Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Immobilier > Autres      (1192 témoignages)

Préc.

Suiv.

Patrimoine vs revenus

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 08/04/13 | Mis en ligne le 02/06/14
Mail  
| 308 lectures | ratingStar_529862_1ratingStar_529862_2ratingStar_529862_3ratingStar_529862_4
Non mais c'est pas un débat grave non plus (enfin, aux yeux de liz et de moi-même). Bon pour moi la question d'intégrer le patrimoine dans les ressources d'un agent économique me semble logique : alors que Keynes avançait que la consommation des ménages était fonction de leur revenu, Friedman a expliqué que la consommation d'un ménage était fonction de l'ensemble de ses actifs, ce qui me semble bien plus logique. En effet je vais être plus dispendieux si, par exemple, je suis déjà propriétaire que je sais bénéficier par là d'un capital relativement stable. Par exemple si je suis célibataire, que je traverse une mauvaise passe et que j'ai un F3, je peux le revendre pour un studio. Un bien immobilier est donc bien à mes yeux une ressource qui doit être pris en compte quand on étudie les inégalités entre les personnes, et donc aussi au sein d'un couple quand ils décident de faire des dépenses communes et que l'un bénéficie d'un patrimoine important. Au même tire d'ailleurs que l'ensemble des actifs (épargne, actions etc). J'avoue que sur un plan strictement logique je ne comprends même pas comment on peut penser autrement. Une maison c'est juste de l'argent en forme de murs et de toit. Et quand le remboursement mobilise de surcroit une partie du revenu disponible destiné au ménage, et que l'on demande une effort financier au conjoint par ailleurs, s'il juge ce dernier important, tout aussi logiquement, ce dernier va grogner. De plus liz veut que l'on reste en compte commun en disant "bah on est des gens honnêtes, bien sûûûûr qu'on redispersera l'épargne équitablement". Moi j'en pense deux choses : - Elle n'apprend pas de ses erreurs (voir son ex mari). - Elle me demande de lui faire confiance or si j'ai bien appris un truc c'est qu'on est jamais trahis que par ses proches. Le couple c'ets comme le sexe : c'est encore plus cool quand on se protège et qu'on est responsable. Plus prosaïquemnt : si l'épargne est dispersée ensuite équitablement pourquoi ne pas commencer maintenant en vivant en régime de séparation des biens ? Je ne dis pas que c'est ce que je veux, je dis juste que toujours logiquement, je comprends pas le raisonnement de liz. Sinon je ne raisonne pas avec de "si", je dis juste qu'elle a un certain point de sa vie materielle qui fait qu'elle a des dépenses qui ne sont pas cohérante avec ma propre position. Par exemple l'année prochaine, on va partir en vacances en famille. Pour l'instant quand on part c'est liz qui paie (et pas la peine de me traiter de parasite : c'est elle qui me supplie parce qu'elle ne veut pas gérer les trois enfants seule, alors que moi, ça me saoule ce genre de voyage, et elle paie parce que je n'ai pas les moyens. Quand on avait que deux enfants à charge, je ne venais pas). Bref l'année prochaine je vais partir en vacances en famille et je suppose que je devrais payer ma part. Logique, puisque vacances en famille. Sauf que moi, vu ma situation ce sont des dépenses dispendieuses quoi qu'elle soient cohérantee avec la situation materielle de liz (bientôt propriétaire tout ça tout ça) , parce qu'on est a des endroits différents de nos courbes de vie, qu'on a un patrimoine différent, qu'on a fait aussi, c'est vrai des choix de vie anterieurs différents, que j'assume par ailleurs. Mais bon si vous ne saisissez pas ce que je veux dire ce n'est pas grave. Bref je pense pas que se soit vraiment la peine de rester des heures encore sur ce sujet. Moi je dis ça, je ne dis rien. Dernier point quand même sur le fait que je devrait être redevable à Liz et que je devrais lui être redevable : elle connaissait ma situation, etl'a acceptée. Ça n'aurait pas été le cas et elle me l'aurait fait sentir, on se serait séparé et, sur un plan strictement materiel, sans regret pour ma part : - libre de retourner en région parisienne si je le souhaite ou d'aller m'installer où je veux en France. - plus d'enfants à gérer (oui, je sais, pour diabolique vraisemblablement, à 8 et 10 ans, il n'y a plus qu'à les regarder s'épanouir au soleil… mais en fait dans la vraie vie des vraie gens, c'est pas mon expérience…). - Plus de compromis de vie et de manière de vivre. Bref, c'est un choix de vie où chacun aurait gagné et perdu, mais pas sur le même niveau, c'est tout.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


529862
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Partage du mobilier - divorce

image

Le 15 juillet 2008 nous avons fuit mon père, on l'a laissé tout seul et on est partit vivre à plus de 250 km de lui sans prévenir qui que ce soit pour pas qu'il nous retrouve. Ils nous laissait plus de 60 messages vocaux sur nos portables, il...Lire la suite

Trop jeune pour etre pere ? - etre parents

image

Effectivement, je vais attendre un peu avant de leur en parler. Je ne suis pas complètement dépendant d'eux puisque je travaille à côté. Mais cet argent ne me permet pas de louer un appartement, c'est pourquoi je vis encore chez eux (mais le...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages
Les derniers appels à témoins