales. Elle est obligée de se mordre les doigts ou les lèvres pour ne pas hurler son plaisir.

Je me mets debout, me place derrière elle pour enfin la prendre et la pénétrer, pour me sentir en elle et qu'elle me sente aussi en elle, qu'il y ait une osmose entre nos deux corps, qu'on ne fasse plus qu'un et que le plaisir nous submerge ensemble.

Pendant les vas et vient entre ses reins, la tête posée entre ses bras eux même posées sur la paroi, je lui caresse ses seins d'une main et son clito de l'autre. Nous sommes tous les deux au bord de l'explosion, j'accélère mes doigts sur son clito et elle jouit instantanément.

Son corps arrive à peine à rester debout, elle se relâche tellement que d'un seul coup je sens un liquide chaud sur ma main, elle est en train d'uriner et c'est tellement excitant que je redirige son jet avec ma main sur mes couilles et cette sensation de chaleur a pour but de me faire éjaculer au plus profond d'elle.

Nous restons dans cette position sans rien dire afin de profiter du moment présent et que nos coeurs reprennent des rythmes plus normaux.

Je sens que ma verge commence à dégonfler.

Je l'embrasse dans le cou, puis dans le dos, puis je descends vers ses reins en laissant glisser ma langue le long de sa colonne vertébrale. Elle est parcourue de frissons. Ma langue arrive au niveau de sa raie et je continue vers son petit guichet. Je continue encore plus bas jusqu'à son clito en passant par l'entrée de son vagin dégoulinant de nos secrétions. Le goût de mon sperme ne me gêné pas, je prends un peu de cette mixture, sperme et cyprine, sur le bout de ma langue et viens titiller son clito. Elle commence à reprendre du plaisir. Je remonte vers son petit guichet en prenant au passage de cette mixture ce qui me permettra de lui lubrifier son petit trou. J'arrive à son petit trou et je commence à y insérer ma langue de plus en plus profond. Elle ne dit rien et a plutôt l'air d'apprécier vu qu'elle prend ma tête dans ses mains et m'attire vers elle comme si elle voulait que ma langue soit encore plus au fond de sa plus intime partie secrète de son corps.

Après m'être bien occupé de ses fesses, je colle mes lèvres sur ses petites et grandes lèvres afin d'aspirer tout ce mélange qui coule tout seul de son vagin. Je le garde en bouche, me relève et je l'embrasse afin qu'on partage le fruit de nos ébats. Nous apprécions tous les deux de partager ce nectar pendant un baiser de plusieurs minutes.

Je bande toujours très fort et elle s'en aperçoit. Apres notre fougueux baissé, elle descend verge ma verge qui pointe vers le plafond et l'enfourna dans sa bouche. Elle suce le gland doucement, descend lécher mes testicules, puis remonter vers le frein en léchant mon membre sur toute sa longueur puis me reprend en bouche. C'est divin, peu de temps après, sous l'excitation intense, au plus profond de sa bouche j'éjacule mais peu de sperme car la troisième fois de suite en si peu de temps, la quantité n'est plus la mais le plaisir oui et heureusement.

Une fois ma verge sortie de sa bouche, elle prend la pomme de douche qui nous arrosait depuis le début et dirige le jet sur mon gland. Je ne savais pas ce qu'elle cherchait à faire. Dans les secondes qui suivirent, j'avais l'impression que j'allais éjaculer. Ces petits jets d'eau assez puissants car ils étaient près de mon gland me faisait la même impression qui si j'allais éjaculer. Et au moment fatidique, je n'éjacule pas mais j'urine. Je lui urine sur la figure, dans sa bouche qu'elle a ouverte mais elle ne boit pas, dirige le jet d'urine vers ses seins pendant qu'elle se masturbe avec ce liquide jaune et chaud qui lui coule entre ses cuisses grandes ouvertes.

Elle venait de m'apprendre qu'après avoir éjaculé, on peut pisser même en bandant avec un simple jet d'eau. La sensation était la même qu'au moment le plus intense, juste avant l'éjaculation. (a vraiment essayer).

Je la relève, nous nous embrassons une nouvelle fois fougueusement, nous nous sommes laver puis nous sommes sortis pour aller nous habiller.

Nous avons prit nos affaires dans nos casiers et nous avons prit de nouveau une cabine pour nous deux, nous formions un couple fusionnel malgré que l'on ne se connaisse que depuis quelques minutes. C'était un vrai de coup de foudre mutuel.

Elle s'habille devant moi, je la regarde nu, assis sur le tabouret, subjugué par sa beauté. Elle commence à mettre une petite culotte blanche en dentelle, un soutient gorges à balconnet en dentelle, son petit chemisier blanc bien transparent qu'elle ne ferme pas jusqu'en haut et dont on peut voir le haut en dentelle de son soutien gorges, sa jupe aussi blanche que le reste qui lui arrive à mi-cuisses voir plus haut et des chaussures blanches a talons mais pas trop hauts. On aurait dit un ange.

Et moi, j'étais toujours nu, assis mais en pleine forme car je bandais de nouveau.

- Alors pas encore habille me dit-elle.

- Euh ! , Je t'admire.

- Bon je vais t'aider puisque je vois que tu n'es pas en état de le faire tout seul.

Elle se baisse pour prendre mon caleçon qui était dans mon sac et commence à me passer les jambes dans les trous. Au moment de passer mes fesses et faire rentrer ma verge en érection, elle s'arrête et prend ma verge dans la bouche, une dernière fellation. Elle part du gland, descend vers les couilles puis passe sous les couilles pour finir par me lécher mon petit guichet. Elle tourne sa langue autour de mon oeillet et fait rentrer la pointe de sa langue a l'intérieur. C'est la première fois et ce n'est pas désagréable du tout, je dirais que ça me plait beaucoup. Elle remonte le long de ma verge puis prend mon gland dans sa bouche chaude et humide, et lui fit faire des allers et retours du bout de ses lèvres au fond de sa gorge. Je ne mis pas longtemps a venir, mais les contractions de ma verge pour éjaculer ne fit quasiment rien sortir. Elle m'avait complètement vidé. C'était la première fois mais quelle fois.

Je finis par m'habiller tout seul. Je mets mon manteau et elle sa veste blanche qui lui arrive un peu plus bas que sa jupe c'est à dire mi-cuisse.

Juste avant de sortir de la cabine, une idée me vint et surtout une interrogation. Sa culotte était-elle sèche ou humide du a la précédente fellation. Je mis donc une main sous sa jupe pour voir et sans grande surprise elle était bien humide.

- Tu ne devrais pas rester comme ça, tu va prendre froid.

- Je te vois venir avec tes gros sabot.

- Non, c'est pour ta santé que je dis ça.

Je mis mes mains de chaque cote de sa petite culotte et la descendit pour lui retirer.

- Te peux me la donner maintenant que tu me l'as retiré pour que je la range dans mon sac.

- Non je la garde, quand j'aurai besoin de ta présence et que tu ne seras pas la je pourrais la sortir et la sentir. Tu vois, comme ça.

Je la pris dans la main, la présenta a mon nez et huma l'endroit ou ses lèvres avait déposé ce délicieux nectar. J'en profita aussi pour lécher cette cyprine qui s'y est accumulée.

- Bon on y va maintenant me dit-elle.

- D'accord, un petit resto pour reprendre des forces, je crois que j'en ai besoin.

- Moi aussi.

Nous sommes sortis de club de sport bras dessus bras dessous pour aller au resto.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


4795
b
Moi aussi !
14 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour et sexualité - l'un peut-il aller sans l'autre

image

C'est justement sur une histoire très érotique via le net que nous nous sommes rencontrés.. Si je suis restée avec lui après c'est qu'il m'apporte tant de tendresse et d'amour que c'en est désarmant… Je sais que mon histoire est bizarre. On...Lire la suite

Tous au louvre !

image

Vu il y a quelques jours sur le net : " Erotisme : le syndrome Rubens. Pour de nouvelles aventures érotiques, suivez le guide… C'est en substance ce qu'affirment les chercheurs italiens de l'Institut Romain de Psychologie. Après avoir étudié...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages