Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Religion      (5364 témoignages)

Préc.

Suiv.

Iufm : darcos m'a tuer

Témoignage d'internaute trouvé sur france2 - 20/11/10 | Mis en ligne le 21/04/12
Mail  
| 135 lectures | ratingStar_244375_1ratingStar_244375_2ratingStar_244375_3ratingStar_244375_4
Ainsi, quand on parle des nouveaux programmes, de l'aide individualisée ou de l'organisation des enseignements au collège, on n'est pas seulement dans des débats de spécialistes, mais bien au coeur de questions politiques essentielles. Quand on parle de la question de l'écriture ou qu'on débat sur le niveau en orthographe, c'est bien de la conception de l'Homme, et, derrière cela, d'un projet de société qu'il s'agit. S'il s'agissait seulement de questions de techniques, de débats entre des gens d'accord sur le fond ("Il faut que tous les enfants sachent lire et écrire…" Qui peut être contre ? ) et qui se distingueraient simplement par le fait qu'ils sont plus ou moins partisans de telle ou telle méthode, ce serait un débat strictement professionnel. Il est important d'avoir des débats professionnels, mais là, ce n'est pas le cas. Nous sommes devant des questions qui ont, certes, une dimension professionnelle, mais qui sont aussi, au sens propre, au sens le plus noble du terme, des questions politiques. L'émergence de la modernité pédagogique. Pour comprendre les enjeux auxquels nous sommes confrontés, il nous faire un peu d'histoire et d'épistémologie de la pédagogie. À quand remonte l'émergence de ce qu'on pourrait appeler la modernité pédagogique ? Probablement à Comenius, au XVIIe siècle, l'auteur de La Grande Didactique, qui, le premier, a le projet de faire "tout apprendre à tous" : "omnes, omnia omnium" . Ce dernier s'inscrit délibérément dans la tradition protestante, contre le cléricalisme catholique, contre le fait que, chez les catholiques, le fidèle n'a jamais le droit d'accéder directement à la Bible sans la médiation du clerc. Vous savez qu'à cet égard la pédagogie est fille du protestantisme puisque ce sont les hérétiques qui ont préfiguré le protestantisme, comme Pierre Valdo ou Jean Huss, qui, les premiers, ont traduit la Bible en langue vernaculaire, avant, bien entendu, que Luther et Calvin en fassent un élément clé de la Réforme. Cette traduction de la Bible en langue vernaculaire est une des révolutions les plus importantes de notre histoire occidentale ; elle marque le basculement d'une conception cléricale de la transmission à une conception que je n'appelle pas encore démocratique, mais qui rendra possible l'émergence de l'idée de démocratisation de l'accès au savoir.
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


244375
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

░ ♥ les femmes de l'islam ♥ ░ - les ramadanettes

image

Zaynab al-Ghazâlî. Je vous previens j'ai chialé ! Quelques extraits de son livre autobiographique : "Des jours de ma vie" …. Zaynab al-Ghazâlî (1917-2005) est une femme musulmane militante du milieu du siècle dernier. C'est la prédicatrice...Lire la suite

La loi du plus fort - dieu et religions

image

Je te remercie de ne pas aller dans la surenchère et si tu veux une réponse point par point je vais te la donné. Ben je t'en prie, je trouvais cela juste navrant que tu en viennes aux insultes alors que je ne pense pas m'être attaqué à toi en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages