Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Immobilier > Déménagement      (456 témoignages)

Préc.

Suiv.

Achat de maison : nous avons signé un compromis de vente

Témoignage d'internaute trouvé sur commentcamarche
Mail  
| 1062 lectures | ratingStar_149258_1ratingStar_149258_2ratingStar_149258_3ratingStar_149258_4

Nous avons signés un compromis de vente pour l'achat d'une maison le 08 avril 2009 fixant la signature de l'acte authentique au 15 juin 2009. Date à laquelle aucun acte de vente fut signé puisque les vendeurs étaient en procédure de divorce. Nous avons appris par la suite que le divorce serait prononcé sous peu et que madame devait faire un rachat de crédit comme la maison est hypothéquée (et qu'ils la vende à perte) , mais que par la suite tout irait très vite ! On nous demande de bien vouloir patienter que dès que le divorce serait prononcé (courant novembre) la vente pourra enfin s'effectuer. On nous propose de louer (à titre gratuit) le logement, chose que nous acceptons volontier (nous avions un prêt à rembourser pour régler les futurs frais d'agence et plus de toit sous lequel dormir étant donné que la vente devait être signée). Le délai excessif de la signature de l'acte dû à l'impossibilité de rachat de crédit des vendeurs et après avoir passée un hiver malade dans un maison inchauffable (car dans l'incapacité d'effectuer des travaux étant donné que ce logement n'est toujours pas le notre) nous voilà au mois de février, notre offre de prêt immobilier touche à sa fin, nous avons décidé de déménager et nous avons envoyé une lettre avec AR au notaire stipulant que nous nous retirions de la vente et que notre déménagement était effectué. J'ai recu l'AR daté du 29 février mais toujours pas de signe de vie du notaire (depuis le 8 avril dernier d'ailleurs). Mon conjoint l'appel et demande si le notaire peut envoyer un justificatif à notre banquier stipulant que la vente n'aurait pas lieu. Le clerc de notaire lui dit qu'il faut que nous renvoyons une lettre avec AR au notaire où nous lui demandons d'obliger les propriétaires à vendre sous quinzaine ; chose à laquelle mon conjoint rétorque que nous ne voulons plus acheter et que de toute manière dans le compromis chapitre conditions suspensives, il est écrit que le bien ne doit être grevé d'une inscripion hypothécaire supérieure ou égale au prix de l'immeuble. Le clerc lui répond qu'un compromis ne se rompt pas ";comme ça"; et qu'il faut que TOUTES les clauses suspensives soient réunies… Sommes nous dans notre bon droit ? Pourquoi le notaire nous demande de lui faire un tel courrier après avoir fait le ";mort"; ?Je crainds que certaines personnes dans cette affaire essaye de gagner du temps afin que nous réglions les 10% du prix de vente au vendeur et des frais de notaire…
  Lire la suite de la discussion sur commentcamarche.net


149258
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Pousse a bout par les voisins jusqu'a la depression - psychiatrie

image

Salut à tous. Mon histoire perso : Je m'appel johan, j'ai 26ans. J'ai déja fais des TS quand j'avais 15ans (déception amoureuse (ha lalala les jeunes) ) mais j'ai vite compris que ce n'étais pas une solution. A 18ans, j'ai étais clochard pendant...Lire la suite

Je me sens trop mal sans ma meilleure amie - solitude

image

Bonjour/bonsoir et merci d'avance à ceux qui liront ce message. Voici mon histoire : Je suis, depuis la 6e amie avec une fille formidable (M) , je me suis même un peu battue pour elle (et ma fierté xD). En 5e notre groupe s'est agrandi et nous...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages