Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Démarches administratives      (1826 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai obtenu le gain de cause après avoir être licencié injustement

Témoignage d'internaute trouvé sur femmeactuelle
Mail  
| 686 lectures | ratingStar_201366_1ratingStar_201366_2ratingStar_201366_3ratingStar_201366_4

LE 6 JANVIER 1999 A 13H JE REçois un coup de fil, d une ancienne collegue me demandant si je cherchais toujours du travail.JE LUI AI REPONDU PLUS QUE JAMAIS, ma fille va se marier donc j avais besoin de travailler.ELLE ME DIT tu te presentes demain matin a 9h a l entreprise x, on a besoin d une repasseuse.J Y SUIS allee, le patron m a expliqué en gros le travail que je devais fournir.J AI COMMENCE MA JOURNEE sur une machine a surfiler, on me disait toujours plus vite.

Appuyer sur la pedale, mais toute la matinee ce fut comme ça, l aprs midi un essai a la machine a ourlet mais je suis gauchere pour moi avec kle guide ça n allait pas.J AI TERMINe ma journee au repassage, finition.EN FAIT ON CONFECTIONNAIT DES RIDEAUX ;

Pendant trois jours c etait la galere le temps que je prenne mes marques, il fallait faire 35^paires de rideaux controler, couper les fils, repasser, plier, etiqueter, mettre en sachet.CE QUE JE NE SAVAIS PAS c est que le patron me chronometrais derriere mon dos, bon il s avere que j'ai reussi a faire la production avec du plus.TOUT ALLAIT BIEN, jusqu au jour ou j'ai ete appele, par le patron m expliquant que j etais conscencieuse dans mon travail, qu il allait me charger de la finition des rideaux sur mesure.AVEC L EXPEDITION, en plus.J ETAIS PLUTOT RETISSENTE, car le personnel ne s entendait pas tres bien mais j y suis allee quand meme.CE QUE JE PEUX DIRE C EST JE TRAVAILLAIS DE HUIT HEURE DU MATIN A HUIT HEURES LE SOIR AVEC UNE COUPURE D UNE HEURE LE MIDI.TOUT ALLAIT BIEN jusqu au jour ou on avait rettraper le retard, ça a commencer.ON M A DIT QUE J AVAIS RALENTI DANS MON TRAVAIL, on m a montre different façon de faire mon travail, mais quand quelqu un passait c etait pas ça.QUAND LA CHEF D ATELIER CONTROLAIT MON TRAVAIL elle mettait le rideau sur la table et tirait dessus donc la mesure n etait pas bonne.JE N AI JAMAIS RIEN DIT, une fois un midi le patron furax est venu me chercher j y suis allee il m a jete une feuille a la figure me demandant si je savais lire, car la mesure n etait pas bonne, il a tapé du poing sur la table mais seulement c etait une autre feuille ma mesure etait bonne il s est excusé mais bon je n ai plus su manger apres.

ENSUITE IL m a remis au rideaux en serie pour me punir a t il dit, le pire c que ma collegue controlait mon trvail, et je controlait lesien.LE MATIN ON ARRIVAIT les frs a repasser etaient chaud, bizarre, on avait des colis sur mesures a faire en meme temps et les feuilles des commandes etaient melangees, si on ne verifiais pas c etait la cata pour nous.JE ME FAISAIS MALTRAITER DE BONNE A RIEN, de tous les noms.

IL S EN EST PRIS A D AUTRES QUI SE SONT MISES EN MALADIE moi j'ai toujours continuer mon boulot, tout en me faisant maltraiter.UN JOUR JE RE9OIS UN COURRIER COMME QUOI SUE J ETAIS LICENCIER POUR DES RIDEAUX QUE J AVAIS FAIT ? MAIS PAS A LA BONNE HAUTEUR ? C ETAIT DES RIDEAUX SUR MESURE POUR UN HOTEL IL FALLAIT METTRE UNE ETIQUETTE AVEC LA MESURE CAR LES FENETRES N ETAIENT PAS PAREIL COMME PAR HASARD LES RIDEAUX N ETAIENT PAS BON ; j'ai passé toute une journee a rectifier, forcement enlever l etiquette et les melanger c etait facile.J AI FAIT MON ENQUETE SA FILLE ETAIT GERANTE ET LUI DIRIGEANT CAR IL N AVAIT PLUS L DROIT D EXERCER, il etait encore au prud hommes.je suis allee voirle personnel d avant qui m a tout expliquer ce qui c etait passé, disons a peu pres comme moi j avais subi, j avais la peur au ventre d aller travailler, il y avait des reunion on m envoyait ailleurs, pendant trois jours j'ai ete balayé et ranger le garage ou il y avait les stocks de tissus, toutes seule a bouger c es rouleaux de tissus tout classer et noter.UNE MISE A L ECART DE TOUT ; je suis allee au prud hommes pendant ce temps la il a fermer l entreprise, moi je me suis retrouvee a l hopital entre la vie et la mort, j'ai eu gain de cause tout a ete reconnu mais pour les dommages et i, terets rien du tout, comme l entreprise n exisstait plus.AUJOURD HUI JE NE PEUX PLUS TRAVAILLEE SUIS EN INVLIDITE NE VOUS LAISSEZ PAS FAIRE, battez vous frappez a toute les portes, ne vous laissez pas abattre une deception un jour une bonne nouvelle un autre jour, il faut être forte mais ne pas laisser tomber, je suis sortie de l hopital fin aout et en sept je passais en cour d appel j y suis allee accompagnee de mon mari et ma mere, au cas ou je tomberais.TOUT A ETE RECONNU J AI ETE PAY2 QUE LES SALAIRESMAIS PAS LES DOMMAGES ET INTERETS, voila si vous avez des questions ou besoin d aide je suis la j'ai encore tout mes papiers.BON COURAGE MERCI A VOUS MARIEQUI UN JOUR A FAILLI MOURIR A CAUSE D UN PATRON ;
  Lire la suite de la discussion sur femmeactuelle.fr


201366
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Demande de remboursement possible ? - impots

image

Bonjour, Je vous explique vite fait, cela fait un an que je vis avec mon copain en concubinage. Je travaille depuis peu mais ne suis pas imposable je pense car je suis en contrat pro et gagne pas beaucoup. Mais il y a peu de temps mon chéri a reçu...Lire la suite

La reconstruction - entraide et associations locales, ville par ville

image

Bonjour a tous ; voici une belle histoire l histoire d'un homme mal chanceux ! Après dix ans de concubinage une petite fille du nom de mathilde née en 2006 .3ans après la naissance de ma fille j'ai pris l'initiative d'acheter un terrain et de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages