Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Religion      (5364 témoignages)

Préc.

Suiv.

- Nicolas Sarkozy sera obligé de rééquilibrer ses positions pro israéliennes et pro américaines

Témoignage d'internaute trouvé sur bladi
Mail  
| 324 lectures | ratingStar_22418_1ratingStar_22418_2ratingStar_22418_3ratingStar_22418_4

By ELIAS LEVY.

Reporter.

Détrompons-nous ! Si Nicolas Sarkozy est élu le 6 mai prochain président de la République française, il sera contraint de “rééquilibrer” ses positions proisraélienne et proaméricaine, la politique traditionnelle proarabe de la France étant incontournable, soutient le journaliste Michaël Darmon.

Grand reporter politique à France 2 -la plus importante chaîne publique de télévision française-, où il assume les fonctions de chef adjoint du Service de politique intérieure, Michaël Darmon suit depuis plusieurs années Nicolas Sarkozy dans ses déplacements, aussi bien en France qu'à l'étranger. Depuis quelques mois, il couvre quotidiennement la campagne présidentielle du candidat de la droite.

Auteur de plusieurs livres remarqués sur le Front National et l'extrême droite française, Michaël Darmon vient de consacrer un excellent essai au président de l'U.M.P. -Union pour un Mouvement Populaire-, La vraie nature de Nicolas Sarkozy (Éditions du Seuil, 2007). Entretien.

Canadian Jewish News : Les Juifs de France voteront-ils majoritairement pour Nicolas Sarkozy ?

Michaël Darmon : Il n'y a pas de vote juif organisé en France. Il y a par contre dans la Communauté juive de France, la deuxième plus importante de la Diaspora juive après celle des États-Unis, des sensibilités qui s'expriment en fonction de certaines questions. Moult affirment que la majorité des Juifs français voteront pour Nicolas Sarkozy, mais ils oublient qu'il y a plusieurs courants dans la Communauté juive proches de Jacques Chirac, qui appellent aujourd'hui à voter pour François Bayrou. Il n'y a pas de vote juif en France parce que la Communauté juive hexagonale est citoyenne, très bien intégrée et ne vote pas en fonction de prédispositions communautaires. Elle peut en revanche voter avec une sensibilité, ou une attention plus particulière, pour tel ou tel autre candidat qui aurait des relations étroites avec Israël. Mais cette sensibilité n'est pas déterminante dans le vote parce qu'il y a dans la Communauté juive française une sociologie très variée. Il y a des patrons juifs qui voteront en fonction d'intérêts économiques, des enseignants juifs qui voteront en fonction de priorités sociales… Il y a aussi des Juifs de droite et des Juifs de gauche. Actuellement, des Juifs de gauche font circuler une pétition appelant les Juifs à voter pour Ségolène Royal et à se méfier de Nicolas Sarkozy.

C.J.N.: Nicolas Sarkozy a toujours exprimé sans ambages son amitié indéfectible à l'endroit des États-Unis et d'Israël. Cette position, plutôt impopulaire dans l'opinion publique française, ne risque-t-elle pas de s'avérer peu payante au niveau électoral ?

M. Darmon : On peut prêter à Nicolas Sarkozy le risque de quelques convictions, c'est-à-dire qu'il ne fait pas tout à l'aune d'un calcul cynique ou purement électoraliste, uniquement en fonction de ce qui rapporte des voix. S'il avait basé tout là-dessus, Sarkozy serait plutôt aujourd'hui propalestinien, partisan d'une politique proarabe et farouchement antiaméricain. En ce qui a trait à l'Amérique, je crois qu'il établit une différence entre la politique menée par les dirigeants américains et le rapport à la société américaine ou à l'aventure américaine, qui à bien des égards fascine, intéresse ou interpelle beaucoup de Français, quelles que soient leurs positions politiques.

C.J.N.: Nicolas Sarkozy a été l'un des rares hommes politiques français à avoir appuyé l'intervention militaire américaine en Irak.

M. Darmon : Non, Sarkozy n'était pas un partisan de la guerre en Irak. Des journaux étrangers, notamment anglo-saxons, ont rapporté qu'il était favorable à l'intervention militaire anglo-américaine en Irak. Mais il n'existe aucune déclaration attestant ce soi-disant soutien. Il ne l'a jamais déclaré, à aucun endroit.

C.J.N.: S'il est élu président de la République, Nicolas Sarkozy ne sera-t-il pas astreint à nuancer ses positions proisraélienne et proaméricaine quand il devra composer avec une réalité inéluctable de la politique étrangère française : sa traditionnelle politique proarabe ?

M. Darmon : C'est certainement ce qui risque de lui arriver. Je lui ai posé maintes fois la question lors de différents déplacements, notamment aux États-Unis, sur l'obligation qu'il aurait, ou pas, de rééquilibrer sa position dans le droit fil de la tradition diplomatique de la France, qui a toujours privilégié des liens étroits avec le monde arabe. On a senti très clairement dans sa réponse à cette question qu'il parlait d'une position équilibrée, d'une volonté de récupérer l'héritage de l'amitié développée par Jacques Chirac avec les pays arabo-musulmans, notamment avec le Liban. S'il est élu président, il sera absolument obligé de rééquilibrer sa position proisraélienne, sans pour autant basculer dans l'hostilité à l'endroit de l'État hébreu.
  Lire la suite de la discussion sur bladi.net


22418
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

░ ♥ les femmes de l'islam ♥ ░ - les ramadanettes

image

Zaynab al-Ghazâlî. Je vous previens j'ai chialé ! Quelques extraits de son livre autobiographique : "Des jours de ma vie" …. Zaynab al-Ghazâlî (1917-2005) est une femme musulmane militante du milieu du siècle dernier. C'est la prédicatrice...Lire la suite

La loi du plus fort - dieu et religions

image

Je te remercie de ne pas aller dans la surenchère et si tu veux une réponse point par point je vais te la donné. Ben je t'en prie, je trouvais cela juste navrant que tu en viennes aux insultes alors que je ne pense pas m'être attaqué à toi en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages