Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Religion      (5364 témoignages)

Préc.

Suiv.

L'article dont il donne la référence est intéressant

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 134 lectures | ratingStar_274775_1ratingStar_274775_2ratingStar_274775_3ratingStar_274775_4
Je vais vous dire ; je suis évidemment mal à l'aise en lisant cet article, mais je trouve son raisonnement cohérent qui est de dire que de refuser des preuves de crimes n'est pas correct. L'article dont il donne la référence est intéressant : [… ] 21,00.html. J'ai vu les photos des camps, lu Primo Levi, et ne doute pas un seul instant en la réalité de l'holocauste, mais j'ai aussi posté un lien aujourd'hui où des juifs non sionistes, et même franchement anti-sionistes pointaient l'implication des sionistes dans le Reich. Il y a par ailleurs le travail de Bryan Mark Rigg sur les soldats juifs d'Hitler, et des phrases de sionistes sourcées et confondantes, par exemple : "Fédération sioniste d'Allemagne, un mémorandum au parti nazi le 21 juin 1933 : " Dans la fondation du nouvel État, qui a proclamé le principe de la race, nous souhaitons adapter notre communauté à ces nouvelles structures… notre reconnaissance de la nationalité juive nous permet d'établir des relations claires et sincères avec le peuple allemand et ses réalités nationales et raciales. Précisément parce que nous ne voulons pas sous-estimer ces principes fondamentaux, parce que nous aussi nous sommes contre les mariages mixtes, et pour le maintien de la pureté du groupe juif.. Les Juifs conscients de leur identité, au nom desquels nous parlons, peuvent trouver place dans la structure de l'État allemand, car ils sont libérés du ressentiment que les Juifs assimilés doivent éprouver ; … nous croyons en la possibilité de relations loyales entre les Juifs conscients de leur communauté et l'État allemand. Pour atteindre ses objectifs pratiques, le sionisme espère être capable de collaborer même avec un gouvernement fondamentalement hostile aux Juifs… La réalisation du sionisme n'est gênée que par le ressentiment des Juifs à l'extérieur, contre l'orientation allemande actuelle. La propagande pour le boycott actuellement dirigée contre l'Allemagne est, par essence, non sioniste… " Source : Lucy Dawidowicz, A Holocaust reader, p. 155." "Ben Gourion (premier dirigeant de l'État d'Israël) le 7 décembre 1938, devant les dirigeants sionistes du "Labour" : " Si je savais qu'il est possible de sauver tous les enfants d'Allemagne en les amenant en Angleterre, et seulement la moitié d'entre eux en les transportant en Eretz Israël, je choisirai la deuxième solution. Car nous devons tenir compte non seulement de la vie de ces enfants, mais aussi de l'histoire du peuple d'Israël. " Source : Yvon Gelbner, "Zionist policy and the fate of European Jewry", dans Yad Vashem studies. Jerusalem. Vol. XII, P. 199. La circulaire de la Wilhelmstrasse indique : " les objectifs que s'est donnée cette catégorie (de Juifs qui s'opposent à l'assimilation et qui sont favorables à un regroupement de leurs coreligionnaires au sein d'un foyer national) , au premier rang de laquelle se trouvent les sionistes, sont ceux qui s'écartent le moins des buts que poursuit en réalité la politique allemande à l'égard des Juifs ". Source : Lettre circulaire de Bülow-Schwante à toutes les missions diplomatiques du Reich. N° 83, 28 février 1934. " Il n'y a aucune raison, écrivait Bulow-Schwante au Ministère de l'Intérieur, d'entraver, par des mesures administratives, l'activité sioniste en Allemagne, car le sionisme n'est pas en contradiction avec le programme du national-socialisme dont l'objectif est de faire partir progressivement les Juifs d'Allemagne. " Source : Lettre no Z U 83?21. 2818 du 13 avril 1935. Reinhardt Heydrich, chef des Services de Sécurité S. S : " Nous devons séparer les Juifs en deux catégories : les sionistes et les partisans de l'assimilation. Les sionistes professent une conception strictement raciale, et, par l'émigration en Palestine, ils aident à bâtir leur propre Etat juif… nos bons voeux et notre bonne volonté officielle sont avec eux. " (1935 Das Schwarze Korps, organe officiel de la S. S -) Source : Hohne. Order of the Death'a Head, p. 333. Circulaire de la Gestapo de Bavière à la police, 28 janvier 1935 : " les membres de l'organisation sioniste, en raison de leur activité orientée vers l'émigration en Palestine, ne doivent pas être traités avec la même rigueur qui est nécessaire pour les membres des organisations juives allemandes (assimilationistes) ". Source : Kurt Grossmann, "Sionistes et non-sionistes sous la loi nazie dans les années 30" Yearbook. Vol. VI, p. 310. Nota : Betar : groupe para-militaire sioniste. " Le Betar allemand reçut un nouveau nom : Herzlia. Les activités du mouvement en Allemagne devaient obtenir bien sûr l'approbation de la Gestapo ; en réalité, Herzlia agissait sous la protection de cette dernière. Un jour, un groupe de SS attaqua un camp d'été du Betar. Le chef du mouvement se plaignit alors auprès de la Gestapo et, quelques jours plus tard, la police secrète annonça que les SS en question avaient été punis. La Gestapo demanda au Betar quelle compensation lui semblait la plus adéquate. Le mouvement demanda que la récente interdiction qui leur avait été faite de porter des chemises brunes soit levée ; la requête fut satisfaite. " Source : Ben Yeruham, Le Livre de Betar, T. H, p. 350. " L'organisation sioniste des juifs allemands avait une existence légale jusqu'en 1938, cinq ans après l'avènement d'Hitler… La Jüdische Rundschau (journal des sionistes allemands) parut jusqu'en 1938. " Source : Leibowitz, Israël et Judaïsme. Éd. Desclée de Brouwer, 1993. P. 116. " Le sauvetage des juifs en Europe ne figurait pas en tête de liste des priorités de la classe dirigeante. C'est la fondation de l'état qui était primordiale à leur yeux. " Source : Tom Segev. Le septième million. Éd. Liana Levi, Paris, 1993, p. 539. Memorandum du Comité de sauvetage de l'agence juive : " Devons-nous aider tous ceux qui en ont besoin sans tenir compte des caractéristiques de chacun ? Ne devons nous pas donner à cette action un caractère national sioniste et tenter de sauver en priorité ceux qui peuvent être utiles à la Terre d'israël et au judaïsme ? Je sais qu'il peut sembler cruel de poser la question de cette façon, mais nous devons malheureusement établir clairement que si nous sommes capables de sauver 10 000 personnes parmi les 50 000 personnes qui peuvent contribuer à la construction du pays et à la renaissance nationale ou bien un million de juifs qui deviendront pour nous un fardeau ou au mieux un poids mort, nous devons nous restreindre et sauver les 10 000 qui peuvent être sauvées ? Malgré les accusations et les appels du million de laissés pour compte. " Source : Memorandum du Comité de sauvetage de l'agence juive. 1943. Cité par Tom Segev. (op. Cit). Et il y en a d'autres. Tout cela fait que je ne sais pas. Je n'ai pas suffisamment étudié la question pour savoir. J'ai toujours cru en la réalité de l'holocauste, je la trouve monstrueuse, et j'entends des personnes sérieuses et pas malades dire que les chiffres ont été surévalués. Je serai toujours d'accord avec le raisonnement qui veut que l'on prouve ce que l'on dit, d'autant, par exemple, que le travail de Norman Finkelstein démontre l'insistance qu'il y a eu, jusqu'à l'indécence, à faire pression pour obtenir les plus gros dédommagements possibles, qui n'allaient pas aux victimes de la shoah, mais aux organisations et aux personnalités. Je sais aussi que Segev n'apprécie pas du tout que son "le 7° million" soit utilisé par les révisionnistes, et je lui fais confiance. Je sais aussi que toute personne osant critiquer Israël est soumise à de telles ignominies qu'elle peut développer une pathologie REACTIONNELLE. Hufschmidt pense, et je partage cet avis que Silverstein a joué un rôle énorme dans le 9/11. De ce fait, il a dû en voir de toutes les couleurs. J'ai eu un échange avec Jimmy Walter qui semble avoir été extrêmement harcelé, et il ne parlait pas précisément de quiconque, il démontrait que la version officielle ne tient pas du tout la route. Je pense que le sionisme crée l'antisémitisme, et le fait même parfois sciemment pour provoquer le retour. Quand je parle d'Hufschmidt c'est sur le 9/11. Et il s'est impliqué très ouvertement, donc il est facile de deviner qu'il a été harcelé. Israël, le sionisme me semblent avoir une logique insensée qui est d'abuser au maximum. Autre citation : "David Ben Gourion : Octobre 1936 : "Nous ne suggérons pas d'annoncer maintenant notre but final qui va très loin ? Plus loin encore que les révisionnistes qui s'opposent à la partition. Je ne veux pas abandonner la grande vision, la vision finale qui est une composante organique, spirituelle et idéologique de mes (..) aspirations sionistes, " (David ben Gourion, " mémoires " , volume trois, page 467). "Les frontières des aspirations sionistes sont l'affaire du peuple juif et aucun facteur externe ne pourra les limiter. " (Ouvrage cité ci dessus, discours en 1937). " Et de couper tout moyen d'expression de ce que ces abus provoquent (exemple des tirs de roquettes d'une population soumise à l'impensable). Je ne dirais certainement jamais qu'ils ne provoquent pas de pathologie, je les pense même très habiles à en créer, voir à en jouir, comme de ce qu'ils vivent dans leur logique comme l'exercice d'une puissance (je ne vois pas du tout ça de cette façon là). Cela posé, le texte d'Hufschmidt dérange et contient une logique certaine : pourquoi refuser de laisser enquêter ? Il dit en substance "vous n'avez pas le droit de fonder toutes vos relations avec moi sur quelque chose que je ne peux pas vérifier." Je ne suis pas choquée par cette position. Je le serais beaucoup plus sans doute si la shoah n'avait pas été instrumentalisée à outrance. Le fait est qu'elle l'a été et que ça disqualifie le rapport des sionistes à cette époque. (Je n'ai rien lu d'un juif non sioniste l'instrumentalisant) , je sais qu'il existe un livre qui s'appelle "la pornographie mémorielle". Conclusion, je suis toujours Hufschmidt dans sa conviction que Silverstein est déterminant dans le 9/11, et par rapport à l'holocauste, je trouverais bien que l'enquête évoquée dans l'article dont j'ai repris le lien soit effectuée. Quand les choses sont démontrées, il n'y a plus de place pour les mises en cause. Après vient le stade de la consolation/réparation des souffrances, qui passent par leur reconnaissance, puis personnellement, je pense sain de savoir et d'oublier en même temps, de ne pas avoir une identité toute entière fondée sur ses souffrances.
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


274775
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

░ ♥ les femmes de l'islam ♥ ░ - les ramadanettes

image

Zaynab al-Ghazâlî. Je vous previens j'ai chialé ! Quelques extraits de son livre autobiographique : "Des jours de ma vie" …. Zaynab al-Ghazâlî (1917-2005) est une femme musulmane militante du milieu du siècle dernier. C'est la prédicatrice...Lire la suite

La loi du plus fort - dieu et religions

image

Je te remercie de ne pas aller dans la surenchère et si tu veux une réponse point par point je vais te la donné. Ben je t'en prie, je trouvais cela juste navrant que tu en viennes aux insultes alors que je ne pense pas m'être attaqué à toi en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages