Histoire vécue Sexualité > Troubles sexuels féminins      (80 témoignages)

Préc.

Suiv.

Psychotropes et troubles sexuels

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies 65 ans
Mail  
| 2079 lectures | ratingStar_126980_1ratingStar_126980_2ratingStar_126980_3ratingStar_126980_4

Souvent lorsqu'on est impuissant ou frigide on se de demande : "Est-ce que ça a un rapport avec les médicaments psychotropes qui me sont prescrits par mon généraliste ou par mon psychiatre ? " Je peux vous répondre : en général OUI ! Les généralistes ou les psychiatres qui vous les prescrivent ne sont jamais francs avec vous : soit ils ne vous préviennent pas à l'avance de ce genre d'effet indésirable même s'ils le connaissent, soit ils ne savent vraiment pas mais de toute façon ne regardent jamais le VIDAL pour se renseigner !

Je vais vous communiquer quelques noms de médicaments psychotropes (en majuscule le nom commercial, en minuscule le nom de leur molécule &ndash ; je ne connais pas les génériques : il faut vérifier avec le nom de la molécule &ndash ; pour lesquels soit ils provoquent l'impuissance ou la frigidité, soit ils ne font que diminuer le désir sexuel &ndash ; par exemple : l'HALDOL ou halopéridol : il est indiqué qu'il provoque des difficultés d'érection : mais sur moi qui l'aie pris pendant plus de 10 ans, je n'ai jamais constaté d'impuissance, mais seulement une baisse de mon désir sexuel &ndash ; ; par contre tous les tranquillisants de la gamme des benzodiazépines ne provoquent jamais ni impuissance ni frigidité, ils ne font toujours que diminuer seulement le désir sexuel ; quant aux antidépresseurs tels que : ÉLAVIL et LAROXYL &ndash ; amitrityline &ndash ; , DÉFANYL&ndash ; amoxapine &ndash ; , ANAFRANIL &ndash ; clomipramine &ndash ; , PROTHIADEN &ndash ; dosulépine &ndash ; , QUITAXON &ndash ; Doxépine &ndash ; , TOFRANIL &ndash ; imipramine &ndash ; , SURMONTIL &ndash ; trimipramine &ndash ; , je ne peux absolument pas vous renseigner grâce au VIDAL : il s'agit de vieilles molécules et autrefois l'effet sur la sexualité n'était pas vérifié et la mention pas obligatoire : je peux quand même vous dire que le LAROXYL &ndash ; amitrityline &ndash ; me rend impuissant à partir de deux comprimés de 25, et dès que je l'arrête, aussitôt tout redevient normal : je l'ai signalé au laboratoire qui a écrit à mon psychiatre, lequel lui a confirmé que ça ne pouvait être que le LAROXYL &ndash ; amitrityline &ndash ; qui me fasse cela : je ne suis pas le seul à ma connaissance, pourtant le laboratoire ne le mentionne toujours pas dans le VIDAL). Bien sûr si vous vous sentez concernés par mes informations, je ne vous conseille ni de modifier ni d'arrêter votre traitement actuel : les risques sont trop graves pour votre santé ! Parlez-en à votre généraliste ou à votre psychiatre, demandez-lui des explications ! TRANQUILLISANTS ou HYPNOTIQUES DE LA GAMME DES BENZODIAZÉPINES ET APPARENTÉS (les vielles molécules ne figurent pas dans cette liste) : ne provoquent jamais l'impuissance ou la frigidité, ils ne font seulement que diminuer le désir sexuel : XANAX (alprazolam) , LEXOMIL et QUIÉTILINE (bromazépam) , TRANXÈ ; NE (clorazépate dipotassique) , VÉRATRAN (clothizépam) , VALIUM (diazépam) , TÉMESTA (lorazépam) , NORDAZ (nordazépam) , SÉRESTA (oxazépam) , LYSANXIA (prazépam) , URBANYL (clobazam) , HAVLANE, MOGADON, NOCTAMIDE, NORMISSON, NUCTALON, ROHYPNOL, STILNOX (zolpidem) , IMOVANE (zopiclone) ANIDÉPRESSEURS IMIPRAMINIQUES : il s'agit de vielles molécules : leur effet sur la sexualité n'est pas signalé car il n'était pas vérifié autrefois et la mention n'était pas obligatoire : ÉLAVIL et LAROXYL (amitrityline) , DÉFANYL (amoxapine) , ANAFRANIL (clomipramine) , PROTHIADEN (dosulépine) , QUITAXON (doxépine) , TOFRANIL (imipramine) , SURMONTIL (trimipramine) ANTIDÉPRESSEURS SÉLECTIFS DE LA RECAPTURE DE LA SÉROTONINE (les hommes semblent plus sévèrement touchés que les femmes) : SEROPRAM (citalopram) , SEROPLEX (escitalopram : la frigidité n'est pas indiquée) , PROZAC (fluoxétine) , DEROXAT et DIVARIUS (paroxétine) , ZOLOFT (setraline : la frigidité n'est pas signalée) ANTIDÉPRESSEURS INHIBITEURS DE LA RECAPTURE DE LA SÉROTONINE ET DE LA NORADRÉNALINE : IXEL (milnacipran : la frigidité n'est pas signalée) , CYMBALTA GEL (duloxétine) AUTRES ANTIDÉPRESSEURS : pour l'ATHYMIL (miansérine) , le STABLON (tianeptine) , le NORSET 15 (mirtazapine) , etc. Il n'est pas signalé d'effets sur la sexualité. NEUROLEPTIQUES (veilles et nouvelles molécules : elles provoquent soit l'impuissance ou la frigidité soit elles diminuent le désir sexuel) : SOLIAN (amisulpiride) , DOGMATIL et SYNÉDIL (sulpiride) , TIAPRIDAL (tiapride) , DIPIPÉRON, DROLEPTAN, HALDOL (halopéridol : pour les femmes rien n'est signalé) , SÉMAP, ORAP (pimozide) , LEPONEX (clozapine) , LOXAPAC (lexapine) , RISPERDAL (rispéridone) , ZYPREXA (rien n'est signalé, mais je m'en suivi servi 8 ans, et à mon avis ça diminue le désir sexuel) , LARGACTIL (chlorpromazine) , MODITEN, NEULEPTIL, NOZINAN (lévomépromazine) , PIPORTIL, TERCIAN, MODÉATE, TRILIFAN (pour certains dont je n'indique pas toujours la molécule, il n'y a rien de signalé, mais tous les psychiatres sérieux vous diront entre quatre yeux que tous les neuroleptiques diminuent toujours le désir sexuel, mais bien sûr plus ou moins). NORMOTHYMIQUES (aucun effet n'est signalé sur la sexualité, mis à part parfois chez les femmes des problèmes avec leurs règles) : TÉGRÉTOL (carbamazépine) , DÉPAKOTE (divalproate de sodium) , NEUROLITHIUM et TÉRALITHE (lithium) , DÉPAMIDE (valpromide) , ZYPREXA (ce neuroleptique ou antipsychotique a reçu aussi son autorisation de mise sur le marché récemment comme normothymique : je l'ai pris pendant 8 ans, à mon avis ce n'est pas du tout justifié qu'il ait reçu son AMM comme normothymique : soit il me provoque la dépression, soit il me l'aggrave, ce médicament psychotrope ne m'a jamais tiré d'affaire de la dépression, bien au contraire). J'ai été un an impuissant sous RISPERDAL (rispéridone) : j'étais très heureux ainsi, aussi bizarre que cela puisse paraître ! Mais quand j'ai changé ce médicament pour de l'ORAP (antipsychotique aussi, j'ai aussitôt retrouvé une sexualité normale : j'étais alors encore plus heureux ; et pourtant il provoque l'impuissance et la frigidité d'après le VIDAL) ! Bien des femmes frigides peuvent aussi se sentir très heureuses comme ça ! Aussi bizarre aussi que cela puisse paraître ! Je me tiens à la disposition de tous les internautes. Bien sûr l'Ordre des médecins peut considérer qu'en vous communiquant ces quelques modestes informations je vole quelques consultations à des généralistes ou à des psychiatres : il serait alors en droit de me poursuivre en justice, comme il le fait pour les guérisseurs, c'est-à-dire pour "détournement de clientèle" ! Croyez, cher (e) s ami (e) s de PSYCHOLOGIES, à mes sentiments les meilleurs.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


126980
b
Moi aussi !
2 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Aidez moi, perte de libido

image

Bonjour, Je suis à 12 SG et je crois que je n'ai plus de libido. Je m'explique, à 9 SG j'ai eu un décollement de l'oeuf pas très grave (j'ai eu peur d'avoir fait une fc) , il s'est recollé avec une semaine de repos et un ovule de progesterone...Lire la suite

Peur de faire l amour

image

J'ai vecu durant 4 ans un semblant de vie sexuelle avec mon ex mari ; je dit semblant car c'était plus une amitie amoureuse basée sur le flirt poussé. La penetration , je ne sais pas vraiment ce que c'est et les rares fois ou monsieur était...Lire la suite


 

Voir tous les  autres témoignages