Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Religion      (5364 témoignages)

Préc.

Suiv.

Les affiches sataniques

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 294 lectures | ratingStar_24869_1ratingStar_24869_2ratingStar_24869_3ratingStar_24869_4

Il est évident que ces mauvais dessins auront servi de prétexte à une exploitation politique de la religion. Brandis, comme un drapeau, pour exciter les foules musulmanes qui dans leur immense majorité n'ont qu'une connaissance superficielle de ce Coran qu'ils ne cessent d'agiter à tout propos et hors de propos. Imité en cela par leurs ennemis qui, comme eux, sortent de leur chapeau, au moment propice, le verset, (ou même simplement une phrase) approprié à leur discours, hors contexte, hors chronologie. Et puisé dans la variété des traductions qui sont loin d'être unanimes. Et quand cela ne suffit pas on peut recourir à une traduction des Hadiths censés être les dits du prophète. (Rappelons que le Coran est la parole de Dieu et que les Hadiths sont la parole du prophète).

À l'image de Jésus, le prophète "mythique" du christianisme, les musulmans ont déifié le prophète de l'Islam. (Qui, au contraire de son prédécesseur, a une existence historique prouvée) oubliant, volontairement, que toute sa vie il s'est opposé à sa propre idolâtrie, ne cessant de protester qu'il n'était qu'un homme, comme les autres, n'ayant que le mérite d'avoir été choisi pour transmettre le message sacré…

La conséquence de cette affirmation, s'ajoutant à la destruction des idoles païennes et au rejet du culte des saints des chrétiens, fut l'interdiction des représentations humaines à des fins religieuses. Les biographies du Prophète Mohamed insistent toutes sur le fait qu'il s'agissait d'un très bel homme. On n'y insiste sur la beauté de sa barbe et de sa chevelure qu'il aimait parfumer, ainsi que sur ses agréables proportions En ce sens on pourrait donc dire que les médiocres dessins de ce journal danois (miraculeusement exhibé cinq semaines après sa parution dans une édition confidentielle) n'appellent pas à l'idolâtrie et ne peuvent être la représentation du prophète Mohammed, tels que peuvent l'imaginer les croyants et ceux qui, comme moi ou le regretté professeur Maxime Rodinson, étudient l'histoire de l'Islam et qui, d'ailleurs, ne sont pas tous forcément Musulmans.

. Reste l'intention insultante (ce n'est pas la première et ce ne sera pas la dernière) de d'une caricature de l'Islam (pas de son prophète) , qui dans la méthode de l'amalgame, très courante en politique, voudrait démontrer que le terrorisme de quelques-uns exprime les intentions criminelles de tous. L'intention n'est pas nouvelle, elle existe depuis des siècles. Le monde juif ou christianisé n'a jamais cessé de présenter l'Islam comme une religion intolérante et agressive. Tout historien des religions, à la condition qu'il soit neutre, peut facilement démontrer que, sur ce point, la religion chrétienne bat de loin les records des massacres et des autodafés. En particulier contre ses actuels alliés israélites qui semblent avoir oublié que, dans les pires moments de leur histoire, c'est auprès des musulmans qu'ils trouvèrent refuge. Et ce ne sont pas les juifs marocains qui pourront dire le contraire.

Mais il faut revenir aux raisons qui peuvent expliquer la facilité avec laquelle on a, une nouvelle fois, enflammé des populations musulmanes.

Dans cet univers d'injustices, où il est facile de constater que l'accumulation des richesses se trouve du côté du monde judéo-chrétien, on ne doit pas s'étonner que le monde des pauvres, dit du tiers-monde, à défaut de pouvoir y pénétrer, cherche refuge dans la simplicité d'une religion, sans apparats ostentatoires des hiérarchies cléricales, met le croyant en prière, en ligne directe avec Dieu.

On ne doit pas s'étonner que ce "tiers-monde" . Ainsi qu'il est défini, avec quelque commisération hypocrite, dans les pays les plus riches, concentre ses espoirs sur des idéologies qui s'opposent à ce monde qui les exploite et les méprise.

Naguère ce fut le communisme, cette religion sans dieux, Maintenant ! C'est l'Islam. L'un comme l'autre ont su, ou savent, se faire les rassembleurs des peuples exploités : par l'esclavage des colonisations qui, se sont perpétuées sous d'autres formes que l'on retrouve regroupées sous le terme d' "Economie libérale" Et dans ce domaine il n'est pas étonnant que la dernière colonisation de peuplement, représentée par le sionisme israélien, cristallise les révoltes au profit de l'Islam.

Il ne faut pas se leurrer, nous sommes en plein dans une guerre de religion, qui a commencé il y a huit siècles par une agression chrétienne, justement sur ce territoire palestinien. À cette différence que l'odeur du pétrole s'est substituée aux fumées de l'encens.

Dans cette excellente émission "mots croisés" du six février la question essentielle était de savoir quelle influence ces manifestations, orchestrées sur le thème du blasphème, par quelques nations islamiques. (Le doigt est pointé sur la Syrie) pouvaient avoir sur la société occidentale en général, et française en particulier.

Bien entendu les défenseurs de l'Islam : notamment Mme Saïda Kada, recouverte d'un élégant hijab, dont les propos sont discrètement appuyée par le représentant du MRAP reprirent le thème du blasphème comme limite de la liberté d'expression, qui dépassées justifierait des violences islamiques qui, non seulement n'apportent rien à ce qu'ils veulent défendre, mais accélèrent encore une hostilité dont les mouvements d'extrême droite savent tirer profit. On eut droit par le député UMP Pierre Lellouche a un petit couplet sur le voile islamique de Mme Kada, qu'elle se defendit de l'accusation de porter comme un drapeau. Ce petit incident mis à part,. La qualité de tous les intervenants rendirent ce débat passionnant…

Bien entendu, les musulmans présents s'exprimèrent au nom de la "communauté musulmane" de France, laissant ignorer à la majorité de leurs concitoyens non musulmans que leur diversité ne font d'eux une communauté que lorsqu'il s'agit, tout comme les juifs d'ailleurs, de protester contre les oppressions supposées qu'ils subiraient. Voulant oublier d'ailleurs qu'ils sont généralement moins opprimés dans leur pays d'accueil occidental que dans leur propre pays. On a parlé au cours de cette émission de susceptibilité islamique. Mais que dire de la susceptibilité israélite qui voit des antisémites partout des que l'on parle d'Israël et du problème palestinien ? .

On réclame la liberté d'expression, confondue avec sa propre liberté religieuse Mais on refuse l'humour et le dérisoire. Et si les juifs de France s'indignent de l'indignation des musulmans pour le soit-disant blasphème d'un journal du Danemark ils semblent oublier bien vite la cabale qu'ils ont montée contre l'humoriste Dieudonné dont, par ailleurs on peut considérer que le degré d'humour rejoint tout à fait ses homologues danois dans la médiocrité intellectuelle. Ce qui démontre bien, pour ceux qui s'indignent, que chacun, pour défendre sa chapelle, sait "faire feu de tout bois"

Ce n'est pas un hasard. Le champ clos français des rivalités sur le problème palestinien s'étant, depuis longtemps, établi dans un pays où 80 % de la population doit en supporter les conséquences. Ce qui démontre avec évidence que ces événements, comme ceux qui récemment ont enflammé les banlieues, sont davantage politiques que religieux .

Encore qu'il semble qu'il y ait, pour une fois, une unanimité oecumé***** du Vatican à la Mecque en passant par Jérusalem, pour condamner un anathème qui, d'après eux, ne peut avoir sa source que dans l'impiété de gens qui ne respectent pas le message de leur prophète commun, le vénérable Abraham, inventeur de l'unicité de Dieu et de la soumission qui est due à ses représentants.

Finalement, ce qui se dégage de ce débat c'est qu'une laïcité véritable doit être acceptée par tous. Mais pas dans le sens où l'État aurait le devoir de subventionner chacun Par exemple : "je veux que l'on me construise une mosquée, parce qu'il y a une église." "Je veux une école contrôlée par ma religion, par ce que votre école publique n'enseigne pas nos valeurs spirituelles" .

Il a été mis en évidence que les groupes musulmans recevaient d'importantes subventions de l'étranger (sous-entendu l'Arabie Saoudite qui, malgré ses amitiés pétrolières avec M. Bush, si prompt à défendre la liberté des "pauvres arabes" a certainement une vision de l'Islam aussi restrictif que ses voisins iraniens, si ce n'est plus) Mais, si le gouvernement français a cette certitude que les mouvements intégristes sont financés par l'extérieur, on se demande ce qu'il attend pour mettre ces financements dans le même sac que les financements mafieux d'argent sale provenant de la drogue.

Ce qui me fait me rappeler, à propos de drogue, qu'il fut un temps où la gauche française disait que "la religion est l'opium du peuple" Depuis, il ont changé d'avis quand ils se sont aperçus que c'était un excellent fromage électoral et que pour recruter large la laïcité pouvait s'interpréter pour permettre à l'État de financer les écoles privées (en majorité catholiques) et ses enseignants. Ce qui maintenant doit commencer à leur poser problème puisqu' il est compréhensible que les autres religions réclament les mêmes droits. Sans compter que, faute d'être supprimé, le concordat d'Alsace Lorraine étendu à l'ensemble du territoire pourrait peut-être remédier au recul des vocations ecclésiastiques.

La vraie laicité inclus le droit à la liberté d'expression sous toutes ses formes et l'humour et la dérision en font partie. Jusqu'à présent il faut reconnaître que les chrétiens ont supporté sans trop protester d'être brocardés par les libre-penseurs et autres "bouffeurs de curés" La liberté de pensée est indispensable à la démocratie. Ce qui démontrerait que les chrétiens français sont plus démocrates que les Français juifs et les Français musulmans ce parce qu'ils ont eu le temps d'apprendre.Mais, il semblerait que l'espace de liberté de la république se réduit de plus en plus au nom de la concorde entre les citoyens… et de la liberté d'entreprise.

M. Hubert Védrine, toujours aussi excellent dans ses analyses, a fait remarquer que du côté d'Israël il y avait un frémissement en direction d'options plus raisonnables en direction des palestiniens. C'est tant mieux, mais il me semble que l'arrivée du Hamas sur le terrain va, tout comme en Irak, s'orienter vers une république islamique qui puise ses arguments dans l'illégalité des conquêtes coloniales de l'Occident judéo-chrétien. Et doit rêver d'une solution algérienne qui a démontré que plus d'un siècle de colonisation et d'exclusion n'est pas irrémédiable. Il est possible que, comme moi, M. Védrine pense ou rêve qu'un jour les Israéliens accepteront de se fondre dans une grande nation palestinienne.

Pour ce qui concerne la France on aura remarqué que la "deuxième religion de France" ne fréquente pas plus ses mosquées, que les chrétiens leurs églises. Ce qui prouverait qu'il ne serait pas nécessaire de contrevenir à la loi de 1906 qui interdisait la construction d'établissements de cultes. L'absence de tels établissements n'interdisant pas un rituel domestique. Et, ce me semble particulièrement vrai pour les musulmans de France, dont les 50 % qui, paraît-il, ne fréquentent pas les mosquées, ne sont pas, pour cela, moins croyants quand ils déroulent chez eux leur petit tapis de prière. D'ailleurs, vous remarquerez que les musulmans masculins ne semblent pas encourager leurs filles et leurs épouses à fréquenter leur mosquée où, tout de même on réserve un petit coin pour les vieilles dames.

Je précise que je vis u Maroc depuis plus de soixante ans et que mon épouse est musulmane… moi pas mais cela ne nous dérange pas depuis trente ans de bonheur partagé.
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


24869
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

░ ♥ les femmes de l'islam ♥ ░ - les ramadanettes

image

Zaynab al-Ghazâlî. Je vous previens j'ai chialé ! Quelques extraits de son livre autobiographique : "Des jours de ma vie" …. Zaynab al-Ghazâlî (1917-2005) est une femme musulmane militante du milieu du siècle dernier. C'est la prédicatrice...Lire la suite

La loi du plus fort - dieu et religions

image

Je te remercie de ne pas aller dans la surenchère et si tu veux une réponse point par point je vais te la donné. Ben je t'en prie, je trouvais cela juste navrant que tu en viennes aux insultes alors que je ne pense pas m'être attaqué à toi en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages