Histoire vécue Sexualité > Récits érotiques      (582 témoignages)

Préc.

Suiv.

Petite histoire de soirée du bac

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 19617 lectures | ratingStar_23320_1ratingStar_23320_2ratingStar_23320_3ratingStar_23320_4

Caroline est heureuse comme jamais en rentrant chez elle en cette fin d'après-midi. Elle vient d'avoir ses résultats du bac, qu'elle obtient avec une mention bien inespérée qui la rend toute fière d'elle. Et elle a d'autres raisons d'être satisfaite de sa journée : sa meilleure amie Emilie a elle aussi eu son bac, et surtout elles se sont fait toutes les deux inviter à une petite fête improvisée dans la soirée chez un camarade de classe. A peine a-t-elle embrassé ses parents qu'elle file dans sa chambre. Elle pose son sac, et fait le tour de sa garde-robe, commençant à choisir ses affaires pour se préparer. Ce soir, elle veut s'éclater avec sa bande de copains pour en finir avec les longues semaines de révisions et de stress.

Bien qu'étant déjà majeure depuis quelques mois, Caroline songe qu'elle a passé avec succès le rite initiatique qui va la mener dans la monde des grands, à l'université. Aussi, elle décide de délaisser ses traditionnels jeans qu'elle porte quotidiennement, et arrête son choix sur une tenue plus sexy. Elle choisit une jupe noire et un pull rouge léger, ainsi qu'un ensemble soutien-gorge et culotte noirs en dentelle, et des collants de la même couleur. Puis Caroline change d'avis, et décide de remplacer ses collants par des bas. Enfin, elle file dans la salle de bain se déshabiller et se laver.

Sous la douche, elle s'imagine déjà comment va se dérouler la soirée. Sa soirée. Car ce qui rend Caroline aussi guillerette, outre sa réussite, c'est que, mis à part les garçons gentils mais un peu lourds de sa classe, elle va aussi retrouver Jonathan ce soir. Rien qu'à penser à lui en évoquant son nom dans son esprit, Caroline se sent toute chose. Jonathan n'est pas n'importe quel garçon. C'est un grand brun aux yeux bleus assez beau gosse, sportif, célibataire depuis que son ex l'ait plaqué en début d'année, et muni de ce qu'Emilie qualifie d'un "petit cul de rêve". Mais c'est surtout celui qui vient depuis plusieurs mois rejoindre Caroline chaque nuit, bien que pour le malheur de la jeune femme celui-ci ne vienne jamais que dans ses rêves. Cette dernière étant bien trop timide pour oser l'approcher, Jonathan n'est son amant que dans ses songes. Et lorsque la nuit tombe, et que Caroline se sent seule dans son grand lit, elle laisse ses mains parcourir son corps, ses seins, ses cuisses, et elle laisse ses doigts explorer son bouton d'amour, imaginant les caresses que lui prodiguerait son Jonathan qu'elle désire ardemment.

Toute perdue dans ses pensées, et après avoir fini une toilette minutieuse de son corps, Caroline a machinalement placé le pommeau de douche sur son sexe. La jeune femme n'a jamais encore eu l'occasion de sortir avec un garçon ; mais si Caroline n'est aucunement expérimentée avec les hommes, elle connaît à présent parfaitement son corps, et ne manque jamais une occasion de se donner beaucoup de plaisir lorsqu'elle en ressent le besoin. De sa main libre, elle dévale doucement les courbes de son corps, s'arrêtant sur ses tétons, son pubis savamment taillé, puis vient jouer avec son clitoris. Elle se masse alors vigoureusement l'entrejambe, introduisant un puis deux doigts dans l'antre de sa féminité jusqu'à ce qu'elle se soit fait jouir. Puis, après avoir récupéré ses esprits, elle se reproche hypocritement de s'être fait perdre du temps alors qu'il lui reste tant de choses à faire, et se lave les cheveux encore toute frissonnante du petit plaisir qu'elle vient de s'offrir.

Une fois sa douche terminée, elle attrape une serviette, se sèche, et entreprend de se vêtir. Elle passe le soutien-gorge, puis met sa culotte et enfile ses bas. Elle est toute heureuse de constater que son épilation de la veille lui laisse ce soir encore une peau de satin. Avant de finir son habillage, elle se regarde dans la glace, et se trouve particulièrement sexy. Ce soir, elle n'a pas le choix, il faut qu'elle soit la plus belle, d'autant plus que c'est peut-être sa dernière occasion de voir Jonathan. Après avoir constaté avec soulagement que son visage ne souffre d'aucune imperfection particulière, elle passe sa petite jupe qui lui couvre les genoux de quelques centimètres, et enfin revêt son pull qui ne lui sera pas inutile par ce mois de juillet aux soirées pourtant fraîches.

Caroline ne quitte pas encore la salle de bain. Elle termine sa préparation en se passant une touche de fond de teint, un soupçon de gloss sur les lèvres, et souligne ses yeux noisettes à l'eyeliner. Caroline n'insiste pas davantage sur son maquillage, car elle désire juste se sentir plus féminine ce soir. D'autant plus que cette petite brunette aux longs cheveux d'ébène est déjà bien assez mignonne au naturel. Il ne lui reste plus qu'à passer sa paire de chaussures préférée, et elle se sent fin prête pour cette soirée historique.

Les quelques minutes qu'il lui reste à patienter lui semblent interminables. Comme Caroline voudrait déjà être à cette soirée ! Mais elle doit attendre Emilie qui passe la prendre en voiture. Cette dernière prend aussi son temps pour se préparer, et Caroline ne manque pas de reprocher à son amie son retard dès son arrivée, qui bien qu'habituel est absolument impardonnable ce soir. A peine Emilie est-elle arrivée chez Caroline que les deux jeunes femmes sautent dans la voiture, Caroline prenant à peine de temps de souhaiter une bonne soirée à sa famille, devant le sourire amusée de sa mère et la mine inquiète de son père. Les deux jeunes femmes n'ont pas beaucoup de temps pour se parler, la balade en voiture ne leur prend qu'un petit quart d'heure. Elles se retrouvent bientôt garées devant la maison de Marc, qui organise la soirée. Elles entrent après que ce dernier soit venu leur ouvrir la porte, et découvrent une salle à manger transformée en petite boîte de nuit.

Parmi la vingtaine de personnes présentes, Caroline reconnaît les camarades de sa classe, avec lesquels elle a partagé les joies et les peines devant le panneau donnant les résultats du bac. Elle se met pourtant à refaire la bise à tout le monde, au seul prétexte de pouvoir la refaire également à Jonathan. Et, pour son plus grand bonheur, ce dernier lui a souri lorsqu'il l'a vue arriver, ce qui met la jeune femme en émoi. Bonne comédienne, elle n'en montre rien, et seule Emilie qui sait très bien la nature des sentiments qu'éprouve Caroline pour Jonathan devine ce que ce genre de détail provoque chez son amie.

Pendant quelques heures, les jeunes dansent sur la piste improvisée et délirent. Ils se remémorent leurs cours, leurs profs, leurs meilleurs et leurs pires moments de l'année et du lycée. Parfois certains font quelques pauses, pour aller boire ou grignoter quelque chose, pour aller griller une cigarette, ou pour aller discuter dans un endroit plus calme. C'est ainsi qu'Emilie, écoutant l'appel de son ventre, se retrouve à picorer dans la cuisine lorsqu'arrive Marc.

- Eh Emilie, ça te dirait un jeu ?

- Ouais ! C'est quoi ton jeu ?

- C'est un strip-poker !

- Cool ! Qui c'est qui veut jouer ?

- Pour l'instant il y a Didier, Nico et Stéphanie qui veulent jouer.

Emilie est pour sa part une jeune femme assez délurée, et trouve ce concept très amusant. Elle a vite compris qu'il y aurait plus de mecs que de filles pour jouer, et ne veut pas rater une occasion d'admirer les corps de ses camarades, dut-elle montrer à son tour certains de ses attributs. Mais elle y voit également une très bonne occasion de s'amuser. Aussi vient-elle chercher sa copine Caroline, toujours en train de danser, et l'amène à son tour dans la cuisine où le fond sonore leur permet de s'entendre.

- Caro, il y a Marc qui vient de me proposer un jeu, ça te branche ?

- Heu je sais pas, c'est quel jeu ?

- C'est un strip !

- Un quoi ?

- Un strip-poker !

- Hein ? T'es sérieuse ?

- Ouiii, ça va être super marrant !

- Non, ça ne me dit pas.

- Oooh, allez quoi…

Alors que Caroline s'apprête à tourner les talons et à regagner la piste de danse, où elle a passé le plus clair de son temps à reluquer Jonathan de loin, elle voit arriver Marc, accompagnée de l'homme de ses pensées. Marc interroge les deux jeunes femmes.

- Alors les filles, vous en dites quoi ?

Caroline n'a pas envie de jouer. Elle est surprise que Jonathan soit là, car elle ne pensait pas qu'il était le genre de garçon à accepter ce genre de jeu. Mais à présent, elle n'ose pas refuser. Elle ne veut surtout pas passer pour une fille coincée à ses yeux. De plus, Caroline pense que Jonathan pourrait lui aussi devoir se déshabiller, et elle ne supporterait pas que d'autres… puissent le voir nu. Aussi, elle prend sur elle, et lâche sur le ton le plus convaincant son approbation.

- Bon, d'accord.

Jonathan ne sait pas pourquoi Marc l'a fait venir, et demande naïvement à quel jeu ses camarades comptent jouer. Caroline manque de défaillir en réalisant que Jonathan n'était pas au courant, mais il est maintenant trop tard pour reculer. Et lorsque Marc lui parle de son idée de strip-poker, Jonathan, tout comme Caroline, est à son tour surpris que Caroline ait accepté de jouer à ce jeu, et se sent pris au piège. Il ne peut faire autrement que d'accepter, et ce sont finalement sept jeunes gens qui se retrouvent peu après dans le bureau du père de Marc. Chacun prend une chaise et s'assoit autour de la table. Marc prend la parole.

- Bon, alors on va d'abord se mettre d'accord sur les règles. A tour de rôle, on distribue cinq cartes, on peut en redemander une seule fois autant qu'on veut. Pour l'ordre des combinaisons, je vous écris tout ça sur un papier. On peut ne pas jouer en passant après la première distribution mais on ne peut pas passer deux fois d'affilée. Après, parmi ceux qui jouent, celui ou celle qui a la plus faible combinaison doit retirer un vêtement, et celui qui a la plus forte peut en remettre un s'il en a perdu. Dès que quelqu'un a perdu tous ses vêtements, on arrête le jeu. Ça vous va ?

Les jeunes gens hochent la tête. Emilie demande une précision.

- Qu'est-ce qui compte comme un vêtement ?

- On va se mettre d'accord là-dessus. Le seul truc important, c'est qu'on doit tous en enlever autant. On va dire que quand quelqu'un a perdu six fois, il doit se retrouver à poil, ok ? Bon, alors c'est quoi vos vêtements ?

Chacun détaille rapidement sa tenue, et le jeu commence enfin. Le début de la partie est assez équilibré, chacun perdant puis regagnant assez vite ses vêtements, et se déroule dans une ambiance bon enfant. Les jeunes gens se retrouvent à tour de rôle déchaussés, puis les filles commencent à montrer leurs soutiens-gorge pendant que les garçons font admirer leur poitrine. Par chance pour eux, le bureau est bien chauffé. Caroline, qui vient de perdre une partie, doit retirer sa jupe au grand bonheur des garçons, tout heureux de pouvoir la découvrir en petite tenue. Et lorsqu'elle laisse apercevoir ses jambes couvertes d'un voile opaque, Didier et Marc ne peuvent réfréner des sifflements admiratifs.

Sans comprendre la source de sa malchance, Caroline perd aussi sec la partie suivante, ce qui lui fait retirer ses bas. Elle bénéficie alors d'une trêve ; mais si la jeune femme ne perd plus, elle n'arrive pas à récupérer ses vêtements. Et juste après que Stéphanie ait du retirer son collant et que Didier ait dévoilé son torse, c'est de nouveau son tour de perdre un vêtement. La tension monte petit à petit dans la pièce ; Caroline ne porte plus que son soutien-gorge et sa culotte, et par malheur pour elle, l'effet que sa tenue provoque chez les garçons augmente leur niveau au lieu de les déconcentrer.

Emilie, qui depuis le début de la partie passe son temps à défaire puis remettre sa robe, doit une nouvelle fois l'enlever, mais cette dernière est bien à l'abri comparé à son amie. Mis à part Didier, qui comme Caroline n'est plus très loin de la défaite, Emilie est assez frustrée de voir que les autres garçons sont restés tout comme elle couverts la plupart du temps pour le moment. Elle jette quelques regards à Caroline, des fois compatissants, des fois moqueurs, car les jeunes gens ne ratent pas une occasion de chambrer celui ou celle qui vient de perdre l'un de ses vêtements. Pour l'instant, Caroline arrive à rester concentrée, et se ait remarquer qu'après tout, c'est le genre d'expérience qui peut lui servir à se lâcher un peu… si sa position ne s'aggrave pas !

Et pourtant, elle finit par s'aggraver. Ses rares victoires ayant été suivies de défaites, elle n'a toujours pas pu récupérer durablement de quoi se revêtir. Et dans un tête à tête avec Marc, son brelan échoue devant la suite du jeune homme. Les garçons ne tardent pas à demander leur récompense.

- Le soutif, le soutif !

- Pfffff, non…

- Allez Caroline !

Caroline n'a pas envie de retirer son soutien-gorge. Cependant, elle ne voit pas comment y échapper. Et elle ne tient en aucun cas à passer pour une mauvaise perdante. Elle se résout à tenter un compromis.

- Si je le retire pendant vingt secondes, je peux le remettre après ?

Alors que Marc se préparait à refuser, Jonathan est le plus prompt à lui répondre.

- Ok, si tu le retires, tu peux le remettre.

Marc et Nicolas ne sont pas très contents de cette réponse et le font savoir, mais ils finissent par accepter, puisque de toute façon cela leur permet de voir la poitrine de Caroline. Cette dernière s'exécute et dégrafe son soutien-gorge. Les garçons manifestent bruyamment leur joie. Puis Caroline, ayant exposé sa poitrine aux garçons, remet son soutien-gorge, et la partie peut reprendre. Bien que moins expressif que ses camarades, Jonathan n'a pas perdu une miette de l'exhibition de Caroline, et se sent troublé par les charmes de la jeune femme. Il se sent également frustré de l'avoir vue se déshabiller devant autant de garçons, et sans s'en rendre compte commence à découvrir les affres de la jalousie. Didier, Nicolas et Marc narguent la jeune femme, tandis qu'Emilie et Stéphanie tentent de la soutenir tant bien que mal.

- Plus qu'un vêtement Caro, et la prochaine fois… ah ah ah !

- Ouais, mais t'emballes pas, la partie n'est pas finie, c'est toi qui va te retrouver à poil !

La partie reprend avec une Caroline morte de trouille à l'idée de perdre, devenue plus agressive dans ses répliques. Elle se raccroche à l'espoir que Didier, n'ayant plus le droit qu'à deux défaites, perde la partie avant elle. Elle évite le jeu autant que possible, mais est néanmoins obligée de participer, et à l'issue d'une ultime partie c'est elle qui doit concéder la sixième défaite. Les garçons exultent.

- A poil Caro, a poil Caro, à poil ! ! !

- Non !

- Si si, c'est la règle, à poil.

- Non, je veux pas.

- Allez, tu le fais !

Caroline cette fois-ci ne peut cacher qu'elle se trouve au bord des larmes. Emilie, voyant le désarroi de sa copine, essaie de raisonner les garçons.

- Les garçons, vous êtes lourds, vous voyez bien qu'elle veut pas le faire.

Didier et Nicolas partagent le sentiment contradictoire de se sentir honteux d'exiger de la jeune femme qu'elle leur dévoile son intimité, tout en refusant catégoriquement en leur for intérieur de la délivrer de son gage. Et Marc objecte à Caroline.

- En venant jouer on a tous pris le risque de finir à poil. Regarde Didier, il était prêt à perdre et à se retrouver tout nu devant toi !

Emilie soumet alors une idée.

- Bon, voilà ce que je vous propose. Comme Caro a déjà retiré tous ses autres vêtements, elle ne retire sa culotte qu'après s'être rhabillée.

Les garçons, trouvant l'idée amusante et comprenant qu'il leur sera difficile d'obtenir plus, acceptent cette suggestion qui n'enchante guère Caroline. Cette dernière accepte cependant, à contre cur, ne pouvant prendre l'alternative de poser nue devant tous ces garçons. Et Jonathan se satisfait amplement d'un tel choix, qui présente l'avantage de lui offrir un petit spectacle très sensuel tout en évitant de voir Caroline s'exposer nue devant ses camarades. Ainsi, chacun récupère ses affaires et se rhabille entièrement. Et tous les yeux des garçons se rivent sur Caroline, qui fait disparaître ses mains sous sa jupe.

- La culotte, la culotte !

Sans lever les yeux, et après quelques secondes d'hésitations, Caroline attrape de chaque coté l'élastique de sa culotte. Elle descend d'un coup sec le denier rempart de son intimité, et le pose sur la table. Nico s'empare aussitôt du trophée, et file aussi vite que possible dans la salle à manger, poursuivi par Marc et Didier. Le cri de Caroline lui ordonnant de lui rendre son vêtement reste sans réponse, et elle s'affale par terre, désemparée, n'osant pas aller récupérer son bien devant tous ses camarades de classe. Pendant ce temps, Nicolas montre à qui veut le voir le trésor perdu de Caroline sur la piste de danse.

Caroline est désespérée. Comment cette soirée qui s'annonçait si bien a-t-elle pu se transformée en un tel cauchemar ? A présent, elle regrette d'avoir apporté autant de soin à se faire belle, elle regrette les vêtements qu'elle a choisi, et elle est terriblement déçue par les réactions de ceux qu'elle croyait être des copains. Même son Jonathan est sérieusement descendu dans son estime, lui qui stoïque n'a rien trouvé de mieux que de lui adresser un petit sourire compatissant en quittant la pièce.

Au bout d'une demi-heure, pendant laquelle Emilie et Stéphanie ont passé à discuter avec son amie pour tenter de la réconforter, Emilie se lève et regagne la salle à manger en demandant à Stéphanie de bien s'occuper de sa copine. Elle revient une petite dizaine de minutes plus tard et s'adresse à Caroline.

- Tout va s'arranger, va voir dans la chambre de la soeur de Marc, au fond à droite.

Emilie sort son dernier mouchoir et sèche tant bien que mal le visage de Caroline, mettant ainsi fin à la moindre trace de maquillage de la jeune femme qui avait déjà été bien mis à mal de par ses pleurs. Caroline sort du bureau, suivant les instructions d'Emilie. Elle se fait aussi discrète que possible, et va rapidement ouvrir la porte de la chambre du fond. Elle entre, et retrouve Jonathan, tenant sa petite culotte dans ses mains. Jonathan regarde Caroline ; il se sentant particulièrement confus et stupide et ne sait pas trop comment engager la conversation.

- Ca va Caro ?

- Ca va…

Jonathan lui tend alors sa culotte.

- Tiens !

Ce dernier coup de théâtre est de trop pour Caroline. Submergée par la honte, elle n'a pas la force de lui répondre, et se met à pleurer à chaudes larmes. Jonathan la prend dans ses bras.

- Je suis désolé pour ce qui t'est arrivé Caro, je me sens vraiment trop con d'avoir accepté de jouer à ce jeu. Tout à l'heure, Emilie est venue me voir ; elle m'a dit que si j'étais ton ami, j'avais pas le droit de te laisser comme ça, dans cet état. Alors j'ai été voir Nico et j'ai récupéré ta culotte.

Jonathan ne dit pas à Caroline qu'il a frappé Nicolas pour que ce dernier lui rende l'objet si convoité. Et il ne lui dit pas non plus qu'Emilie a trahi son secret. Car lorsqu'Emilie reprocha à Jonathan de ne rien faire pour Caroline, et qu'il objecta qu'il n'était pas son mec, Emilie lui laissa clairement sous-tendre que cela ne tenait qu'à lui… Soucieux de savoir la part de vérité dans cette déclaration, Jonathan se met à bafouiller.

- Caro, dis-moi… Emilie m'a dit que… enfin que il paraît que je te plais bien… c'est vrai ?

La jeune femme, le visage en larmes, lève la tête et l'embrasse en guise de réponse. Jonathan, surpris, met quelques fractions de seconde à répondre à son baiser. Ils s'embrassent à présent passionnément, collés l'un contre l'autre, et finissent par s'affaler sur le lit de la chambre. Jonathan laisse tomber la culotte de Caroline par terre, et commence à caresser la jeune femme par dessus ses vêtements. En cet instant précis, Caroline écoute son corps et ne pense à rien, sinon qu'elle est folle amoureuse de l'homme qu'elle a tout contre elle, et qu'elle a envie que Jonathan fasse d'elle une femme. Elle laisse de coté toutes les appréhensions qu'elle pouvait nourrir à propos de sa première fois et ouvre la braguette de Jonathan. Ce dernier fouille dans sa veste et sort un.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


23320
b
Moi aussi !
8 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour et sexualité - l'un peut-il aller sans l'autre

image

C'est justement sur une histoire très érotique via le net que nous nous sommes rencontrés.. Si je suis restée avec lui après c'est qu'il m'apporte tant de tendresse et d'amour que c'en est désarmant… Je sais que mon histoire est bizarre. On...Lire la suite

Tous au louvre !

image

Vu il y a quelques jours sur le net : " Erotisme : le syndrome Rubens. Pour de nouvelles aventures érotiques, suivez le guide… C'est en substance ce qu'affirment les chercheurs italiens de l'Institut Romain de Psychologie. Après avoir étudié...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages