Histoire vécue Sexualité > Sado-masochisme      (132 témoignages)

Préc.

Suiv.

Elle s'assoit sur mon visage

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 3825 lectures | ratingStar_125703_1ratingStar_125703_2ratingStar_125703_3ratingStar_125703_4

Allongez vous ! Le ton est ferme mais la voie est suave.

Je m' exécute, je m'allonge sur un superbe tapis de laine aux couleurs éclatantes.Sur le ventre ! Je reçois au passage sur les cuisses un coup de baguette savamment dosé pour le ressentir sans qu'il échauffe mes cuisses.Je me retourne et présente mes fesses à la vue de ma "Maitresse".

Je suis la allongé nu sur un tapis devant une femme que je ne connaissais pas il y a encore quelqes minutes.Un mail étrange ouvert un soir dans ma boite, une annonce prometteuse, un contact par message et me voila dans ce somptueux appartement aux style baroque du sol au plafond entre les mains de cette étrange mais assez belle femme. Un diadème dans ces cheveux noirs, un visage allongé, un maquillage discret mets en valeurs ces yeux noisettes.Une poitrine généreuse mais ferme à peine dissimulée sous une tunique de voile et de dentelles blanches qui lui masque que le haut de superbe fesses lisses comme un miroir, des petits pieds manucurés dans les moindres détails tout comme ses mains, avec à chaque doigt une bague ornée de pierre de couleurs différentes.

Je lève ma tête pour la regarder.Aussitôt avec un de ses pieds de princesse chaussé d'escarpins à hauts talons elle m'appuie son talon fortement sur mes fesses et maintien la pression.

Je ne vous ai pas autorisé à bouger !! Je veux juste vous admirer ! Elle continuait à m'écraser mes fesses en remuant son pied pour que son talon vienne se loger entre mon cul et venir écraser sans brutalité recherchée mon sexe.Tu n'as pas encore le droit de m'admirer me répondit elle.

Elle malaxait maintenant mon sexe avec le plat de son escarpin.Je vois que je vous faits de l'effet !

Elle appuya plus fortement sur mon membre en érection ce qui me provoqua une douleur aiguë.

Je débandais presque instantanément, la pression cessa aussitôt.

Vous devez vous contrôler me dit elle.La séance ne fait que commencer.

Levez vous et suivez moi.Je suis surpris par le vouvoiement la réciproque m'est demandée si non j'encoure des punitions parmi les plus sévères.

Je me lève et comme un toutou bien dressé je suis ma "Maîtresse" .Si je n'ai pas le droit encore de l'admirer ouvertement, bizarrement elle se laisse caresser des yeux.Ses fesses ondulent devant moi sous sa tunique, je peux.

Apprécier leurs formes bien charnues.Elle sait que je la regarde.

-Attention je vous rappelle que vous devez contrôler vos émotions et je crois bien que je vais devoir me fâcher !!!!

Comment sait elle que je bande comme jamais je n'ai bandé ? Mon gland est gonflé au maximum, il visitera bien son petit trou, sa fleur de marguerite.

Je fais un effort surhumain pour débander.

Nous traversons un couloir à la décoration exubérante voir à la limite du mauvais goût bref l'art baroque poussé à l'extrême.Nous arrivons dans une pièce de grande dimensions, ornée de grands miroirs dorés, de chandeliers immenses, mais surtout d'un mobilier très étranges.

Allongez vous ici !

Je m'allonge sur un banc entièrement capitonné d'un tissus d'une grande douceur.Mes pieds reposent à terre.J'observe autour de moi.Dans un angle de la pièce, j'aperçois une table, une table identique aux tables d'examens médicaux avec des étriers de chaque côté, à proximité des servantes avec du matériel hétéroclites, fixée le long d'un mur une croix non plutôt un x géant en bois d'environ trois mètre de diamètre sur laquelle sont fixées des chaînes avec des bracelets métalliques et encore et encore des accessoires, des armoires et même une cage !!!!

Je continu d'observer la pièce.Que d'étranges attirails !!! Il y a un portique ou pendent des chaînes avec à leurs extrémités des bracelets métallique, juste sur le mur en face de moi, se trouve accrochée une poulie dans laquelle passe une cordelette reliée à une sorte de contre poids un peu comme un contrepoids de pendule.Au bout de la cordelette est attaché un petit mousqueton de laiton.Maîtresse est dos à moi, la lumière des chandeliers me laisse entrevoir de nouveau ces formes.

Je bande de nouveau, mon gland est gonflé à l'extrême, de sa petite fente s'écoule.

Doucement la substance de mon excitation ce qui à pour effet de le rendre brillant.

Maîtresse se retourne, regarde ma queue dans tout ses états, ne dit rien la saisie d'une main et de l'autre avec une rapidité et adresse surprenante l'enferme dans une sorte de gage faite de cuir et de métal.Mon sexe est prisonnier !!!!! Elle serre au maximum les attaches comprimant ma bite dans sa mini prison.Elle serre fort très fort, je grimace de douleur.Elle me regarde.

Saisi le mousqueton de la cordelette et y fixe l'extrémité de la cage contenant ce qui reste de ma pine comprimée.Puis elle enlève la cale placée sous le contre poids, presque instantanément la cordelette se raidit et m'étire ma bite d'un coup sec.Je pousse un cri je suis surpris par la man&oelig ; uvre.

Pourquoi veux telle m'arracher la queue ?

-Si vous ne bougez pas tout se passera bien.Si vous bougez le poids descendra et continuera à vous rappeler à vous !! La cage n'est pas suffisante, Maîtresse me place deux pinces reliées entre elles sur les couilles et les fixent également sur le mousquetons de la cordelette.

Aussitôt la tension exercée par le poids me donne l'impression de m'arracher mes parties intimes.Les pinces se resserrent sur mes couilles.Je pousse un cri, une douleur s'installe.

Curieusement j'éprouve un certain plaisir.

Maîtresse se retourne et vient se placer au dessus de mon visage.Magnifique ! Ce que je vois ; Pour la première fois j'admire son sexe sa petite chatte.Je crois voir un gros abricot gorgé de soleil bien charnu, avec une peau duveteuse.Pas un poil ! Une épilation parfaite.Je n'en crois pas mes yeux.Sa petite fente est légèrement plus foncée.

Elle s'accroupit doucement ,,sa chatte viens effleurer mon visage.Son minou a une odeur agréable d'agrumes.Mes lèvres sont au contact des lèvres de son joli petit con.Je sors ma langue pour venir caresser ce fruit.A ce moment Maîtresse s'assoit de tout son poids sur mon visage.J'ai du mal à respirer, je suffoque.Son sexe est collé sur ma bouche et mon nez.Elle amorce un léger mouvement circulaire et de va et vient sur mon visage.Je ne vois plus rien.Sa chatte est tiède et devient humide.Elle continue de remuer savamment crois bien qu'elle mouille.Elle se sert de mon nez pour titiller son clito ? Elle accentue son mouvement de va et vient, augmente la pression sur mon visage, son minou devient de plus en plus humide.De mon côté, j'arrive quand même à bander.Ma pine prisonnière est prête à faire exploser sa prison de cuir et de métal.Je remue mes fesses je ne tiens plus.Les pinces sur mes couilles, la tension sur ma bite, rien n'y fait.Ma queue se gorge de plaisirs.

Maîtresse mouille de plus en plus.Elle branle son petit bouton d'amour sur mon nez et ma bouche.Je bouge moi aussi ma tête et augmente volontairement la pression sur sa chatte.

Sa respiration est saccadée.Je me demande si elle ne va pas jouir.

Je n'en peu plus.Maîtresse jouit !! J'en suis sur.Pour ma part j'ai déjà jouit il y quelques instant.La prison de cuir n'a plus rien faire.J'ai joui comme jamais je n'avais joui.Maîtresse jouit !

Elle a ralenti ses mouvements et s'est relevée me permettant de reprendre un peu d'air.Mon visage ruisselle de la liqueur de sa petite chatte.

Maîtresse se lève, saisie des lingettes, m'essuie mon visage comme pour effacer les traces de sa jouissance, libère mon sexe de sa prison…
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


125703
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon mari va voir des p.utes

image

Pour moi-même je ne conçois pas que mon mari pourrait avoir des relations sexuelles en dehors de notre couple ; cependant dans un autre cas d'autres personnes peuvent voir les choses autrement s'il s'agit d'un fantasme que l'un des deux a réalisé...Lire la suite

L'hexagone attire toujours les investisseurs étrangers.

image

C'est la floraison de bouquins sur le déclin de la France ! Et chacun d'y aller de son explication : c'est les 35h, c'est la canicule (eh oui, Raffarin ; il fallait oser la sortir, celle-là, pour expliquer l'atonie de la France) , c'est la faute...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages