Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Religion      (5364 témoignages)

Préc.

Suiv.

Les vies exterieures - paranormal

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 28/02/13 | Mis en ligne le 05/06/14
Mail  
| 455 lectures | ratingStar_530406_1ratingStar_530406_2ratingStar_530406_3ratingStar_530406_4
Bonjour, Lurker. Ta question m'interpelle, et je le pense (en tout cas l'espère) aboutira sur un débat très enrichissant. Moin point de vue, serait simplement et modestement que notre condition humaine nous rattache à l'illusion. La vie n'est-elle pas relative, en fin de compte ? Qu'est-elle, ainsi que la mort ? Ne sommes nous pas simplement en transit, alors que certains dramatisent notre date de péremption, après avoir glorifié celle de notre mise en circulation ? Ne seraient-elles pas le fruit d'une forme de rétention à but de redéfinition, plutôt ? Ne sommes nous pas l'échantillonage de travaux, de recherches afin de devenir l'extrait de fournitures sensément "divines" qui ont pour but d'occuper une masse reliée à ce container qu'est notre corps, notre véhicule, afin de laisser s'exprimé l'idée peut-être erronée de ce qu'est notre temps, notre existance, nos buts, raisons d'être, donc nos illusions ? Je pense que notre mode de vie, nos fonctions, nos lois vont de la même relativité. Que dires de certains fonctionnements tribaux qui sont parfois l'antithèse de nos bons us et coutumes ? Sont-ils meilleurs ? Sont-ils pires ? Nos religions respectives et respectables, ne sont elles pas en fin de comptes le terme d'illusions ou de rêves déformés ? Ou est la juste mesure dans nos vérités ? Le temps par lui même, bénéficit-il de sa propre et juste interprétation ou alors est il lui aussi déguisé par le costume échapatoire que nous lui prétons ? Ne pourrait-il pas être éternel, une simple rotonde, communément recyclable et recyclée elle aussi ? Selon moi tout est relatif, nos croyances que nous prenons trop souvent pour termes acquis, le sont. Ne sommes nous pas nos propres légendes ? Je pense que nos vies matérielles, physiques ne sont probablement que de simples successions de phénomènes, instruites par le decret de notre besoin de palper, ainsi ne laissons nous pas passer notre besoin de nourrir également notre conscience ? Trop souvent, je le crains oui. Ne sommes nous pas aussi souvent trop paresseux, ne prenant plus la peine d'aller chercher nous même notre pitence et devenant dépendant de "supermarchés" suprêmes, mères nourrices et distributeurs de savoir ancestraux, nous servant "nos" soupes qui ne sont en fait que trop largement les résultats de copies de mauvaises recettes aromatisées de tout un tas de dogmes imposés par certaines puissances, depuis la nuit des temps ? Mes propos m'auraient ainsi valu la corde ou le bûché, il y a quelques temps de cela, j'en attends aujourd'hui qu'ils attirent d'autres formes de compréhentions, de réflexions et d'ouverture d'esprits. Nos vies antérieures, de façon effective, je le pense traînes elles aussi nos consciences de périodes en périodes et de croyances en croyances, évoluant d'époques en époques… Donc porteuses d'une part de nos illusions. Mais je constate aussi qu'au fil de ce fameux temps, qui tout comme notre "espace" nous est propre, nous nous dépouillons également d'un autres côté de nos ideaux parfois bien précaires. Qui aurait oser en un précieux temps s'éloigner de la sainte thérorie de la terre plate, alors que nous savons aujourd'hui qu'elle est bien ronde ? . Nous ne sommes pas soumis à l'illusion, elle ne fait pas partie simplement de nos croyances, et encore moins d'un calvaire pénitent ou d'une douce sucrerie sécrété et entrenu à la façon de lavages de cerveaux répétitifs. Nous l'aimons. Elle fait partie de nous, tout comme nos émotions, nous nous devons de la domestiquer, il en va ainsi de nos vies antérieures. Nous ne sommes que des notes de musique, nous balladant sur une partition déjà écrite, nous pouvons en changer le ton, la couleur, mais la forme ne peut elle pas rester la même ? Nous empruntons la route de la vie, dès notre naissance, notre issu sera la même, malgré les bifurcations et autres sorties que nous emprunterons. Nous sommes parfois autonomes, mais il nous faut aussi à d'autres moment trouver un "chef d'orchestre" afin de pouvoir entrer dans notre bonne cadance, à nous de trouver le bon. Donc oui, les vies antérieures, réliées à ce point de vue. Peuvent tout autant être reliées à nos illusions, et non pas à une illusion unique. Mais nous, sommes nous le verbe, le sujet ou le complément d'objet direct ? -Mes amitées respectueuses, à toi-
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


530406
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

░ ♥ les femmes de l'islam ♥ ░ - les ramadanettes

image

Zaynab al-Ghazâlî. Je vous previens j'ai chialé ! Quelques extraits de son livre autobiographique : "Des jours de ma vie" …. Zaynab al-Ghazâlî (1917-2005) est une femme musulmane militante du milieu du siècle dernier. C'est la prédicatrice...Lire la suite

La loi du plus fort - dieu et religions

image

Je te remercie de ne pas aller dans la surenchère et si tu veux une réponse point par point je vais te la donné. Ben je t'en prie, je trouvais cela juste navrant que tu en viennes aux insultes alors que je ne pense pas m'être attaqué à toi en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages
Les derniers appels à témoins