Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Immobilier > Colocation      (514 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le célibat et la colocation

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 520 lectures | ratingStar_122380_1ratingStar_122380_2ratingStar_122380_3ratingStar_122380_4

J'ai testé la colocation, pas pour faire des rencontres mais pour partager les tracas du quotidien, avoir de la compagnie et surtout partager le coût du loyer, très cher dans ma ville… La plus mauvaise idée que j'ai jamais eue, bien failli en crever, littéralement ! Non seulement je n'ai pas fait de rencontre amoureuse ni rencontré de nouvelles personnes durablement (comme l'expérience était négative, je n'ai gardé contact avec aucun des amis des colocs) mais j'ai maintenant une appréhension de la vie en commun que je n'avais pas avant Si un jour, je m'installe en ménage avec un homme, je garderai le bail de mon studio au moins 6 mois en parallèle "au cas où"… comment le prendrait-il ? Donc voilà l'histoire, une amie assez proche m'a proposé la colocation car nous devions déménager en même temps et avions toutes les 2 un petit salaire. Nous avons déniché une superbe maison, mais trop chère pour nous 2, on a signé quand même et trouvé une 3ème coloc par les petites annonces. Expérience atroce, parce que l' "amie" s'est révélée être un vrai tyran dans la vie domestique, la 2ème coloc était plus proche d'elle que de moi (mère divorcée avec enfant en garde alternée et un nouveau mec qui venait régulièrement). Elles avaient leur monde et moi je n'avais que quelques potes donc je comptais pour rien, elles imposaient leur style de vie, l'amie parlant même de "refaire mon éducation" (devant ma mère en visite, ce qu'elle a beaucoup apprécié !! ) Pour elles, je n'étais pas une femme active et accomplie et elles s'étaient donné pour mission de m'obliger à le devenir : en plus d'un boulot m… iq, la vie à la maison tenait de l'armée, avec un calendrier des tâches hyperstrict (mes parents habitant assez loin, je m'absentais un w-e par mois pour les voir, et c'était un "grave problème" parce que je ne pouvais donc pas terminer ma part de tâches ménagères le dimanche pour 20h, le lundi ça n'allait pas !!! ) et une maniaquerie pathologique (franchement, vous nettoyez l'intérieur de toutes vos armoires toutes les semaines vous ? ) , même quand tout était propre, il fallait repenser le rangement, avoir repeint toutes les pièces 2 semaines après notre arrivée, en plein hiver ! Elles recevaient du monde sans se soucier de savoir si cela me convenait ou non (y compris des gosses braillards qui mettaient le souk) , jusque très tard en semaine. Je vous passe toutes les horreurs que cette "amie" m'a balancé et qui me font encore mal quand j'y pense. Cela a tourné à l'horreur quand j'ai eu des ennuis de santé, un problème de coeur qui n'a été diagnostiqué qu'après mon départ de ce piège infernal. Un problème qui ne se voyait pas à la prise de sang et comme la vie n'était pas drôle, le médecin avait vite conclu à la dépression, à la fatigue psychosomatique… J'avais des vertiges et des étourdissements tout le temps, je passais ma vie à lutter pour ne pas tourner de l'oeil, en tenant à peine debout, avec ces colocs qui me disaient "c'est une honte d'être fatiguée comme ça à 30 ans", "nous on est des femmes actives et accomplies, on se démène toute la journée, on a des gosses alors quand tu nous dis que tu es fatiguée après toute la journée assise dans ton bureau ça nous énerve et on te secoue c'est normal", elles se contentaient d'une feuille de salade et critiquaient sans arrêt mon appétit (je n'étais pas un individu productif, puisque j'avais une bonne fourchette et en plus tout le temps fatiguée !!! ) L' "amie" me dénigrait tout le temps, ainsi que sa fille (les devoirs devenaient une séance de hurlements quotidiens) , était méchante avec tout le monde… alors qu'à l'extérieur elle paraissait tout à fait normale ! On avait chacune notre tour pour cuisiner et quand c'était ma semaine on aurait dit l'inspection des critiques gastronomiques en chef : toujours un truc qui n'allait pas, alors que… c'est mon métier à la base !!! (diététique / gestion de cuisines collectives) Alors j'ai rassemblé les dernières forces qui me restaient pour partir et me prendre un petit studio : 30 m2 mais seule !! Sans personne pour m'eng… si je remets le lavage des vitres au lendemain ni me culpabiliser de ne pas être capable de courir de 6h du mat à 23h le soir (et avec enthousiasme, encore) ! Consciente du problème financier, j'ai en plus passé des annonces pour trouver une remplaçante. Peu après mon déménagement et malgré ses promesses de tout arranger "à l'amiable", j'ai reçu un courrier d'avocat hyperagressif : l' "amie" me réclamait le payement du loyer jusqu'à la fin du bail et menaçait de faire vider mon maigre compte épargne pour ça, ainsi que de s'attaquer à mes parents si ce n'était pas suffisant !! J'ai du prendre un avocat aussi et après de nombreuses péripéties, j'ai obtenu gain de cause en prouvant qu'elle dégoûtait consciemment les candidates colocatrices, elle ne voulait trouver personne pour m'obliger à continuer de payer ma part et me démolir, m'envoyer à la rue, me faire CREVER !! J'étais dans un tel état que j'ai oublié de faire le relevé des compteurs en partant et ai été contrainte de payer leurs charges d'énergie pendant 6 mois après (il n'y avait place que pour un nom sur les contrats et on avait pris le mien au hasard, elles refusaient de signer pour changer de nom pour me punir de "mon incapacité à gérer le quotidien) , j'ai oublié plein de trucs que je n'ai jamais pu aller récupérer… Impossible ! A cette époque, j'ai sérieusement pensé à en finir car je ne comprenais pas ce qui m'arrivait, pourquoi je me sentais si mal physiquement et ce que j'avais bien fait de mal pour mériter un traitement pareil : étais-je donc une si mauvaise femme pour que d'autres femmes me jugent indigne de continuer à vivre en paix et tiennent tant à me faire mordre la poussière ?! Plus tard, mon problème de coeur a été diagnostiqué et soigné par un autre médecin, des autres "amis" m'ont dit savoir que cette fille était une vraie psychopathe mais ils ont gardé le silence "pour ne pas se mêler de mes affaires" !! J'ai vécu 1 an sans voir personne d'autre que des collègues de travail, coupé les ponts avec tous nos amis communs et même envisagé de rentrer chez ma mère, puis j'ai rencontré d'autres personnes sur des forums internet, découvert facebook et petit à petit, accepté de rencontrer ces personnes pour découvrir des gens bien plus intéressants et sincères que ceux d'où je venais… Aujourd'hui, ma vie a évolué en bien, je n'ai plus d'ennui de santé ni aucun contact avec les gens d' "avant", il a fallu 2 ans et demi pour en arriver là… mais je suis toujours hyperméfiante avec de nouvelles rencontres ! Un jour de mai, le hasard m'a fait repasser en voiture dans la rue où j'ai habité en coloc et j'ai VOMI ! Rien que de revoir ce lieu… Entre étudiants, la coloc peut aller parce qu'on est jeune, que ce n'est pas pour longtemps et qu'on sort beaucoup, mais après NON !! Cette expérience m'a aussi décidée à ne pas avoir d'enfants, parce que je sais que je serais une mauvaise mère : même si je vais mieux, impossible d'avoir assez d'énergie pour gérer le quotidien des gosses et du ménage en plus de celui du boulot ! C'est trop ! Les mères font les fières, se donnent un beau genre, mais c'est une vie infernale en réalité ! La course permanente ! Désolée si j'ai été longue, mais la colocation a été un véritable enfer pour moi, l'opposé de ce que racontent les séries ! Si l'un ou l'autre détail de cette histoire pouvait éviter à quelqu'un de se retrouver dans une situation aussi inextricable que celle-là, j'en serais heureuse…
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


122380
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Harcele par mon frangin. que faire ? - relations freres-sœurs

image

Ma mère sait que mon frère est un taré et me soutient plus ou moins… Mais forcément elle évite de prendre parti entre ses enfants. Ma soeur a le cul entre deux chaises : Elle passe du temps avec moi et du temps avec mon frangin et met pas trop...Lire la suite

Mon experience de creation d'ebook - auto publication - recits erotiques

image

Post mis-à-jour avec les dernières infos le 3 mars 2013. Je le mettrai régulièrement à jour. Mon expérience d'auto-publication de textes érotiques au jour-le-jour. J'écris des textes érotiques depuis environ 4 ans, et ai créé MC, mon site,...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages