Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Jardinage      (1132 témoignages)

Préc.

Suiv.

Les spécialités homéopathiques

Témoignage d'internaute trouvé sur france5
Mail  
| 1608 lectures | ratingStar_54613_1ratingStar_54613_2ratingStar_54613_3ratingStar_54613_4

Salut coco.

Moi je n'ai pas vu la difference avec le galactogil je suis  en train d'essayer la levure de biere mais voici ce que tu trouve sur le site de la leache ligue :

 

Les spécialités homéopathiques.

Il n'existe  pas d'études médicales évaluant leur efficacité. Elles ont l'avantage de n'induire aucun effet iatrogène. De très nombreux remèdes peuvent être utilisés. Les plus souvent recommandés sont Lac caninum (5 CH) , Galega officinalis (TM) , Ricinus (4 ou 5 CH) , Calcarea carbonica (5CH). Une consultation avec un spécialiste sera nécessaire pour trouver le traitement le plus adapté à la mère.

Les plantes médicinales.

De tous temps et dans tous les pays, les femmes ont cherché à augmenter leur sécrétion lactée par la consommation de diverses plantes (fenugrec, fenouil, anis, angélique, galéga…). Il n'existe que très peu d'études portant sur ces plantes, et l'impact réel de bon nombre d'entre elles est inconnu, ainsi que leur mode d'action. Toutefois, leur utilisation traditionnelle permet de penser qu'elles sont sans danger et peuvent être efficaces. Lorsqu'une mère a du mal à avoir une sécrétion lactée satisfaisante, et qu'elle doit veiller étroitement à son alimentation et à son niveau de fatigue et de stress, ainsi qu'au nombre de tétées quotidiennes, les plantes peuvent constituer une aide appréciable. Les plantes les plus couramment qualifiées de galactogo-gues sont le fenugrec, le galéga, le chardon-marie, l'anis, le basilic, le chardon béni, les graines de fenouil, la guimauve. La bière est couramment utilisée dans certaines cultures, mais l'alcool peut avoir un impact négatif sur le réflexe d'éjection.

Le fenugrec.

Le fenugrec (Trigonella foenum graecum)  était tenu en haute estime en Egypte, en Inde, en Grèce et à Rome.  On le prescrivait autrefois en cas de tuberculose, de bronchite, de maux de gorge, de diabète, d'anémie, de rachitisme et de libido défaillante. Il était aussi  employé comme expectorant, laxatif et fébrifuge. Il reste très utilisé dans le monde ; il est largement cultivé en Inde et en Chine, et utilisé comme légume. C'est également une plante utilisée traditionnellement pour favoriser l'allaitement.

Il n'existe que très peu d'articles dans la littérature médicale portant sur le fenugrec. Une étude égyptienne effectuée en 1945 avait fait état d'une augmentation de la sécrétion lactée de 900% suite à la prise de fenugrec. Par contre, il existe dans la littérature médicale divers articles portant sur l'utilisation du fenugrec dans diverses situations. Il a un effet hypoglycémiant (dû à un alcaloïde, la trigonelline) et hypolipidémiant, le rendant utile comme adjuvant dans le traitement du diabète et de l'hypercholestérolémie. Il contient une quantité importante de mucilages (jusqu'à 40%) , des saponines stéroïdes (diosgénine et yamogénine, qui contribuent à la synthèse du cholestérol et des hormones sexuelles) , du coumestrol… Il contient aussi des protéines, des lécithines et diverses vitamines.

Lorsque la mère absorbe du fenugrec, l'augmentation de la sécrétion lactée semble être dose-dépendante, et il sera souvent nécessaire de trouver par tâtonnements la dose adéquate pour permettre à la mère d'augmenter sa sécrétion lactée à un niveau suffisant sans être excessif. La dose couramment utilisée est de 1 à 4 gélules de plante broyée 3 à 4 fois par jour (3 à 4 g/jour de plante séchée) , quoique, comme pour toutes les plantes, il n'y ait pas de dosage standard. Les mères qui induisent une lacta-tion ou une relactation auront besoin des dosages les plus élevés. Une alternative est de boire 3 fois par jour une tasse de tisane faite avec 1/4 de cuillère à café de graines infusées pen-dant 10 mn dans 225 ml d'eau (le goût est assez désagréable). Cette plante donne souvent une odeur de sirop d'érable à la sueur, au lait et à l'urine. Il faut compter 1 à 3 jours pour apprécier l'impact du fenugrec.   Il n'a guère été rapporté d'effet iatrogène autre qu'un léger effet laxatif à hautes doses chez certaines femmes.

Autres plantes.

Le galéga (Galega officinalis) est connu depuis la Renaissance pour son effet galactogène. Comme le fenugrec, il contient des saponines et un alcaloïde (la galégine) à effet hypoglycémiant et hypolipidémiant. C'est un galactogogue traditionnel, largement recommandé en Europe, suite à l'observation faite dans les années 1900 d'une sécrétion lactée plus abondante chez des vaches à qui on en donnait. Aucune étude contrôlée n'a été effectuée chez les humains, et aucun effet secondaire n'a jamais été rapporté, sauf chez 2 enfants dont la mère prenait une tisane contenant de la réglisse (Glycyrrhiza glabra) , du fenouil, de l'anis et du galéga, et qui ont présenté une somnolence, une hypotonie, une léthargie, des vomissements et une succion faible. La recherche d'une infection a été négative, et les signes cliniques ont disparu après supension de l'allaitement pendant 2 jours et arrêt de la consommation de cette tisane par la mère. La tisane n'a pas été testée sur le plan de la présence de polluants ou d'autres substances anormales, et aucun autre effet secondaire n'a été rapporté en Europe ou en Amérique du sud, pays où cette plante est aussi utilisée comme hypoglycémiant. Il est habituellement utilisé sous forme de tisane (1 cuillère à café de feuilles séchées infusées pendant 10 mn dans 225 ml d'eau) , prise 3 fois par jour.

L'anis vert (Pimpinella anisum) et étoilé (Illicium verum) sont aussi connus depuis des siècles ; ils ont de plus la réputation de donner au lait un goût agréable, et de calmer les coliques du bébé allaité ; certaines mères sont satisfaites des pastilles à l'anis (Vichy). Le fenouil (Foeniculum vulgare) et le cumin (Cuminum cyminum) ont aussi été conseillés pour augmenter la sécrétion lactée. D'autres plantes locales sont utilisées sur les autres continents. Le chardon-marie (Silybum marianum) est utilisé depuis longtemps en Europe. Cette plante porte ce nom en hommage à la Vierge Marie, les premiers chrétiens croyaient que les nervures blanches sur les feuilles étaient le symbole de son lait. Elle est utilisée sous forme de tisane (1 cuillère à café de graines écrasées infusées pendant 10 mn dans 225 ml d'eau) à prendre 2 à 3 fois par jour.

La bière.

Elle est traditionnellement reconnue comme possédant un pouvoir lactogène. Une étude, effectuée par Houdebine et ses collègues, a recherché le ou les facteurs responsables de cet effet lactogène. Elle a permis de constater que ces facteurs provenaient du malt d'orge ; ce sont des bêta-glucanes, qui agissent vraisemblablement en stimulant l'hypophyse et en augmentant la sécrétion de prolactine. Ils sont présents en grande quantité dans l'orge. Les auteurs recommandaient, lorsque l'on souhaitait augmenter la sécrétion lactée, de conseiller à la mère d'absorber une à plusieurs fois par jour, plusieurs centaines de ml de bière sans alcool riche en malt (donc en bêta-glucanes). On peut aussi conseiller la consommation régulière de produits comme le Tonimalt.

Ou l'Ovomaltine.

.Il est à noter que d'autres plantes, utilisées dans divers pays pour augmenter la sécrétion lactée, contiennent aussi des bêta-glucanes. Plusieurs auteurs ont étudié l'effet lactogène de plantes,  africaines et iraniennes en particulier. Les pectines contenues dans certaines de ces plantes pourraient aussi avoir cet impact.

En conclusion.

Quoi qu'il en soit, il est ESSENTIEL de se souvenir que les galactogogues ne sont pas la "potion miracle" qui permettra à une mère d'avoir du lait. Ils peuvent certes constituer une aide appréciable dans certains cas bien précis. Mais sauf cas très particulier tel qu'induction d'une lactation par exemple, la prise d'un galactogogue (surtout s'il est susceptible d'avoir des effets secondaires) ne devrait intervenir qu'après avoir essayé les autres moyens permettant d'augmenter la stimulation mammaire   (mises au sein fréquentes, bébé tétant efficacement, expression du lait manuelle ou avec un tire-lait…) , et lorsque ces moyens se sont avérés insuffisants à eux seuls. La poursuite des mesures habituellement destinées à augmenter la sécrétion lactée est indispensable pour obtenir un résultat satisfaisant.  

Si l'on estime nécessaire de prescrire à une mère un médicament pour augmenter la sécrétion lactée, le dompéridone, à la posologie de 10 à 20 mg 4 fois par jour, représente actuellement le meilleur choix en raison de son faible passage lacté et de la quasi absence d'effets secondaires chez la femme. Le métoclopramide, prescrit à la dose de 10 mg 3 fois par jour pendant 1 à 2 semaines,  peut éventuellement être utilisé. Si l'on préfère utiliser un traitement non médicamenteux, le fenugrec est dénué de toxicité, et semble avoir un impact intéressant. La consommation raisonnable de bière sans alcool, ou de tisanes, extraits ou huiles essentielles de plantes galactogogues pourra aider certaines mères, même s'il est difficile d'apprécier la part d'effet placebo et celle d'un impact réel de leur utilisation.

 ??  ??  ??  
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


54613
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Ma plante meurt ?????!!!! - jardinage

image

Tout le monde ! Voilà, enfait il y à plusieurs mois maintenant, j'ai fais l'acquisition d'une plante : "DRACAENA MARGINATA" autrement dis le : "Dragonnier de Madagascar", jolie petite plante pas chère (0,99 euros) achetée chez IKEA ( plante...Lire la suite

Apparition {1er recit gay, fantastique } assez court - recits erotiques

image

Bonsoir à tous, Ça ne fait pas longtemps que je suis inscrit sur docti mais cela fait deux ans que je vous lis. Je me suis dit que je devrais moi aussi écrire. Ainsi je vous offre mon premier récit (d'une longue série j'espère ^^). Récit assez...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Semer des tomates
Sur le même thème
Planter ses oignons
Un potager sur son balcon
Voir tous les  autres témoignages