Histoire vécue Sexualité > Récits érotiques      (582 témoignages)

Préc.

Suiv.

Ma collègue voulait une fessée

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 16329 lectures | ratingStar_30874_1ratingStar_30874_2ratingStar_30874_3ratingStar_30874_4

Je navais ce boulot que depuis quelques semaines. Je faisais encore connaissance avec mes équipes. Javais pris rendez vous ce jour avec lune delles.

Javais invité en réunion Sylvie, Alain et Sophie. Cétait assez informel juste un point sur les choses en cours que je découvrais encore.

Sophie arriva avec quelques minutes de retard. Elle sexcusa mais en plaisantant je la menaçais dune fessée pour la punir.

-Devant tout le monde ? Demanda-t-elle.

-Non ce soir quand les bureaux seront vides. Répondis-je.

Sophie accepta la plaisanterie sans rougir.

Elle avait trente cinq ans, mère de famille, un physique plutôt agréable, des rondeurs où il en fallait. Assez distante elle nétait pas du genre à shabiller sexy pour venir au bureau, toujours en jean, des pulls au dessus ou des t-shirts sans décolleté, une collègue ordinaire et sage en somme.

La réunion était finie depuis longtemps. Je restais tard au bureau me familiarisant avec les dossiers de la société, je pensais être le dernier présent.

La porte de mon bureau souvrit lentement, cétait Sophie.

-Bonsoir Sophie, vous êtes encore là ?

-Oui jattendais que tout le monde soit parti.

-Ha bon pourquoi ?

-Vous savez pour ma fessée.

Je riais me rappelant ma plaisanterie de laprès midi et je me penchais de nouveau dans mes dossiers sans penser plus loin.

Mais Sophie nétais pas partie. Elle sétait approchée et avait posé son sac à main sur mes dossiers. Je levais la tête vers elle et linterrogeais du regard, que voulait-elle ?

-Je suppose que cest cul nu, je dois me déculotter ?

Jétais estomaqué, je ne savais quoi répondre. Etait-elle dans la poursuite de la plaisanterie ou était-ce autre chose ?

Javais rapidement ma réponse. Sans un mot de plus Sophie défaisait sa ceinture. Elle déboutonna son jean et le baissa jusquà mi-cuisse. Sa culotte sage en coton blanc prit bien vite le même chemin.

Je découvrais que Sophie était une vraie blonde, elle avait une toison abondante et claire à peine plus foncée que ses cheveux.

Dun geste elle repoussa mon siège à roulettes et elle se coucha en travers de mes cuisses.

-Donne-moi ma fessée, je lai méritée.

Je contemplais ses fesses que je trouvais bien plus jolies que je navais imaginé, javais plus envie de caresser cette peau douce et tentante que de la battre, fesser nétait pas mon truc.

Elle agitait les fesses, réclamant son châtiment. Je donnais une première tape légère.

-Plus fort, je suis vilaine, je dois les sentir.

Je donnais la seconde, une vraie, ma main large laissa son empreinte rouge sur la peau si blanche.

-Encore comme ça vas-y !

Partagé entre lamusement et lexcitation je claquais une série résonnante sur son cul qui rougissait. Elle en gémissait de plaisir semblait-il et réclamait toujours encore.

La main me brulait presque, les fesses écarlates Sophie prenait son pied et jen restais étonné.

Je reposais mon bras, naturellement je caressais les fesses brulantes, jexplorais son sillon fessier. Elle se cambrait quand japprochais et frôlais son petit trou de cul, elle semblait apprécier. Un peu plus loin sa chatte était trempée, mon doigt sy enfonça avec une facilité déconcertante.

-Sophie, ça ta plu, tu es toute mouillée.

-Pardon, je suis une vilaine s@lope, je sais, punissez-moi ! Il est dans mon sac.

La punir encore parce quelle mouillait ? Sophie avait de drôles de jeux. Je prenais son sac à main et je louvrais. Il était vide mis à part deux objets, un tube de lubrifiant et un gode vraiment impressionnant. Lengin était nervuré et dun diamètre qui aurait fait honte à ma queue même bandée.

Elle tourna son visage vers moi.

-Cest mon plus gros, je nai jamais osé le mettre là, mais j'ai été si vilaine que je le mérite.

Elle avait posé un doigt entre ses fesses, me signifiant que là était son petit trou de cul.

Je nétais pas convaincu que lengin puisse passer mais elle sétait à nouveau baissée et tendait les fesses minvitant à lui introduire lobjet.

Jouvrais le lubrifiant et déposais une énorme noisette sur son petit illet, jen enduisais également lénorme sexe de plastique.

Le posais le gland artificiel sur sa rondelle et jouais doucement mais elle tendait les fesses, précipitait la pénétration.

Je poussais donc sur lengin. Elle écarta ses fesses de ses mains, elle cria quand le monstre la pénétra mais ne fit rien pour len empêcher.

Le gode était profondément planté entre ses fesses, Sophie en pleurait, je nosais le manipuler de peur de la blesser. Le laissant en place je passais ma main dessous et atteignais du doigt son clito.

Elle gémit dés les premières pressions, sans retenue, le cul défoncé elle jouit rapidement sous laction mon doigt bien placé.

Sophie se laisser couler jusquau sol, là elle leva les bras minvitant à lui ôter son pull, elle dégrafa ensuite elle-même son soutien gorge. Elle ouvrit ma braguette et sorti ma queue qui sétait durcie.

Sophie me suça bien, consciencieusement, jouant de sa langue avec délicatesse. Je ne résistais pas longtemps.

Quand je commençais à gémir de plaisir, que jallais exploser, elle finit en me branlant et me fit gicler sur sa poitrine blanche. Jaurais aimé dans sa bouche moi, mais elle trouvait son plaisir comme ça.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


30874
b
Moi aussi !
19 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour et sexualité - l'un peut-il aller sans l'autre

image

C'est justement sur une histoire très érotique via le net que nous nous sommes rencontrés.. Si je suis restée avec lui après c'est qu'il m'apporte tant de tendresse et d'amour que c'en est désarmant… Je sais que mon histoire est bizarre. On...Lire la suite

Tous au louvre !

image

Vu il y a quelques jours sur le net : " Erotisme : le syndrome Rubens. Pour de nouvelles aventures érotiques, suivez le guide… C'est en substance ce qu'affirment les chercheurs italiens de l'Institut Romain de Psychologie. Après avoir étudié...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages