Histoire vécue Sexualité > Récits érotiques      (582 témoignages)

Préc.

Suiv.

Rousse nymphe

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 2411 lectures | ratingStar_30759_1ratingStar_30759_2ratingStar_30759_3ratingStar_30759_4

Cécile est une petite jeune femme rousse et fluette que j'avais recrutée il y a quelques années de cela. De petites taches de rousseur sur son joli minois, des cheveux mi-longs retenus en queue de cheval, une taille fine, des jambes de gazelle, des doigts fins, une bouche légèrement pulpeuse, des yeux verts, une voix de petite fille, telle était Cécile, jeune femme de 25 ans est déjà maman. Encore une !

Nous avons travaillé ensemble durant trois longues années avant qu'elle ne quitte mon service pour un poste de Direction. Notre collaboration fut toujours très chaleureuse, d'ailleurs nous nous revoyons encore lors de séminaires à travers la France.

Ce petit bout de femme vous l'aurez remarqué ne me laissa nullement indifférent. Je prenais un réel plaisir quotidiennement à travailler avec une secrétaire comme Cécile.

Je l'observais souvent lorsqu'elle frappait du courrier sur son PC, ses doigts virevoltaient sur le clavier, sa bouche souriait ou boudait suivant son humeur, elle croisait ou décroisait ses jambes. Cécile s'habillait généralement avec tes tenues moulantes qui mettaient en valeur son corps de nymphette, sa chevelure rousse s'accordait parfaitement avec tous les tons de ses vêtements.

Il y eut entre nous une complicité, une qualité d'échanges, un respect d'autrui, une chaleur, une gentillesse, que jamais je n'ai retrouvé chez aucune autre assistante.

Souvent nous déjeunions ensemble à midi, nous devisions sur l'équipe et sur l'organisation du travail. Elle me confiait ses doutes, ses questions, et nous échangions ainsi pendant deux bonnes heures. De fil en aiguille chacun lâchait par ci par là une pensée intime mais jamais à connotation sexuelle ni encore moins érotique. En somme nous étions comme de vieux amis dans une tendre complicité. Cependant lors de ces déjeuners nous nous regardions souvent les yeux dans les yeux en discutant, en nous souriant. Je regardais Cécile avec une telle tendresse qui pouvait s'apparenter à du désir ou à l'amour. Elle aussi me pénétrait avec ses yeux verts étincelants. Nous nous sommes souvent livrés à des confidences sur le lien qui nous unissait. J'ai également décrypté les oeillades que me lançaient Cécile comme des appels du pied, mais jamais elle n'enclencha une ébauche de drague à mon égard.

Peut-être aurais-je dû franchir le cap ? Je n'en sais rien, toujours est-il que notre relation platonique fut très forte.

"Je t'aime tel que tu es, continue à conserver ton humanité" voilà ce qu'elle ne cessait de me dire lors ces intimes moments.

"Je t'aime aussi Cécile, tu es ma secrétaire préférée, je souhaite que tu sois heureuse" lui répétais-je à mon tour.

Avec du recul cela semble bien fleur bleue me direz-vous. Vous avez certainement raison sur la forme, mais mon âme sait, elle ce que je ressens encore maintenant pour Cécile.

A chacune de nos retrouvailles, le même élan de tendresse, de désir, d'amour, nous envahit. La communion de nos esprits se réalise instantanément. Cela correspond à des orgasmes psychiques je pense.

Lorsque nous travaillions ensemble Cécile se rendit compte au fil du temps qu'elle ne me laissait pas indifférent de part son charme et son comportement professionnel. N'allez pas croire que je favorisais les belles jeunes femmes, non je me suis toujours refusé à me laisser aller à ce genre de sentiment. Certes, il est toujours plus agréable de réaliser des tâches ardues en compagnie de nymphettes, surtout si leur physique engendre l'imagination, chose qui se produisit avec Cécile.

Un jour excédé par un bug ou une panne dans un programme informatique je me ruais hors de mon bureau et demandais prestement à mon assistante de venir m'aider. J'avais une mine renfrognée, j'étais de mauvaise humeur. Cécile me rejoignit dans mon bureau en me présentant son plus beau sourire. Ses yeux verts gentiment moqueurs me calmèrent un peu. Je lui expliquais ce qui n'allait pas et d'autorité ma nymphette pris un fauteuil et s'installa à coté de moi. Céline portait une minijupe noire, des bas couleur chair, un pull over noir en cachemire. Assise très près de moi, sa cuisse droite frôlait la mienne. Elle se pencha pour attraper la souris du Pc et ses soyeux cheveux roux caressèrent mon visage, je respirais son parfum de violette. Je me décalais de quelques centimètres, Cécile me dévisagea et me lança de sa voix de fillette :

"Je ne vais pas te croquer tu sais"

Elle continua à pianoter sur le clavier, j'admirais ses fins doigts danser sur les touches en réprimant une érection inopportune.

J'avais envie de l'embrasser, de la caresser, mais je chassais ces idées de mon esprit.

Je laissais Cécile faire pendant tout le temps que prirent ses manipulations. Ensuite elle m'expliqua posément comment palier à tout nouveau soucis si d'aventure ce bug devait se reproduire. Je buvais ses paroles une à une en priant le ciel pour qu'elle ne baisse pas les yeux vers mon entrejambes.

Ensuite elle se leva, et me dit au creux de l'oreille :

"Tu sais l'ordi c'est comme une femme, il faut être patient"

Elle sourit et retourna à son poste.

J'ai mis plusieurs instants à atterrir, à décrypter son message. Je me dis que je me faisais des idées mais mes pensées allaient sans cesse vers ma secrétaire rousse et quelque peu coquine.

Le soir venu elle s'enquit de ma personne pour savoir si je me portais bien, et d'un sourire à damner un saint elle me souhaita une bonne soirée. Je l'ai regardé partir en admirant ces fesses d'adolescente que moulaient à merveille sa jupe, elle se retourna vers moi en attrapant son manteau et réitéra son sourire suivit d'un :

"Je t'embrasse mon boss préféré"

Je me retrouvais seul dans ce bureau immense vide de tous mes collaborateurs.

Après quelques minutes d'intense réflexion je m'aperçu que Cécile avait oublié son écharpe noir. Je m'en saisis, la portais à mon visage, et j'en respirais l'odeur. J'étais sublimé par ce morceau de laine, également excité car le parfum qui s'en dégageait me rappela l'épisode de la journée. Immédiatement je fus pris d'un désir frénétique, d'une envie de posséder physiquement mon assistante chérie.

Je me ruais aux toilettes pour débuter une masturbation phénoménale en compagnie de l'écharpe de Cécile. Je laissais mon pantalon se tirebouchonner à mes pieds, baissais mon slip et de la main droite j'empoignais ma hampe. De la main gauche je me frottais le visage avec l'écharpe de Cécile. J'imaginais la main de ma secrétaire qui allait et venait sur moi, je pensais à sa rousse chevelure et à sa fine toison cachant un fruit d'amour que j'avais envie d'embrasser. Je ressentais des sensations extraordinaires, une puissance inouïe, ma verge était raide et dure comme du teck. Mon gland violacé réclamait la bouche de Cécile. Au bord du précipice du plaisir je me portais, je sentais mes jambes trembler, mon ventre se crisper, ma sève bouillonner dans mes bourses. Je tenais toujours de la main gauche l'écharpe de Cécile mais je ne pouvais décemment pas éjaculer en elle, cela est contraire à la bienséance.

Cette interruption provoquée par cette constatation fit chuter ma tension sexuelle et m'évita de tomber dans le puis orgasmique. J'accrochais l'écharpe à la patère de la porte. Ma hampe tressautait devant moi, je devais avoir l'air d'un incube. Il était hors de question pour moi de me laisser dans un tel état, alors je repris mes caresses en ayant pris la précaution de conserver un mouchoir en papier à proximité. Je voulais jouir de chaque instant c'est le cas de le dire, alors je ralentissais les mouvements de ma main dès que je m'approchais du point de rupture. J'admirais mon érection, elle me semblait plus importante que de coutume. Ma hampe était si sensible que je me caressais légèrement avec deux doigts, je voyais le liquide annonciateur du plaisir perler au bout du gland mais je voulais encore prendre mon temps. Je transpirais abondamment, des gouttes de sueur tombèrent sur mes chaussures vernies et sur mon pantalon tirebouchonné. Jétais toujours debout adossé à la paroi des toilettes me masturbant en pensant à Cécile.

J'étais à bout, je ne pouvais plus retenir la lave en fusion qui réclamait sa liberté éjaculatoire. Un spasme, un cri, un éblouissement. Enfin la liberté tant attendue. Je me déversais longtemps en gémissant et en criant Céciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiile !!!!!!! Je dus me retenir à la poignée de la porte pour ne pas chuter tant le plaisir était pharaonique.

Je restais de longues minutes adossé au mur, les yeux fermés, le cerveau vide, je reprenais petit à petit ma respiration normale.

J'avais l'air hagard, hébété, comme si je venais de traverser une tornade. Mes yeux firent un tour d'horizon de mon environnement immédiat. Je constatais que j'étais un cadre dynamique, les fesses et jambes nues, le pantalon froissé à mes pieds, ma cravate à mon cou poisseuse de sperme. Trempé de sueur, je remarquais les traînées blanches dégoulinant sur le mur face à moi. J'avais aspergé à tout va les toilettes, mais j'étais heureux du bonheur que me procura Cécile.

Ma mission immédiate fut de me réajuster, de tout nettoyer, de reprendre une apparence présentable et surtout de cacher ma cravate témoin de mon plaisir, sans oublier évidemment de reposer l'écharpe de Cécile sur son portemanteau.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


30759
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Amour et sexualité - l'un peut-il aller sans l'autre

image

C'est justement sur une histoire très érotique via le net que nous nous sommes rencontrés.. Si je suis restée avec lui après c'est qu'il m'apporte tant de tendresse et d'amour que c'en est désarmant… Je sais que mon histoire est bizarre. On...Lire la suite

Tous au louvre !

image

Vu il y a quelques jours sur le net : " Erotisme : le syndrome Rubens. Pour de nouvelles aventures érotiques, suivez le guide… C'est en substance ce qu'affirment les chercheurs italiens de l'Institut Romain de Psychologie. Après avoir étudié...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages