Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Religion      (5364 témoignages)

Préc.

Suiv.

Moi seulement; moi et les autres; les autres et moi; les autres, les a

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 05/01/10 | Mis en ligne le 17/05/12
Mail  
| 121 lectures | ratingStar_256026_1ratingStar_256026_2ratingStar_256026_3ratingStar_256026_4
J'apprécie beaucoup denise desjardins et son ex mari arnaud desjardins, j'aime cette démarche ou tout est reconnu, rien est nié, ou cela passe par l'honneteté de ce qui est maintenant et de ce qui peut naitre… Bonne lecture. ARNAUD DESJARDINS. Nous vivons une crise de sens, et il est plus que jamais indispensable d'ouvrir notre coeur et de remettre de la spiritualité dans nos vies. À 84 ans, Arnaud Desjardins continue de transmettre le message des grandes traditions orientales dans son ashram de l'Ardèche. Rencontre avec un maître de sagesse. PROPOS RECUEILLIS PAR ANNE LAURE GANNAC. "SEUL, NOUS NE POUVONS PAS. VOIR LA VERITE. SUR NOUS MÊME" Psychologies : Ce qui surprend en arrivant à Hauteville, ces lieux dans lesquels vous avez choisi de vivre et d'enseigner, c'est que l'on se sent comme coupé du monde. Est-ce indispensable pour effectuer un travail de développement spirituel ? Arnaud Desjardins : Oui. Les gens qui viennent ici sont en quête de sens et de connaissance de soi. Or, il est bon de se retirer loin de ses activités habituelles pour se consacrer à ce travail. C'est le principe de la retraite. Mais qu'en reste-t-il lorsque nous retournons dans l'agitation de notre quotidien ? A. D. : Ce que nous avons entendu, et surtout, ce que nous avons compris et vérifié par nous-même ; des clés pour poursuivre notre transformation personnelle. Tout de même : la transformation intérieure est un chemin long et difficile… A. D.: Pour certains, il peut être long, pour d'autres beaucoup moins. Cela dépend de nos prédispositions, de l'intensité de notre demande et de la compréhension de ce qui nous agite vraiment. Comment reconnaît-on que l'on a besoin d'aller sur cette voie de la spiritualité ? A. D. : La demande est toujours là, en soi, plus ou moins consciente. Tout d'un coup, elle est entendue, sentie, quelque chose en nous se cristallise. Ce cheminement est-il à la portée de tous ? A. D. : Tout être humain porte en lui la possibilité d'une transformation profonde. Pour que cette métamorphose devienne possible, les voies sont diverses, selon les époques, les cultures, les tempéraments. Certaines demandent un engagement total : elles exigent de renoncer aux voyages, à la réussite professionnelle, à la famille… D'autres reposent sur un engagement spirituel profond et sérieux, mais reconnaissent aussi que nous avons des ambitions à satisfaire. Pour le dire autrement, tout le monde peut jouer du piano et progresser, mais tout le monde n'est pas prêt à faire huit heures de gammes chaque jour. En visitant ces lieux où se côtoient chapelle, mosquée, salle d'étude juive et dojo, on comprend que vous êtes traversé par toutes les spiritualités. Mais à l'origine, vous avez reçu une éducation protestante très stricte. À quel point a-t-elle influencé votre parcours spirituel ? A. D. : J'en ai d'abord connu les défauts, lorsque j'étais jeune. J'en ai ensuite découvert les avantages : j'ai été formé à me questionner, puis à suivre une discipline, à trouver normal d'accepter certaines privations pour obtenir des résultats. Je suis souvent frappé de voir combien l'idée de faire des efforts paraît insupportable à beaucoup de jeunes qui viennent ici… Puis, adolescent, j'ai découvert qu'il y avait d'autres religions et qu'elles nourrissaient des jugements, des conflits les unes vis-à-vis des autres. Je ne comprenais pas. C'est sans doute ce qui m'a donné envie d'aller à leur rencontre : pour comprendre. Ce qui a aussi influencé mon parcours, c'est d'avoir découvert, à 24 ans, qu'il existait des enseignements transmis par des maîtres à des disciples. Jamais je n'avais entendu parler des "sages" . J'ai alors décidé de commencer ma recherche personnelle. Au sein des groupes Gurdjieff d'abord 'encadré ci-contre, pendant dix ans ; j'ai pu ensuite profiter de mon métier de réalisateur-producteur à la télévision pour partir seul pendant des mois vivre auprès (le différents maîtres : des bouddhistes tibétains, des sages hindous, des maîtres soufis afghans et zen japonais ; j'ai aussi eu des échanges très riches avec l'abbé d'un monastère trappiste… Et puis, vous avez rencontré Swâmi Prajnânpad. A. D. : J'en entendais parler depuis quelques années, mais j'avais une certaine méfiance… En réalité, je n'osais pas aller dans son ashram parce que je savais ce qui m'attendait ! En 1965, j'ai senti qu'il fallait que j'aille plus profond. Je me suis alors engagé avec lui et, avec amour et patience, il m'a acculé à regarder où je fuyais ma vérité, où je n'étais pas cohérent avec moi-même. Ce qui est le principe de l'enseignement que je délivre depuis. Cette notion de "maître" ne pose-t-elle pas problème, dans notre culture démocratique et égalitaire ? A. D.: Certains l'acceptent. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, par exemple, beaucoup d'Américains ont découvert le zen des Japonais et accueilli des maîtres venus de ce pays vaincu avec un immense respect. Aujourd'hui, je constate que les gens sont de plus en plus nombreux à admettre l'idée qu'un maître spirituel puisse avoir accompli un parcours tel que son niveau d'être et de conscience est supérieur à celui qu'ils peuvent avoir eux-mêmes. N'est-il pas possible de faire un chemin spirituel seul, en lisant, en rencontrant des gens… ? A. D. : Non. Cela existe, mais c'est exceptionnel. L'expérience de l'humanité à travers les siècles prouve que nous ne pouvons pas, seul, voir la vérité sur nous-même ; nous sommes trop prisonnier de nos illusions. Comment être sûr de ne pas être manipulé ? A. D. : Cela peut arriver. Et cela tient parfois davantage aux disciples qui font preuve d'infantilisme vis-à-vis de leur maître, en le divinisant. Certes, le maître s'appuie sur une doctrine – bouddhiste, hindouiste, soufie… Mais ce qui est important n'est pas ce qu'il nous dit, c'est ce qu'il réussit à nous montrer, la façon dont il nous aide à voir en nous et nous amène à faire nos propres expériences. Swâmi Prajnanpad était intransigeant sur ce point : "Ne croyez rien, mettez Swamiji au défi, jusqu'à ce que vous soyez convaincu." Votre expérience avec lui fut quand même très rude : vous mangiez peu, vous étiez soumis à une solitude totale, loin de votre femme et de vos enfants… A. D. : La cuisine végétarienne me convenait très bien ! Ce qui était plus difficile à supporter physiquement, c'était la chaleur de l'Inde avant la mousson ! Mais, psychologiquement, on ne peut pas éviter d'être remué. C'est pour cela qu'il faut être dans un cadre protégé, où l'on n'a pas à répondre à la demande d'un enfant, d'une épouse ou d'une mère… Le chauffeur de taxi qui m'a conduite ici m'a dit : "Ah, vous allez à la secte ! " Comment vivez-vous ces remarques ? A. D. : Les gens ne savent pas quel mot utiliser : l'association des amis d'Hauteville" , c'est trop long… Mais cela ne me gêne pas, parce que je ne me sens pas concerné par toutes ces sectes saugrenues qui existent aujourd'hui. Ici, nous organisons des rencontres avec des soufis algériens ou marocains, des bouddhistes tibétains, des religieux chrétiens… Ni la scientologie ni rien de ce genre ne m'intéresse. Vous n'hésitez pourtant pas à utiliser le mot "gourou" pour vous qualifier. A. D. : C'est incroyable de voir comment ce mot, tellement sacré pour les hindous et les bouddhistes, est devenu une offense, mise à toutes les sauces ! En sanskrit, cela signifie "celui ou celle qui fait le poids" et "celui qui apporte la lumière, qui clarifie" . C'est comme si le mot "prêtre" devenait la pire des injures ! Notre dossier est consacré à la confiance, en nous et en l'avenir, mise à mal aujourd'hui par de nombreuses peurs. Comment, selon vous, pourrait-on la retrouver ? A. D. : Confiance en quoi et en qui ? Qu'est-ce que cela veut dire avoir confiance en l'avenir, dans la mesure où il n'est que menaçant ? Si nos sociétés continuent dans cette direction anti-écologique, technologique et matérialiste, nous n'éviterons pas un désastre. Beaucoup de gens le sentent et n'osent le dire, parce que, malgré tout, ce n'est pas dans l'air du temps. Ce que l'on entend, c'est plutôt : "Le progrès et la science l'emporteront… " Ce qui est une vision totalement erronée de la réalité. En quoi avoir confiance, alors ? A. D. : Dans ce climat de confusion et d'instabilité, certains se disent qu'une seule chose dure depuis plus de deux mille cinq cents ans : l'idée de sagesse, de transformation intérieure, d'ouverture du coeur… Il y a une redécouverte de cette partie intérieure profonde et commune à toutes les religions. La seule confiance possible aujourd'hui serait la confiance en la sagesse que chacun porte en soi ? A. D. : Une grande part de ce que Hauteville peut apporter c'est, en effet, de trouver une confiance en soi. "Je peux changer, je ne suis pas condamné à être perdu, désemparé." Dans la lignée des traditions spirituelles qui constituent votre enseignement, vous préconisez aussi la disparition de l'ego. Serait-ce une solution pour mieux vivre aujourd'hui et demain ? A. D. : Oui, si nous comprenons bien ce que cela signifie : prendre conscience du fait que nous sommes particulièrement "égocentrés" et aller vers une diminution de cet égocentrisme, pour nous tourner réellement vers les autres. Swâmi Prajnânpad avait une formule pour décrire ce processus : "Moi seulement ; moi et les autres ; les autres et moi ; les autres, les autres, les autres… " À quel point est-ce audible dans la société actuelle ? A. D. : C'est audible par toutes les personnes qui sentent que quelque chose ne va pas et qui sont prêtes à s'ouvrir à des idées inattendues. De plus en plus, les journaux se font l'écho de mouvements de solidarité, d'entraide, de générosité… Je suis également surpris par la qualité de certains jeunes de 17 ans qui m'écrivent, me lisent, viennent faire des séjours seuls ici… Moi, à 17 ans, le niveau de mes préoccupations métaphysiques s'arrêtait à savoir si j'étais plus beau garçon avec la raie à gauche ou à droite ! Tout cela est déjà porteur d'espoir. Et si l'on s'engage sur la voie d'une transformation intérieure, cette diminution de l'égocentrisme progresse inévitablement. Parce nous apprenons non pas à rejeter l'autre ni à l'accepter, mais à le comprendre. Au sens d'inclure, de prendre avec" . Ce n'est donc pas tant une destruction de l'ego qu'un élargissement. Une ouverture de l'esprit et du coeur. Cette ouverture du coeur semble contredire un autre de vos enseignements qui invite à atteindre "un état sans émotions"… A. D. : Avant les élections américaines, je me souviens avoir lu une interview du directeur de campagne de Barack Obama, auquel on demandait ce qui l'avait le plus marqué chez ce dernier. Il a répondu : "Il n'est jamais abattu quand tout va mal, jamais fou de joie quand tout va bien." Voilà un "état sans émotions" . Et la preuve qu'il est possible d'y accéder dans notre monde ! Parce que c'est un raffinement de ses réactions face au monde émotionnel qui nous entoure. C'est une immense liberté, pas un appauvrissement. L'amour du prochain, le pardon réel à ses ennemis demeurent… Parce que ce sont des sentiments, pas des émotions. Restons sur ce terrain des sentiments : vous avez été un grand séducteur… A. D. : Disons que lorsque je travaillais dans le monde de la télévision, j'ai rencontré beaucoup de monde, et que j'ai eu un certain nombre de conquêtes… Comment est-ce compatible avec une quête spirituelle ? Swâmi Prajnânpad n'a eu, lui, qu'une seule relation sexuelle avec sa femme… A. D.: C'est vrai, mais dans un autre contexte : en Inde. La voie que j'ai suivie est une voie qui tient compte de la totalité de notre être, sans rien nier. Car tout ce qui est nié prend sa revanche. J'ai des faiblesses, comme tout le monde. J'ai longtemps été fasciné à la fois par le côté profond et spirituel de l'existence, et par tout ce qui peut être brillant, élégant… ou superficiel, comme plaire aux femmes. Ce n'est pas incompatible. Ce qui l'est, c'est de conserver des demandes inaccomplies en matière de puissance, de notoriété ou d'ascendant sexuel, tout en laissant entendre que nous sommes allés jusqu'au bout de notre propre chemin. Faut-il alors s'interdire toute frustration ? A. D.: Non, disons plutôt qu'il faut que le parcours suivi soit très harmonieux, sans heurts, sans mensonge à soi-même. Mais l'objectif reste d'aller vers toujours plus de liberté vis-à-vis de ses élans. Qu'est-ce que je sens qui est juste pour moi ? " , et non pas : "De quoi ai-je envie ? " Vous êtes considéré comme un sage par beaucoup, mais avez-vous le sentiment de l'être ? A. D. : Tout ce que je peux dire avec certitude c'est qu'une transformation intérieure à laquelle j'aspirais s'est accomplie. Je peux toujours redouter de déraper en voiture si je conduis sur une route verglacée, mais la peur, l'inquiétude, l'anxiété ont disparu de mon existence. J'arrive à être en union avec ce qui se produit ; il n'y a plus de problèmes, seulement des situations. PROPOS RECUEILLIS PAR A. L.G. À LIRE Spiritualité. De quoi s'agit-il ? D'Arnaud et Emmanuel Desjardins. Que peut réellement nous apporter un développement spirituel ? De quoi peut-il nous libérer ? Pourquoi ce chemin sera efficace pour certains, quand d'autres auront l'impression de stagner ? Au fit d'un entretien mené par son fils Emmanuel, Arnaud Desjardins répond de façon accessible et pratique à toutes les questions que chacun peut se poser sur ta spiritualité. Une bonne façon d'éveiller – ou de nourrir – son désir de transformation intérieure (La Table ronde, 246 p., 18 €). Les grands entretiens Edgar Morin, Boris Cyrulnik, Jean-Pierre Winter… Retrouvez les grands entretiens de Psychologies magazine sur notre site. Psychologies magazine septembre 2009.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


256026
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

░ ♥ les femmes de l'islam ♥ ░ - les ramadanettes

image

Zaynab al-Ghazâlî. Je vous previens j'ai chialé ! Quelques extraits de son livre autobiographique : "Des jours de ma vie" …. Zaynab al-Ghazâlî (1917-2005) est une femme musulmane militante du milieu du siècle dernier. C'est la prédicatrice...Lire la suite

La loi du plus fort - dieu et religions

image

Je te remercie de ne pas aller dans la surenchère et si tu veux une réponse point par point je vais te la donné. Ben je t'en prie, je trouvais cela juste navrant que tu en viennes aux insultes alors que je ne pense pas m'être attaqué à toi en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages