Histoire vécue Sexualité > Récits érotiques      (582 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le soudeur - récit érotique

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 10226 lectures | ratingStar_11470_1ratingStar_11470_2ratingStar_11470_3ratingStar_11470_4

Une histoire inspirée par un ami.

Je travaille tous les jours pour une usine de fabrication de chauffage comme soudeur.

Et non content dy laisser mon temps et ma santé, je me débrouille pour trouver du travail au noir. Dernièrement ma mère ma prévenu quune de ses collègues, que je connais un peu, cherche quelquun pour lui fabriquer une barrière en fer forgé pour la clôture de son jardin. Cest, à mon souvenir, une belle femme brune d environ 45 ans toujours habillée assez sexy, pas trop grande, pas trop petite, une belle poitrine opulente et un derrière à damner un saint. Je pris contact avec elle par téléphone et elle minvita chez elle afin que je prenne les mesures et dimension néçessaires et que je lui fasse une offre. Quand je la vis, elle me parut encore plus sexy que dans mon souvenir. Elle portait une robe noire très moulante qui ne me laissa pas indifférent, ce quelle dut remarquer car au fur et à mesure de ma visite, elle me présentait de plus en plus son anatomie, se penchant face à moi pour que je puisse contempler la naissance de ses beaux seins, relevant a jambe en la posant sur une marche pour me laisser, à travers la fente haute de sa robe noire, voir le haut de ses cuisses.

Le lendemain de la visite, je lui téléphonais afin de lui communiquer le prix que javais établi, elle laccepta en disant que ce nétait pas trop cher. Je lui précisais que le temps dinstallation de la nouvelle barrière prendrait plus ou moins deux jours.

Je lui proposais un Week end qui lui convenait et elle me dit que comme je nhabitais pas vraiment tout près de chez elle, je pouvais, si je le souhaitais, passer la nuit dans sa propriété afin de gagner un maximum de temps. Ce que jacceptais tout de suite avec une petite idée derrière la tête. En effet, depuis que je lavais revue, je ne pouvais mempêcher de fantasmer sur son corps.

Je me présentai le samedi matin chez elle vers huit heures. Anne, cest son prénom, vint maccueuillir. Visiblement, il ny avait pas longtemps quelle était réveillée à voir ses yeux fatigués. De plus, elle était encore en nuisette blanche transparente assez courte ce qui éveilla encore un peu plus mon appétit. Elle me proposa un café que je refusais, voulant me mettre au boulot le plus tôt possible pour ne pas trop souffrir de la chaleur, et je commençais à décharger.ma remorque. Vers 10h alors que javais déjà bien avancé, elle me proposa un verre deau fraîche que jacceptai avec plaisir. Elle avait revêtu un maillot de bain deux pièces dont le bas était un string. Je repris mon travail pendant quelle sinstallait dans le jardin sur un relax à quelques mètres de moi. Dès quelle fut assise, elle retira le haut saisit une bouteille dhuile solaire et commença à sen enduire les bras, les épaules, puis ses énormes seins quelle pétrissait littéralement sous mes yeux. Je dois avouer que je fus un peu déconcentré et jespérai quelle me demande de laide pour lui protéger le dos. Ce quelle ne fit pas.

Vers midi, je marrêtais pour manger mon pique-nique Elle mapporta une biere que jacceptais avec plaisir, elle se baissa pour me la donner et comme elle navait toujours pas mis de soutien, je pus voir sa belle poitrine se balancer sous mes yeux.

Je dus faire des efforts pour mempécher de lui sauter dessus et de la baiser sur la terrasse. Mon sexe commencait à gonfler sous mon bleu de travail dessinant une bosse qui ne laissait aucun doute sur mon état dexcitation. Elle ne parut pas le remarquer et me demanda veux tu que je te fasse visiter ta chambre. Là, je me dis cest gagné et je la suivis jusque dans la chambre dami. Il faisait si chaud dehors que la relative fraicheur de linterieur me paraissait être un frigo. Elle semblait ressentir la même chose puisque ses seins sous leffet de lair frais se tendirent faisant gonfler ses beaux tétons aux larges aréoles brunes. Je me dis que cétait le moment mais elle ne me laissa pas le temps puisque dès quelle meut ouvert la porte, elle me montra la chambre, me dit voilà, tu peux installer tes affaires ici, il y a une petite salle de bain là et elle sorti. Sous leffet de la déception, mon dard qui était en erection depuis, se mis tout de suite au repos. Tas encore trop fantasmé me dis-je et je me remis au travail.

Je suis encore en train de travailler, cest la fin de laprès midi quand jentends un Bonjour. Je me retourne et me trouve face à face avec une superbe rousse, la quarantaine au corps splendide, aux longs cheveux ondulés en jupe courte et T-shirt moulant. Cest vous qui êtes là pour la nouvelle barrière ? Anne narrête pas de men parler. Moi cest Sylvie, je suis sa meilleure amie, où est-elle ? Là bas dans le jardin lui dis-je un peu intimidé Merci à tout à lheure. Elle se dirige vers Anne qui sest réinstallée sur son relax, lui fais la bise et aussitôt retire chaussures, jupe et T-shirt sous lequel elle ne porte rien et se retrouve en string maillot de bain.

Elle sasseoit près de son ami qui prestement commence à lui passer de lhuile solaire sur le corps. Ca y est cest reparti, ma… se remet au garde-a-vous et je fantasme de plus belle.

Début de soirée Anne vient près de moi pour me proposer de partager un bon repas en compagnie de Sylvie, ce que jaccepte avec grand plaisir. Vers 19h, jarrête mon travail après avoir rangé tout mon outillage, et je me rend jusque dans ma chambre pour y prendre une douche et mhabiller un peu plus décemment.

Une demi-heure après jarrive dans la salle à manger vêtu dune chemise à manches courtes et dun jean. Quelle surprise ! Elles ne se sont pas rhabillées et sont en train de prendre lapéro en string… Puis la soirée se passe, nous mangeons après lapéritif un délicieux repas, en discutant de banalités. Malgré tout leur poitrines dénudées ne peuvent me laisser indifférent. Après lapéro, le vin lors du repas et un petit whisky en guise de digestif, je me sens en pleine forme et propose de débarrasser la table de de faire la vaisselle. Bien entendu, protestations polies de la part de ces dames et puis acceptation. Après mon enfermement pendant 1/2h dans la cuisine je reviens vers le salon. Et là, chose que je naurai pu imaginer, elles sont toutes les deux assises dans le divan, chacune dun coté, et chacune en train de se caresser, les jambes bien écartées, les pieds posées sur le canapé. On voudrait te demander un service dit Anne Lequel demandais-je. A ce moment là mon regard se pose sur la table du salon où sont posés une bassine deau chaude et fumante, une paire de ciseaux et deux rasoirs. On voudrait que tu nous rases. Je suis un peu décontenancé mais je réponds avec autant dassurance que je peux Avec plaisir… et me dirige vers la table du salon.

Par qui dois-je commencer ? Cest comme tu veux me répond Anne. Voulant lui faire honneur puisque cest elle qui ma invitée, je me saisis de la paire de ciseaux me met à genoux devant elle, et entreprend de commencer à élaguer son buisson. Sa chatte brune est bien touffue et commence, du à la caresse quelle sest prodiguée, à souvrir et à dégager une odeur ennivrante, laissant entrevoir son petit bouton caché sous son capuchon et ses petites lèvres toutes roses et déjà humides. Je risque un doigt dans sa vallée damour mais elle me repousse du pied en disant Dabord tu nous rases ensuite on verra. Mon pantalon va exploser mais je me résigne et continue à tailler dans ses poils. Une fois que j'ai coupé le plus gros, elle me demande de passer à Sylvie pendant quelle va chercher de la mousse à raser pour la suite des opérations. Je change donc de place et me retrouve face au joli minou tout roux de sa copine. Elle a continué de se toucher pendant que je moccupais dAnne et son sexe est carrément tout ouvert, luisant, laissant même échapper une goute de mouille qui coule jusque sur sa cuisse. Son sexe tout roux sur le blanc de ses cuisses mexcite au plus haut point, mais je me retiens et contemplant son clitotris déjà bien érigé je commence à dégager la pilosité de sa chatte nettement moins importante que celle dAnne. Je me saoule aux effluves de sa cyprine quand Anne revient une bombe de mousse à raser à la main…

Jen termine avec Sylvie et Anne, me tendant la bombe, me dit commence par moi .

Je lui demande si je peux la toucher pour faciliter le rasage et elle me répond positivement. Jétale de la mousse à raser sur son sexe et commence mon ouvrage délicatement par le pubis. Elle me demande de tout raser complètement. Pendant que je memploie à satisfaire ses désirs, Sylvie vient se mettre à genoux près delle dans le divan et commence à lembrasser avec gourmandise. Leurs langues semmellent sous mes yeux, puis elle lui touche ses énormes seins. Je continue de raser Anne, jen suis maintenant aux lèvres qui sont ouvertes et que je tends un peu avec les doigts pour me faciliter la tâche. Je sens quelle mouille de plus en plus et je vois sa mouille qui commence à séchapper de son vagin offert. A chaque fois que le rasoir effleure ses lèvres elle gémit, Sylvie est toujours en train de lui toucher les seins et lembrasse, elle a glissé une main entre ses jambes et se masturbe doucement. Je termine le rasage d Anne dont la chatte est maintenant complètement lisse, je lessuie puis jeffectue le même travail sur celle de Sylvie qui dégouline. Pendant que je mapplique Anne lembrasse sur la bouche, sur ses beaux seins blancs de rousse et lui pince les tétons de temps en temps. Sylvie nen peut plus et trémousse son cul et son ventre ce qui ne maide pas. Enfin, maintenant son minou est dans le même état que celui de sa copine : lisse et trempée de cyprine.

Elles se mettent toutes les deux à quatre pattes sur le divan, leurs beaux culs face à moi Lèche nous mordonne Anne. Ny tenant plus et ne demandant pas mieux, je plonge ma tête entre ses belles fesses et commence à lui lécher sa nouvelle chatte toute douce. Comme cest bon, mon jean va craquer, je louvre labaisse un peu et en sors ma queue gonflée de désir. De ma main droite je commence à doigter Sylvie, tout en léchant sa copine. Elles gémissent toutes les deux et sembrasse. Je me régale de la mouille dAnne puis je change et commence à bouffer le cul de Sylvie en passan ma langue dans toute sa raie, de son anus jusque sur son clitoris, ma main gauche sactive dans le sexe dAnne ou j'ai déjà enfilé quatre doigts qu elle accepte avec plaisir.

Bientôt elles jouissent toutes les deux, et je me retrouve la bouche et les mains pleins de leur jus si savoureux.

Elles retournent et sassoient toutes les deux dans le divan et aperçoivent mon sexe bien dur hors de mon pantalon. Anne dit On ne peut pas le laisser comme ça, allez, assied toi on va soccuper de toi. Je minstalle dans le divan après avoir retiré mon pantalon et mon boxer. Quelle belle grosse queue tu as me dit Sylvie qui lengloutit tout de suite. Elle est a quatre pattes sur le divan à coté de moi, Anne de lautre. Elles commencent toutes les deux à me pomper, chacune à son tour, puis les deux en même temps, se partageant ma… mon gland et mes couilles, les touchant, les léchants. J'ai vraiment le sexe en feu dautant plus que ces cochonnes savent y faire et font jouer toute leur expérience. J'ai quand à moi chacune de mes mains occupée à leur caresser la chatte. Elles se remettent à dandiner leur croupe sous leffet de mes caresses tout en continuant à me sucer en salivant abondemment. Je leur demande darrêter parce que sinon je vais jouir tout de suite et j'ai envie de mettre ma queue ailleurs que dans leurs bouches. Anne se lève et Sylvie sallonge sur le divan, écartant largement les jambes. La vision de son sexe tout rasé, gonflé ouvert et trempé mexcite à mort. Je me place sur elle et lui enfonce mon dard dun seul coup Aaaah, quelle est bonne ta… gémit-elle. Je commence des va-et-viens pendant quAnne vient se placer au dessus de sa copine, présentant sa vulve en chaleur à hauteur de sa bouche. Sylvie commence à la manger avec application, tantôt violemment en la bouffant, laspirant, la pénetrant avec sa langue, tantôt en sapplicant sur son petit bouton tout excité. Elle gemissent comme deux cochonnes puis Anne se lève et sort de la pièce pendant que je continue à baiser sa copine comme un fou. Elle relève son bassin comme pour chercher mes coups de boutoir et les prendre encore plus profond.

Puis Anne revient avec un gode dans chaque main. Elle me fait signe de me lever, ce que je fais ainsi que Sylvie, et elle sinstalle à quatre pattes une fois de plus dans le divan, nous presentant son beau minou gonflé de désir et sa petite rondelle. Godez moi ordonne-telle. Sylvie obéit saisit un des godes, le promène sur la fente de sa copine, lui stimulant un peu le clito, puis elle lui enfonce brutalement dans le vagin où il rentre sans efforts étant donné son état dexcitation. Jen veux un dans le cul .

Je commence à lui masser doucement son petit trou, son désir de se faire sodomiser est tellement fort que jenfonce et doigt et bientôt deux sans aucune difficulté. Je me baisse et plonge ma tête entre ses fesses pour lui lécher un peu lanus, j'ai sous le nez lautre gode que manipule Sylvie qui entre et qui sort de sa chatte dans un bruit indécent. Puis je me relève, prend le deuxieme gode, viens le présenter à lentrée de sa rosette et commence à lenfoncer tout doucement. Cest elle qui recule son cul pour venir le chercher et elle sy enfonce dun coup. Je commence à effectuer des allers-retours pendant que Sylvie en fait de même dans sa chatte. Elle hurle littéralement de plaisir. Enfin, elle sarrache le gode de son petit trou sinstalle sur le dos tout en gardant le gode enfoncé dans sa chatte et le dit… moi. Je la soulève un peu par les hanches et je commence une lente pénétration dans son cul qui souvre à moi aussi bien quune chatte étant donné le traitement quil a subit avant. Sylvie de son coté sest installée sur la tapis par terre et entreprend de se sodomiser elle même avec le deuxième gode. Je dois constament faire des efforts pour me retenir de jouir tellement tout ce que je fais, que je vois, que jentends, que je sens mexcite au plus au point.

Je continue de sodomiser Anne, elle passe sa main entre ses jambes et commence à manipuler le gode qui occupe sa chatte. Sylvie sest accroupie dune main elle se tient à terre, de lautre elle tient cette verge factice sur laquelle elle enfonce de plus en plus profondément laissant apparaître sur son visage une grimace de douleur mais surtout de plaisir. Bientôt elle se lest mis jusquau bout et commence des va et viens en gémissant. Je me retire de lanus dAnne et lui demande de sinstaller par terre sur le tapis les fesses en lair, Sylvie retire son gode et vient sinstaller dans la même position à coté delle. Je maccroupis, viens derriere elle et commence à la sodomiser, elle à glissé une main sur sa chatte et se masturbe violemment, puis je change et reviens dans le cul dAnne qui se caresse aussi. Jalterne plusieurs fois entre ces deux magnifiques posterieurs completements offerts. Enfin sous leffet combiné de mes pénétrations et de leur caresse elles jouissent toutes les deux. Je me retire et vient lacher tout mon sperme a long jets sur le dos dAnne puis sur celui de sa copine. Que cest bon. Elles se relevent et nous nous embrassons tous les trois. La nuit est loin dêtre finie et nous aurons encore loccasion de beaucoup nous amuser en variant les plaisirs.

Le lendemain je termine mon travail début daprès midi. Je remballe tous mes outils dans la remorque. Anne est très contente de sa nouvelle barriere. Sylvie est rentrée chez elle après mavoir dit au revoir en membrassant sur la joue comme sil ne sétait rien passé. Anne me remercie, me paye et me dit après mavoir fait juste une petite bise Jaurai bientôt du travail pour toi, il faudrait que jinstalle des grilles aux fenetres et disant cela elle saisit mon sexe à travers mon pantalon. Quand tu veux lui dis-je…

Voilà, jattends vos critiques bisous à toutes et bonjour à tous.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


11470
b
Moi aussi !
5 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour et sexualité - l'un peut-il aller sans l'autre

image

C'est justement sur une histoire très érotique via le net que nous nous sommes rencontrés.. Si je suis restée avec lui après c'est qu'il m'apporte tant de tendresse et d'amour que c'en est désarmant… Je sais que mon histoire est bizarre. On...Lire la suite

Tous au louvre !

image

Vu il y a quelques jours sur le net : " Erotisme : le syndrome Rubens. Pour de nouvelles aventures érotiques, suivez le guide… C'est en substance ce qu'affirment les chercheurs italiens de l'Institut Romain de Psychologie. Après avoir étudié...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages