Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Argent > Autres      (3158 témoignages)

Préc.

Suiv.

Les étrangers rachètent les fleurons français

Témoignage d'internaute trouvé sur france5
Mail  
| 615 lectures | ratingStar_62493_1ratingStar_62493_2ratingStar_62493_3ratingStar_62493_4

Le mythe de la France attractive.

Enfer fiscal que notre beau pays, c'est entendu avec 54 % [de prélèvements].  

Mais par ailleurs, on nous explique que la France reste parmi les pays les plus attractifs pour les investissements étrangers.

Je me dis alors que ce sont tout simplement nos fleurons qui sont rachetés par les étrangers, et que ce qui correspond à une perte de substance en vérité, se trouve comptabilisé comme un investissement : on vend les bijoux de famille, et cela tomberait du côté des investissements.  

Il me semble particulièrement intéressant d'explorer cette question, car nos technocrates, c'est-à-dire aussi bien nos statisticiens, nos syndicalistes du ministère des Finances, nos idéologues du fiscalisme et nos énarques répandent toujours cette illusion de l'attractivité de la France, en la mesurant à l'aune des additions hétéroclites de ce qu'on appelle globalement des investissements étrangers.

 

Le sophisme consiste à nous dire : vous voyez bien que le concept d'enfer fiscal ne s'applique pas à notre beau pays puisque des étrangers continuent d'acheter sur la Côte d'Azur et mêmes à se porter acquéreurs d'entreprises dans l'Hexagone.

 

La CNUCED Conférence des nations unies sur le commerce et le développement, organisme international créé en 1964, évalue les investissements étrangers en France, pour 2008 à 114 milliards de dollars contre 158 milliards en 2007. Ceci place ce pays au deuxième rang mondial, ex aequo avec le Royaume-Uni et après les États Unis. Au sein de l'Union européenne, il absorbe désormais plus de 20 % de ces investissements entrants. Et Bercy en tire argument, soulignant aussi la part de ces investissements dans la création d'emplois, etc.

 

Hélas cette insistance en elle-même à justifier cette tendance devrait inciter à plus de circonspection car qui veut trop prouver ne prouve rien.

 

Sans contester en effet l'importance de ces flux, on doit mesure qu'ils agrègent des réalités d'ordre tout à fait différent, et d'interprétation contradictoire.

 

Quand un groupe multinational décide de s'implanter en France parce que la main-d'oeuvre, quoique chère, y témoigne d'un savoir faire, ou parce que l'entreprise rachetée vaut son prix, ou parce que Paris leur semble une bonne base de rayonnement vers l'Europe et même vers d'autres continents, ou au contraire parce que certaines régions délaissées par les décideurs nationaux centralisés méritent d'être prises en considération, parfait : voilà des signes positifs.

 

Quand la même opération se trouve assortie de subventions, d'exonérations, d'aides de l'État central, on doit évidemment se poser la question de ce qui se passe quand les soutiens artificiels disparaissent. Et bien souvent, chacun le sait, le merveilleux partenaire étranger disparaît comme par enchantement.

 

Quand une entreprise familiale se trouve contrainte de passer sous contrôle étranger parce que le paiement des droits de succession l'impose, et le cas n'est pas rare, la perte de substance nationale est indiscutable.

 

Autres types d'investissements : tout ce qui a trait à l'immobilier de prestige, aux résidences secondaires, aux châteaux historiques, aux propriétés viticoles : on ne peut pas les déplorer, mais rien n'indique qu'il s'agit d'un signe de santé de l'économie et de la société françaises, encore moins de la fiscalité.

 

Il serait nécessaire à ce sujet d'en savoir plus sur le bilan, 5 ans après ce type d'achats. Combien d'Étrangers ayant acheté un le bien le conservent.

 

Autre donnée : les achats effectués par certains dirigeants du tiers-monde avec l'argent de l'aide que nous allouons à leur pays mais qu'ils, détournent.

 

Que penser aussi des investissements des mafieux. Faut-il y voir un signe bienheureux ?

 

Autre questionnement : quand un Français d'origine s'expatrie fictivement, monte une société ou une fiducie à l'Étranger pour continuer à contrôler de manière fiscalement plus favorable ses activités comment apprécier et comptabiliser une telle opération ?

 

Pour toutes ces raisons, et quelques autres, je crois nécessaire de se montrer circonspect quant à l'enthousiasme autour de chiffres et de statistiques qui ne prouvent rien, et qui parfois même indiquent exactement le contraire de ce que voudrait nous faire croire la haute administration.

 

Je ne rejette pas totalement l'indice Forbes, mais je crois plus sérieux de mesurer le fiscalisme à la masse de la dépense publique, y compris la loi de financement de la sécurité sociale. Au-delà d'un seuil que nous avons dépassé depuis longtemps, il n'existe aucun moyen acceptable de financer le gaspillage de l'État. Et en cela, oui, la France doit être considérée un enfer fiscal. Et les Français qui le peuvent le fuient de plus en plus. Telle me semble, en toute honnêteté, l'incontournable vérité.

 

On évoque souvent le rôle de l'ISF. Cet impôt, certes stupide et pervers, génère, on le sait mais on ne le dit pas assez, environ 4 milliards de recettes mais également 8 milliards de pertes fiscales par émigration et peut-être 500 000 emplois perdus pour la France. Il faut se rappeler que, depuis sa première création en 1982 par Fabius puis sa restauration par Rocard il a provoqué le départ de quelque 200 milliards d'euros.

 

Mais on ne doit pas le tenir pour seul responsable de l'émigration annuelle de 233 000 Français, nombre en augmentation constante de + 4 % par an depuis 12 ans dont beaucoup de jeunes diplômés, une perte de capital humain irréparable. 29 % des intéressés déclarent dans les sondages ne jamais vouloir revenir en France. Or le nombre de ceux qui ne reviendront effectivement pas doit être considéré de toute façon comme encore plus élevé.

 

Que des Étrangers les remplacent ne devrait pas être tenu pour une victoire nationale.
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


62493
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Garde de mes enfants au pere - droit de la famille

image

Bonjour a tous. Voila mon histoire. Le 1 er mars 2012 je suis partit avec mes deux filles âgée de 3 ans et 2 ans sans prévenir le père de mes filles car il m'aurai jamais laisser partir. Ma cousine qui habite a 400 kilométre d'ou j habiter et...Lire la suite

Vivre en foret - randonnee, trekking et aventure

image

Bonjour à tous ! Depuis maintenant plusieurs mois je pense à vivre en forêt pour une période indéterminée. Voici un texte expliquant pourquoi j'aimerais quitter la société afin de vivre plus librement : Pourquoi ? C'est une question parmi...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages