Histoire vécue Sexualité > Récits érotiques      (576 témoignages)

Préc.

Suiv.

Recit érotique de fellation

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 4784 lectures | ratingStar_11168_1ratingStar_11168_2ratingStar_11168_3ratingStar_11168_4

Quelques semaines se sont passées depuis ma petite aventure avec mon mystérieux voyageur. J'ai essayé de le revoir en prenant mon train plus tôt, plus tard, en passant à Nanterre je scrutais le quai (on ne savait jamais c'était le dernier lieu où je l'avais vu) j'ai même été jusqu'à l'attendre sur le quai toute une matinée… Mais rien à faire, à croire qu'il avait définitivement quitté ce monde.

Finalement, au bout de quelques temps, j'ai fini par me dire que c'était mieux ainsi.

C'est vrai, après tout qu'est que j'aurai fait si je m'étais tenue face à lui ?

Non, il valait mieux le garder comme un précieux souvenir, un moment unique, une rencontre brève mais intense.

Ce matin, je repense à lui. Pour une raison bien précise, c'est que je descends à Nanterre. En effet, un contrôle URSSAF m'oblige à me rendre chez un de mes clients. Bien sûre, afin de mieux préparer mon rendez-vous, je souhaite arriver plus tôt chez celui-ci.

8h30, j'arrive au pied de ce building et y pénètre. Je me poste devant l'ascenceur, et attends. Je lève la tête pour voir où ce situe l'appareil. Il est au -5. Je suit son évolution… Oh il a décidé de s'arrêter à tout les étages malheureusement. Pendant un moment, j'hésite et je pense prendre les escaliers, après tout 6 étages c'est pas la mort.

Trop tard, j'ai hésité trop longtemps, l'ascenseur est là. Les portes s'ouvrent et je m'y engouffre. En appuyant sur le 6, je jette un rapide coup d'oeil pour voir où il est sensé s'arrêter. Un seul autre bouton est éclairé le 4.

Visiblement les personnes présentes sont tous des collègues de bureau, et leurs discussions ne font que confirmer mon ressenti.

Du coup, je me sens comme une intruse parmis eux, mal à l'aise, et surtout observée.

J'ose relever la tête pour donner un visage à ceux qui m'entourent.

Oh… c'est lui !

Mon coeur s'éparpille, je me sens rougir, mes membres se mettent à trembler. Il est là, au fond, et me regarde en souriant. Ce sourir… comment ai-je pu l'oublié ?

Je ne sais plus quoi faire, et j'ai du mal à contenir ma gêne.

Heureusement l'ascenseur se charge de tout, car enfin nous sommes arrivés au 4è étage. Je me pousse pour laisser tout le monde descendre. Il s'approche de moi pour rejoindre la sortie, je n'ose plus le regarder. A ma grande surprise, il ne descend pas et fait mine d'appuyer sur un bouton.

Ces collègues se retournent et le regardent interrogateurs.

- J'ai oublié quelque chose, il faut que je redescende.

Voilà son explication auprès d'eux.

Et voici comment nous nous sommes retrouvés seuls dans cet ascenseur, moi restant muette et la tête baissée, lui tout aussi muet, me regardant toujours en me souriant.

Allons bon ! Il faut que je me reprenne. Je ne peux pas rester figée ainsi. Je me suis limite torturée l'esprit pour lui, et visiblement il ne m'a pas oublié.

Pourrait-il se souvenir un peu plus de moi ?

Pourrai-je moi aussi lui donner envie de me retrouver ?

La situation fait vraiment cliché, mais comment résister ?

Machinalement mon doigt se pose sur le bouton "stop" de l'ascenseur. Je ne relève toujours pas la tête, et laisse tomber mes dossiers sur le sol. Je m'approche de lui les yeux rivés au sol. Ce n'est que lorsque je vois ses chaussures apparaître dans mon champs de vision que j'ose enfin le regarder.

Je vois enfin de la surprise dans ses yeux, cela m'amuse et c'est enfin à mon tour de sourir.

Je le regarde, alors que ma main va se poser directement sur son sexe. Je commence à le caresser ainsi par dessus son pantalon. Il baisse alors les yeux pour regarder ma main et relève la tête en prenant un air de "même pas cap d'aller au bout".

Ainsi donc il me défit ! Je sent pourtant bien une bosse se former à l'endroit que je caresse, ce qui me fait sourire encore plus. Un sourir narquois, pour lui indiquer qu'il cache très mal son jeu.

Il s'avance alors un plus vers moi, mais cette fois plus de sourir sur son visage, il me saisit les hanches. Son regard est grave alors que sa bouche se dirige vers la mienne.

Je me soustrait à son baiser, je m'accroupie, fais sauter les boutons de son pantalon, et libère son sexe de son étreinte. Sans qu'il ait eu le temps de réagir, je fais plonger son pénis au fond de ma gorge.

D'abord surpris, il se laisse ensuite aller, et commence à me caresser les cheveux, la joue, mes bras qui l'entourent. Je continue ma fellation en lui caressant les bourses. Je m'arrête un court instant, juste le temps pour ma langue de rejoindre ma main sur ses testicules. Je lèche et gobe ses mignones, je les masse doucement, je les embrasse tout en le masturbant. Il laisse alors s'échapper un soupir, mon oreille experte me dit qu'il apprécie. Je remonte avec ma langue jusqu'à son gland, que je suçote, avant de l'avaler tout entier. Ma bouche monte et descend sur sa tige, et mes mains se perdent sur ses parties.

Il ne peut alors s'empêcher de bouger, et ses mains se font plus pressantes sur mes cheveux.

Je continue à faire tournoyer ma langue sur son gland, je serre un peu plus les lèvres lors de mes va et vient. Je le laisse même aller très loin au fond de ma gorge lorsqu'il impose son rythme. Il se fait de plus plus en plus haletant, ce qui me pousse à accélérer. C'est alors que je le sent hésitant, il cherche à ralentir les caresses. Je lève les yeux, et voici ce que mon regard lui dit :

"Voyons, m'as-tu laissé le choix la dernière fois dans le train ? Pourquoi voudrais tu que je m'arrête ? "

Son regard à lui est plutôt du genre "je ne sais pas ce que je veux. Arrêtes toi… non continues". Je ne lâche rien, au contraire, je redouble la cadence. Je le sent tout proche, son sexe ne cesse d'enfler dans ma bouche, et enfin arrive les petites palpitations du premier jet, apportant son petit goût indéfinissable du plaisir. Il lache un long râle en même temps qu'il se vide dans ma bouche. Je le regarde lever les yeux au ciel, pendant que je finis de l'avaler lui et tout ce qu'il en ressort. Il baisse enfin la tête, pose ses mains sur mes joues et me regarde, le sourir aux lèvres et l'air hagard.

Je me relève, me retourne, ramasse mes dossiers et appuie sur le bouton. L'ascenseur s'arrête presque aussitôt. Les portes s'ouvrent, je me retourne vers lui, il s'affaire et cherche à s'habiller au plus vite, et me regarde sans rien comprendre.

- On est au 6ème, je suis arrivée.

Je sort de l'ascenseur, râvie… Je pense avoir eu ma revanche.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


11168
b
Moi aussi !
8 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour et sexualité - l'un peut-il aller sans l'autre

image

C'est justement sur une histoire très érotique via le net que nous nous sommes rencontrés.. Si je suis restée avec lui après c'est qu'il m'apporte tant de tendresse et d'amour que c'en est désarmant… Je sais que mon histoire est bizarre. On...Lire la suite

Tous au louvre !

image

Vu il y a quelques jours sur le net : " Erotisme : le syndrome Rubens. Pour de nouvelles aventures érotiques, suivez le guide… C'est en substance ce qu'affirment les chercheurs italiens de l'Institut Romain de Psychologie. Après avoir étudié...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages