Histoire vécue Sexualité > Récits érotiques      (572 témoignages)

Préc.

Suiv.

Récit gay

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 69802 lectures | ratingStar_53372_1ratingStar_53372_2ratingStar_53372_3ratingStar_53372_4

XIV.

 

 J'étais de service le dimanche suivant. Les jumeaux étaient à la maison, ils savaient très bien se débrouiller tout seul. Et puis ils avaient l'intention de sortir avec quelques uns de leurs amis. En fin de matinée, j'étais tranquillement installé - avachi dans un fauteuil - dans la pièce commune des éducateurs, seul, lorsque quelqu'un frappa à la porte entrouverte. Je me redressai et me retournai pour voir de qui il s'agissait. D'autant plus que je n'étais pas censé être en repos mais plutôt avec des gamins. Mais ce n'était que David. Il portait des jeans blancs et une chemise rouge, bien loin des vêtements discrets qu'il portait habituellement.  

"Je peux entrer ? Demanda-t-il.  

_ Bien sûr, assieds-toi."

Il carra sa grande carcasse dans le fauteuil face au mien. Il posa ses coudes sur ses genoux, ce qui le fit se pencher en avant. Pour un ado de 16 ans, il avait une certaine classe quand il faisait un peu attention à lui.  

"Je peux faire quelque chose pour toi ? Repris-je voyant qu'il ne continuait pas.  

_ Euh… est-ce que… Tu… et…  

_ Rassemble tes idées et recommence.

_ Tu es au courant pour Julien, qu'il m'a embrassé la semaine dernière.  

Je hochai la tête.  

_ Est-ce qu'il serait possible que je revoie Julien ?  

Je souris.  

_ Oui, c'est faisable, répondis-je. Et as-tu pris une décision le concernant ?  

_ Je n'en suis pas sûr, j'ai besoin de le voir.  

_ Rapidement ?

_ Assez.  

_ Demain soir, tu n'auras qu'à m'accompagner et passer la nuit chez moi, je vais faire les papiers. Les garçons m'attendront pour manger, tu dîneras avec nous.  

_ C'est… c'est gentil, balbutia-t-il. Merci.  

_ Sache que peu importe ta décision, Julien voudra rester ton ami.  

_ C'est ce qu'il a dit.  

_ Il était sincère.  

_ Il m'aime" soupira-t-il en haussant les épaules.  

David se leva, m'adressa un dernier "merci" maladroit et s'en alla.  

 

 Lundi soir. J'avais fait l'aller-retour à la maison dans la journée pour prendre un casque et préparer le clic-clac pour David. J'avais l'autorisation de le faire sortir du foyer durant une nuit, à condition de l'amener le lendemain matin au lycée. Lundi soir, après avoir surveillé le dîner et mis les enfants à coucher, je partis avec David. Il hésita à enfourcher la moto jusqu'à ce que je lui dise qu'il ne risquait rien. Je le ramenai à la maison.  

 Julien ne savait rien de sa venue, je ne lui avais rien dit pour ne pas qu'il se fasse des idées toute la journée. Les jumeaux étaient dans la cuisine, à finir de préparer le dîner pour que je n'ais qu'à mettre les pieds sous la table. Il était 21h30. J'entrai dans la cuisine après avoir dit à David de m'attendre dans l'entrée et d'y laisser ses affaires.  

"Bonjour les garçons ! Fis-je.  

_ Salut Ian, répondirent-ils.  

_ On a un invité ce soir, il y a assez à mangé ?  

_ Comme tu as dit qu'il risquait d'y avoir quelqu'un, rappela Jordan, la réponse est oui.  

_ Ju, tu peux aller chercher notre invité dans l'entrée ?

_ D'accord."

Julien quitta la cuisine et se figea un pas au-delà de la porte. Je le vis déglutir et écarquiller les yeux de surprise.  

"David" dit-il dans un souffle.  

Je pris la vaisselle pour mettre la table et sortis de la cuisine, forçant Julien à bouger.

"Ju, tu peux peut-être conduire David dans le salon ou lui faire faire le tour de l'appartement, non ?  

_ Euh, oui. (Il reprit pour notre invité) Tu peux mettre tes affaires dans le salon… Ian, il reste pour la nuit ?

_ Oui, répondis-je, il dormira sur le canapé."  

L'adolescent déposa son sac et son blouson près du canapé puis Julien lui montra la salle de bain avec les toilettes et sa chambre, désignant la mienne à coté, ainsi que la cuisine. Jordan en sortit avec le dîner et nous passâmes à table. David prit la place entre Julien et moi, qui était celle de Nathaniel habituellement. Julien et lui se lançaient des regards timides. Jordan, lui, soupirait bruyamment, lassé de leur petit jeu. Il me fusilla du regard comme pour me dire que je n'aurais jamais dû amener David à la maison.  

 Le silence était pesant. Je finis par demander aux garçons qu'ils me racontent leur journée. Jordan se lança, soulagé lui aussi de rompre le silence. David poursuivit. Puis le repas se termina. Jordan annonça qu'il allait se coucher car il avait encore une leçon à réviser pour le lendemain. Je lui rappelai de ne pas se coucher trop tard non plus. Julien me demanda la permission de rester un moment dans le salon avec David. Je le laissai s'occuper de notre hôte. Quant à moi, j'allai dans la cuisine pour faire la vaisselle. Je laissai la porte entrouverte pour entendre leur discussion. J'entendis les garçons déplier le clic-clac. Je sortis de la cuisine pour aller chercher un paire de couverts oubliée sur la table à manger. Je les vis assis en tailleur l'un en face de l'autre, en pyjamas. Je retournai dans la cuisine, fermai la porte bruyamment puis la rouvris le plus silencieusement possible. J'étais décidément trop curieux.  

"Je suis content de te revoir, commença Julien.  

_ Moi aussi.  

A nouveau le silence. Je les imaginai fuir le regard de l'autre.  

_ J'ai quelque chose à te dire… reprit David.  

J'arrêtai de laver les assiettes pour me concentrer sur leurs voix.  

_ Laisse-moi parler jusqu'au bout, ajouta-t-il. J'ai longuement réfléchi et… je n'ai jamais ressenti une telle chose pour quelqu'un, j'ai beaucoup d'affection pour toi, je pense tout le temps à toi, tu me manques quand tu n'es pas là… C'est plus que de la simple amitié… mais… je ne suis pas sûr à 100% que je t'aime, je n'y comprends rien moi-même… (Il fit une pause un peu plus longue.) Je veux bien sortir avec toi mais je ne sais pas si ça marchera entre nous… je ne suis pas sûr de moi. Tu en penses quoi ? "  

Je n'aurais jamais pensé que David puisse aligner autant de mots en une seule réplique. Décidément, Julien avait un impact très positif sur lui. J'attendis donc la réponse de ce dernier.

"Moi je t'aime, je prendrai tout ce que tu veux bien me donner.  

_ Qu'est-ce que ça veut dire ?

_ Je comprends que tu ne sois pas sûr. Mais si tu veux bien essayer, j'en suis très heureux.  

_ Donc nous sortons officiellement ensemble ? Demanda David.

_ Oui."  

A sa voix, je devinai que Julien souriait. Puis il n'y eut plus aucun bruit. Je quittai ma cuisine pour aller jeter un coup d'oeil.  

 Les deux garçons étaient l'un en face de l'autre. Une des mains de Julien était sur la nuque de David, les autres doigts étaient croisés avec ceux de son "petit-ami" . L'autre main de l'adolescent était posée sur la joue de Julien. Ils s'embrassaient. Ils étaient mignons tous les deux. Je retournai dans la cuisine.  

"C'est plutôt agréable, fit David, dans un murmure à peine audible pour moi.  

_ Je trouve aussi ! " rit Julien.

J'étais persuadé qu'ils avaient repris leur baiser aussitôt après.

 Je me précipitai ensuite dans ma chambre pour tout raconter à Nathaniel qui jubila.  

 Le lendemain matin. Je me levai pour le petit-déjeuner des enfants, et puis il fallait que j'emmène David à son lycée. Je passai dans le séjour et, à la lueur du soleil filtrant sous les volets, je vis deux corps enlacés sur le canapé, la couverture descendue jusqu'à la taille. Ils étaient allongés sur le flanc, Julien tenant David, adossé à son torse, dans ses bras. Leurs cheveux couvraient en partie leurs visages mais je devinai leurs sourires. Je fis le moins de bruit possible pour ne pas les réveiller le temps de me préparer et de faire le petit-déjeuner. Néanmoins ils étaient levés lorsque je sortis de sous la douche. David me demanda s'il pouvait prendre une douche, j'acquiesçai. Julien alla réveiller son frère une minute avant que son réveil ne sonne et ils sortirent tout habillés de leur chambre. David nous rejoignit à table. Il rapprocha immédiatement sa chaise de celle de Julien.

"Ian, Jordan, commença Julien, David et moi sortons ensemble.

L'annonce était simple et claire.  

_ Toutes mes félicitations, dis-je.  

_ Super, grogna l'autre jumeau.

_ Tu n'as pas l'air content, fit remarquer son frère.

_ Si, très, se défendit-il, c'est juste qu'on risque de moins se voir si tu dois passer du temps avec ton copain.  

Julien sourit et donna un gentil coup de poing dans l'épaule de son frère.  

_ T'inquiète pas frangin, entre nous c'est pour la vie ! Se moqua-t-il.  

_ Euh… Jordan, si ça ta dérange… commença David, soudain mal à l'aise.

_ Non, il n'y a pas de problème, lui sourit Jordan. Je suis content pour vous deux, vraiment. Mais si tu fais du mal à mon frère, tu auras affaire à moi.

_ Au moins ça s'est dit, fis-je. David, que déjeunes-tu ?  

_ Des céréales."  

Je glissai la boîte jusqu'à lui et il se servit.  

 Un nouveau garçon était entré dans notre vie de famille. J'avais encore plus l'impression de n'être entouré que de gays ! Imaginez les repas de famille : trois gays, un bi et un hétéro. Il ne manquait plus que nos plus proches amis : Nils et Marc. La chanson "it's raining men" (il pleut des hommes) s'appliquait à mon appartement !  

 Les jumeaux se préparèrent à partir. Julien demanda à son frère  de partir devant et de l'attendre à l'arrêt de bus. Jordan comprit et agréa. David finissait de se préparer, je le conduirais un peu plus tard au lycée. Je me retirai dans ma chambre, laissant les garçons se dire au revoir. Ils ne savaient pas quand ils pourraient se revoir. Lorsque je les rejoignis quelques minutes plus tard pour presser Julien, ils étaient assis l'un à côté de l'autre, leurs cuisses se touchant, et s'embrassaient. Ils rougirent lorsqu'ils se rendirent compte que je les avais vus.  

"Julien, tu vas être en retard. David, tu es prêt ?

_ Oui, me répondit-il.  

_ Allez-y alors. N'oubliez rien surtout. Je ferme derrière vous.  

Ils se levèrent, mirent leurs blousons et prirent leurs sacs à dos. Puis Julien glissa sa main dans celle de David et ils croisèrent leurs doigts. Ils étaient mignons. Arrivés en bas, Julien déposa un bisou sur la joue de son petit-ami et partit en courant rejoindre son frère à l'arrêt de bus, à quelques centaines de mètres de l'immeuble. Pendant ce temps, j'avais sortis la moto sur le trottoir. J'attendis que David s'installe derrière moi et démarrai.  

 

 Le soir, Julien était rêveur. Il eut du mal à se concentrer pour faire ses devoirs et il traça plusieurs fois le nom de son amoureux dans la marge de son cahier.  

"Julien, si David te fait perdre la tête et t'empêche de faire tes devoirs, tu risques de ne plus pouvoir le voir, fis-je remarquer.  

_ Pourquoi ?

_ Parce que tu devras rattraper ton retard. Penses-y.  

_ D'accord, je m'y mets."

Il termina ses exercices rapidement.  

"Ian, dit Julien en me rejoignant dans la cuisine, tu crois que nous allons pouvoir nous voir souvent, David et moi ?  

_ Comme il vit au foyer, ce ne sera pas évident, mais je pense qu'il y a des solutions.  

_ Lesquelles ?  

_ C'est à vous deux de les trouver. Si tu veux tu peux lui écrire des lettres, je les lui donnerai. C'est le seul moyen que vous ayez pour communiquer.  

_ Et tu l'as dit à Nat ?  

_ Bien sûr ! Ris-je. Nous n'attendions que cela !  

_ Tu travailles demain ?

_ Oui, demain matin jusqu'au soir.  

_ Alors je vais écrire ma lettre tout de suite ! "

Et Julien partit en courant dans sa chambre.  

 Il avait raison. Ils vivaient dans la même ville mais ils n'allaient pas pouvoir se voir souvent. A la rigueur, Julien pourrait m'accompagner le week-end au foyer, mais Jordan allait râler. Cela serait probablement un problème au fil du temps, à moins que Jordan le comprenne ou se trouve quelqu'un lui aussi. A 15 ans, c'était l'âge des premiers flirts et Jordan était plutôt mignon et intéressant. Je ne doutais pas qu'il aurait plus d'une prétendante très bientôt.  

 Le lendemain matin, je trouvai une lettre à remettre à David sur la table. Je l'emportai en partant. Les garçons n'étaient pas levés et je les laissai se débrouiller comme ils savaient très bien le faire.  

 David descendit dans les derniers pour prendre son petit déjeuner. Il avait toujours un peu de mal le matin. Je l'observai. Il portait des jeans noir et un t-shirt gris sous sa veste de style militaire kaki. Elle lui faisait les épaules carrées. Il avait l'air un poil plus vieux qu'il n'était. Il se laissa tomber sur sa chaise et se versa un bol de café. Je l'approchai.  

"Salut, fis-je. Comment vas-tu ?  

_ Bien, répondit-il.  

_ J'ai une lettre pour toi, dis-je en lui tendant l'enveloppe. Si tu veux faire parvenir une réponse, donne-la moi, je transmettrai.  

_ C'est de Julien ?

_ Qui veux-tu que ce soit ? Je ne suis pas la Poste non plus.  

_ Merci.

_ De rien."

Puis je repartis à une autre table pour y prendre mon propre petit-déjeuner. Nous étions mercredi, et une partie des enfants passerait la journée au foyer. La journée ne serait donc pas reposante. Je pris des forces pour affronter la horde de primaire et de collégiens qui pour la plupart, n'avaient pas cours. David, comme tous les lycéens, partit.  

 Je reçus un texto de Jordan en fin d'après-midi m'avertissant que Julien était parti rejoindre David à son lycée et que celui-ci risquerait de rentrer un peu plus tard que d'habitude. Le mercredi était le seul jour où nous n'obligions pas les lycéens à rentrer juste après leurs cours, pour qu'ils puissent développer une vie sociale en dehors du foyer. Néanmoins ils devaient être de retour à 18h30. Ceci laissait à peu près deux heures aux amoureux pour se voir.  

 J'étais devant le portail quand David revint. Il tenait Julien par la main.  

"Est-ce que nous pourrons faire ça toutes les semaines ? Me demanda Julien.  

_ Oui, je pense. Mais encore une fois, cela ne doit pas vous empêcher de faire vos devoirs.

_ Nous avons encore largement le temps de les faire" fit David.  

Il affichait un grand sourire et ses yeux brillaient de bonheur. Je ne l'avais jamais vu comme ça, loin de là. C'était un garçon traumatisé qui n'avait confiance en personne et qui ne laissait personne le toucher. Or, Julien lui tenait la main et posait ses mains sur lui.  

"Allez, repris-je, dîtes-vous au revoir. Et toi Julien, rentre vite à la maison."

Je me retournai pour leur laisser un peu d'intimité. Puis David me dépassa en courant, s'arrêta, se retourna pour faire signe à Julien, et repartit. Je saluai Julien qui prit le chemin de l'arrêt du bus qui le ramènerait à la maison.  

 David me donna une lettre pour Julien avant que je ne parte. Quand j'arrivai à la maison, Jordan dormait sur le canapé, la tête sur les genoux de son frère qui, lui, regardait la télévision.  

"Vous avez mangé ? Murmurai-je.  

_ Oui, des croque-messieurs. Nous n'avons pas pu t'attendre. Mais il en reste à faire cuire.

_ Ok. Ah tiens, j'ai quelque chose pour toi.  

Je lui donnai la lettre.  

_ Je suis content pour vous deux, repris-je, mais vas-y doucement avec David, ne le fais pas changer trop vite où il se perdra.  

_ C'est lui qui veut que nous nous voyions tous les mercredis. Et le week-end s'il peut sortir, ou au foyer, si tu veux bien que j'y vienne.  

_ On verra ça vendredi.  

_ Tu travailles ce week-end, n'est-ce pas ?  

_ Oui, le rassurai-je. Mais ses sorties sont soumises à autorisation je te rappelle. Il est toujours sous surveillance psychiatrique donc ses sorties sont limitées et contrôlées.  

_ C'est vrai ?  

_ Oui. Il était extrêmement traumatisé et déséquilibré lorsqu'il est arrivé, il était peureux et il a failli avoir des médicaments pour le stabiliser. La psy croyait que les dommages étaient irréversibles. Il en garde des cicatrices morale et physique, tu t'en rendras compte : son corps est couvert de marques, ses bras en ont moins ainsi que son visage, mais son dos est bien pire. Tu devras les accepter.

_ J'en ai moi aussi.  

_ C'est vrai.  

Son père le battait et parfois le blessait plus ou moins gravement.  

_ Je veux tout de lui, même ses cicatrices" reprit Julien, rêveur.  

Je le laissai et allai me faire à manger.  

 La fatigue prit le dessus et je ne restai pas longtemps au téléphone avec Nathaniel. Juste le temps de lui raconter les dernières événements à propos de Julien et de David. Il me raconta sa journée studieuse puis m'annonça qu'il avait des projets pour le week-end. Je bâillais tellement qu'il arrêta de parler et qu'il me laissa dormir.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


53372
b
Moi aussi !
21 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour et sexualité - l'un peut-il aller sans l'autre

image

C'est justement sur une histoire très érotique via le net que nous nous sommes rencontrés.. Si je suis restée avec lui après c'est qu'il m'apporte tant de tendresse et d'amour que c'en est désarmant… Je sais que mon histoire est bizarre. On...Lire la suite

Tous au louvre !

image

Vu il y a quelques jours sur le net : " Erotisme : le syndrome Rubens. Pour de nouvelles aventures érotiques, suivez le guide… C'est en substance ce qu'affirment les chercheurs italiens de l'Institut Romain de Psychologie. Après avoir étudié...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages
Les derniers appels à témoins