Histoire vécue Sexualité > Récits érotiques      (582 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le photographe - chapitre xii

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 2634 lectures | ratingStar_12079_1ratingStar_12079_2ratingStar_12079_3ratingStar_12079_4

CHAPITRE XII.

Lundi matin.

La sonnerie de mon portable me réveilla.

Je laissais sonner. Pas envie de répondre. Je voulais rester paresser encore un peu, dans ce grand lit au contact de Sophie dont la peau me semblait aussi dorée au contraste des draps blancs qui la recouvraient à moitié.

Lune de ses jambes menlaçait la taille et je nosais pas bouger de peur de la réveiller.

Elle était jolie ainsi, encore pleinement endormie, tournant lentement sa tête avec cette régularité qui annonçait quelle allait bientôt se réveiller.

À quoi rêvait-elle ? Je ne le lui demanderai pas.

Jappelais le room service et commandais les petits-déjeuners.

En principe le petit-déjeuner ne fait pas partie de mon rituel matinal mais dans un Palace il était hors de question de rater ce cérémonial.

La femme de chambre frappa à la porte et entra discrètement mais les quelques paroles de cette dernière eurent pour effet de réveiller Sophie.

Sophie, sans madresser la moindre parole, fila sous la douche et réapparu quelques dizaines de minutes plus tard dans un peignoir blanc.

Sapprochant de moi, elle me gratifia dun baiser sur les lèvres et me dit : J'ai rêvé de Chloé cette nuit.

Cest bizarre, moi aussi lui répondais-je et je poursuivais : … Enfin, de nous trois Mais je ne me souviens pas des détails de ce rêve…

Je mentais.

Moi non plus me fit-elle. Manifestement, elle me mentait également.

Tu sais quoi reprit-elle ? J'ai pensé que plutôt que de rentrer à Paris en avion, nous pourrions prendre le train, j'ai envie dune nuit en train avec toi.

Je trouve cette idée géniale et nous partirions quand ?

Ce soir me répondit-elle. Je moccupe des billets ce matin, je vais passer saluer mon ami Stefano et on se retrouve pour déjeuner ok ?

Je luis confirmais que jétais daccord avec le programme quelle me proposait.

Sophie shabilla puis partit en me lançant Ciao Bello, à tout à lheure.

Seul dans la chambre, je décidais que consulter ma messagerie.

Un mail de Florence daté dhier soir Dimanche.

Hello Pierre,

Comment vas-tu et où es-tu ? Impossible de te joindre. Bah, comme tu nes pas là je técris pour te tenir au courant de mes dernières aventures…

Je pressentais quelle allait me parler de son peintre, Carlo, le beau Carlo. Il magaçait un peu celui-là. Je poursuivais la lecture de ce mail dont la longueur mannonçait des détails précis de ses récentes aventures comme elle disait.

Tu sais Carlo dont je tai parlé la semaine dernière, et bien je lai revu Samedi. Jétais à nouveau au café en bas de chez moi et badaboom Carlo y était attablé et me dit naturellement en me voyant quil était venu là… pour mattendre en espérant que je descendrais de chez moi.

Comme une gourde, je lui avais dit que jhabitais au-dessus de létablissement.

Je te passe les détails, on prend un café, il me parle de sa peinture, me répète à nouveau avec son accent charmant quil rêve de mavoir comme modèle, quil en a même parlé à sa compagne qui sappelle Delphine et, je te le donne en mille, il lui a même demandé si elle accepterait de poser avec moi sous réserve que jaccepte également.

Je lécoute parler, avec sa voix grave, avec ses mains qui faisaient des gestes et je ne sais pas ce qui me prend mais jaccepte sa proposition et il appelle Delphine au téléphone pour lui annoncer la nouvelle et nous convenons de déjeuner ensemble, chez eux.

Leur appartement qui est aussi le studio de Carlo est assez génial, il y règne un grand sentiment de liberté et lon sy sent bien immédiatement. Rien nest vraiment rangé, mais ce fouillis général fait partie du décor. Je nimaginerais pas cet endroit rangé. Delphine me reçoit avec un large sourire, Carlo fait les présentations et elle menserre dans ses bras en membrassant. Javais limpression de la connaître depuis déjà des années. Bref, je me suis senti totalement en confiance immédiatement.

Je poursuivais la lecture de ce mail.

Pendant que Delphine préparait une salade légère, Carlo déboucha une bouteille de vin Argentin très frais un véritable petit velours Delphine était pieds nus, vêtue dun jean délavé et dun débardeur noir.

Nous nous sommes attablés et Carlo commença à nous parler du thème de loeuvre picturale quil souhaitait réaliser et dont nous serions Delphine et moi les deux modèle.

Il commence à nous parler de la féminité, de la beauté des corps, de la sensualité de nos visages, de leur complémentarité. Il nous dit que nous sommes à nous deux réunies ce que lon peut trouver de plus sensuel dans la Femme et que cest pour cette raison quil souhaite justement nous réunir.

Le récit de Florence devenait de plus en plus piquant et il me tardait de lire la suite.

Carlo nous resservit à toutes les deux un grand verre de ce vin argentin et leffet de cet alcool commençait à nous détendre. Nous étions là à boire justement ces paroles. Il nous explique alors quil souhaite réaliser un tableau qui symboliserait cette complémentarité de nos sensualités qui sopposent et sattirent en même temps. Delphine linterrompt et lui demande dêtre plus précis et Carlo nous répond quil souhaiterait nous pendre alors que nous nous embrasserions passionnément sur la Bouche.

Delphine se tourne alors vers moi et me dit dun ton complice quelle se doutait bien que tôt ou tard Carlo lui demanderait de se prêter à ce type de pose, et quaprès réflexion et mavoir rencontrée, pour ce qui la concernait ny était pas opposée.

Et tu sais quoi ? Et bien j'ai répondu à Delphine, que moi aussi, jétais daccord.

. Carlo était visiblement ravi et nous avons décidé de commencer immédiatement la séance. Carlo nous suggéra de nous mettre bustes nus et dans la folie du moment, jacceptais également.

Jétais de plus en plus excité et ce dautant plus que je connaissais Delphine pour lavoir déjà vue sur lécran de mon ordinateur, ce que Florence ignorait totalement, et que je trouvais que lanalyse de Carlo était assez proche de la vérité.

Et me voilà à moitié nue aux cotés de Delphine. Nous sommes un peu gênées, nosant pas se toucher lune lautre. Carlo explique la pose quil entend peindre. Les deux femmes doivent mutuellement prendre le visage de lautre, en enfouissant leurs mains dans la chevelure de lautre, les deux visages étant soudés par deux bouches féminines qui sembrassent avec fougue.

Florence poursuivait son récit :

Pour ma part, je nai jamais embrassé de femme et je tavoue que cette séance de pose moffrait un excellent prétexte pour cette première expérience que javais rêvée depuis longtemps, peut-être par simple curiosité, mas sans jamais trouver loccasion de la réaliser.

Carlo nous demanda donc de nous embrasser et cest naturellement Delphine qui prit linitiative. Delphine me saisit le visage, je sentais ses mains fouiller ma chevelure et limitais en tentant de ne pas trembler. Cette situation nétait pas sans provoquer en moi une grande excitation que je sentais naître grandir dans mon intérieur intime. Delphine approcha son visage de plus en plus près, premier contact de ses lèvres humides et généreuses, puis de sa langue tentant de se frayer un chemin dans lespoir de rencontre la mienne. Nos deux langues se mêlent et sentremêlent, tournoient lune autour de lautre et nous prenons immédiatement plaisir à ce premier baisers fougueux et commandé .

Carlo nous demande de ne pas bouger mais cela est impossible et nous lentendons à peine. Dans cette tourmente amoureuse, nous ne pensions plus quà nous deux et Carlo qui souhaitait nous diriger navait plus dès lors quun rôle passif. Je pense quil aurait pu partir sans que nous nous en rendions compte.

Sentant quil ne pourrait plus nous diriger, il se saisit de son appareil de photo numérique pour nous photographier se disant quil pourrait ainsi disposer dune multitude dimages fixes dont il pourrait par la suite sinspirer pour la réalisation de son tableau.

Il approchait son appareil si près de nous, si près de nos deux bouches réunies, que nous pouvions lune et lautre sentir son parfum et son souffle qui se faisait de plus en plus fort. Puis Carlo posa son appareil et commença à caresser délicatement la poitrine de sa femme en lui disant à mon propose de me faire ce quil lui faisait. Delphine,, tout en continuant à membrasser saisit mes deux seins de ses mains douces et alertes puis se mit à titiller avec habilité mes deux tétons qui se dressèrent immédiatement. Encouragé par ma réaction, Carlo tout en continuant à caresser sa femme glissa son autre main sous ma jupe quil fait glisser le long de ma cuisse, remontant lentement vers mon slip. Je ne réagissais pas et linvitais donc à poursuivre son chemin .

Je bandais à la lecture de cette confession intime.

À ce moment précis, jentendis le bruit caractéristique dun zip de fermeture éclair. Delphine était en train de libérer Carlo de son jean et fit jaillir son sexe qui se dressait à nous, pour nous, pour nous deux. Elle me proposa que nous le sucions ensemble. J étais très excitée de cette proposition et me mit à genoux devant le sexe de Carlo. Pendant que Delphine lui caressait les bourses, je pris son sexe dune main, le branlais doucement puis passais ma langue autour de son gland, la faisant tournoyer et décidais ensuite dengloutir que je sentis se cogner contre ma glotte. Je tentais de demeurer ainsi, emprisonnant lintégralité de sa tige dans ma bouche pendant que Delphine lui gobait alternativement les bourses. Puis Delphine se retire pour se déshabiller entièrement, me demanda de masseoir sur le canapé, décarter les cuisses et se positionna devant moi, à quatre pattes.

… Delphine sapprocha se mon sexe et entrepris de me lécher, écartant savamment les lèvres de ma vulve trempée pour mieux faire ressortir mon clitoris quelle sût me sucer à merveille. Carlo prit sa femme en levrette pendant que cette dernière achevait de me procurer un orgasme dont la puissance était décuplée par la vision de ce couple qui se donnait lun à lautre devant moi.

… Ayant joui très fortement je me dégageais pour mieux observer ce couple qui faisait lamour devant moi. Je caressais Delphine pendant que Calo la pénétrait. Elle lui demandait de maintenir un rythme très lent car elle souhaitait faire durer ce plaisir quelle sentait tout doucement monter en Elle. Entre deux gémissements, je lembrassais tout en passant une main sous ses jambes pour toucher et caresser son clitoris. Je caressais également la sexe de Carlo ou le maintenait enfoncé dans Delphine en collant ses bourses collés au vagin de sa partenaire. Puis Delphine explosa et je vis son ventre se contracter à plusieurs reprises. Cétait vraiment super et on sest juré de nous revoir très prochainement une nouvelle séance de pose.

Voilà, encore une expérience de plus que je tenais à te faire partager… Peut-être pourrais-tu nous accompagner un soir…

Bon et toi quoi de nouveau, tu as des nouvelles de ta petite métisse ?

Bises à et à plus.

Le mail de Florence mavait mis dans un état.

Je pris une douche froide, rangeait mes affaires et descendit à la réception pour régler la note, puis sortis pour maérer dans lattente du retour de Sophie.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


12079
b
Moi aussi !
14 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour et sexualité - l'un peut-il aller sans l'autre

image

C'est justement sur une histoire très érotique via le net que nous nous sommes rencontrés.. Si je suis restée avec lui après c'est qu'il m'apporte tant de tendresse et d'amour que c'en est désarmant… Je sais que mon histoire est bizarre. On...Lire la suite

Tous au louvre !

image

Vu il y a quelques jours sur le net : " Erotisme : le syndrome Rubens. Pour de nouvelles aventures érotiques, suivez le guide… C'est en substance ce qu'affirment les chercheurs italiens de l'Institut Romain de Psychologie. Après avoir étudié...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages