Histoire vécue Sexualité > Récits érotiques      (582 témoignages)

Préc.

Suiv.

récit érotique au champagne

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 4782 lectures | ratingStar_9423_1ratingStar_9423_2ratingStar_9423_3ratingStar_9423_4

J'obéis. Je n'osai pas lui demander ce quelle voulait faire. Elle arriva la bouteille à la main. Elle avala une gorgée. Elle s'approcha près de moi et prit mon sexe dans sa bouche.

Quelle sensation ! Je sentis les bulles de champagne titiller mon sexe. Le liquide froid, au lieu de refroidir mes ardeurs, vint au contraire accentuer les frissons. Jamais je n'avais essayé cela !

C'était magnifique. Elle réussit en même temps à bouger sa langue. Je n'en pouvais plus. Le plaisir suprême arrivait, augmentait. Je ne pourrais pas supporter plus longtemps. Elle le comprit. Elle accentua le mouvement de sa bouche. Et là, je jouis, je ne pus plus retenir ce plaisir. Elle continua ses mouvements afin que ma jouissance soit totale. Au bout dun instant, elle se retira. Elle me regarda droit dans les yeux et me susurra :

- Le champagne est excellent !

Elle vint se blottir contre moi. Nous restâmes silencieux durant un long moment. Dehors, il faisait nuit depuis longtemps.

- Je taime, susurra-t-elle.

- Moi aussi, lui répondis-je.

Au bout dun moment, je retournai dans ma chambre. Je me rendis compte que je ne savais rien d'elle, ni son nom ni son prénom. Et que l'inverse aussi.

- Demain, je lui demanderai.

Le téléphone sonna. J'étais encore profondément endormi.

- Allô ?

Je me réveillai assez rapidement. Je reconnus la voix de mon amante.

- Allô. Comment vas-tu ?

- Bien ! J'ai bien dormi avec tous ce que tu m'as fait hier. Et toi ?

- Merci, bien aussi. Au fait, comment as-tu eu mon numéro de chambre ? Je ne te l'ai pas dit hier soir.

- Oh ! , tu sais, j'ai quelques relations dans cet hôtel. Surtout ton ami le Directeur. Il m'a aimablement tuyautée.

- Quelle heure est-il ?

- Huit heures pile. Cela fait déjà deux heures que je suis debout. Allez, dépêche-toi de te lever et de t'habiller. J'ai envie de profiter de cette journée ensoleillée avant que la chaleur ne soit trop lourde.

- D'accord. Rendez-vous dans un quart dheure pour le déjeuner.

Je me dépêchai de me laver et de mhabiller. J'arrivai au restaurant. Elle était déjà là, un thé à la main.

- Bonjoureuh. C'est bête mais je ne sais même pas ton prénom.

- Michelle et toi ?

- Pierre.

- Bonjour Pierre.

- Bonjour Michelle.

On sembrassa comme deux collégiens. Elle se leva. Nous nous dirigeâmes vers le buffet. Retournés à notre table, la conversation sengagea.

- Alors, fis-je, raconte-moi qui tu es ?

- Rien de bien fameux. Jhabite à Bruxelles. Je suis bouquiniste mais spécialisée dans les bouquins moyenâgeux. C'est pourquoi, j'ai de la chance de voyager afin de découvrir des perles rares. Je les achète pour lune ou lautre bibliothèque. Ce sont eux qui me paient les voyages et le ou les livres.

- Mariée ?

- Non ! Jamais. J'ai failli une fois mais ce n'était pas le bon. Et toi ?

Moi, je travaille à Bruxelles. Je suis fonctionnaire aux finances. Je réussis à voyager grâce aux largesses de mon meilleur ami (que tu connais bien) le Directeur de cet hôtel. Comme il change assez souvent, j'ai de la chance de voyager de part le monde. Il y a deux ans, il se trouvait dans le sud de la France, avant, cétait en Islande, encore avant, en Guadeloupe. Bref, je voyage assez souvent. Grâce à lui, je ne dois payer que mon voyage et mes menus frais ici à lhôtel. Bref, une économie substantielle.

- Voilà ! Les présentations sont faites. Hier soir, nous n'avons pas eu le temps de lier connaissance. Pour aujourd'hui, quas-tu prévu ?

- Rien de spécial, je retourne dimanche prochain et j'aimerais rapporter quelques souvenirs. Je pensais faire les boutiques.

- Excellente idée ! Je t'accompagne. Je devais acheter une vielle miniature mais le propriétaire m'a fait faux bond. Il est retenu aux Etats-Unis pour raisons familiales. J'ai décidé de prendre quelques jours de vacances. Je retourne dans cinq jours, donc, dimanche aussi. A quelle heure pars-tu ?

- A vingt heures ! Et toi ?

- A quatorze heures. On ne prendra pas le même avion. Cest bête.

- Ce nest rien, on a encore cinq jours à profiter de ce soleil. Alors, le temps de prendre mon appareil photos, mes papiers et je te rejoins à laccueil. Cela te va ?

- Daccord. Accorde-moi dix minutes de plus. Le temps de me changer.

- Cela me permettra de boire un autre café.

Je remontai dare-dare dans ma chambre. Je pris mes affaires et descendis à laccueil et bus mon café à mon aise. Elle arriva. Elle avait mis un bel ensemble. Le short et la blouse assortie lui allaient à merveille. Nous quittâmes l'hôtel et prirent le bus en direction de la ville. Le bus était bondé et après deux arrêts, il ne sarrêta plus.

Arrivés en ville, nous nous dirigeâmes vers l'artère commerciale de la ville. L'avenue était piétonnière. De chaque côté, des magasins se dressaient à perte de vue. Les touristes (dont nous faisions partie) gambadaient joyeusement. Deux rangées darbres ombrageaient l'avenue mais nous subissions quand même la chaleur.

Nous décidâmes de nous rafraîchir. Nous prîmes une rue adjacente et nous fûmes rapidement sur le port. Une légère brise nous souffla sur le visage. Nous commandâmes deux boissons du pays, sorte dapéritif anisé. Excellent et rafraîchissant.

- Que c'est bon, les vacances ! Dit-elle.

- Oh oui. Une question qui me trottine dans la tête. Tu fais cela souvent quand tu rencontres un homme de coucher avec lui sans demander son nom ?

- Non Cela ne m'est encore jamais arrivé.

- Alors, pourquoi moi ?

- Tout simplement, je sentais hier soir que c'était le moment. J'étais attirée par toi comme un aimant. La vie est drôle. Je sentais en partant hier matin que j'allais vivre quelque chose de magnifique. Note que je pourrais te poser la même question.

- Jamais de la vie ! Cest aussi la première fois que cela m'arrive. Bon ! Maintenant que ces points obscurs sont éclaircis, nous pouvons peut-être aller nous promener.

Nous arrivâmes de nouveau dans la rue commerçante. Les boutiques de vêtements s'intercalaient avec les boutiques de souvenirs et les magasins de chaussures. Rares étaient les autres commerces. Nous rentrâmes dans un grand magasin de vêtements.

- Regarde le joli ensemble.

Elle avait vu une mini (très, quand on y repense) jupe et une veste assortie. Elle eut un coup de foudre. Elle décida de le prendre et de l'essayer immédiatement. Nous nous dirigeâmes vers les cabines d'essayages. Elles se trouvaient en plein milieu du magasin de sorte que l'on pouvait entendre tout ce qui se passait à l'intérieur. Nous y rentrâmes après avoir reçu dune personne du magasin une plaquette où s'inscrivait le chiffre 2. La préposée aux cabines était, ma foi, fort jolie. La cabine d'essayage était spacieuse et vaste, elle permettait aisément de se tenir à deux. Nous fermâmes la porte ou plutôt le battant. On ne savait pas la fermer à clé. Je m'assis tandis quelle se dévêtit devant moi. Elle ne portait rien en dessous de ses vêtements. Je lui caressai les fesses. Elle rit. Pendant quelle essaya l'ensemble choisi, nous distinguâmes clairement des propos colériques. Elle s'arrêta de shabiller. On se regarda interloqués par la colère des propos. On se demandait si on avait bien entendu. La cliente d'à côté ouvrit rageusement la porte et appela la préposée. Celle-ci entra dans la cabine et une conversation houleuse sétablit. Tout doucement le ton des paroles baissa pour être recouvert par les bruits du magasin. Elle continua de s'habiller. L'ensemble lui allait à ravir. La mini-jupe arrivait juste en dessous de ses fesses. La veste était un peu trop courte aux manches.

- Tu peux aller chercher la taille supérieure… plaît ?

Je pris la veste, l'embrassai au passage et partis prendre une autre veste. Au bout d'un court instant, je revins et vis ma compagne abaissée.

- Que fais-tu ?

- Chut !

- Quoi ? Qu'y a-t-il ?

- Mais parle plus doucement ! Elles vont nous entendre.

- Que font-elles ?

- Elles sont en train de faire l'amour. Regarde par un trou de la paroi.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


9423
b
Moi aussi !
31 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour et sexualité - l'un peut-il aller sans l'autre

image

C'est justement sur une histoire très érotique via le net que nous nous sommes rencontrés.. Si je suis restée avec lui après c'est qu'il m'apporte tant de tendresse et d'amour que c'en est désarmant… Je sais que mon histoire est bizarre. On...Lire la suite

Tous au louvre !

image

Vu il y a quelques jours sur le net : " Erotisme : le syndrome Rubens. Pour de nouvelles aventures érotiques, suivez le guide… C'est en substance ce qu'affirment les chercheurs italiens de l'Institut Romain de Psychologie. Après avoir étudié...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages