Histoire vécue Vie pratique - quotidienne > Religion      (5364 témoignages)

Préc.

Suiv.

Violente agression raciste à vigneux commise par des femmes

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 06/10/11 | Mis en ligne le 04/04/12
Mail  
| 149 lectures | ratingStar_236852_1ratingStar_236852_2ratingStar_236852_3ratingStar_236852_4
Pensez vous rellement que 3 jeunes filles auraient pu casser le bras d'un jeune homme de 21 ans, et qu' un soit disant groupe aurait pris d'assaut le commissariat et les auraient sorti. Voila ce qui c'est passé. De source proche des victimes, on indique que les trois jeunes, samedi à la mi-journée, croisent sur leur chemin un groupe d'une dizaine de personnes marchant en sens inverse, en provenance de la synagogue locale. A ce moment-là, une femme du groupe juif entend le mot "juif" prononcé par l'une des jeunes filles, et l'invective aussitôt. L'interprétation policière de ce premier échange, retranscrite par un journaliste de l'AFP dans une dépêche publiée dimanche soir 2 octobre, est intéressante. L'AFP écrit ainsi : "selon les premiers éléments de l'enquête, l'une des trois jeunes femmes aurait lancé ‘C'est des Arabes comme nous'. ‘On n'est pas Arabes, on est Juifs ! Et qu'est-ce que vous avez contre les Juifs ? ', aurait répondu le groupe" Comme quoi, pour de tels "Juifs" , le fait d'être un tant soit peu comparés à des "Arabes" serait dévalorisant, voire dégradant. Nos lecteurs étrangers saisiront mieux l'absurdité de telles réactions quand ils sauront qu'en France, une partie importante des adeptes de la religion juive sont issus de pays arabes, les anciennes colonies françaises du Maghreb en particulier. Mais ceci n'est qu'un détail. Car sitôt l'altercation commencée, un adulte du groupe juif, de sexe masculin et de grande taille, fonce sur la plus jeune des trois filles, celle âgée de 17 ans, et se met à la cogner, lui tirant les cheveux et la faisant tomber au sol. Dans les instants qui suivent, le père de cette jeune fille, qui habite à proximité, entend des cris et descend de son appartement, pour se retrouver dans la rue face à tous les protagonistes de la scène. Il est alors agressé par la bande, prend une série de coups, en pare d'autres, et en rend d'autres encore. Puis lui-même et sa fille partent, ce même samedi après-midi, au commissariat de police déposer plainte, et passent une visite médicale, car l'un et l'autre ont été blessés. Le père se voit prescrire 5 jours d'Interruption Temporaire de Travail (ITT) et la fille 3 jours. L'AFP, citant toujours des sources policières, fait état d'une fracture du poignet chez un des membres du groupe juif, effet secondaire de sa propre violence. L'AFP écrit ainsi : "Selon la police, un homme de 22 ans, qui s'est fracturé le poignet, a reconnu lors de son audition s'être blessé en frappant le père d'une des trois jeunes femmes. Cet homme, qui vit à proximité du lieu de l'incident, a été légèrement touché au crâne" . Ce n'est que le lendemain dimanche, dans le souci manifeste d'allumer un contre-feu, que la machine de propagande pro-israélienne se met en branle, avec un talent et une impudence inégaux selon les officines. Comme de juste, c'est le BNVCA qui gagne le concours du mensonge le plus grossier (la prose de Sammy Ghozlan est reproduite dans son intégralité au bas de notre article). Ghozlan, qui se flatte d'être lui-même un ancien commissaire de police, est tellement omniscient qu'il annonce le dépôt de plaintes, pour "antisémitisme" , bien sûr, au commissariat de police de Vigneux. Mauvaise pioche : il n'y a pas de commissariat de police à Vigneux, et c'est dans la localité voisine de Draveil (Essonne) que les plaintes ont été enregistrées. Il est vrai que notre mythomane national n'est pas à ça près : il y a quelques mois, il avait dénoncé avec fracas le saccage d'une synagogue dans une ville de Tunisie … où il n'y a pas de synagogue. Ce qui lui avait valu les foudres des représentants de la communauté juive de Tunisie, et l'annonce, peu après, de la suspension de ses fonctions au sein du CRIF, le lobby israélien officiel en France. Plus flagrant encore, Ghozlan invente une scène, qui aurait vu des hordes d'individus hystériques assiéger le commissariat de Vigneux pour exiger, avec succès, la libération des "agresseurs interpellés" . Dès qu'il est apparu que non seulement il n'y a pas de commissariat de police à Vigneux, mais qu'il n'y a eu aucune interpellation à la suite de cet incident –le père et la fille se rendant de leur plein gré au commissariat de Draveil pour déposer plainte, comme indiqué plus haut-, le CRIF a ressenti le besoin urgent de se démarquer à nouveau de Ghozlan, et il a publié un communiqué de démenti. Confondu par ses mensonges à répétition, Ghozlan peut toujours se consoler en regardant la Légion d'Honneur dont il a été fait chevalier l'an dernier. Une breloque qui lui a été remise, il est vrai, par un autre amoureux de la vérité, un certain Brice Hortefeux. Voici maintenant le papier du "BNVCA" (syntaxe, ponctuation et orthographe "garanties Sammy"). 02/10/2011. Le BNVCA condamne l'agression antisémite commise par des groupes de jeunes filles décrites comme maghrébine, qui ont insulté ; battu, blessé des membres de la communuauté juive de Vigneux à la sortie de la synagogue le 1/10/11.Nathan 60jITT hospitalise. Le Bureau National de Vigilance Contre l'Antisémitisme condamne l'agression antisémite commise à Vigneux le 1/10/11 vers 13h par un groupe de jeunes filles décrites comme d'origine maghrébine, qui ont insulté et frappé des membres de la communauté juive qui sortaient paisiblement, de la synagogue, en ce jour de Shabbat au lendemain du Jour de l'An Juif, et identifiables du fait que les hommes avaient la tête couverte d'une kippa. Selon les victimes, qui ont déposé plainte ce jour 2/10/11 au commissariat de police de Vigneux, alors qu'ils passaient près de la Cité de la Croix Blanche, les filles maghrébines les ont invectivés,"VOILA LA RACE MAUDITE DE FEUJ… SALE FEUJ ; JE NIQUE LES JUIFS… ENCULES DE FEUJ " il s'en est suivi une altercation violente, au cours de laquelle les membres de la communauté juive ont été blessés : le jeune S. Nathan 22 ans , (60j d'ITT) le bras cassé conduit à l'hôpital ou il doit être opéré. Une jeune fille de 18 ans a aussi été blessée souffre d'ecchymoses, ainsi que leur père, atteint à l'oeil… L'intervention de la police a conduit à l'interpellation des filles auteurs de l'agression, dès le 1/10/11,mais selon des témoins, elles auraient dû être relâchées sous la pression de groupes d'individus assiegeant le commissariat de police. Les victimes et témoins ont fait état de la haine hystérique, qui se dégageait de leurs agresseurs. Le BNVCA exprime son soutien aux victimes, et ses voeux de rétablissement aux blessés. Le BNVCA demande à la police de tout mettre en oeuvre pour interpeller les agresseurs antijuifs, et les mettre à la disposition de la justice. Le BNVCA envisage de déposer plainte aux côtés des victimes. Le BNVCA considére que le comportement de ces filles et leurs complices est intolérable, inadmissible. La rue, la cité ne sont pas leur propriété. Leurs provocations, leur haine des juifs, sont inacceptables et doivent être sanctionnées sévèrement. Comme ses requérants, le BNVCA ne peut admettre que dans notre République les citoyens de confession juive doivent encore avoir recours à des mesures de sécurité et de protection, pour exercer leurs libertes publiques élémentaires, (d'aller et venir, se réunir, prier etc,) mises à mal par des individus qui ne respectent rien ni personne.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


236852
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

░ ♥ les femmes de l'islam ♥ ░ - les ramadanettes

image

Zaynab al-Ghazâlî. Je vous previens j'ai chialé ! Quelques extraits de son livre autobiographique : "Des jours de ma vie" …. Zaynab al-Ghazâlî (1917-2005) est une femme musulmane militante du milieu du siècle dernier. C'est la prédicatrice...Lire la suite

La loi du plus fort - dieu et religions

image

Je te remercie de ne pas aller dans la surenchère et si tu veux une réponse point par point je vais te la donné. Ben je t'en prie, je trouvais cela juste navrant que tu en viennes aux insultes alors que je ne pense pas m'être attaqué à toi en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages