Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Religion      (5364 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mosquée

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 27/03/11 | Mis en ligne le 12/04/12
Mail  
| 142 lectures | ratingStar_240447_1ratingStar_240447_2ratingStar_240447_3ratingStar_240447_4
C'est vrai mais je me pose la question suivante : est-ce qui a pas un effet cumulatif dans la perception des pratiques de l'islam. Tu rajoutes le port du voile intégral, la revendication du port du foulard dans les écoles et dans certains espaces publics, tu rajoutes le souhait des jours particuliers pour les femmes dans les piscines, tu rajoutes le refus de la consultation des femmes par les medecins hommes. Tu mets bout à bout des pratiques ou simplement des attitudes qui à priori semblent incompatibles avec la laïcité et tu obtiens une sorte de visibilité de l'islam qui dérange. L'exemple des photos des mariés me semblent mal choisis. L'institution du mariage n'est pas propre à un religion. Je me souviens enfant d'au moins une camarade de classe qui ne venait pas en classe le samedi car adventiste. C'était admis et ne dérangeait personne. Je crois que s'il en avait 5 voire plus dans la même classe le problème aurait été différent, la question se serait posé. Il ne faut pas non plus sous estimé le temps d'absorption, d'intégration qu'il faut à une société pour trouver un équiblibre dans la cohabitation des cultures, cohabitation qui se joue aussi sur un rapport de force. Il y a des pratiques qui paraissent marginales, voire folkloriques (non pénétrantes, comme la procession des bonzes que tu évoques). Quant au mormons, Témoins de Jéhovah et autres "sectes" ces églises sont reconnues comme chrétiennes même si elles divergent au niveau du dogme catholique. Or la société française a évolué sur des bases judéo chrétiennes avant de marquer une rupture entre la religion et l'Etat. Nous avons tous des perceptions et des représentations qui sont l'héritage de notre histoire. Sur ce principe je peux comprendre que certaines pratiques religieuses "à ciel ouvert" puissent poser problème à celui qui découvre une autre réalité qui se surperpose à celle qu'il a connu et bouscule ses représentations, ses schémas de pensée. Par ailleurs faire du prosélytisme est une chose mais prier dans la rue en est une autre. La prière est tout de même l'acte le plus symbolique qui soit. Un acte de dialogue direct avec Dieu. Dans la rue c'est cet acte qui est donné à voir et un acte collectif de surcroit, en nombre. Là je ne pose pas de jugement je dis ce que je reçois comme passant et ce que je ressens. Par contre ma position est que la religion est une affaire privée et qu'il y a des espaces dédiés à la pratique religieuse ou en soi. Je trouve que le musulman qui ne recconnait pas le fait de choquer avec sa prière dans la rue les passants (certains) fait preuve lui d'un déni de tolérance. Tolérance qu'il réclame pour lui. Par contre je veux bien comprendre une quelconque revendication plus politique, à savoir le message suivant… la construction nécessaire de lieux de culte. Sil ne s'agit pas de cela, je comprends moins.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


240447
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

░ ♥ les femmes de l'islam ♥ ░ - les ramadanettes

image

Zaynab al-Ghazâlî. Je vous previens j'ai chialé ! Quelques extraits de son livre autobiographique : "Des jours de ma vie" …. Zaynab al-Ghazâlî (1917-2005) est une femme musulmane militante du milieu du siècle dernier. C'est la prédicatrice...Lire la suite

La loi du plus fort - dieu et religions

image

Je te remercie de ne pas aller dans la surenchère et si tu veux une réponse point par point je vais te la donné. Ben je t'en prie, je trouvais cela juste navrant que tu en viennes aux insultes alors que je ne pense pas m'être attaqué à toi en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages