Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Bien être      (248 témoignages)

Préc.

Suiv.

Pour être serein, il faut savoir accepter ses peines et ses regrets

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 1103 lectures | ratingStar_223534_1ratingStar_223534_2ratingStar_223534_3ratingStar_223534_4
Loin de moi l'idée de donner des leçons, mais je voudrais juste partager avec vous un bout de mon cheminement avec une " thérapeute en relation d'aide" qui vit en Suisse et qui s'appelle Rosette Poletti. Vous devriez pouvoir vous procurer ses ouvrages facilement, même dans les pays de l'Europe ( hihi). Non, pas de leçon, puisque je suis ici comme vous, en recherche, en chemin, en questionnement, mais juste un partage, et libre à vous de dire ce que vous en pensez. D'avance, que votre journée soit belle et radieuse comme savent l'être ces jours dorés de l'automne. POUVOIR METTRE DES MOTS SUR SES SOUFFRANCES Accepter ce qui est par rapport à son passé, c'est oser le regarder en face; c'est traduire la peine, le ressenti tourmenté qui cause des tempêtes intérieures en mots qui sont reçus par une personne capable d'écoute vraie, non de jugement; c'est déposer tout cela, sans blâmer qui que ce soit, ni soi-même, ni les autres. "Ca a eu lieu", cela fait partie de mon histoire, je ne peux pas l'oublier, je ne peux pas l'effacer, " ça a eu lieu"! Pourtant, il y a quelque chose à faire, c'est d'en faire quelque chose! Comment cet épisode de ma vie, ces manques, ces drames, ces offenses, comment puis-je les utiliser pour donner plus de sens à ma vie ici et maintenant? Voilà la seule vraie possibilité d'accepter ce qui est par rapport à son passé. Une histoire lue - il y a longtemps - on ne sait plus où - illustre très bien cette utilisation de la souffrance, de l'imperfection, de l'échec, pour en faire quelque chose de valable. Un prince possédait un énorme diamant dont il était très fier. Cette pierre précieuse reposait dans une vitrine sécurisée. Un jour, le prince demanda à son serviteur de lui donner ce diamant, car il désirait le soupeser et l'admirer de plus près. Le prenant dans ses mains, quelle ne fut pas sa stupeur de découvrir une énorme rayure sur la partie du diamant qu'il ne voyait pas d'habitude! Le prince en devint très malheureux, il ne pouvait s'empêcher de penser à cette pierre précieuse et à ce défaut dont il n'avait pas été conscient. Il décida de faire venir son conseil et de leur exposer son problème. Certains conseillers voulaient entreprendre une grande enquête pour trouver les coupables, ceux qui avaient rayé le diamant. D'autres voulaient créer une commission scientifique pour essayer de comprendre ce qui pouvait être plus dur que du diamant et le rayer. D'autres encore préconisaient de remettre le diamant dans sa vitrine et de tenter d'oublier qu'il avait un côté imparfait. Le plus âgé et le plus sage des conseillers prit la parole: - Votre Majesté, je crois que la meilleure solution consisterait à utiliser ce défaut sur votre diamant pour en faire quelque chose qui augmente sa valeur. Tous les conseillers se mirent à rire et à se moquer de cette proposition qu'ils jugeaient farfelue. Le prince leur fit signe de se taire et s'adressa au vieil homme. - Et comment penses- tu que ça puisse se faire? - Votre Majesté, je connais un orfèvre incroyablement doué qui habite près d'ici, nous pourrions le faire venir. - Soit! dit le prince. Qu'on aille le chercher. On vit alors arriver un artisan simplement vêtu, au regard chaleureux et à l'allure confiante. Lorsqu'on lui eut présenté le problème, il répondit qu'il pouvait faire quelque chose. Le prince n'était pas très rassuré, mais il fit confiance à l'orfèvre. Trois jours plus tard, l'artisan s'avançait vers lui, tenant sur un plateau recouvert de velours le diamant qui scintillait de mille feux. De la rayure, l'homme avait fait la tige d'une rose splendide qu'il avait gravée sur le diamant. Maître dans son art, il avait su créer cette fleur de manière à ce qu'elle augmente la beauté et l'éclat du diamant. La rayure " honteuse" était devenue le support d'une rose splendide! Cette métaphore illustre bien ce qui peut se passer lorsqu'une personne accepte ce qui est par rapport à son passé Certains, comme les conseillers du prince, veulent trouver les coupables, les débusquer, les confondre, les punir. Cela ne change rien à ce qui est. D'autres veulent comprendre pourquoi- pourquoi moi - , d'où cela vient-il? On peut même retourner en arrière et trouver, peut-être, la source du défaut quelques générations plus tôt. Cela ne change rien à ce qui est. Finalement, comme les conseillers du prince, un grand nombre de gens veulent " oublier" : c'est passé, c'est fini, on n'en parle plus. Cela ne change rien à ce qui est. Toutes ces stratégies laissent traîner de la souffrance non assumée. Le seul chemin qui permet d'aller vers la sérénité, c'est de confronter sa peine, ses regrets, ses rancunes, ses haines, d'accepter leur existence et le fait qu'ils ont souvent de bonnes raisons d'exister. Il s'agit ensuite de les exprimer, en en parlant à quelqu'un, en les écrivant, en les dessinant, en les peignant, en les sculptant, en les jouant, en les chantant, bref en les mettant en forme à l'extérieur. Puis de les regarder en face, de les considérer comme un matériau de construction et de chercher à savoir ce qu'on peut en faire. Lorsqu'on a trouvé un moyen de procéder à cette subtile alchimie qui consiste à transformer la souffrance en compassion, alors le passé douloureux peut être pleinement accepté. Cette transmutation, cette transformation ne va pas de soi. Elle gagne souvent à être accompagnée par une personne de confiance, un ami compétent, un praticien en relation d'aide, un psychothérapeute ouvert, un conseiller spirituel aux idées larges. Si la présence d'un " témoin" peut être utile, le travail reste personnel; personne ne peut l'accomplir à notre place.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


223534
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Histoire oubliée des indigenes de paris

image

Sans arrêt vous poussez la turquie à reconnaître un génocide, mais la france ne parle pratiquement pas du 17 octobre 1961 (journée portée disparue). C'est vrai qu'en tant qu'Algerien on dit que le chameau regarde la bosse de son voisin, mais...Lire la suite

Simple controle routier ou racisme?

image

Mon mari à été soumis a un controle routier au centre ville par des CRS il y a quelques jours et on lui a demander les papiers du vehicule, ses propres papiers ils ont inspecté le vehicule et ne trouvant rien à redire on lui a ordonner d'enlever...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages