Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Immobilier > Autres      (1192 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le très haut standing, et le marché au noir

Témoignage d'internaute trouvé sur bladi
Mail  
| 348 lectures | ratingStar_44735_1ratingStar_44735_2ratingStar_44735_3ratingStar_44735_4

Toutefois, le très haut standing ou le haut standing de luxe, peu importe comment nous l'appelons, n'échappe pas à la fameuse pratique du "noir" . Au contraire, selon de nombreux agents immobiliers, l'acheteur doit débourser autour de 35 à 40% du prix de vente sans le déclarer.

"Evidemment, quand on achète un appartement à des millions de DH et qu'il faut verser 40% du prix non déclaré, c'est qu'on est très riche" , conclut Hamza Bensaïd, qui insiste sur le fait que pour cette catégorie, et malgré toute cette flambée, la demande dépasse l'offre.

Mais ce n'est là finalement qu'une niche. Car même s'il fait de plus en plus d'adeptes parmi les promoteurs, le haut standing de luxe ne représenterait, selon Youssef Ibn Mansour, vice-président de la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (FNPI) , qu'entre 5 à 10% de l'offre résidentielle collective, à travers le pays. Il prévient toutefois qu'il faut rester vigilant dans la catégorisation des appartements : "Un travail conjoint entre le ministère de l'habitat et de l'urbanisme et la Fédération est toujours en cours de réalisation, afin de déterminer les normes pour catégoriser les produits immobiliers" .

Chose certaine, les marges dégagées sur les logements luxueux sont drôlement plus séduisantes : elle varieraient entre 25 et 30%, selon M. Ibn Mansour. "Au plus fort de sa forme, la construction de logement économique pouvait, il y a quelques années, permettre au promoteur de dégager une marge bénéficiaire d'environ 20%, mais aujourd'hui, elle a complètement fondue, à tout le moins à Casablanca" , explique-t-il.

"Nous avons des clients promoteurs qui cherchent des terrains dans des quartiers très précis, et qui refusent carrément de s'en éloigner" , témoigne une source.

Certains achèteraient même sans avoir le moindre projet de valorisation en tête. Selon cette même source, ils seraient également très nombreux à construire sans vendre, pour laisser aux prix le temps d'augmenter encore.

"Pour cette catégorie, aucun signe d'essoufflement n'est apparu à ce jour" , assure la directrice de Laforêt. "Je ne crois pas que les prix descendront. Pas dans ces quartiers" , dit-elle .

Marie-Hélène Giguère.

Source : La Vie Eco.
  Lire la suite de la discussion sur bladi.net


44735
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Partage du mobilier - divorce

image

Le 15 juillet 2008 nous avons fuit mon père, on l'a laissé tout seul et on est partit vivre à plus de 250 km de lui sans prévenir qui que ce soit pour pas qu'il nous retrouve. Ils nous laissait plus de 60 messages vocaux sur nos portables, il...Lire la suite

Patrimoine vs revenus

image

Non mais c'est pas un débat grave non plus (enfin, aux yeux de liz et de moi-même). Bon pour moi la question d'intégrer le patrimoine dans les ressources d'un agent économique me semble logique : alors que Keynes avançait que la consommation des...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages