Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Religion      (5364 témoignages)

Préc.

Suiv.

La fillette d'un ministre du hamas sauvée grace à israel

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 07/05/10 | Mis en ligne le 29/04/12
Mail  
| 102 lectures | ratingStar_248331_1ratingStar_248331_2ratingStar_248331_3ratingStar_248331_4
Chère Florence. Bonjour Cher BossaNova, Ces paroles sont peut-être le coeur de ce conflit. La droite israélienne elle y croit dur comme fer à ce récit. Or qu'est-ce qu'une croyance sinon ce à quoi l'on accorde le caractère de vrai ou de réel ? Tu as décidé d'accorder le caractère de vrai à ce qui est décrit dans l'ancien testament et c'est ici que nos chemins de juifs s'éloignent l'un de l'autre et que nos divergence sur ce conflit prennent peut-être naissance. Bien qu'étant peu pratiquante, je crois ou du moins essaie de croire aux textes bibliques. De la même manière qu'un catholique peut se référer au nouveau testament ou qu'un musulman au Coran. Mais je respecte les juifs qui refusent de se tourner vers la Bible. Voilà pouquoi la droite israélienne est aussi crispée, bornée et sur la défensive. Je trouve cela très triste. Quel genre de juif suis-je pour adopter un point de vue aussi critique vis-à-vis d'une partie des juifs et vis-à-vis du récit sacré qu'est le récit biblique ? Le fait que la droite israélienne (et parfois la gauche) soit souvent sur la défensive est le résultat et les leçons de plusieurs siècles de persécutions. Cette vigilance me semble légitime et compréhensible. J'ai reçu une éducation religieuse soutenue. J'appartiens à une tradition juive en droite ligne des prêtres du temple. J'ai fait ma bar-mitshva au Kotel a Mahravi. Et ainsi de suite. Sais-tu pourtant ce qui m'a éloigné de la religion ? La religion. Je ne connais pas ton histoire personnelle mais je peux comprendre que la religion ai pu t'éloigner de la religion. Figure-toi que j'éprouve bien souvent le même ressenti que toi. C'est la raison pour laquelle le judaïsme (comme toutes les religions) doit être enseignée avec intelligence, bienveillance et ouverture d'esprit. Sinon, cela peut faire plus de mal que de bien. Dans le chéma Israël et les dix commandements il est écrit "Adonaï Elohénou Adonaï, Ehad". L'éternel est Un. Ce principe d'unité de l'éternel est présent au coeur du coeur de notre religion. Le principe du manifesté également : D--- n'est pas appréhendable par notre entendement, nous le percevons à travers sa manifestation. Or le dieu décrit dans le récit biblique possède en grande partie les caractéristiques d'un être humain, et pas toujours les plus nobles : sexe masculin, capable de colère, de vengeance, a besoin que nous lui témoignions de l'amour, de la reconnaissance, de la soumission, qu'on le serve, etc… Le fait que les récits bibliques attribuent à Dieu des caractères humains s'appelle l'anthropomorphisme. Rachi explique que cela permet de rendre intelligibles à l'être humain des réalités sublimes qui le dépassent. Quelque chose ne colle pas. En plus ce dieu est exclusif, il déclare aux hébreux qu'ils sont le peuple qu'il a élu pour être son peuple : cela ressemble à un comportement très humain, comme un père qui déclarerait à un de ses enfants qu'il est son préféré et qu'il fera de lui son héritier. Ne trouves-tu pas ça étrange ? D'un côté ce d--- nous est accessible uniquement à travers ses manifestations (ses créations et ses créatures) il est Un, il est ce qui a été, est et sera, et de l'autre il se comporte comme n'importe lequel d'entre nous ? Concernant la notion de "peuple élu", le terme "peuple choisi" est plus adéquate. L'opinion d'être un "peuple choisi" semble parfois l'expression d'une supériorité et d'un ethnocentrisme qui peut mener à l'impérialisme culturel ou à xénophobie. Cependant les religieux juifs considèrent ce statut comme porteur de responsabilité et générateur de sacrifice plutôt qu'un simple privilège. De plus, je te rappelle que la notion de "peuple choisi" se retrouve aussi dans le christianisme et l'islam ; donc évitons un mauvais procès au judaïsme. A partir de ces bizarreries un jour j'ai décidé que ce récit biblique était en même temps sacré et profane, c'est à dire qu'il contenait des éléments qui étaient déformés, inexacts, filtrés par des êtres humains pleins de bonne volonté mais très imparfaits. Et je suis revenu à la source. La Bible a été écrite par des prophètes imprégnés d'esprit divin ("Rouah' HaKodech". Par exemple les dix commandements, et les deux premiers puisqu'ils sont classés dans cet ordre : 1.l'éternel est Un, 2. Tu aimeras ton prochain comme toi-même. "Tu aimeras ton prochain comme toi-même" ne fait pas partie des 10 commandements. C'est une mitsva, une des plus connues. Or c'est incompatible avec le récit biblique. Si l'éternel est un, alors il englobe tous les êtres humains sans exception, y compris les palestiniens. Si cet éternel place en premier l'Unité et en 2ème position l'invitation à aimer son prochain comme soi-même, alors notre pratique religieuse devrait être nettoyée de tout ce qui nous divise et nous sépare, y compris des palestiniens qui sont nos frères, et ce, prioritairement par rapport à n'importe quel autre aspect et privilégier tout ce qui nous réunit et nous rassemble. Tu soulèves un point très important et c'est précisemment ici que naissent nos divergences. Le judaïsme est la religion de la loi. Le christianisme est la religion de l'amour. L'amour est très certainement l'un des plus beaux sentiments, le plus noble, le plus puissant. Mais cela ne veut pas dire qu'il soit le seul sentiment valable, qu'il soit la réponse à toutes nos questions et qu'il faille occulter toutes les autres mitsvas et tous les autres sentiments. Oui, les palestiniens sont nos frères humains comme les japonais ou les danois. Mais cela ne signifie pas qu'il faille perdre notre identité, notre pays, nos convictions, notre autodétermination pour leur faire plaisir, auquel cas c'est à nous-mêmes que nous ferions du mal pour le coup. Aimer l'autre ne signifie pas s'annihiler face à lui. Donc selon cette logique ternaire, le récit biblique n'est pas soit vrai, soit faux : il est en même temps vrai ET faux. Quand il est utilisé pour entretenir la méfiance, la peur, la haine, la violence et la guerre, comme c'est le cas chaque fois qu'il est invoqué pour justifier des positions de principes insensibles au sort des palestiniens, alors il est faux et contraire à son essence. Quand la gauche ou plutot l'extrême gauche aura enfin compris que les palestiniens ne veulent pas un état à côté d'Israël mais à sa place, alors ses questions n'auront plus lieu d'être. J'espère ne pas t'avoir trop ennuyée avec ces explications. Je suis fier d'être juif mais pas n'importe comment. Et ta petite phrase pour moi elle fait une très grande différence. Ton intervention ne m'a pas ennuyée. Je l'ai lue attentivement et j'y ai répondu avec plaisir. Bien à toi.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


248331
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

░ ♥ les femmes de l'islam ♥ ░ - les ramadanettes

image

Zaynab al-Ghazâlî. Je vous previens j'ai chialé ! Quelques extraits de son livre autobiographique : "Des jours de ma vie" …. Zaynab al-Ghazâlî (1917-2005) est une femme musulmane militante du milieu du siècle dernier. C'est la prédicatrice...Lire la suite

La loi du plus fort - dieu et religions

image

Je te remercie de ne pas aller dans la surenchère et si tu veux une réponse point par point je vais te la donné. Ben je t'en prie, je trouvais cela juste navrant que tu en viennes aux insultes alors que je ne pense pas m'être attaqué à toi en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages