Histoire vécue Sexualité > Récits érotiques      (582 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mon entretient vire à une immense envie

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 709 lectures | ratingStar_229974_1ratingStar_229974_2ratingStar_229974_3ratingStar_229974_4
Argh, un seul episode et mon coup de theatre est deja evente! 2eme episode, donc. Il pense presque que la femme de la librairie etait un reve lorsqu'il passe la porte de l'institut. A l'accueil, une charmante jeune femme blonde le dirige vers le bureau de Mme Barnier(tiens, je croyais que j'aurais affaire a un directeur) avec un sourire tres engageant. Il lui rend, persuade dans sa male arrogance d'avoir seduit l'appetissante donzelle. Il rentre dans le bureau de cette Mme Barnier. La dame est assise a son bureau, son attention portee a des dossiers poses devant elle. Elle leve enfin la tete. - Bonjour. Asseyez vous. J'ai accepte de vous recevoir mais l'age porte sur votre CV et celui que je constate a present me font craindre que vous ne soyez pas l'homme de la situation. - Oh, mais mes competences sont tout a fait a la hauteur, madame. Des le debut, quelque chose dans cette pièce est familier à Severin. Mais le regard doucement inquisiteur de la dame le perturbe. Ce parfum...c'est le parfum...il le reconnaît...mais non, ce n'est pas possible. - Je ne met pas en doute vos competence, mon cher...Severin...Mais cet institut a batit sa reputation sur une discipline exemplaire. Vous voulez me faire croire qu'un garcon comme vous est capable de se faire obeir de ses élèves, surtout adultes, monsieur? Le ton est ironique mais en même temps presque menaçant. - Mais, mais bien sûr, Madame. Je ne suis pas si jeune. Je peux avoir l'autorité suffisante. Mais Severin bafouille, malgré lui il cherche à éviter le regard de cette Madame Barnier. Il se tortille sur sa chaise. Le parfum l'obsède, des images de la librairie lui reviennent. - Vos competences...Je crois que vous lisez beaucoup, monsieur... Severin glisse son regard sur son sac, persuadé qu'il est grand ouvert, livrant son contenu à Madame Barnier. Mais non. Il distingue pourtant le regard amusé de la dame. Elle se lève. - Ne faites pas cette tête-la. Vous ne desirez pas partager avec moi votre trouvaille? Allons, ne soyez pas ridicule et ouvrez plutot votre sac. Alors, ça vient? La femme est assise sur le bureau, elle se penche vers Severin, l'enivrant de son parfum, de ce regard mi amusé mi sévère. Il n'ose baisser les yeux vers son chemisier sagement boutonné mais subtilement transparent. Comme ayant devine le trouble qui gagne le jeune homme, elle insiste. Quand je demande quelque chose, sachez monsieur que je n'aime pas attendre. Un sourire adoucit l'ordre mais elle n'en attend pas moins qu'il s'execute. - Madame, je ne cherche pas à vous faire attendre, mais... - Montrez-moi donc ce livre...Oh, ces gravures! C'est du propre...ce jeune homme à genoux qui regarde sous les jupes de la dame! - Oh, je suis confus madame...ce livre...je... Severin ne sait plus où se mettre. Il est rouge de honte : cette femme, sa future patronne qui trouve ce livre. Mais il reste là, recroquevillé sur sa chaise, lui ce grand jeune homme si sûr de lui quelques instants plus tôt. Il sait qu'il devrait se lever et partir en claquant la porte, ne pas laisser cette femme lui parler ainsi, comme à un gamin qu'on gronde. Mais il ne peut pas. Lorsqu'elle s'est levée et est venue devant lui, il a d'abord été séduit par son allure. Son regard est descendu doucement sur sa gorge, sur sa poitrine gonflant voluptueusement son chemisier, sur ses hanches, puis son sang a bouilli quand il a reconnu la longue et ample jupe fendue et les escarpins. Son regard est remonté d'un coup pour découvrir un sourire et l'ordre sec d'ouvrir son sac. C'est elle, et elle sait. Sa superbe, son appétit d'homme se sont écroulés face à cette femme. Il n'a pu alors que baisser les yeux et bredouiller des mensonges. Pris en faute comme un gamin. Madame Barnier retourne à son bureau, emportant le livre. - J'en aurais meilleur usage que vous. Mais vous pourrez le lire, en étude, avec moi ou l'une de mes assistantes. Est-ce clair? - Ooui...oui madame. Je...je suis engagé? - Mais oui. Je pense que nous pourrons vous trouver une place ici. Voyez ma secrétaire pour les détails. Solange? Je vous envoie monsieur Severin. Veuillez vous en occuper.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


229974
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour et sexualité - l'un peut-il aller sans l'autre

image

C'est justement sur une histoire très érotique via le net que nous nous sommes rencontrés.. Si je suis restée avec lui après c'est qu'il m'apporte tant de tendresse et d'amour que c'en est désarmant… Je sais que mon histoire est bizarre. On...Lire la suite

Tous au louvre !

image

Vu il y a quelques jours sur le net : " Erotisme : le syndrome Rubens. Pour de nouvelles aventures érotiques, suivez le guide… C'est en substance ce qu'affirment les chercheurs italiens de l'Institut Romain de Psychologie. Après avoir étudié...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages