Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Religion      (5364 témoignages)

Préc.

Suiv.

Les terroristes d'aujourd'hui sont musulmans

Témoignage d'internaute trouvé sur bladi
Mail  
| 253 lectures | ratingStar_22997_1ratingStar_22997_2ratingStar_22997_3ratingStar_22997_4

Dimanche soir. Je commence à écrire les premières lignes de cette chronique alors que me parviennent du téléviseur les échos d'une série américaine où des policiers poursuivent un terroriste (musulman, faut-il le préciser ? ) qui a subtilisé je ne sais quelle matière radioactive et qui, une fois arrêté, hurle le nom du Créateur (en arabe bien sûr, au cas où le téléspectateur n'aurait rien compris au message). Les temps ont bien changé. Il y a vingt ans, à la télévision ou au cinéma, les terroristes étaient communistes (souvent originaires de RDA) ou alors libyens, palestiniens, parfois iraniens ou chinois. Aujourd'hui, ils sont musulmans, un point c'est tout, et il va falloir apprendre à vivre avec. C'est en tous les cas un étrange hasard car le thème de cet épisode de "New York 911" , en l'occurrence "le terrorisme islamiste" , coïncide avec ma réflexion de la semaine.

Il y a quelques mois, après la mort du pape Jean-Paul II, les médias occidentaux ont demandé à plusieurs musulmans de donner leur avis sur le saint homme. Je me suis moi-même plié à l'exercice et je n'ai pas hésité à dire tout le respect et l'admiration que j'avais pour lui (1). A l'inverse, j'ai refusé, deux semaines plus tard, de faire le moindre commentaire sur l'élection du cardinal Ratzinger. Conscient que ce n'était pas le "Jean-Paul III" que nombre de catholiques (et de non-catholiques) espéraient, j'étais néanmoins d'avis d'attendre et de juger sur pièce. Les récentes Journées mondiales de la Jeunesse (JMJ) m'ont donc fourni un premier enseignement et il est loin d'être enthousiasmant.

Disons-le tout de suite, j'ai été désagréablement surpris par les propos tenus par le nouveau pape à l'adresse des dignitaires musulmans qu'il a reçus à l'archevêché de Cologne. Pour mémoire, le souverain pontife a demandé aux musulmans d'extirper de leur coeur le sentiment de rancoeur et de s'opposer à toute forme d'intolérance et à toute manifestation de violence. En un mot, Benoît XVI, comme je l'ai compris et comme l'ont répété toutes les grandes agences de presse occidentales, a demandé aux musulmans de rejeter le terrorisme islamiste. Ces propos relèvent du bon sens mais ils sonnent tout de même comme une réprimande implicite adressée à une communauté qui renâclerait à prendre ses responsabilités. Le fait est que des centaines de millions de musulmans n'ont pas attendu cet appel pour éviter de céder aux rancoeurs en sombrant dans la violence. Si tel avait été le cas, la planète serait aujourd'hui à feu et à sang. Combien sont-ils parmi nous à vouloir semer le chaos ? Dix mille ? Cent mille ? Ces chiffres ne sont en rien comparables à celui de ceux qui refusent l'extrémisme malgré l'injustice de ce monde (faut-il encore reparler de la Palestine, de la Tchétchénie ou de Guantanamo ? ).

On peut penser que ma réaction est marquée par une extrême susceptibilité. C'est fort possible mais ce thème du terrorisme islamiste réveille trop de douleurs et d'émotion et il oblige à rappeler certaines évidences. Des commentateurs occidentaux le reconnaissent déjà, d'autres font mine de l'ignorer, mais la vérité c'est que ce terrorisme ne menace pas simplement l'Europe ou les Etats-Unis. C'est d'abord dans le monde musulman qu'il sévit et qu'il y fait le plus grand nombre de victimes ! Ne croyez pas que j'attendais de Benoît XVI qu'il nous plaigne. Je pense néanmoins qu'il aurait pu faire preuve de plus d'empathie en disant simplement que l'ampleur de la division qui ébranle actuellement l'Oumma ne lui est pas étrangère. Cela aurait eu le mérite d'empêcher toute connotation moralisatrice de son propos. Mieux, cela aurait rendu inattaquable son appel au rejet du terrorisme, "choix pervers et cruel" , que je viens d'évoquer.

Mon incompréhension est d'autant plus vive que Benoît XVI m'avait déjà dérouté la veille de cette rencontre avec les responsables musulmans, en appelant juifs et chrétiens à combattre ensemble les "forces du mal" . Certes, ces mots ont été prononcés devant le mémorial des victimes de la Shoah à la synagogue de Cologne. L'allusion au nazisme et à l'antisémitisme est évidente. Toutefois, dans la conjoncture actuelle, on sait vers qui se tournent les regards du monde entier lorsque l'expression "forces du mal" est employée… Nous ne sommes pas en compétition avec telle ou telle religion pour être les principaux interlocuteurs de la chrétienté mais nous ne tenons pas non plus à être exclus lorsqu'il est fait appel à l'union sacrée - et d'égal à égal - des gens de bien. Cela est d'autant plus vrai que l'islam est aujourd'hui la seconde religion d'Europe.

Dans la période troublée dans laquelle nous vivons, les mots tout comme les gestes ont leur poids. Ils doivent être choisis avec soin car ce n'est pas Gégé le serveur du restau-bar du coin qui s'est adressé à près d'un milliard de musulmans mais le chef de l'Eglise catholique. Une Eglise avec laquelle il est indispensable, pour nous musulmans, de maintenir le dialogue et de célébrer la fraternité des enfants d'Abraham. Par son manque de tact, Benoît XVI va malheureusement donner du grain à moudre à tous les extrémistes, les paranoïaques et fous furieux qui ne cessent de nous demander de prendre les armes contre "les croisés" et "les infidèles" .

Un ami, catholique pratiquant, m'explique que si Benoît XVI a tenu à être ferme dans son propos, c'est qu'il entend vraisemblablement signifier que son Eglise en a assez de tendre la joue et de se confondre en repentances. Peut-être. Pour ma part, je n'ai jamais considéré que Jean-Paul II fût faible. Bien au contraire. Je n'ai jamais eu la sensation que le Vatican se mettait en position d'infériorité vis-à-vis des musulmans. D'ailleurs, les réactions à sa mort montrent bien que le monde de l'Islam respectait Jean-Paul II et le considérait comme un arbitre, un homme au-dessus de la mêlée qui, pour reprendre ses propres termes, "plaidait auprès des puissants afin qu'ils surmontent les nombreuses injustices qui alimentent les situations de conflit." Je persiste à croire que ce respect a constitué une formidable barrière à l'encontre de la violence. Il serait dommage de voir cet acquis être dilapidé.

Le quotidien d'Oran , 25 août 2005.

(1) Jean-Paul II, Un "Renforceur De Foi" , Témoignage Chrétien, 7 Avril 2005.

Akram Belkaïd.

Journaliste à la rubrique internationale du quotidien la Tribune, Akram Belkaïd est l'auteur du livre "Un regard calme sur l'Algérie" aux éditions du Seuil.

Source ici.
  Lire la suite de la discussion sur bladi.net


22997
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

░ ♥ les femmes de l'islam ♥ ░ - les ramadanettes

image

Zaynab al-Ghazâlî. Je vous previens j'ai chialé ! Quelques extraits de son livre autobiographique : "Des jours de ma vie" …. Zaynab al-Ghazâlî (1917-2005) est une femme musulmane militante du milieu du siècle dernier. C'est la prédicatrice...Lire la suite

La loi du plus fort - dieu et religions

image

Je te remercie de ne pas aller dans la surenchère et si tu veux une réponse point par point je vais te la donné. Ben je t'en prie, je trouvais cela juste navrant que tu en viennes aux insultes alors que je ne pense pas m'être attaqué à toi en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages