Histoire vécue Sexualité > Sado-masochisme      (132 témoignages)

Préc.

Suiv.

Une maison bien close....

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 3710 lectures | ratingStar_35015_1ratingStar_35015_2ratingStar_35015_3ratingStar_35015_4

Il m'est arrivé cette aventure, il y a quelques années, l'année de mes 30 ans, et encore aujourd'hui, j'en garde un souvenir ému et cuisant…

A l'occasion d' un déplacement professionnel, je me trouvais au coeur de la ville de Londres. Je devais téléphoner à une entreprise que j'avais à visiter le lendemain, et je le fis d'une cabine publique. La première que je rencontrais, me permit de découvrir, posé sur la tablette près du combiné, un papier où était griffonné un numéro, certainement oublié par le précédent occupant de la cabine .

Je ne sais pourquoi, ce numéro m'intrigua et dans un… de curiosité, je ne pus m'empecher de le composer. Une voix féminine suave m'accueillit et me souhaita la bienvenue. Ne sachant trop que dire, je me raccrochai à la vérité et lui dis que j'étais tombé par hasard sur ce numéro. A mon grand étonnement, la voix charmante de mon interlocutrice, me dit qu'elle pensait plutôt que c'était quelqu'un de ma connaissance qui avait du me donner ce numéro. Mais peu importe, me dit elle, moi et les charmantes jeunes femmes de cette maison, t'attendons tout de suite, si tu veux venir nous voir. Intrigué, je lui demandais qui étaient ses amies et qui elle était elle même. Elle me dit, que, elle et ses amies étaient de jeunes femmes tres sexy qui s'y entendaient à merveille pour attiser et combler les désirs des hommes comme moi. Sa voix était si envoutante, que je lui répondis machinalement que je serais ravi de faire leur connaissance ; et voila comment, en une minute à peine, j'avais en main, une adresse, et dans la tête, les idées les plus folles de ce que j'allais y découvrir .

A l'adresse indiquée, je trouvais une coquette maison située dans un quartier chic et une rue calme du vieux Londres. Je sonnai, et une femme d'un age mur, habillée strictement d'un tailleur qui la mettait en valeur, vint m'ouvrir. Je me fis reconaitre, et elle m'invita à entrer dans un grand salon classique et austère, où j'attendis, un peu nerveux et intimidé. Quelques minutes plus tard, j'entendis résonner sur le parquet, les talons de mon hôtesse, qui vint s'assoir sur le fauteuil qui faisait face au mien. Cette femme avait un air sévère et austère, mais il se dégageait d'elle, une sorte de sensualité attirante qui me fascinait. Elle se tenait raide, assise dans son fauteuil, et sa position me laissait admirer, de longues jambes gainées de noir, qu'elle avait croisées .

Elle me demanda si j'avais un souhait précis. Je lui dis que je venais en totale découverte et que je m'en remettais à son initiative. Puisque c'est la première fois que vous venez, je vais m'occuper personnellement de vous m'annonça t elle. Mais peut être vais je me faire aider.je veux que vous gardiez un souvenir fort de votre visite dans cette maison. Venez avec moi, me dit elle, d'un ton, qui ne supportait aucune contestation. Nous montamesà l'étage, ou le mobilier et le style de la décoration, reflétaient le même bon gout qu'au rez de chaussée. J'adore prendre les choses en main, me dit elle avec un petit sourire ironique, et diriger est pour moi un reel plaisir. Etes vous prêt à vous soumettre à mon bon vouloir ? J'étais assez fasciné par l'élégance naturelle de cette femme et par la sureté qu'elle manifestait à tous égards. Son regard froid et pénétrant me soumettait à sa volonté et je m'entendis, une fois de plus, acquiescer à sa question .

Très bien, dit elle en me dévisageant, à partir de maintenant, tu n'as plus qu'à m'obéir. Le fait qu'elle passe au tutoiement à mon égard, , me rendit encore plus confus et dépendant de sa voix. Elle alla dans une armoire murale, et en revint tenant entre ses mains fines, une cravache de cuir noir. Elle fouettait doucement l'air, et l'approchait de mon visage, pour capter à nouveau mon regard .

Déshabille toi entièrement. Et elle s'assit à un mètre de moi, me fixant et attendant que je m'exécute. J'enlevais tous mes vêtements, et son regard appuyé ne me quitta d'une seconde. Tourne sur toi mêlme ; Encore. Approche maintenant…

Sa voix était toujours assurée ; elle frôla ma peau du bout de sa cravache et le contact du cuir, sur mon ventre, mes cuisses, et mon torse, me fit frémir. Mets toi à genoux. Devant moi. Je m'exécutais et mes yeux étaient ainsi à hauteur de ses genoux. Le bout de sa cravache, vint effleurer mes tétons qui dardèrent sous cette caresse, et mon trouble ne fit qu'augmenter, devant le sourire qu'elle affichait.

Puis elle se leva, et se dirigeant vers la porte du salon, elle m'abandonna ainsi. Je ne fus pas longtemps à attendre ; le bruit de ses talons, cette fois ci, fut accompagné de ceux de deux jeunes femmes, toutes deux revêtues, de tenues sexy et provocantes au possible : une blonde plantureuse arborait une guépière noire, avec des bas et des escarpins de la même couleur ; une brune, plus mince, mais à la poitrine généreuse, était vêtue d'une jupette écossaise ultra courte, qui ne cachait ni le haut de ses bas blancs, ni le haut de ses cuisses ; le bustier qui complétait sa tenue, moulait ses seins de façon provocante .

Les trois femmes s'approchèrent et toutes firent leurs observations à mon égard, pour me railler et m'humilier dans la position où j'étais. La femme blonde, sur ordre delle qui dirigeait toujours la séance, alla jusqu'à l'armoire, et revint avec une paire de menottes, qui lui servit à me lier les mains dans le dos .
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


35015
b
Moi aussi !
7 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon mari va voir des p.utes

image

Pour moi-même je ne conçois pas que mon mari pourrait avoir des relations sexuelles en dehors de notre couple ; cependant dans un autre cas d'autres personnes peuvent voir les choses autrement s'il s'agit d'un fantasme que l'un des deux a réalisé...Lire la suite

L'hexagone attire toujours les investisseurs étrangers.

image

C'est la floraison de bouquins sur le déclin de la France ! Et chacun d'y aller de son explication : c'est les 35h, c'est la canicule (eh oui, Raffarin ; il fallait oser la sortir, celle-là, pour expliquer l'atonie de la France) , c'est la faute...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages