Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Argent > Banques      (1502 témoignages)

Préc.

Suiv.

Les banquiers cherchent à faire du chiffre

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 482 lectures | ratingStar_20734_1ratingStar_20734_2ratingStar_20734_3ratingStar_20734_4

Bjr,

Je vais vous résumer mon expérience en tant que cliente. J'ai acheté un commerce avec mon mari. Sur les deux banques qui ont été contactées pour la faisabilité du projet : une n'a pas voulu suivre, l'autre a dit oui sans problème. Nous avons donc fait le montage du crédit avec cette dernière en toute confiance, parce que pour nous c'était inconcevable qu'elle puisse nous prêter de l'argent sans être optimiste pour notre projet qui n'était que le rachat d'un commerce déja existant. La banque a fait un dossier, on a validé ensemble ce que nous pouvions prendre personnellement comme salaire. Et les ennuis ont commencé, on s'est retrouvé très rapidement au bout de 3 mois à cours de trésorerie… Notre gentille banquière avec qui nous avions des entretiens courtois nous a accordé un crédit supplémentaire, puis une autorisation de découvert… sans jamais poser de questions. Et puis un jour nous avons demandé un rendez-vous parce que nous nous voulions comprendre pourquoi nous en étions là, à constamment s'enliser, alors qu'à quelque chose près nous avions respecté ce qui avait été fixé au départ quant à la gestion globale du magasin (les prévisions). Et là du plus sérieux du monde notre gentille conseillère nous a dit : "mais Mr… Mme… vous n'auriez jamais dû vous prélever de l'argent" (nous travaillions tous les deux dans le commerce et avions 2 enfants) et tapotant sur la même machine qu'elle avait utilisé au départ : "vous voyez vos remboursements de crédit sont trop importants". Nous nous sommes regardés avec mon mari et on lui a dit en coeur : "mais pourquoi nous avoir financé ? " On n'a pas eu la réponse. Ils nous ont financé parcequ'ils étaient sûrs d'être payés et même plus.

Nous avons immédiatement pris la décision de vendre (parce que sinon il fallait injecter 60000 euro que l'on n'avait pas et que l'on ne voulait pas emprunter). J'ai appelé le directeur de l'agence pour savoir comment cela se passerait au niveau des pénalités de remboursement anticipé, il m'a dit qu'il ne fallait que je m'inquiète, il n'y en aurait pas. Quand on a vendu, il nous ont pris plus de 9 000 euro de pénalités de remboursement anticipé, j'ai tenté de joindre le directeur, je ne l'ai pas eu. Ma gentille conseillère m'a dit que les taux, malheureusement pour moi avait changé, mais qu'ils essaieraient quand même de faire quelque chose. J'ai réussi à obtenir 4000 euro. Nous avons tout perdu dans cette affaire soit 200 000 euro. Nous avons évité le dépot de bilan parce que nous avons réussi à vendre plus cher que nous l'avions acheté : preuve que notre CA était bon.

Après en avoir discuté, avoir fait des recherches pour comprendre, nous en avons conclu que cette banque n'aurait jamais dû nous accordé ce crédit car nous étions trop juste par rapport au type de commerce et à la trésorerie qu'elle exigeait en fontionnement. Très mauvais conseil de sa part.

Plusieurs mois plus tard nous sommes allés voir un avocat qui nous a expliqué que comme nous n'avions pas fait de dépôt de bilan, nous avions pu peu de chance d'obtenir quelque chose, que cela nous couterait cher parce que la procédure serait longue (10 ans).

Aujourd'hui nous tentons de surmonter cette épreuve, nous avons bien entendu changer de banque. Récemment nous avons connu une période (3 mois) de découvert. A chaque fois j'ai appelé ma nouvelle gentille conseillère pour l'avertir de cette situation passagère, elle ne m'a jamais rien proposé, elle a juste dit qu'elle en prenait bonne note. Résultat : nous avons quasiment 600 euros d'agios. Cela fait 2 mois que je tente d'obtenir le remboursement de ces frais. C'est honteux d'enfoncer davantage les personnes qui sont déja en difficulté. Ce serait comme enlever la couverture à un sans-abri.

Je n'ai plus confiance dans les conseillers de clientèle, d'ailleurs ils devraient changer de nom. Ils ne sont que de simples vendeurs qui tentent de vous berner pour placer leur produit sur lesquels ils sont rémunérés.

Dernière anecdote : quand mon fils est né, j'ai appelé la conseillère pour mon histoire de remboursement, elle m'a félicité pour la naissance, m'a dit "il faudra lui ouvrir un compte". J'ai répondu que je n'ai pas les moins d'épargner mais 24h après je recevais un contrat pour l'ouverture d'un livret pour mon fils.

C'est une battante ma conseillère, elle veut faire du chiffre.
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


20734
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Lordon-todd : les intellectuels vont devoir parler au peuple - actualites : politique

image

Face au naufrage de l'Union européenne, Emmanuel Todd et Frédéric Lordon, deux grands adversaires de l'euro débattent d'une possible sortie de crise et en appellent à la souveraineté populaire contre le pouvoir des banques. Marianne : Pourquoi...Lire la suite

27/07/2013 antiquite greco-romaine plus qu'une semaine

image

Alors je ne sais pas exactement pour le pays où tu vas mais concernant les sous à l'étranger j'ai eu quelques mésaventures. En Belgique un distributeur sur 2 ne prend pas ma carte visa car l'impression des chiffres en relief bloque… Elle ne...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages