Histoire vécue Sexualité > Récits érotiques      (582 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mon collègue et moi (dans la voiture)

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 15314 lectures | ratingStar_10526_1ratingStar_10526_2ratingStar_10526_3ratingStar_10526_4

- Non arrête Nicolas, arrête je te dis, on pourrait nous voir.

- Mais non, personne ne sort plus du parking à cette heure là. Allez, embrasse moi.

Je caressais sa barbe de 3 jours que j'aimais tant. J'aimais ce côté bad boy que ça lui donnait. Je lui aspira lentement la lèvre supérieur puis nos langues se confondirent. Nos respirations commencèrent à s'accélerer. Je passais du siège passager à celui du conducteur, à genoux sur Nicolas. Il prit à nouveau mon visage entre ses mains et recommença à m'embrasser en me regardant dans les yeux. Je sentais mon coeur se gonfler, mon venre se tendre, ma culotte se mouiller.

Le sexe de Nicolas aussi, sous ses caresses d'enfants commençait à durcir, je le sentais contre ma chatte et j'en avais de plus en plus envie.

- Non Nicolas, ce n'est pas raisonnable. On est au travail quand même.

Il descendit tout de même sa braguette, sortit de son jean l'objet de tous mes désirs, de toutes mes attentions depuis que, voici quelques semaines, sa femme nous avait ouvert la porte du vice. Il empoigna ce membre raide, d'une taille impressionnante, écarta ma culotte et l'enfourna dans mon sexe. C'était bon mais j'étais furieuse. Je n'arriverais donc jamais à résister à la tentation.Et si un jour on nous voyait ? Et Alix était elle au courant de cette relation à 2 ?

- Hummmmm, encore plus vite lui dis, prise par l'excitation.

- Je ne peux pas, mets toi face au volant, ce sera plus simple.

- D'accord. Je me retournais et finissais pas m'empaler sur sa queue. C'estlui qui donnait le rythme avec ses mains posées sur mes hanches. Rapide et doux à la fois, je n'en pouvais plus. Ma chatte était aussi mouillée que si il l'eut lêchée pendant des heures.

- On est en osmose, c'est bon. J'adore faire l'amour avec toi, gémissait-il.

- Moi aussi, répondis-je. Mais déja, son sexe me paraissait moins immense, j'en voulais plus sans oser le demander. Mes cheveux pris dans la bouche contribuaient à amplifier mon désir.

Nicolas ne dit rien, peut être sentait quela pression de mon vagin était moins forte sur son membre. Il sortit son sexe de mon antre, le remplaca par deux doigt, remonta vers mon petit bouton, l'impregna de mouille et empala mes fesses sur son sexe.

- Oh, mon dieu, c'est bon, c'est fort. Mais tu es fou, pas ici. Hum, plus vite. Tu aimes ça ? Tu aimes me prendre de tous les côtés ? Hum, c'est bon, continues, continues. J'avais l'impression de m'être empallée sur le levier de vitesse. Nicolas, maintenait le rythme, ne répondait rien, bien sûr qu'il aimait ça et qu'il aurait désormais du mal à s'en passer.

- Je dû alors retenir mon souffle quand n'en pouvant plus, je jouis, encouragée par la pression de mes doigts autour de mon clito. Mon anus se contractait autour du sexe amplide sang de nicolas. Lequel continua quelques secondes ses va et vient avant de décharger dans mes fesses.

Je remis ma culotte, il rangea sa queue dans son pantalon et je me retournais pour l'embrasser goulument. Ensemble, nous n'étions plus que deux bêtes de sexe mais à cet instant là, dans nos yeux, on pouvait lire beaucoup plus.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


10526
b
Moi aussi !
36 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour et sexualité - l'un peut-il aller sans l'autre

image

C'est justement sur une histoire très érotique via le net que nous nous sommes rencontrés.. Si je suis restée avec lui après c'est qu'il m'apporte tant de tendresse et d'amour que c'en est désarmant… Je sais que mon histoire est bizarre. On...Lire la suite

Tous au louvre !

image

Vu il y a quelques jours sur le net : " Erotisme : le syndrome Rubens. Pour de nouvelles aventures érotiques, suivez le guide… C'est en substance ce qu'affirment les chercheurs italiens de l'Institut Romain de Psychologie. Après avoir étudié...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages