Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Religion      (5364 témoignages)

Préc.

Suiv.

L'organisation à abattre étant l'opep et ses membres arabes et musulmans.

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 111 lectures | ratingStar_280687_1ratingStar_280687_2ratingStar_280687_3ratingStar_280687_4
Henry Kissinger, l' "israélisation" de la raison, les Fonds souverains, le Fonds de Zakat et l'épouvantail "islamiste" . Etonnante la dernière sortie médiatique d'Henry Kissinger et de Martin Feldstein sur les colonnes du The International Herald Tribune[1]. Pour plus de "crédibilité" , Kissinger s'épaule ainsi d'un économiste de la Harvard University. L'Organisation à abattre étant l'OPEP et ses membres arabes et musulmans. Etonnante, car Kissinger s'attaque ainsi aux responsables des pays du Golfe qui le prennent lui et son hégémonique pays pour des "amis" et des "alliés" . Les dirigeants des pays du Golfe, tous des "princes" , et leurs rampantes élites, ont mis presque tous leurs oeufs dans le panier américain et préfèrent obstinément s'accrocher encore à un Dollar et une économie américaine malades. Pour ces américains "influents" et écoutés, les pays du Golfe ont dépassé le niveau de richesse toléré habituellement par les occidentaux et leur antenne sioniste. Un vassal doit avoir la tête juste au-dessus de l'eau. Kissinger, tout rusé et mal intentionné qu'il est[2], alarme l'opinion publique de son pays ou celle qui le lira en tout cas, contre le risque à long terme de voir "la politique étrangère des pays industrialisés otage des pays producteurs de pétrole" (This state of affairs is intolerable in the long run. The foreign policy of industrialized nations must not become a hostage to the oil producers.). Dans la tête de Kissinger et la conception subjective qu'il a du monde et des relations internationales, "Foreign policy of industrialized nations" (Politique étrangère des nations industrialisées) voudrait dire : une politique qui doit idolâtrer les intérêts d'Israël et du sionisme avant même les intérêts des citoyens des pays industrialisés en question. Kissinger ne s'inquiète ni pour les crises économiques et sociales qui vont se succéder en Occident, ni de l'image complètement détériorée de l'Occident dans le monde entier, mais seulement des intérêts d'Israël dans un tourbillon de changements politiques, militaires, économiques et démographiques qui finiront à long terme par le résultat inévitable que tout le monde connaît : l'éclatement de cette funeste imposture et mascarade que fut l'occupation et la liquidation de la Palestine par les occidentaux pour le compte du sionisme international. Pourquoi chaque fois qu'il y a une crise, la gestation d'une crise, ou l'incitation à une crise, il y a toujours un sioniste qui rôde dans les parages ? [3] Combien de temps encore, tous ces américains et européens aux allégeances suspectes devront-ils tracer et imposer les règles du jeu ? Hypothéquer les intérêts, le bien-être et l'avenir de milliards de terriens assoiffés de paix et de prospérité, et déstabiliser et embourber le monde entier juste pour les beaux yeux d'Israël, voilà ce que j'appellerais une faillite ou ruine de la raison. Une "israélisation" de la raison qui prend en otage l'avenir du monde entier. Le temps presse. La débâcle approche. Quelle ultime manoeuvre qu'une propagande anti-Russie, anti-Chine, anti-OPEP, anti-musulmans et anti-tiers-monde, qui ferait passer leurs fonds souverains pour une menace qui vient d'un "obscur Orient" . Un ami américain m'a raconté qu'un religieux influent aux Etats-Unis a qualifié ces fonds souverains dans l'une de ses apocalyptiques messes, d' "Antéchrist" . L'autre fanatique télévangéliste américain Pat Robertson quant à lui, prépare ses fidèles à une "troisième guerre mondiale" dans les 70 à 120 jours à venir. Du délire. Il y a quelques mois, des économistes et intellectuels égyptiens et arabes ont reproposé encore une fois aux pays riches du Golfe d'investir ces fonds dans les économies des pays musulmans en difficulté, le Bangladesh comme exemple. Ils ont aussi proposé de consacrer une Zakat (aumône) [4] de ces vertigineux revenus aux pauvres musulmans partout dans le monde. L'idée d'un "Fonds de Zakat" [5] pour secourir des personnes et des classes défavorisées dans le monde musulman a émergé après la réussite de ce qu'on appelle la "Finance Islamique Associative" . C'est une lutte que mènent les organisations et les banques dites "islamiques" [6] contre la pauvreté et l'exclusion dans le monde musulman, et contre la rapacité des autres banques et établissements financiers classiques ou occidentaux. On insiste sur la "plus-value sociale" comme alternative à la plus-value économique[7] qui règne en Occident. Les fonds collectés, grâce à la "Zakat" prélevée par la banque sur ses bénéfices propres ou sur le compte de ses clients qui lui en confient la gestion, ont pour fonction de permettre aux pauvres de se suffire à eux -mêmes par leurs propres moyens, en leur procurant une source de revenu fixe qui les dispense de recourir à l'aide des autres[8]. Ces banques choisissent alors des ONG islamiques qui travaillent dans le social et l'humanitaire, et leur donnent les fonds collectés. Les premiers résultats étaient remarquables avant que l'administration Bush n'invente cette malheureuse campagne anti-musulmans, appelée "guerre contre le terrorisme et les organisations qui le financent" pour protéger et faire perdurer l'hégémonie financière occidentale, aujourd'hui en chute libre. Dans son article, Kissinger accuse d'ailleurs ces Fonds de financer le Hezbollah, le Hamas, les Madrasas (écoles islamiques) etc. Malheureusement, la réponse de certains économistes, journalistes et "intellectuels" des pays du Golfe fut décevante, voire humiliante. Ils accusent implicitement tous les pauvres du monde arabe et musulman de "jalousie" . D'autres se vantent sans cesse de leurs dits "investissements et réalisations considérables" dans le monde arabe et musulman. Construire des mosquées dans les quartiers populaires et des casinos dans les quartiers chics n'a rien d'un "investissement" . En tout cas pas dans le sens où je l'entends. Le monde arabe et musulman a besoin plutôt d'universités, de centres de recherches, de laboratoires de haute qualité etc. Les monarchies du Golfe n'ont jamais pu pardonner à la "rue arabe" son soutien à Saddam Hussein en 1990. Elles ne se sentent plus concernées par les problèmes socio-économiques graves des palestiniens, des égyptiens ou des maghrébins. Erreur, d'ici 10 ans, l'Egypte et le Maghreb par exemple, dépasseront les 200 millions d'habitants. L'avenir, la stabilité et la sécurité nationale même des pays du Golfe dépendront alors inévitablement du dynamisme ou des troubles de cet immense réservoir humain. Les services de renseignements qui ont inventé cet épouvantail appelé "Al-Qaïda au pays du Maghreb islamique" ainsi que les autres épouvantails dits "terroristes" , ont compris les enjeux à moyen et à long terme. L'implantation de toutes ces bases américaines aujourd'hui au Maghreb en est un avant-goût. Pour contrer les desseins américains et israéliens ainsi que les autres puissances régionales dans la région du Golfe qui abrite en plus des ressources énergétiques, les deux lieux saints de l'Islam, l'Egypte et le Maghreb ne devront pas rester les bras croisés. L'Egypte doit retrouver son prestige d'autrefois et le Maghreb son Union. En plus il est à l'origine des maux du monde à arabe : Avec sa phrase célèbre en 1973 après la guerre d'octobre et l'embargo du monde arabe sur le petrole ; Cette phrase : Il faut tout faire pour ne pas laisser le pétrole entre les mains des pays arabes. Et de là vient le projet de s'approprier le sous-sol Irakien .
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


280687
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

░ ♥ les femmes de l'islam ♥ ░ - les ramadanettes

image

Zaynab al-Ghazâlî. Je vous previens j'ai chialé ! Quelques extraits de son livre autobiographique : "Des jours de ma vie" …. Zaynab al-Ghazâlî (1917-2005) est une femme musulmane militante du milieu du siècle dernier. C'est la prédicatrice...Lire la suite

La loi du plus fort - dieu et religions

image

Je te remercie de ne pas aller dans la surenchère et si tu veux une réponse point par point je vais te la donné. Ben je t'en prie, je trouvais cela juste navrant que tu en viennes aux insultes alors que je ne pense pas m'être attaqué à toi en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages