Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Argent > Autres      (3158 témoignages)

Préc.

Suiv.

Bonheur National Brut ou Produit Intérieur Brut?

Témoignage d'internaute trouvé sur france5
Mail  
| 1008 lectures | ratingStar_44783_1ratingStar_44783_2ratingStar_44783_3ratingStar_44783_4

Pendant que ces crétins de néo-libéraux refont le monde à leur manière à Davos ET EN TOUT PETIT COMITE, le Bhoutan calcule son :

Bonheur national brut (BNB) (source : wikipedia).

 

Le Bonheur National Brut (BNB) est une tentative de définition du niveau de vie en des termes plus psychologiques et holistiques que le Produit National Brut.

 

Cet indice a été préconisé par le roi du Bhoutan Jigme Singye Wangchuck en 1972. Son but étant de bâtir une économie qui servirait la culture du Bhoutan basée sur des valeurs spirituelles bouddhistes. Parmi d'autres objectifs moraux, il sert à guider l'établissement de plans économiques et de développement pour le pays.

 

Un indice alternatif.

 

Il apparaît comme un indice englobant (de manière assez large) le Produit Intérieur Brut (PIB) ou l'Indice de Développement Humain (IDH) qui apparaissent comme insuffisants pour mesurer le bonheur des habitants d'un pays.  

 

L'approche adoptée il y a plusieurs années par le roi Jigme Singye Wangchuck, préconise une mesure holistique du développement humain. Elle repose sur quatre principes fondamentaux auxquels le gouvernement attache une importance égale :

– croissance et développement économiques ;

– conservation et promotion de la culture ;

– sauvegarde de l'environnement et utilisation durable des ressources naturelles, et ;

– bonne gouvernance responsable.

 

Une conférence internationale sur le BNB s'est tenue en Nouvelle Écosse en juin 2005, un événement auquel les bouddhistes Shambhalas attachent une signification spéciale.

 

Pour le premier ministre du royaume bhoutanais, "la poursuite du "Bonheur national brut" a produit de riches dividendes pour notre peuple." "Le Bhoutan, ajoute-t-il, a atteint un progrès économique soutenu sans compromettre l'intégrité de notre environnement et de notre culture. Nous avons été en mesure de conserver bien plus des 60% de superficies émergées sous couvert forestier requises par nos lois. Nous avons exploité des voies plus durables de croissance économique comme l'essor des installations hydroélectriques et des ressources d'écotourisme, tout en renonçant délibérément aux gains économiques à court terme de la coupe et de la vente de bois d'oeuvre. En conséquence, nous sommes en mesure de créer des revenus considérables tout en protégeant les bassins versants et l'habitat de la flore et de la faune. De même, nous avons accordé l'attention qui lui est due à la conservation de nos riches traditions et de notre culture que nous estimons fondamentales pour préserver l'identité et l'âme de notre peuple."

 

Une ambassadrice itinérante de l'onu, Misako Konno, raconte comment elle a eu le sentiment de redécouvrir le vrai sens de la richesse lors de sa visite au Bhoutan : "Pendant la semaine que j'ai passée au Bhoutan, qui a débuté dans la capitale Thimpu, je me suis toujours déplacée dans une charrette tirée par un cheval. J'ai peiné pendant des heures sur des routes de montagne aux virages en épingle à cheveux. La gentillesse qui se lisait sur le visage des gens rencontrés au détour des routes m'a frappée et c'est ce qui m'a fait penser à la philosophie bhoutanaise du "bonheur national brut", qui ne concerne pas seulement les gens, mais aussi la nature en général. Les Bhoutanais détestent tuer des créatures vivantes, ce que leur interdit leurs convictions religieuses, et cela se voit dans la manière dont ils coexistent mais aussi dans le respect qu'ils portent aux plantes, aux animaux, aux animaux et autres formes de vie.

Pour moi, le Bhoutan est un pays digne où les gens vivent heureux ; c'est un pays développé en termes écologiques."

 

À la lumière de l'expérience bhoutanaise, le BNB apparaît comme un indicateur de bien-être économique durable beaucoup plus englobant que le PIB ou l'ISP (Index of Social Progress). Ce pays qui pratique avec sagesse une politique de "développement sans hâte" offre, à une échelle évidemment fort réduite par rapport à nos économies occidentales, un exemple inspirant de gouvernance capable de concilier des objectifs en apparence incompatibles : poursuite d'un développement économique qui contribue au mieux-être de la collectivité, développement des personnes et des communautés, le respect de la culture et des traditions, le tout, dans une perspective de développement durable.

 

Pour Richard Tomkins du Financial Times, cette philosophie respectueuse des valeurs humaines, si elle était mise en place, bouleverserait l'ordre des priorités de nos gouvernements. "La course à la productivité pourrait perdre de l'importance au profit d'une réduction obligatoire du temps de travail permettant aux gens de consacrer plus de temps à leur famille et à la collectivité. Une forte hausse des taxes sur l'utilisation des ressources non renouvelables pourrait contribuer au financement de solutions à la dégradation de l'environnement et des structures sociales." Utopie ? Certainement. Ce qui n'empêche pourtant pas les responsables de l'onu de citer en exemple le royaume himalayen, ou les penseurs des ministères de l'économie sociale en France et en Angleterre de s'en inspirer pour des projets de politiques visant à accroître la "satisfaction vitale" , l'expression "politiquement correcte" pour parler du bonheur."
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


44783
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Garde de mes enfants au pere - droit de la famille

image

Bonjour a tous. Voila mon histoire. Le 1 er mars 2012 je suis partit avec mes deux filles âgée de 3 ans et 2 ans sans prévenir le père de mes filles car il m'aurai jamais laisser partir. Ma cousine qui habite a 400 kilométre d'ou j habiter et...Lire la suite

Vivre en foret - randonnee, trekking et aventure

image

Bonjour à tous ! Depuis maintenant plusieurs mois je pense à vivre en forêt pour une période indéterminée. Voici un texte expliquant pourquoi j'aimerais quitter la société afin de vivre plus librement : Pourquoi ? C'est une question parmi...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages