Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Bien être      (248 témoignages)

Préc.

Suiv.

Pour y voir plus clair dans les cosmétiques

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 779 lectures | ratingStar_50577_1ratingStar_50577_2ratingStar_50577_3ratingStar_50577_4

Actuellement, dans les pays occidentaux, on constate un retour à la Nature. Les publicitaires ont bien sûr suivi. Il suffit d'allumer la télévision pour se rendre compte qu'on met du naturel partout : dans les shampooings, gels douches, crèmes pour le visage, dentifrices et même dans les lessives (désormais au savon de Marseille, avec l'accent, ça le fait encore mieux ! ). La Nature a bon dos ces derniers temps pour nous vendre du naturel qu'il n'en a que le nom et pas le contenu. Attention à la simplicité des slogans, leur but = VENDRE.

Ce qui vous fait penser à un produit naturel mais qui n'en est pas :

- Une petite musique zen ou exotique (voir les pubs d'une marque soit disant composée d'ethno-cosmétologues qui partiraient à l'autre bout du globe pour nous chercher des senteurs exotiques au lait de je ne sais quoi).

- Un nom de produit ou de marque accrocheur avec de préférence les mots Bio, Nature, Fruits, Herbes, Huiles Essentielles, Provence, Lait végétal etc. (comme une marque arrivée récemment en France nous faisant l'impression d'une floppée de plantes s'échappant de notre shampooing qui nous procurerait une sensation d'extase telle que la mamie déclare : Je veux le même shampooing qu'elle).

- Le décor : Rien de mieux que l'ambiance zen avec des galets, un mannequin filiforme allongé sur une paillasse chinoise en train de se relaxer. On s'y croirait presque. Ou bien encore l'ambiance champêtre d'une balançoire, des hautes herbes, du soleil qui caresse votre peau ou vos cheveux, pourquoi pas dans une maison provençale. Le dernier coup d'une marque bien connue est de commencer sa publicité par une nana qui vous liste des ingrédients chimiques sur un ton superexcitée et hop on éteint tout pour passer au cadre d'une maison calme, avec les grillons en fond de décor, une voix calme et une liste d'ingrédients rassurants.

- Pour faire craquer le consommateur qui ne rêve que de nature, mieux vaut avoir le packaging adapté : papier vieilli, plantes stylisées, couleurs pas trop vives, pourquoi pas un flacon transparent avec une couleur adaptée au coquelicot (des colorants artificiels) soit disant contenu dedans etc.

- Bien sûr, le discours sur le flacon ou l'emballage vous laisse tout de suite penser que grâce aux agents actifs des plantes diverses, votre peau serait naturellement belle, rayonnante par nature .

Et ainsi de suite.

Les publicitaires se régalent à nous concocter des publicités qui suivent nos mentalités. Retour à la nature, hop on fait des produits retour à la nature. Mais rappelez vous que la publicité est faite pour vendre, elle n'est pas là pour être honnête sur la composition du produit, mais pour vous pousser à l'acheter et pour ça les fabricants et publicitaires sont prêts à tout.

L'INCI (International Nomenclature of Cosmetic Ingredients).

Alors éteignez votre poste de télévision ou de radio et passez à ce qui ne peut pas mentir : La composition du produit, autrement appelé l'INCI.

Si les marques peuvent faire de jolis discours et de beaux flacons avec d'agréables odeurs pour nous faire croire que le contenu est proche du naturel, la composition légale ne peut mentir.

L'INCI, obligatoire depuis le 1 er janvier 1998, est certes incomplète (il manque des précisions sur les parfums, la concentration, la partie de plantes utilisée etc.) mais permet au consommateur d'avoir une base solide pour évaluer ce que contient réellement le produit entre ses mains.

Quelques bases : Les composants sont répertoriés sur l'emballage ou la notice dans un ordre prédéterminé :

* L'ordre dépend de la concentration. Ce sont les premiers composants indiqués (de 4 à 8) qui constituent le gros du produit. Les substances représentant moins de 1% sont représentées dans le désordre. Ainsi un agent actif représentant 0,003% du produit peut se retrouver noter devant un composant représentant 0,99%.

* Les colorants sont notés en fin de liste sous la dénomination CI (Color Index) suivie d'un nombre de 5 chiffres (correspondant aux couleurs). Pour les produits de maquillage, les colorants sont inscrits entre crochets, et le signe +/- signifie que ces colorants ne sont peut-être pas tous présents dans le même produit.

POUR Y VOIR PLUS CLAIR DANS LES COSMETIQUES :

Il ne s'agit pas de faire le tour de tous les ingrédients dans cette présentation mais de certains qui soulèvent le plus de questions, à juste titre, et de revoir quelques bases.

- Le secret d'une belle peau : une bonne hygiène de vie.

Ca ne sert à rien de se tartiner de crèmes matin et soir si vous n'avez pas une alimentation équilibrée riche en vitamines contenues dans les fruits, légumes et aliments frais -, que vous abusez du soleil, que vous ne buvez pas assez d'eau pure, ne dormez pas suffisamment et que vous exposez sans protection votre peau au froid hivernal. La peau ne peut être nourrie que par les substances nutritives apportées par le sang. Les cosmétiques peuvent avoir une action complémentaire mais ne remplace en aucun cas l'hygiène de vie.

- La qualité et l'efficacité d'un produit dépendent à 80% de l'excipient (base).

Les principes actifs ne représentent que les 20% restants. Même les actifs les plus performants ne servent pas à grand chose dans un excipient de mauvaise qualité. Ce qui fait la richesse d'un excipient (une émulsion par exemple) , c'est la qualité des huiles, des cires et des émulsifiants qui le constituent. Certains excipients sont une mine de substances actives alors que les autres n'apportent rien à la peau.

- Les principaux composants d'un produit cosmétique :

* L'excipient : On entend par excipient, ou base, la partie la plus importante du point de vue quantitatif : eau, huile, cires et émulsifiants pour une émulsion ; eau, tensioactifs et épaississants pour un shampooings ou gels douches ; mélange d'alcools gras, de cires et d'huiles pour les rouges à lèvres.

* Les principes ou agents actifs : ce sont eux qui confèrent leurs propriétés soignantes aux cosmétiques. Les substances hydratantes ou les filtres solaires protecteurs sont des agents actifs, tout comme les vitamines.

* Les substances auxiliaires (additifs) : Elles stabilisent les préparations cosmétiques. On compte par mi elles les conservateurs et les antioxydants.

* Les parfums : un produit n'en contient par forcément mais l'odeur étant prépondérante dans la décision d'achat, pas mal de produits en contiennent.

La publicité pour cosmétiques nous présente le monde à l'envers en ne parlant presque pas de l'excipient, pourtant si déterminant dans la qualité d'un produit, et en revanche exagère sans retenue les propriétés des agents actifs. Les ingrédients de base d'une émulsion sont soit des huiles minérales et des silicones, soit des huiles et des corps naturels.

- Les huiles minérales : des substances bon marché.

Les paraffines dérivées du pétrole sont très avantageuses pour l'industrie cosmétique - car elles sont à la fois simples à travailler et très bon marché - mais pas pour la peau car ces huiles artificielles l'empêchent de respirer. Ces huiles minérales comme la Paraffinum liquidum sont composées de chaînes d'hydrocarbures qui ne peuvent pas être métabolisées par l'organisme. Dans le meilleur des cas, elles ont des propriétés protectrices en formant un film occlusif sur la peau, un avantage pour une crème pour les mains, un inconvénient majeur pour une crème pour le visage à usage quotidien. Ces huiles ne stimulent pas les différentes fonctions de la peau.

L'OMS a prouvé que les huiles minérales peuvent être stockées dans l'organisme et endommager le foie, ou entrainer une inflammation des valvules du coeur (due aux cires de paraffine par exemple). Actuellement, seules quelques huiles minérales et quelques produits pétroliers ont été testés, mais les résultats alarmants devraient d'ores et déjà nous engager à renoncer à ces produits, au moins dans la fabrication des rouges à lèvres.

- Les huiles et cires de silicone :

Ces substances entièrement synthétiques, dérivées du silicium et contenant des atomes d'oxygène, sont employées dans une multitude de produits. La Dimethicone est l'une des matières premières les plus utilisées pour les formules de protection de la peau, de soins capillaires et de rouges à lèvres. On trouve aussi la Cetyl dimethicone copolyol, la Phenyl trimethicone, la Stearyl dimethicone etc. Les huiles de silicone sont douces et s'étalent bien sur la peau, encore faut il qu'elles soient de bonne qualité. Elles sont de loin préférables aux huiles minérales, mais elles ont un grave inconvénient, elles sont très peu biodégradables et nocives pour l'environnement et donc indirectement pour notre santé. Par ailleurs, dans les shampooings, elles auraient tendance à étouffer le cuir chevelu.

- Les huiles et graisses végétales : en harmonie avec la peau.

Elles sont produites par des organismes vivants (graines et fruits) sous l'action de la chaleur et de la lumière. Sur la peau, une huile végétale naturelle se comporte différemment d'une huile de paraffine puisqu'elle agit dans le sens du métabolisme, garde la peau lisse et stimule la formation du film protecteur de l'épiderme.

Contrairement aux huiles de paraffine, les huiles et graisses végétales ont d'excellentes propriétés dues aux agents actifs importants qu'elles contiennent. On utilise principalement des huiles végétales non desséchantes, des huiles riches en vitamines, des extraits végétaux huileux et des huiles essentielles.

La proportion d'huiles natives (naturelles) dans l'excipient est un critère de qualité pour les formules cosmétiques, c'est pourquoi on y revient doucement.

Employée sous forme hydrogénée (ex. : Hydrogenated castor oil pour l'huile de ricin) , elles ont la consistance d'une cire, permettant d'augmenter la consistance et la fermeté d'un bâton.

Très épaisses, ces huiles et graisses naturelles ne permettent pas d'obtenir des crèmes fluides et s'étalant bien sur la peau. On les emploie donc de plus en plus sous leur forme estérifiée, qui s'étale mieux et répond aux attentes du consommateur moderne (comme la rapidité d'absorption). Les huiles estérifiées sont produits en laboratoires, soit par synthèse, soit par décomposition et recomposition des liaisons des huiles naturelles.

- Les cires naturelles : des émulsifiants doux.

Les cires végétales et animales contiennent des principes bénéfiques à la peau : la cire d'abeille, la cire de carnauba, la cire de candelilla, la lanoline (cire de laine) et les alcools de lanoline, huile de jojoba (est une cire pas une huile) , le beurre de karité (hybride de cire et d'huile grasse) etc.

Dans la plupart des huiles, le taux de matière insaponifiable se situe entre 0,5 et 2 % alors que, dans le beurre de karité, il peut atteindre jusqu'à 15% (dans une bonne huile d'avocat, il ne dépasse pas 6%). Cette partie insaponifiable est très précieuse et compte parmi les substances actives importantes ; elle pénètre bien la peau, l'adoucit, fixe l'humidité et améliore l'absorption des agents actifs.

- Les alcools et acides gras.

Les alcools gras sont employés comme gélifiants et co-émulsifiants. Ils laissent la peau douce et veloutée. On les retrouve sous les appellations : Cetyl alcohol, Behenyl alcohol, Stearyl alcohol ou Myristil alcohol .

Les acides gras stabilisent un produit et possèdent des propriétés émulsifiantes. Parmi les plus utilisés : Lauric acid, Stearic acid, Myristic acid, Palmitic acid .

L'acide linoéléique (Linoleic acid) est un des plus importants acides gras polyinsaturés.

Ces acides gras sont d'excellents ingrédients pour les cosmétiques. Ils sont présents dans la nature sous forme de graisses et d'huiles, en liaison avec la glycérine.

- Les gélifiants.

La farine de Guar, la farine de noyau de caroube, la gomme arabique, l'agar-agar, les algines et l'amidon de pomme de terre, de riz ou de blé, sont autant de gélifiants d'origine végétale. Le xanthane, gélifiant couramment employé, est issu d'un procédé bio-technologique. La gélatine est d'origine animale, la bentonite d'origine minérale. La cellulose et la cellulose méthylique sont des gélifiants naturels semi-synthétiques.

- Les principes actifs.

Face aux exagérations, à la désinformation et aux manipulations publicitaires concernant la plupart des produits cosmétiques, il faut se rappeler que les espoirs fous éveillés par les principes actifs n'ont aucune mesure avec leurs réelles performances.

Sur le plan purement quantitatif, la plupart des substances actives représentent un infime pourcentage (0,1% ou même 0,0%).

Les principes actifs ont un rôle largement surestimé. Le rôle principal d'une crème de soin est d'apporter de la graisse et de l'eau chaque fois que cela est nécessaire, un film hydrolipidique bien équilibré étant la meilleure garantie d'avoir une belle peau. Chaque formule de soin digne de ce nom devrait comporter un excipient (substance de base) de grande qualité, quelques substances actives et éventuellement quelques supports supplémentaires pour véhiculer les agents actifs.

Qu'est ce qui détermine la qualité d'une crème ?

On le répétera encore une fois, ne pas se fier au prix ni aux déclarations marchandes.

Ce sont les ingrédients mentionnés les premiers dans une déclaration INCI (soit plus de 90%) qui déterminent les performances d'un cosmétique. Ils permettent rapidement de différencier les bons produits des autres. Toutes les déclarations commencent par Aqua (eau).

* Une crème mérite un bonus si la mention Aqua est suivi d'une huiles végétales comme Ricinus communis (huile de ricin) , Persea Gratissima (huile d'avocat) , Prunus dulcis (huile d'amande douce) , Vitis Vinifera (huile de pépins de raisin) , Calendula Officinalis (huile de calendula) , Olea Europaea (huile d'olive) ou encore d'une cire végétale comme Cera alba, Cera Flava (cire d'abeille) , Simmondsia chinensis (huile/cire de jojoba) , Theobroma Cacao (beurre de cacao) , Butyrospermum Parkii (beurre de karité) ou bien encore Sodium Stearate ou Triglyclycerides caprylic/capric (obtenus à partir d'huiles végétales) etc.

* Elle reçoit un malus lorsque se trouvent aux premières places de la liste : Paraffinum liquidum, Petrolatum, Ozokerite, Cera microcristallina, Hydrogenated polyisobutene etc.

* La Cyclomethicone (huile de silicone) peut être considérée comme satisfaisante d'un point de vue dermatologique, mais insatisfaisante d'un point de vue écologique.

- Les tensioactifs : Toujours dans le collimateur.

Substances naturelles ou synthétiques, ils possèdent dans leurs molécules une partie soluble dans l'eau et une autre soluble dans l'huile. On les utilise pour leurs propriétés moussantes, détergentes, émulsionnantes, dans les shampooings, dentifrices, savons, crèmes à raser, laits démaquillants, etc. Ils peuvent être anioniques, cationiques, amphotères ou non ioniques.

Dans les produits classiques : ils sont très utilisés en raison de leur facilité d'emploi, de leur prix dérisoire, d'une excellente conservation et d'une bonne stabilité. Les plus utilisés :

* Les SLS comme Sodium-laureth-sulfate ou le sodium-lauryl-sulfate agressifs pour les muqueuses, responsables d'irritations cutanées et allergiques au niveau de la peau, des yeux et de muqueuses.

* Les polyéthylenglycols (PEG) dont l'obtention se fait à partir de gaz et de manipulations extrêmement dangereux. En outre, ils augmenteraient le phénomène de boutons et points noirs.

* Les monoéthanolamine, diéthanolamine et triéthanolamine (MEA, DEA et TEA) qui peuvent déclencher l'apparition de nitrosamines (cancérigènes).

Dans les produits naturels : le laurylsulfate et le disodium-laureth-sulfate tirés de l'huile de coco ou de palme, la bétaïne (composant du beurre de coco) sont les principaux tensioactifs utilisés. Ils sont très doux pour la peau.

- Les substances à risques : Les dangers vont de la simple irritation au risque de cancer.

* BHT et BHA : Antioxydants. En haute dose, ils ont des effets cancérigènes sur l'estomac (d'où leur interdiction dans les produits alimentaires). Pourraient être remplacés par le tocophérol (vitamine E).

* Composés organo-halogénés : l'halogénation consiste à introduire dans les molécules du chlore, du brome ou de l'iode. Signe un conservateur de synthèse. Ont un potentiel allergène et sont hautement réactifs. S'ils se fixent dans les tissus, ils peuvent s'y décomposer, se fixer et les endommager.

* Formaldéhydes : Substance cancérigène. Leur taux ne doit pas dépasser 0,2% pour la conservation, 0,1% dans les produits de soins buccaux et 5% dans les durcisseurs d'ongles.

* Séparateurs de formaldéhydes : Formaldéhyde, DMDM hydantoïne, bronopol. Substances capables de dénaturer des protéines.

* Nitrosamines : Pénètrent par l'intermédiaire de matières premières souillées. Cancérigènes.

* EDTA et Etidronic acid : Ont la propriété de se fixer et sont donc critiques du point de vue toxicologiques.

* Composés musqués : Ces substances odorantes artificielles très stables se fixent dans les tissus. Sont cancérigènes.

* Substances obtenues à partir de PEG et de PPG : Ont la consistance d'un liquide ou d'une cire. Obtenus à partir de gaz de combat, extrêmement réactifs et particulièrement toxiques.

* Sels d'aluminium et triclosane : Employés dans les déodorants. Peut résulter des réactions inflammatoires. Les glandes sudoripares peuvent être endommagées par une utilisation répétée. Les recherches en cours en font un ingrédient polémique car ils pourraient se fixer dans certaines organes dont le cerveau. Le triclosan est un produit chloré hautement réactif. Bactéricide, il peut empêcher le bon fonctionnement du foie. Il est souvent souillé par la dioxine, très dangereuse, même en quantité infime.

* Colorants cosmétiques et colorants pour cheveux : Des chercheurs américains ont constatés que l'utilisation de colorants pour les cheveux multipliait par cinq le risque de cancer du sein.

* Amines aromatiques : Substances de base des colorants d'oxydation. Substances toxiques qui peuvent être absorbées par la peau.

* Colorants azoïques : Colorants à base de goudron synthétique avec des groupes amino, particulièrement critiques sur le plan toxicologique.

* Les quats et polyquats (INCI : Quaternium plus un chiffre) : Employés comme antistatique. Couramment utilisés : CTAC (Cetyl trimethyl ammonium chlorure) et le DSDMAC (Quaternium 5). Biodédradable mais léger effet irritant sur la peau.

* Les esters de quats, produits naturels et doux pour le soin des cheveux : effet irritant et mauvaise dégradabilité.

POUR Y VOIR PLUS CLAIR DANS LES COSMETIQUES NATURELS.

Tout ceci vous montre que derrière les cosmétiques se cachent des préparations, des formulations, des ingrédients très bons, moins bons, à risque etc. Cela nécessite un peu de connaissances sur le sujet et un certain recul critique.

Comment s'y retrouver dans tout cela ? D'abord, je distinguerai les ingrédients naturels utilisés en cosmétique et les marques spécialisées en cosmétiques naturels.

LES INGREDIENTS NATURELS UTILISES EN COSMETIQUE.

- Les produits frais ou alimentaires : vous en avez dans vos frigos et vos placards : miel, uf, crème fraîche, concombre, tomate, produit laitier etc. Tous ces ingrédients et bien d'autres ont des propriétés dont vous n'imaginez pas le bénéfice pour votre visage, votre corps ou vos cheveux. On peut facilement les intégrer à des recettes simples et rapides, sans conservateur, sans colorant et sans danger.

- Les huiles, beurres et cires végétales : Ce sont des substances de base pour les recettes naturelles, très riches en nutriments, dont votre peau et vos cheveux tireront le plus grand bénéfice. Il existe une grande quantité d'huiles différentes adaptées à chaque type de peau/cheveux.

- Les eaux florales, hydrolats, infusions florales : Ce sont des eaux empruntes des propriétés de plantes. Achetées déjà prêtes ou préparées soit même, elles ont une action différente suivant le procédé et la plante choisie mais toujours efficaces.

- Les huiles essentielles : Particulièrement efficaces, elles ont des actions différentes et multiples. Elles doivent être maniées avec prudence de part leur concentration. Elles franchissent la barrière cutanée.

- Les argiles : Riches en minéraux et oligoéléments, elles ont de nombreuses applications en usage interne et externe.

- Les algues : très hydratantes, riches en vitamines, minéraux et oligoéléments.

- Le Rassoul : Argile des pays arabes, elle est de plus en plus employé en cosmétique, notamment dans les soins capillaires.

- Le vinaigre.

Etc.

LES MARQUES SPECIALISEES DE COSMETIQUES NATURELS.

Beaucoup de marques bien connues axent leur marketing en se revendiquant marque de cosmétiques naturels ou l'insinuent, mais là encore attention ! Ce n'est pas parce que vous trouvez une eau florale dans une parapharmacie qu'elle est naturelle et ce n'est parce qu'une dame habillée en vert dans une boutique vous propose la dernière crème biorégulatrice aux extraits de je ne sais quoi que vous pouvez acheter les yeux fermés. Regardez bien les ingrédients !

De même, si vous longez les rayons de votre supermarché habituel, votre il sera immédiatement attiré par les appellations accrocheuses : à l'amande douce, au coquelicot, au beurre de karité, au lait végétal, aux huiles essentielles etc. Mais approchez-vous encore, tournez le flacon et découvrez la liste réelle des ingrédients. Représentant plus de 90% du produit, l'excipient est très souvent de médiocre qualité, auquel on a ajouté un parfum de synthèse, une huile essentielle reconstituée, une huile végétale de mauvaise qualité, un karité extrait par solvant etc. C'est ça le naturel ?! Non ! Ne vous faites pas avoir ! Intéréssés par votre souci de retour à la nature, les fabricants rajoutent un minuscule pourcentage d'une substance soit disant naturelle à une base qui ne l'est pas du tout et qui n'est pas la mieux adaptée pour entretenir et soigner votre visage, vos cheveux ou votre corps. J'appelle ces produits les cosmétiques pseudo-naturels .

Certaines marques proposent des produits contenant un pourcentage important d'ingrédients naturels, comme l'Occitane, Body Shop, Klorane, La Phocéenne de cosmétiques, Nuxe, Léa Vital/Nature mais il s'y trouve mélangé encore bien des ingrédients chimiques (EDTA, PEG, Sodium-laureth-sulfate etc.) qui nous les font appeler cosmétiques semi-naturels .

Les produits des vraies marques de la cosmétique naturelle vont du savon simple (savon d'alep, savon noir, savon 100% végétal etc.) à des crèmes sophistiquées, shampooings spécialisés, après-shampooings, laits corporels, produits démaquillants etc. Contenant des huiles essentielles, des mélanges d'huiles végétales, des argiles, du miel, des eaux florales () dont les formulations ont été finement élaborées et dosées dans des laboratoires exigeants.

Ces vraies marques ne sont pas légion mais sous la pression des consommateurs avertis, elles ont tendance à se développer et à se faire connaître.

Au niveau de la formulation, ces marques excluent les parfums, colorants et conservateurs de synthèse. Leurs produits ne contiennent ni produits de synthèse (huiles essentielles reconstituées, émulsifiants, antioxydants) ni produits issus du pétrole. Ils ne contiennent ni glycérine chimique, ni paraffine, ni vaseline, peu ou pas d'alcool ; pas de composant ayant subi une irradiation ionisante.

Ces marques utilisent des ingrédients de qualité (biologique, sauvage, sans traitement chimique). Les huiles végétales sont de première pression à froid, les huiles essentielles 100% pures et naturelles et l'extraction des principes actifs se fait de façon naturelle.

Elles allient souvent un emballage recyclable et non polluant, un refus total des tests sur animaux au niveau du produit fini et des ingrédients (remplacés par des tests substitutifs) , un refus d'utilisation d'animaux morts, en voie d'extinction etc.

De nombreux labels ou chartes sont mis en place depuis quelques années et se mettent en place actuellement : Cahier des charges Nature et Progrès, charte Demeter, Charte Ecocert, Mention BDIH, Charte Neuform etc.

Les marques de confiance :

- Les marques du BDIH (organisme allemand regroupant des fabricants de cosmétiques naturels) : Weleda, Logona kosmetik, Avalon, Dr Haushka, Lavera naturkosmetik, CMD Naturokosmetic, Living Nature, Santaverde, Abtswinder Naturheilmiller, Alterra, Fanfalla, Maharish Ayurveda, Primaveralife, Provida, Santé, Anika, Toll Cosmetik, SE, Walter Rau Speickwerk, Neumond.

Pour plus de détails : BDIH.

- Autres marques de cosmétiques naturels certifiées ou reconnues : Ballot-Flurin (miel) , Ciel d'Azur (argile) , Biotope, Fleur de Saintonge, Florame, Herbes et Traditions, Labo des Sources (savons) , Lakshmi, LBK (karité) , Les Douces Angevines, Les Irréductibles (eaux florales de Biotope) , Lise du Castelet, Madame Bio (aux plantes fraîches) , Pure et Simple, Pureté (karité) , Sanoflore, AnneMarie Borlind etc.

- Certaines marques ont des produits hétérogènes comme Argiletz qui fait des argiles pures mais dont les shampooings contiennent du Sodium Laureth sulfate, ou bien encore Melvita qui est passé du semi-naturel au naturel, quoi qu'on trouve encore des ingrédients moyens comme le carbomer, l'etidronic acid dans ses nouvelles formules etc. Pour certaines marques, il faut donc voir produit par produit.

- Nous rajouterons au fur et mesure sur cette liste de nouvelles marques certifiées et/ou passées sous notre il critique.

Où les trouver ?

Vous les trouverez dans les magasins bio et magasins de diététique naturelle, mais aussi dans certaines parapharmacies, dans certains salons (de type Marjolaine) , sur certains sites Internet.

En résumé, pourquoi choisir les cosmétiques naturels ?

- Parce qu'ils sont réellement efficaces, votre corps vous le rendra.

- Parce qu'ils sont pratiques (vous n'avez pas besoin de faire de mélanges si vous obtez pour les produits déjà prêts à l'emploi des marques citées).

- Parce qu'ils ne représentent pas de danger pour votre santé.

- Parce qu'ils respectent l'environnement.

- Parce qu'ils ne testent pas sur les animaux (leurs ingrédients ont des propriétés bien connues et sont testées par méthodes substitutives).

- Parce que, tout simplement, si vous avez décidé d'opter pour les cosmétiques naturels, c'est ceux là que vous cherchiez.

L'art de reconnaître un cosmétique pseudo-naturel ou semi-naturel au premier coup d'il.

Quand on est une naturelle comme on nous appelle sur certains sites, on apprend au bout de quelques semaines ou mois à repérer les ingrédients qui signent une marque pseudo-naturelle (autrement dit une marque chimique qui se la joue naturelle à grand coup de publicités-arnaques) ou une marque semi-naturelle (ingrédients naturels et chimiques/synthétiques) :

Toute présence de paraffine liquidum, dimethicone (ou autres ingrédients se terminant par thicone) , sodium laureth sulfate, sodium lauryl sulfate, Ammonium laureth sulfate, BHT, BHA, EDTA, Carbomer, Etidronic acid, PEG, PPG, DEA, MEA, Triclosan, Glycereth (+chiffre) , Laureth (+chiffre) , 2-Bromo-2-Nitropropane-1,3-Dio l, 5-Bromo-5-Nitro-1,3-Dioxane, Formaldehyde, Iodopropynyl, Aluminium Chlorydrate ou Chlorohydrex ou Sesquichlorohydrate ou Zirconium Trichlorydrex GLY, Benzalkonium Chloride, Benzethonium Chloride, Benzophenone, etc.

Pour votre santé et le soin de votre corps, mieux vaut éviter tous ces ingrédients.

Le but de ce site n'est pas de vous culpabiliser sur le choix de vos produits cosmétiques en vous donnant mauvaise conscience si vous retournez du côté des marques semi-naturelles ou chimiques mais de vous donner les moyens de savoir différencier un produit naturel et un produit qui ne l'est pas. Nous faisons tous notre possible pour suivre certaines valeurs…

Source : Pour cette présentation, je me suis inspirée et ai repris certains passages de :

- Rita Stiens, la vérité sur les cosmétiques, Editions lpm (à lire absolument ! ).

- Chantal Clergeaud, votre beauté au naturel, Editions Dangles.

- Dans la jungles des cosmétiques pseudo-naturels, Anne Andrault (site Econovateur).

- Mes connaissances sur le sujet.

Rendez vous sur lia.tinyturtle.free.fr.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


50577
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Histoire oubliée des indigenes de paris

image

Sans arrêt vous poussez la turquie à reconnaître un génocide, mais la france ne parle pratiquement pas du 17 octobre 1961 (journée portée disparue). C'est vrai qu'en tant qu'Algerien on dit que le chameau regarde la bosse de son voisin, mais...Lire la suite

Simple controle routier ou racisme?

image

Mon mari à été soumis a un controle routier au centre ville par des CRS il y a quelques jours et on lui a demander les papiers du vehicule, ses propres papiers ils ont inspecté le vehicule et ne trouvant rien à redire on lui a ordonner d'enlever...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages